Accueil>Conférence de Michelle Perrot : les femmes ont une Histoire

03.03.2023

Conférence de Michelle Perrot : les femmes ont une Histoire

alt
Eduardo Castillo, Michelle Perrot et Françoise Milewski (crédits : Violette Toye / Sciences Po)

Lundi 20 février 2023, Michelle Perrot, pionnière dans la publication d’ouvrages et l’enseignement sur l’Histoire des femmes, professeure émérite d’Histoire contemporaine à l'Université Paris Cité, est venue à Sciences Po donner une conférence autour de son dernier ouvrage, Le temps des féminismes (Grasset, 2023), écrit en collaboration avec Eduardo Castillo, conférencier, journaliste et écrivain.

Parler à toutes et à tous

Eduardo Castillo, un de ses anciens étudiants de Jussieu, a expliqué : “c’est elle qui m’a amené à envisager une carrière de journaliste.” Il a également souligné l’importance de plonger dans la profondeur historique et de faire dialoguer différentes voix sur les mouvements féministes, précisant : “avec ce livre, nous avons fait le pari d’intéresser des personnes qui ne sont pas des féministes”. 

De l’Histoire des femmes 

S’intéresser à l’Histoire des femmes, c’est comprendre la situation présente à partir de son évolution, éclairer l’Histoire des femmes et des hommes, analyser le féminisme comme un mouvement historique et comme un mouvement de pensée actuel” : c’est au travers de cette phrase que Françoise Milewski, directrice du Conseil scientifique du Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre (PRESAGE) de Sciences Po, a ouvert la conférence de deux heures.

"C’est par l’enseignement que j’ai réalisé les difficultés des femmes.”

Michelle Perrot

alt
Eduardo Castillo, Michelle Perrot et Françoise Milewski (crédits : Violette Toye / Sciences Po)

Dans l’amphithéâtre Jean Moulin, Michelle Perrot se souvient d’échanges avec une jeune étudiante hindoue lorsqu’elle était enseignante en année préparatoire à Sciences Po : “à la fin de sa première année, elle m’a annoncé qu’elle ne pouvait pas continuer car sa famille voulait qu’elle se marie. Elle m’a demandé de parler à ses parents, qui étaient sikhs, car elle souhaitait poursuivre ses études. Mais je me suis heurtée à un mur : aux yeux de sa mère, à 19 ans, il était déjà très tard pour se marier”. Elle se souvient également d’une anecdote. Dans les années 1960, au cours d’échanges avec des enseignants au sujet de la baisse du niveau d’écriture des étudiants de Sciences Po, Jacques Chapsal, alors directeur de l'Institut, avait répondu que “cela n’a pas d’importance, ils auront des secrétaires”.

Michelle Perrot, qui se destinait alors à l’Histoire sociale, raconte sa prise de conscience progressive et son orientation vers l’Histoire des femmes. Elle revient sur la publication du livre Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir qui a “joué un rôle très important pour [sa] génération”, mais dans lequel il est écrit que les femmes “n’ont pas de passé”. Dans ses travaux, Michelle Perrot a pris le contrepied de cette affirmation : « les femmes ont une Histoire, il fallait seulement la faire cette Histoire des femmes, s’approprier les savoirs ». Ce fut son travail pendant de nombreuses années. 

Aux origines du féminisme 

Pour discuter des féminismes, la professeure émérite d’Histoire contemporaine en propose une définition : la lutte des femmes pour leur liberté et pour l’égalité des droits avec les hommes”.

Michelle Perrot revient ensuite sur l’Histoire des féminismes dans le monde occidental. Elle distingue plusieurs vagues féministes, jalonnées par des batailles menées par les femmes pour leurs droits : le droit à l'instruction, le droit au travail et au revenu, les droits privés et politiques (notamment la lutte contre le Code civil Napoléon de 1804 et les luttes pour le suffrage) et les droits du corps. “Nous vivons actuellement un temps fort du féminisme avec #MeToo, qui ajoute la lutte pour le droit à l’intimité” précise-t-elle. 

Donner des instruments pour penser 

Au cours de la conférence, Michelle Perrot est revenue sur son parcours d’historienne. Un parcours marqué par des rencontres et la formation de collectifs de recherche.

alt
Michelle Perrot et Françoise Milewski (crédits : Violette Toye / Sciences Po)

La recherche en Histoire : un collectif 

Au-delà des rencontres avec les écrits de femmes du passé, comme la philosophe et poétesse de la fin du Moyen Âge Christine de Pizan ou la femme politique Olympe de Gouges, elle cite de nombreuses collègues. Parmi elles, Geneviève Fraisse, philosophe avec qui elle a dirigé le quatrième tome de L'Histoire des femmes en Occident (Plon, 1991; Tempus, 2002), mais aussi Arlette Farge, Florence Rochefort, Christine Bard, Sylvie Chaperon… Elle rappelle également l’importance des travaux de l’anthropologue et ethnologue Françoise Héritier, qui “donne des instruments pour penser” dans son livre Masculin-Féminin (Odile Jacob, 1996 ; 2022). 

Penser ensemble 

Après la conférence, Michelle Perrot et Eduardo Castillo ont répondu aux questions de la salle : identités, domination masculine, religion, #MeToo, universalisme, réseaux sociaux, antiféminismes… autant de sujets qui animent le débat public sur lesquels les deux auteurs ont apporté un éclairage historique.

