Christian Olsson

Dans cette étude, nous essayons d'appliquer la méthodologie généalogique à l'analyse du discours militaire français, britannique et américain sur la « pacification de populations » de la fin du xixe siècle jusqu'à nos jours. L'objectif est en effet de mettre en évidence et de problématiser les continuités coloniales que le leitmotiv « des coeurs et des esprits » y permet d'observer. Nous portons en particulier l'attention sur les grands « moments » qui nous paraissent avoir marqué les usages sociaux et les significations de l'énoncé : d'abord le « moment » de la conquête coloniale ; ensuite le « moment » des guerres de décolonisation ; enfin celui des interventions occidentales dans les États postcoloniaux. Tout en montrant qu'il y a un phénomène de rémanence coloniale dans les pratiques militaires, la conclusion à laquelle nous arrivons est que les significations attribuées à ce leitmotiv sont extrêmement évolutives dans le temps et toujours sujettes à des interprétations contradictoires. La généalogie de l'énoncé permet alors de montrer quelles en ont été les discontinuités et en particulier comment la « rupture postcoloniale » est venue en subvertir la signification.

Ivan Manokha, Mona Chalabi

La dernière crise financière a mis l'État et le système international à rude épreuve. Dans ce contexte, on aurait pu s'attendre à une explosion de la littérature de la discipline qui revendique un monopole intellectuel sur le domaine international : les Relations internationales (RI). Or, comme le constate cette recherche, très peu d'universitaires spécialistes des RI ont tenté d'analyser la crise. Le présent article cherche donc à expliquer ce manque d'engagement ainsi que les apories du petit nombre d'?uvres qui ont essayé de traiter de la crise en mettant en évidence les limites de l'orthodoxie de la discipline. L'article affirme donc que la discipline des RI s'intéresse principalement à l'analyse des interactions politiques entre États souverains, leur comportement les uns vis-à-vis des autres au sein d'un système anarchique où chacune de ces entités territoriales poursuit ses intérêts nationaux, souvent vaguement définis en termes de pouvoir ou de ressources. En faisant ainsi prévaloir le politique sur l'économique, l'extérieur sur l'intérieur, les acteurs étatiques sur les acteurs non étatiques ainsi que l'étude du conflit sur l'analyse d'autres types d'interactions, la discipline des RI est structurellement, en soi, incapable de traiter ni de rendre intelligible la dernière crise financière et ses conséquences. L'article esquisse une autre approche qui cherche à surmonter les dichotomies qui caractérisent l'orthodoxie et à offrir une explication plus holistique de la crise.

Xiaohong Xiao-Planes

Depuis trois décennies, les sources documentaires sur la « première Chine populaire », qui va de la fondation du nouveau régime en 1949 à la mort de Mao Zedong en 1976, se sont multipliées sans susciter d'attention particulière. Tout se passe comme si, aux yeux d'une majorité, l'histoire chinoise récente n'existait pas ou demeurait totalement compromise par les contrôles dont elle fait l'objet. Cette étude vise à mesurer, de façon aussi lucide et pondérée que possible, l'importance et l'intérêt de ces nouvelles sources. Pour cela, il faut d'abord rappeler très brièvement sur quelles sources se sont appuyées les études sur l'histoire politique chinoise − majoritairement issues des universités américaines − qui se sont imposées depuis les années cinquante.

Anthony Amicelle

Ce texte a pour objectif d’examiner les dynamiques de surveillance à l’œuvre dans le domaine de la lutte contre le « terrorisme » et son financement. En proposant une analyse détaillée de l’« affaire SWIFT » et du Terrorist Finance Tracking Program américain, le présent texte met donc en lumière un programme spécifique qui va nous permettre de questionner les velléités contemporaines d’accès aux bases de données commerciales à des fins de renseignement. Cette étude explore ainsi un aspect sensible de la coopération antiterroriste à l’échelle transatlantique.

Amandine Regamey

Ce texte se fixe pour objectif d’analyser une légende de guerre – celle des femmes snipers qui auraient combattu en Tchétchénie contre les forces russes. Née dans les troupes russes, accréditée par le pouvoir politique, diffusée par les films et la fiction littéraire, cette légende offre un accès aux imaginaires de guerre et aux représentations qui prévalent parmi les troupes qui ont combattu en Tchétchénie, mais plus largement dans la société russe. Partant de l’idée que cette légende a des significations multiples, dont la conjonction contribue à son succès, on en développe l’analyse selon trois axes. La légende permet tout d’abord de donner du sens à la guerre en construisant l’image d’une Russie agressée, autour de la figure de la mercenaire balte – les « Collants blancs ». Elle s’incarne ensuite sur le terrain, répondant à l’expérience subjective des soldats en Tchétchénie et permettant aux autorités russes à la fois de désigner un ennemi et de justifier les violences. Enfin, la légende permet aux hommes servant en Tchétchénie de construire leur identité masculine dans et par la guerre, face à la menace imaginaire posée par ces femmes ennemies. En filigrane de cette recherche on trouve une interrogation sur ce que l’étude des légendes de guerre peut apporter à la compréhension d’un conflit et sur la manière dont on peut travailler avec des sources éparses et des témoignages sujets à caution pour construire un objet de recherche.

