Deux ans de détention pour Fariba Adelkhah

En défense de la liberté de recherche
par Alain Dieckhoff, directeur du CERI

Difficile à croire, et pourtant, ce 5 juin, cela fait deux ans que Fariba Adelkhah, directrice de recherche au CERI, a été arrêtée en Iran, en même temps que Roland Marchal, chercheur CNRS au CERI. Ce dernier a été libéré le 20 mars 2020, au terme de tractations diplomatiques longues et complexes, après neuf mois et demi de détention éprouvante. Malheureusement, Fariba demeure retenue contre son gré. Certes, son sort s’est quelque peu amélioré puisqu’elle a été, en octobre 2020, assignée à résidence à son domicile, mais elle ne bénéficie pas de ce droit élémentaire qu’est la liberté d’aller et de venir, de la liberté, donc, de quitter l’Iran. Elle reste condamnée à cinq ans de prison pour « collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale », une condamnation révoltante contre laquelle la communauté universitaire de Sciences Po, mais aussi ailleurs, en France comme à l’étranger, continuera de se dresser farouchement.

Pour en savoir plus

Retour en haut de page