Accueil>Jad Gaouad, Promotion 2021 : “J'ai rejoint Sciences Po pour être un meilleur ingénieur”

11.01.2022

Jad Gaouad, Promotion 2021 : “J'ai rejoint Sciences Po pour être un meilleur ingénieur”

Portrait de Jad Gaouad
Portrait de Jad Gaouad

Diplômé du Master Politiques publiques, spécialité Energy, Environment and Sustainability de l'École d’affaires publiques en 2021, Jad Gaouad a déjà un parcours atypique. Ingénieur de formation, il avait choisi d’intégrer Sciences Po pour effectuer sa seconde année de Master en apprentissage et acquérir rapidement une solide expérience professionnelle. Il travaille aujourd'hui au Ministère de la Transition écologique en tant qu'ingénieur-élève des Ponts, des Eaux et des Forêts. Rencontre.

Pouvez-vous décrire votre parcours universitaire et professionnel ?

Après mon baccalauréat obtenu en 2012, j'ai intégré une classe préparatoire scientifique au Lycée Lakanal à Sceaux. Je suis ensuite entré à l'École nationale de l'aviation civile (ENAC) à Toulouse, dont j’ai été diplômé en septembre 2017. J'ai par la suite entamé un VIE d'un an à Hambourg pour le compte d'Airbus. En septembre 2019, j’ai débuté un Master à Sciences Po et en suis sorti diplômé en juin 2021. En parallèle de mes études l'année passée, j'ai tenté le concours pour intégrer la Formation des ingénieurs du Corps des Ponts, des Eaux et des Forêts, que j’ai rejointe en septembre dernier. 

Quelles ont été les principales étapes de la construction de votre projet professionnel ?

Plus jeune, je souhaitais devenir pilote de ligne. J'ai échoué deux fois au concours (en 2013 et en 2018) et me suis alors orienté vers l'ingénierie aéronautique. Mais au fil des années, la question de l'acceptabilité environnementale du transport aérien s'est posée. D'où ma reprise d'études qui peut se résumer en une formule assez convenue : je n'ai pas quitté l'ENAC pour ne plus être ingénieur, mais j'ai rejoint Sciences Po pour être un meilleur ingénieur. Durant la crise sanitaire, je me suis découvert un réel attachement pour le service public (je suis bénévole à la Croix-Rouge française et réserviste de la garde nationale).

Au cours de mon Master à Sciences Po, j’ai effectué ma deuxième année en apprentissage au sein de RTE (gestionnaire du Réseau de Transport d'Électricité français), et cela a conforté mon orientation professionnelle : devenir haut fonctionnaire au sein d'un grand ministère afin de mettre mes compétences au service de la transition écologique et du bien commun.

Quel a été le processus de recrutement chez RTE, et quelles ont été les principales caractéristiques de votre poste en tant qu’apprenti ?

Le processus de recrutement chez RTE a été classique : un entretien au cours duquel j'ai répondu à beaucoup de questions sur mon parcours professionnel et académique. Un cabinet de recrutement a ensuite pris attache avec moi pour me faire passer une série de tests (c'était une formalité car RTE avait déjà arrêté sa décision). J'ai été recruté au sein du Département Concertation Environnement où j’avais pour mission d’assurer le pilotage opérationnel des Mises En Souterrain d’Initiative Locale (MESIL) des lignes aériennes à haute tension. Ainsi, à des fins de développement économique local ou de protection de l’environnement, une collectivité territoriale peut solliciter RTE pour l’enfouissement d’une ligne aérienne.

Les missions à ma charge étaient les suivantes :

  • Effectuer le suivi national de l'instruction des projets menés dans les différentes régions de RTE, au travers des accords contractuels passés avec les collectivités ;
  • Étudier la recevabilité des demandes, par rapport à la réglementation en vigueur et à l'analyse des contraintes budgétaires, administratives, environnementales et sociétales déterminant la faisabilité du projet ;
  • Appuyer l'action des équipes régionales de RTE en réponse aux sollicitations des collectivités territoriales en produisant des supports de communication internes et externes et relever les bonnes pratiques de la gestion des projets de mise en souterrain d'initiative locale ;
  • Animer le réseau des correspondants régionaux au travers de réunions d’informations et de partage ;
  • Rédiger les comptes rendus des comités et autres réunions d’intérêt, effectuer les remontées budgétaires des régions et rédiger le rapport d’activité de l’année échue.

