Simon Tordjman

Depuis la décennie 1980 et plus encore durant les années 1990, la transformation du champ de la lutte contre la pauvreté et l'affirmation de la société civile et des organisations non-gouvernementales (ONG) comme figures privilégiées de l'aide au développement a eu un impact significatif sur les objectifs poursuivis, les stratégies empruntées et les répertoires d'action des acteurs du développement. A partir d'une étude de ses promoteurs et de ses relais, cette contribution se propose d'explorer la rationalité politique du recours aux ONG et à la société civile comme double formule de développement et de démocratisation.

Mahaman Tidjani Alou

Ce texte analyse les dynamiques des mouvements sociaux dans les revendications liées à la lutte contre la pauvreté en Afrique. Il montre comment l'accroissement de l'activisme des organisations n'a eu qu'un impact direct limité au cours de ces dernières décennies sur la lutte contre la pauvreté. L'internationalisation de des revendications des mouvements sociaux a fait progressivement émerger une société civile internationale extrêmement active sur le terrain de la lutte contre la pauvreté et à laquelle les organisations africaines ont pris une part de plus en plus grande. Cette participation renouvelle les idées et les modes d'action sur les terrains d'intervention à l'échelle locale. L'article établit un état des lieux du militantisme des mouvements sociaux, s'intéresse à la lutte contre la pauvreté, thème qui émerge que lentement au sein de ces organisations à la faveur du déplacement et du renouvellement des terrains en lien direct avec leur implication dans les luttes qui prennent forme dans les arènes internationales.

Amandine Monteil

Erigée en « championne des Objectifs du millénaire pour le développement » de par sa contribution majeure au recul de l'effectif de population en situation de grande pauvreté dans le monde, la Chine est plus que jamais confrontée à d'importants défis sociaux : chômage, condition des migrants ruraux, application de standards minimaux de travail décent, mise en place d'un système de protection sociale couvrant l'ensemble de la population... Il y a trente ans, « permettre à quelques-uns de s'enrichir en premier » avait été encouragé dans l'espoir de créer un effet d'entraînement susceptible de produire les conditions d'une prospérité générale. Face à l'aggravation des inégalités, l'accent a été mis sur le rééquilibrage du modèle de développement chinois et la « construction d'une société harmonieuse », passant notamment par la mise en œuvre de nouvelles politiques sociales, voire par la collaboration entre les autorités locales et le « tiers secteur ».

L'article parcourt six décennies d'aide au développement et de lutte contre la pauvreté, montrant le passage d'une appréhension globale des « pays pauvres » à une prise de conscience croissante des disparités entre pays et des stratifications et inégalités sociales au sein de chacun d'entre eux. Sont couvertes des périodes aussi différentes que les débuts de la guerre froide et de la décolonisation, les grandes décennies du développement des années 1960 et 1970, sous influence des idées keynésiennes, jusqu'à l'hégémonie du néolibéralisme et finalement la proclamation des Objectifs du millénaire pour le développement en 2000. Cette lecture révèle la récurrence de débats sur le volume de l'aide, son efficacité, ses critères de ciblage, les effets d'opportunisme des pays donateurs comme des bénéficiaires et le maintien dans la dépendance des pays « en développement ». Ce parcours conduit à s'interroger sur la fonction de l'aide au développement dans les relations internationales : instrument performant de lutte contre la pauvreté ou de contrôle de menaces réelles ou imaginaires en provenance des pays pauvres et ainsi du maintien de la paix et du statu quo entre puissants ?

Jeanne Lazarus

Cet article s'intéresse à la façon dont la pauvreté a été historiquement abordée par les sciences sociales. Il apparaît que les recherches existantes peuvent se classer selon quatre types d'approches. Il s'agit d'abord de définir la pauvreté. Savoir qui est pauvre est une question théorique et politique de première importance. Ensuite, l'analyse de la pauvreté semble intimement liée à celle de l'assistance. Toutes deux ont souvent été étudiées de concert. Le troisième type d'approche, plus débattu, observe la pauvreté sous le prisme de la culture qu'elle engendre et qui l'engendrerait. Enfin, la sociologie de la pauvreté s'accompagne toujours d'une sociologie générale et d'une théorie du rapport entre les groupes sociaux.