Histoire globale & internationale : un nouveau double diplôme Sciences Po / King's College

Sciences Po et King's College London, partenaires de longue date, renforcent leurs liens avec la création d'un double diplôme de master en histoire globale et internationale. Une formation unique qui combine l'expertise de deux des meilleurs centres européens d'études en histoire. Mario Del Pero, Professeur des universités à Sciences Po, directeur des études doctorales en histoire et artisan de ce double diplôme, répond à nos questions. 

Mario del PeroMario del Pero © Sciences Po

Comment est née l’idée d’un double diplôme en histoire avec King's College ? 

Mario Del Pero : D'une part, King's est l'un des partenaires institutionnels les plus anciens de Sciences Po. Nos écoles - en particulier l'École des affaires internationales (PSIA) - ont déjà établi diverses collaborations, y compris des programmes de double master. D'autre part, le département d'histoire de King's et notre Centre d'histoire ont promu de nouvelles formes de coopération et d'échange de professeurs. Le département d'histoire de King’s est l'un des meilleurs en Europe et dans le monde en termes de qualité de la recherche, de la variété des diplômes qu'il propose et du large éventail de domaines historiques couvert par son corps professoral. Il est à bien des égards le partenaire idéal pour Sciences Po. Enfin, comme c'est toujours le cas, les liens et les relations personnelles ont joué un rôle. Je pourrais citer de nombreux collègues qui se sont impliqués et ont contribué à ce partenariat, mais le Professeur Jeremy Jennings est la personne qui m’a vraiment aidé à développer cette collaboration. Jeremy Jennings est un grand spécialiste de la pensée politique française, un ami de Sciences Po (il enseigne toujours sur le campus de Menton) et il est membre externe du conseil du Centre d'histoire de Sciences Po.

Quelle est l'originalité du double diplôme ? Quels sont ses avantages ? 

Mario Del Pero : Deux des meilleurs centres européens d'étude en histoire s'associent pour proposer un diplôme de master unique en histoire internationale et globale. Les étudiants pourront choisir parmi une offre de cours extraordinairement riche, expérimenter deux modèles d'enseignement et s'engager dans diverses activités - séminaires, ateliers, stages pratiques dans les archives, pour n'en citer que quelques-uns - proposées en anglais et en français. 

Ils seront confrontés à une variété de méthodologies, d'approches scientifiques et de débats historiographiques. Ils pourront construire des parcours individuels spécifiques, adaptés à leurs intérêts, leurs passions et leurs curiosités. Le seul master comparable - et il connaît un grand succès - est le MA/Msc en histoire internationale/mondiale de Columbia/LSE. 

Compte tenu de notre offre et de notre complémentarité avec King's, je suis convaincu que nous sommes dans la même lignée et que nous attirerons des étudiants de grande qualité. Quant aux avantages, les étudiants auront la possibilité de développer une connaissance inégalée de l'histoire internationale moderne ; ils pourront bien sûr postuler aux grands programmes de doctorat, à Sciences Po et dans le monde. Mais la recherche et l'enseignement n’est qu’une possibilité parmi celles qui leur sont offertes à la fin du diplôme : des instituts de recherche aux musées, du journalisme à l'édition et aux services d'information, les diplômés de ce programme bénéficieront de multiples opportunités professionnelles. 

Comment les candidats peuvent postuler pour le double diplôme ? 

La procédure de candidature est la même pour tous les masters de Sciences Po. Un comité paritaire comprenant des membres du corps professoral de Sciences Po et de King's évaluera les dossiers et sélectionnera les candidats.

Quelles sont les matières enseignées et comment les études sont-elles organisées ? 

Les étudiants choisissent parmi une grande offre de cours. La première année se passe à Sciences Po et la seconde à King's où ils pourront choisir entre le Master en histoire moderne et le Master en histoire et civilisation du monde. 

Nous avons deux approches un peu différentes : à Sciences Po, les étudiants suivent un grand nombre de cours et de travaux dirigés, tandis qu'à King's, ils passent moins de temps en classe et plus de temps à rédiger des articles et à préparer des discussions de séminaire. Nous pensons que cela ajoute à la force du programme car les deux modèles sont complémentaires.

Quelles sont les possibilités de carrière après de double diplômes ? 