L'intégration des partis nationalistes hindous dans le processus démocratique ne les a pas amenés à davantage de modération de façon linéaire. Depuis 1947, ces partis ont oscillé entre une stratégie sectaire de mobilisation religieuse et une autre, plus modérée impliquant le respect des normes sécularistes de la Constitution. Le choix de l'une ou l'autre de ces stratégies a dépendu jusqu'à présent de la relation du parti vis-à-vis de l'organisation dont il procède, le RSS, de la perception dominante des Musulmans à un moment donné, de l'attitude des autres partis vis-à-vis du sécularisme et - en liaison avec ces variables - de la meilleure tactique électorale

Olivier Nay

Cet article étudie les conditions de circulation des idées dans le système des Nations Unies, à partir d’une enquête réalisée au sein du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida, plus connu sous le nom d’ONUSIDA. Il montre que les administrations internationales font de la maîtrise des informations et des savoirs liés à l’action publique l’une des sources essentielles de leur autonomie et de leur autorité dans l’espace international. Recourant à un cadre analytique axé sur la sociologie des transferts, l’article porte un intérêt particulier aux activités du Secrétariat d’ONUSIDA, étudié ici comme un « entrepreneur de transfert ». Il défend l’idée que le Secrétariat est parvenu au cours des années 2000, grâce à son implication dans la collecte, la mise en forme et la diffusion de connaissances sur le sida, à influencer de façon croissante le développement de la politique onusienne de lutte contre l’épidémie. Il suggère ainsi que le Secrétariat a élargi son influence à l’intérieur du système des Nations Unies, malgré un mandat restreint et des ressources limitées. Dans la conclusion, l’article souligne la nécessité d’étudier le transfert des idées dans les organisations internationales en accordant une attention soutenue aux acteurs, à leurs intérêts et à leurs stratégies, en contrepoint d’approches macrosociologiques.

Françoise Daucé, Myriam Désert, Marlène Laruelle, Anne Le Huérou

Depuis la chute de l’URSS, la thématique de la renaissance nationale russe a connu divers avatars, a circulé dans différents milieux, avant de se cristalliser, sous la présidence de Vladimir Poutine, dans la valorisation du patriotisme. L’apparente convergence entre une offre « par en haut » et une demande « par en bas » nourrit l’idée qu’il existe un consensus patriotique en Russie, une nouvelle fusion entre l’Etat et la société, crispée et autarcique, qui alimente à son tour les vieux stéréotypes sur la culture russo-soviétique. Ce numéro de Questions de Recherche cherche à dépasser ces stéréotypes pour montrer la diversité des pratiques « patriotiques » en Russie aujourd’hui (qui débordent largement la variante « militariste » généralement évoquée) et les usages sociaux connexes qui en sont fait. Après un panorama de la littérature existante sur le nationalisme et le patriotisme russes ainsi qu’une présentation des programmes d’éducation patriotique mis en oeuvre par l’Etat russe, la réflexion sur le patriotisme russe au quotidien est menée à partir de plusieurs observatoires (clubs et camps d’été patriotiques pour les enfants et les adolescents à Saint-Pétersbourg, Moscou et Omsk ; organisations ethno-culturelles ; organisations religieuses orthodoxes ; pratiques discursives des acteurs économiques). D’une part, l’analyse de ces différents terrains montre la diversité des activités patriotiques. De l’autre, elle illustre l’utilisation des activités patriotiques à d’autres fi ns (souci pragmatique de la carrière professionnelle, recherche d’une source d’inspiration personnelle, perspectives d’enrichissement, plaisir de l’action avec ses amis et ses proches…). Au final, les enquêtes de terrain attestent une variété de motivations et d’engagements où l’image de l’Etat et le discours patriotique officiel sont souvent secondaires, parfois même rejetés.

D’une manière générale, l’économie politique peut être défi nie notamment comme l’analyse des relations d’échanges économiques et politiques propres à des groupes sociaux particuliers, inscrits dans des contextes historiques donnés. La force de l’approche weberienne tient à la mise en valeur des orientations subjectives qui fondent ces échanges et qui renvoient à des « types d’homme », expressifs d’une période historique parti culière. Cette étude analyse et compare les écarts que révèlent certains traits de l’économie capitaliste de marché et de l’économie communiste de type soviétique par rapport aux idéaux-types du marché, de la bureaucratie et des formes de la domination politique. Elle insiste notamment sur les figures « hybrides » du charisme et de la « bureaucratie patrimoniale ».

Olivier Nay

Cet arti cle étudie les sources, la mise en oeuvre et les eff ets inatt endus des réformes administrati ves engagées au sein du système des Nati ons Unies dans le domaine de la lutt e contre le VIH/sida. Il s’appuie sur une enquête menée au sein d’ONUSIDA, programme multi latéral réunissant dix agences onusiennes et un secrétariat permanent engagés dans la lutt e contre l’épidémie. Dans un premier temps, l’arti cle souligne les raisons pour lesquelles les agences multi latérales n’ont guère été portées à impulser elles-mêmes des réformes, alors qu’elles étaient enjointes par le programme à mieux coordonner et harmoniser leurs réponses stratégiques au sida. Ensuite, l’arti cle identi fi e trois facteurs externes ayant joué un rôle clé dans le lancement de la réforme des procédures et des mécanismes de gouvernance du programme ONUSIDA. Puis il explore les conditi ons de leur mise en oeuvre depuis 2005, en insistant tout parti culièrement sur le rôle d’« entrepreneur de réforme » joué par le secrétariat d’ONUSIDA. Enfi n, l’arti cle étudie les eff ets induits des réformes administrati ves : l’importance des jeux de concurrence entre agences, le renforcement de la complexité organisati onnelle et la tendance à la bureaucrati sati on du système ONUSIDA. La conclusion défend l’idée que l’analyse de la réforme des organisati ons internati onales implique d’étudier de façon croisée les pressions émanant de leur environnement d’une part, et les acti vités des entrepreneurs de réforme d’autre part.