EN SAVOIR PLUS : 

Eduardo Castillo, Michelle Perrot et Françoise Milewski

03.03.2023

Conférence de Michelle Perrot : les femmes ont une Histoire

alt
Eduardo Castillo, Michelle Perrot et Françoise Milewski (crédits : Violette Toye / Sciences Po)

Lundi 20 février 2023, Michelle Perrot, pionnière dans la publication d’ouvrages et l’enseignement sur l’Histoire des femmes, professeure émérite d’Histoire contemporaine à l'Université Paris Cité, est venue à Sciences Po donner une conférence autour de son dernier ouvrage, Le temps des féminismes (Grasset, 2023), écrit en collaboration avec Eduardo Castillo, conférencier, journaliste et écrivain.

Parler à toutes et à tous

Eduardo Castillo, un de ses anciens étudiants de Jussieu, a expliqué : “c’est elle qui m’a amené à envisager une carrière de journaliste.” Il a également souligné l’importance de plonger dans la profondeur historique et de faire dialoguer différentes voix sur les mouvements féministes, précisant : “avec ce livre, nous avons fait le pari d’intéresser des personnes qui ne sont pas des féministes”. 

De l’Histoire des femmes 

S’intéresser à l’Histoire des femmes, c’est comprendre la situation présente à partir de son évolution, éclairer l’Histoire des femmes et des hommes, analyser le féminisme comme un mouvement historique et comme un mouvement de pensée actuel” : c’est au travers de cette phrase que Françoise Milewski, directrice du Conseil scientifique du Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre (PRESAGE) de Sciences Po, a ouvert la conférence de deux heures.

"C’est par l’enseignement que j’ai réalisé les difficultés des femmes.”

Michelle Perrot

alt
Eduardo Castillo, Michelle Perrot et Françoise Milewski (crédits : Violette Toye / Sciences Po)

Dans l’amphithéâtre Jean Moulin, Michelle Perrot se souvient d’échanges avec une jeune étudiante hindoue lorsqu’elle était enseignante en année préparatoire à Sciences Po : “à la fin de sa première année, elle m’a annoncé qu’elle ne pouvait pas continuer car sa famille voulait qu’elle se marie. Elle m’a demandé de parler à ses parents, qui étaient sikhs, car elle souhaitait poursuivre ses études. Mais je me suis heurtée à un mur : aux yeux de sa mère, à 19 ans, il était déjà très tard pour se marier”. Elle se souvient également d’une anecdote. Dans les années 1960, au cours d’échanges avec des enseignants au sujet de la baisse du niveau d’écriture des étudiants de Sciences Po, Jacques Chapsal, alors directeur de l'Institut, avait répondu que “cela n’a pas d’importance, ils auront des secrétaires”.

Michelle Perrot, qui se destinait alors à l’Histoire sociale, raconte sa prise de conscience progressive et son orientation vers l’Histoire des femmes. Elle revient sur la publication du livre Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir qui a “joué un rôle très important pour [sa] génération”, mais dans lequel il est écrit que les femmes “n’ont pas de passé”. Dans ses travaux, Michelle Perrot a pris le contrepied de cette affirmation : « les femmes ont une Histoire, il fallait seulement la faire cette Histoire des femmes, s’approprier les savoirs ». Ce fut son travail pendant de nombreuses années. 

Aux origines du féminisme 

Pour discuter des féminismes, la professeure émérite d’Histoire contemporaine en propose une définition : la lutte des femmes pour leur liberté et pour l’égalité des droits avec les hommes”.

Michelle Perrot revient ensuite sur l’Histoire des féminismes dans le monde occidental. Elle distingue plusieurs vagues féministes, jalonnées par des batailles menées par les femmes pour leurs droits : le droit à l'instruction, le droit au travail et au revenu, les droits privés et politiques (notamment la lutte contre le Code civil Napoléon de 1804 et les luttes pour le suffrage) et les droits du corps. “Nous vivons actuellement un temps fort du féminisme avec #MeToo, qui ajoute la lutte pour le droit à l’intimité” précise-t-elle. 

Donner des instruments pour penser 

Au cours de la conférence, Michelle Perrot est revenue sur son parcours d’historienne. Un parcours marqué par des rencontres et la formation de collectifs de recherche.

alt
Michelle Perrot et Françoise Milewski (crédits : Violette Toye / Sciences Po)

La recherche en Histoire : un collectif 

Au-delà des rencontres avec les écrits de femmes du passé, comme la philosophe et poétesse de la fin du Moyen Âge Christine de Pizan ou la femme politique Olympe de Gouges, elle cite de nombreuses collègues. Parmi elles, Geneviève Fraisse, philosophe avec qui elle a dirigé le quatrième tome de L'Histoire des femmes en Occident (Plon, 1991; Tempus, 2002), mais aussi Arlette Farge, Florence Rochefort, Christine Bard, Sylvie Chaperon… Elle rappelle également l’importance des travaux de l’anthropologue et ethnologue Françoise Héritier, qui “donne des instruments pour penser” dans son livre Masculin-Féminin (Odile Jacob, 1996 ; 2022). 

Penser ensemble 

Après la conférence, Michelle Perrot et Eduardo Castillo ont répondu aux questions de la salle : identités, domination masculine, religion, #MeToo, universalisme, réseaux sociaux, antiféminismes… autant de sujets qui animent le débat public sur lesquels les deux auteurs ont apporté un éclairage historique.

EN SAVOIR PLUS : 

Eduardo Castillo, Michelle Perrot et Françoise Milewski