La voix naturelle du double programme serait de poursuivre la recherche en doctorat formant ainsi de jeunes historiens. Mais c'est loin d'être la seule option. Think tanks, centres de recherche, musées, événements et festivals culturels, journalisme, institutions européennes et internationales, fonction publique : les débouchés potentiels sont nombreux pour les diplômés d'un master aussi riche et qualifiant.

Que signifie être "historien" aujourd'hui ? Quel est son rôle ? 

Cela signifie avant tout être conscient de la complexité (et parfois de la contingence) des processus historiques sociaux, politiques et économiques complexes ; ne rien tenir pour acquis ; s'enquérir et remettre en question constamment l'objet de notre étude, en recherchant la causalité ainsi que l'accidentalité en tant que moteurs clés de l'histoire. Et c'est avant tout cette conscience de la complexité que nous voulons apporter au débat public, où les historiens devraient s'efforcer d'intervenir davantage, et transmettre à nos étudiants.

Propos recueillis par Malika Sadaoui (École de la recherche)

En savoir plus :

Points de vue croisés : l'assurance chômage, par Pierre Cahuc et Didier Demazière

Points de vue croisés : l'assurance chômage, par Pierre Cahuc et Didier Demazière

Pierre Cahuc, chercheur au Département d'économie de Sciences Po et Didier Demazière, chercheur au Centre de Sociologie des Organisations (CSO), ont accepté de répondre à nos questions et de confronter leurs points de vue sur les mesures qui entourent l'assurance chômage. Une interview à deux voix qui, forte des divergences constructives de ces deux visions, offre une meilleure perspective sur ces mesures controversées.

Lire la suite

"L'Histoire est encore à écrire"

Comprendre un continent par ses racines. C’est le défi qu’Ann-Sophie Schoepfel a fixé à ses élèves du Collège universitaire ce semestre. Grâce à une approche qui n’est pas centrée sur un pays, mais sur un continents, nos étudiants du campus de Nancy ressortent de son cours riches d’une vision plus périphérique d’une Histoire dont ils écriront peut-être les prochaines lignes.

Lire la suite
“Colombiennes”: deux étudiantes à la rencontre de femmes engagées

“Colombiennes”: deux étudiantes à la rencontre de femmes engagées

“Nous avons vingt ans lorsque nous arrivons à Bogota”: Jade Vergnes et Hortense Jauffret ont arpenté la Colombie à la rencontre de femmes inspirantes. Elles en ont tiré un livre, Colombiennes, rencontre avec 20 femmes engagées, paru le 8 mars aux éditions du Jasmin. Une compilation de portraits puissants, magnifiques et divers, qui mêlent témoignages écrits, photographies et illustrations de l’artiste Veronica Rincón León. 

De l’avocate proposée au prix Nobel de la Paix à la graffeuse qui chante dans les bus de Bogota, de la cartographe en Antarctique à l’ex-combattante des FARC, toutes se mobilisent pour répondre au plus grand défi qui déchire la Colombie : la quête de paix. Nous avons posé quelques questions à Hortense et Jade, aujourd’hui en césure après la première année du Master communication, médias et industries créatives.

Lire la suite
Le choix de l’école : de Sciences Po à l’enseignement

Le choix de l’école : de Sciences Po à l’enseignement

L’association Le Choix de l’école accompagne les jeunes diplômés vers le métier d’enseignant dans les collèges publics de l’éducation prioritaire. Depuis 2015, plus de 230 jeunes, âgés de 22 à 35 ans, se sont lancés grâce à l’association. Parmi eux, plus d’un quart sont diplômés de Sciences Po, comme Judith Lienhard, aujourd’hui professeur de français à Bagneux (92).

Lire la suite
Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Candidats en master : derniers conseils pour les oraux

Vous avez candidaté à un master de Sciences Po par la procédure française et vous êtes admissible ? Bravo ! Prochaine étape : réussir l'entretien. Les oraux d'admission auront lieu en distanciel entre le 19 et le 30 avril 2021 (et dès le 13 avril pour l'École de journalisme seulement). Ils peuvent générer du stress : vous vous posez des questions sur le profil des candidats recherchés, sur votre capacité à démontrer votre motivation et à défendre votre projet…. D'où l'importance de s'y préparer en amont ! Voici nos conseils pour cette dernière ligne droite. 

Lire la suite