Quelles ont été les contributions de votre formation à l'École d’affaires publiques de Sciences Po envers la fonction que vous avez occupée lors de votre année en apprentissage ?

Cette formation m'a donné des clefs de compréhension essentielles du secteur de l'énergie et des grands enjeux associés à la transition écologique et donc énergétique.

Auriez-vous un conseil à donner à un étudiant ou une étudiante qui souhaite poursuivre sa scolarité de Master 2 en apprentissage ?

Faites-vous confiance ! Restez humble mais faites tout votre possible pour que les équipes avec lesquelles vous travaillez vous considèrent comme un employé à part entière (tout simplement parce que vous l'êtes). Un apprentissage est une réelle opportunité professionnelle et humaine : saisissez-là ! Cultivez votre réseau, posez des questions, dites quand les choses ne vous conviennent pas et souriez ! N'oubliez pas qu'on en sait toujours beaucoup plus qu'on ne le croit : vous avez acquis nombre de compétences tout à fait transposables à n'importe quel apprentissage. D'un point de vue plus pratique : débutez la rédaction de votre mémoire assez tôt (en février !). Enfin : prenez soin de vous. Séparez vos vies professionnelle, académique et personnelle (qui reste la plus importante).

Retrouvez l'intégralité de cet entretien initialement publié sur le site de l'École d'affaires publiques.

En savoir plus :

Téléchargez notre brochure

TÉLÉCHARGER NOTRE BROCHURE

Portes Ouvertes Bachelor virtuelles et présentielles en février 2023

Portes ouvertes Bachelor 2023

Découvrez nos campus et notre licence en sciences humaines et sociales, qui vous permettra notamment d’effectuer votre 3ème année à l’international.

Inscrivez-vous

11.01.2022

Jad Gaouad, Promotion 2021 : “J'ai rejoint Sciences Po pour être un meilleur ingénieur”

Portrait de Jad Gaouad
Portrait de Jad Gaouad

Diplômé du Master Politiques publiques, spécialité Energy, Environment and Sustainability de l'École d’affaires publiques en 2021, Jad Gaouad a déjà un parcours atypique. Ingénieur de formation, il avait choisi d’intégrer Sciences Po pour effectuer sa seconde année de Master en apprentissage et acquérir rapidement une solide expérience professionnelle. Il travaille aujourd'hui au Ministère de la Transition écologique en tant qu'ingénieur-élève des Ponts, des Eaux et des Forêts. Rencontre.

Pouvez-vous décrire votre parcours universitaire et professionnel ?

Après mon baccalauréat obtenu en 2012, j'ai intégré une classe préparatoire scientifique au Lycée Lakanal à Sceaux. Je suis ensuite entré à l'École nationale de l'aviation civile (ENAC) à Toulouse, dont j’ai été diplômé en septembre 2017. J'ai par la suite entamé un VIE d'un an à Hambourg pour le compte d'Airbus. En septembre 2019, j’ai débuté un Master à Sciences Po et en suis sorti diplômé en juin 2021. En parallèle de mes études l'année passée, j'ai tenté le concours pour intégrer la Formation des ingénieurs du Corps des Ponts, des Eaux et des Forêts, que j’ai rejointe en septembre dernier. 

Quelles ont été les principales étapes de la construction de votre projet professionnel ?

Plus jeune, je souhaitais devenir pilote de ligne. J'ai échoué deux fois au concours (en 2013 et en 2018) et me suis alors orienté vers l'ingénierie aéronautique. Mais au fil des années, la question de l'acceptabilité environnementale du transport aérien s'est posée. D'où ma reprise d'études qui peut se résumer en une formule assez convenue : je n'ai pas quitté l'ENAC pour ne plus être ingénieur, mais j'ai rejoint Sciences Po pour être un meilleur ingénieur. Durant la crise sanitaire, je me suis découvert un réel attachement pour le service public (je suis bénévole à la Croix-Rouge française et réserviste de la garde nationale).

