Comment financer ses études à Sciences Po ?

Nous pensons que les difficultés financières ne doivent empêcher personne d’étudier à Sciences Po. C’est pourquoi nous consacrons chaque année 10,5 M d’euros aux bourses et à l’aide sociale. Grâce à ce volontarisme, nous aidons chaque année près de 4 étudiants sur 10 (chiffres 2017-2018). 

1 étudiant sur 3 étudie gratuitement

Le premier engagement d’ouverture sociale de Sciences Po, c’est son système de tarification. Depuis 2005, Sciences Po a mis en place un dispositif original qui adapte les frais de scolarité aux ressources des familles, avec une échelle progressive de 14 tarifs différents. La première de ces 14 tranches tarifaires, c’est la tranche zéro, comme zéro euro. Une politique de gratuité avancée qui s’applique non seulement aux élèves boursiers du CROUS (tout échelon confondu), mais aussi aux non boursiers avec des revenus modestes, ainsi qu’à tout élève en situation de handicap. Résultat : en 2017/2018,  un étudiant sur trois ne paye aucun frais de scolarité.

Les bourses de scolarité pour étudier sereinement 

Pour les étudiants aux revenus modestes, étudier gratuitement ne suffit pas. Il faut aussi pouvoir faire face au coût de la vie. C’est pourquoi tout étudiant français ou européen boursier du CROUS - soit 26 % des étudiants en 2017/18 - perçoit une aide financière complémentaire de la part de Sciences Po, en plus de l’exonération des frais de scolarité. Cette aide représente 75% du montant de la bourse du CROUS. Par exemple, un élève boursier du dernier échelon CROUS reçoit 971 euros par mois grâce au complément Sciences Po, contre 555 euros par mois dans un autre établissement (chiffres 2017). En 2017/18, ces bourses ont permis à près de 2 400 étudiants français ou européens d’étudier plus sereinement.

Fidèle à ses engagements européens, Sciences Po consacre un effort particulier aux étudiants européens boursiers. Alors qu’ils ne peuvent bénéficier d’une bourse du CROUS qu’à partir de leur deuxième année en France, Sciences Po se substitue au CROUS en leur accordant une aide dès la première année : un volontarisme unique dans le paysage de l’enseignement supérieur français.

Pour les étudiants extra-européens, Sciences Po propose notamment des bourses baptisées “Emile Boutmy”, du nom du fondateur de l’école. Accordées sur critères académiques et sociaux, elles concernent 281 étudiants en 2017/18, et peuvent atteindre 19 000 euros par an. D’autres programmes existent : comme les bourses d’excellence créées avec la Fondation MasterCard pour les étudiants africains. 

Enfin, les étudiants de Sciences Po sont également nombreux à bénéficier de programmes de bourses et d’aides publiques ou privées.

Au total, Sciences Po aide financièrement près de 4 étudiants sur 10 : 36 % des étudiants sont exonérés (totalement ou partiellement) du paiement des droits de scolarité ou reçoivent une aide financière.

Des aides à la mobilité pour ne pas se censurer

À Sciences Po, la 3è année d’études à l’étranger est un passage obligé dans la scolarité - et aussi une expérience inoubliable pour les étudiants. Mais tous les étudiants n’ont pas les moyens de financer le départ ni le coût de la vie dans un pays étranger. Pour que tous les étudiants puissent choisir la destination de leur choix, des bourses de mobilité permettent aux étudiants les plus fragiles financièrement de compenser le surcoût du séjour à l’international, ou de prévoir les aménagements nécessaires pour compenser une situation de handicap. 

 

En cas de coup dur : un accompagnement sur mesure

Au-delà de ces dispositifs financiers, les services de Sciences Po accompagnent tous les étudiants pour que les difficultés de la vie quotidienne, administrative, ou de la vie tout court, ne pèsent pas trop sur leurs études :

  • un service dédié au logement centralise les petites annonces, appuie les étudiants dans leurs démarches, propose des logements grâce à nos partenariats avec des résidences étudiantes, et peut aussi les aider financièrement.
  • pour faire face à un coup dur, un aléa financier, ou un retard de bourse, nos services peuvent s’adapter aux situations individuelles, voire proposer des aides d’urgence. 
  • nous aidons les étudiants non-européens dans leurs démarches administratives pour l’obtention ou le renouvellement de leur visa et/ou titre de séjour
  • enfin, pour aider les étudiants à arrondir les fins de mois, nous proposons des jobs sous forme de vacations (plus de 600 chaque année) 

Et pour les soucis qui ne sont pas - ou pas uniquement - financiers ou administratif, c’est notre Pôle Santé qui prend le relais.

Source : La politique de l’aide financière et de services aux étudiants, bilan 2017-2018

En savoir plus

Le programme de la rentrée

Le programme de la rentrée

Alors que de nombreux étudiants profitent encore de leurs derniers jours de vacances, les élèves de Sciences Po feront leur rentrée dès la fin du mois d’août ! Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles : celles de chaque campus du Collège universitaire (1er cycle) et celles de nos 7 écoles de second cycle. Retrouvez ci-dessous le programme complet. 

Lire la suite
"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite
Civiliser le capitalisme

Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Lire la suite