Au cours de mon Master à Sciences Po, j’ai effectué ma deuxième année en apprentissage au sein de RTE (gestionnaire du Réseau de Transport d'Électricité français), et cela a conforté mon orientation professionnelle : devenir haut fonctionnaire au sein d'un grand ministère afin de mettre mes compétences au service de la transition écologique et du bien commun.

Quel a été le processus de recrutement chez RTE, et quelles ont été les principales caractéristiques de votre poste en tant qu’apprenti ?

Le processus de recrutement chez RTE a été classique : un entretien au cours duquel j'ai répondu à beaucoup de questions sur mon parcours professionnel et académique. Un cabinet de recrutement a ensuite pris attache avec moi pour me faire passer une série de tests (c'était une formalité car RTE avait déjà arrêté sa décision). J'ai été recruté au sein du Département Concertation Environnement où j’avais pour mission d’assurer le pilotage opérationnel des Mises En Souterrain d’Initiative Locale (MESIL) des lignes aériennes à haute tension. Ainsi, à des fins de développement économique local ou de protection de l’environnement, une collectivité territoriale peut solliciter RTE pour l’enfouissement d’une ligne aérienne.

Les missions à ma charge étaient les suivantes :

  • Effectuer le suivi national de l'instruction des projets menés dans les différentes régions de RTE, au travers des accords contractuels passés avec les collectivités ;
  • Étudier la recevabilité des demandes, par rapport à la réglementation en vigueur et à l'analyse des contraintes budgétaires, administratives, environnementales et sociétales déterminant la faisabilité du projet ;
  • Appuyer l'action des équipes régionales de RTE en réponse aux sollicitations des collectivités territoriales en produisant des supports de communication internes et externes et relever les bonnes pratiques de la gestion des projets de mise en souterrain d'initiative locale ;
  • Animer le réseau des correspondants régionaux au travers de réunions d’informations et de partage ;
  • Rédiger les comptes rendus des comités et autres réunions d’intérêt, effectuer les remontées budgétaires des régions et rédiger le rapport d’activité de l’année échue.

Quelles ont été les contributions de votre formation à l'École d’affaires publiques de Sciences Po envers la fonction que vous avez occupée lors de votre année en apprentissage ?

Cette formation m'a donné des clefs de compréhension essentielles du secteur de l'énergie et des grands enjeux associés à la transition écologique et donc énergétique.

Auriez-vous un conseil à donner à un étudiant ou une étudiante qui souhaite poursuivre sa scolarité de Master 2 en apprentissage ?

Faites-vous confiance ! Restez humble mais faites tout votre possible pour que les équipes avec lesquelles vous travaillez vous considèrent comme un employé à part entière (tout simplement parce que vous l'êtes). Un apprentissage est une réelle opportunité professionnelle et humaine : saisissez-là ! Cultivez votre réseau, posez des questions, dites quand les choses ne vous conviennent pas et souriez ! N'oubliez pas qu'on en sait toujours beaucoup plus qu'on ne le croit : vous avez acquis nombre de compétences tout à fait transposables à n'importe quel apprentissage. D'un point de vue plus pratique : débutez la rédaction de votre mémoire assez tôt (en février !). Enfin : prenez soin de vous. Séparez vos vies professionnelle, académique et personnelle (qui reste la plus importante).

Retrouvez l'intégralité de cet entretien initialement publié sur le site de l'École d'affaires publiques.

En savoir plus :

Téléchargez notre brochure

TÉLÉCHARGER NOTRE BROCHURE

Portes Ouvertes Bachelor virtuelles et présentielles en février 2023

Portes ouvertes Bachelor 2023

Découvrez nos campus et notre licence en sciences humaines et sociales, qui vous permettra notamment d’effectuer votre 3ème année à l’international.

Inscrivez-vous