Bruno De Barros : "S’engager pour être acteur dans la communauté"

Bruno De Barros : "S’engager pour être acteur dans la communauté"

Rencontre avec un étudiant franco-portugais en deuxième année à Poitiers
  • Bruno de Barros ©Bruno de BarrosBruno de Barros ©Bruno de Barros

Co-président du Bureau des élèves et passionné des arts de la Caraïbe, Bruno Raphael De Barros, étudiant franco-portugais, se sent "chez lui" au sein du campus de Poitiers du Collège universitaire. Il nous parle engagement, mémoire et transmission. Rencontre.

Actuellement étudiant en deuxième année de bachelor au sein du campus de Poitiers du Collège universitaire, Pouvez-vous partager votre parcours scolaire et les raisons qui vous ont orienté vers ce cursus et ce campus ?

Franco-portugais, j’ai toujours eu ce lien très fort avec la péninsule ibérique et l’Amérique latine pour lesquelles j’éprouve un amour profond. Je ressens une connexion avec ce continent, qui est pour moi l’exemple du métissage culturel essentiel dans la façon dont je vois le monde. Le campus du Collège universitaire de Sciences Po à Poitiers (mineure Amérique latine - Caraïbes) est la définition même de “mi casa es tu casa”. Je me sens chez moi, où je suis entouré d’amis venus des quatre coins du monde qui m’ont beaucoup appris.

Passionné par les langues, j’ai appris l’espagnol pour découvrir toute la littérature de ce continent que j’apprécie particulièrement et dont la découverte s’est accentuée par ma passion pour les arts de la Caraïbe, qui sont des mines d’or. De la peinture à la musique, tout ne tient qu’à un fil, je suis un véritable touche-à-tout parce que cela me procure un perpétuel plaisir !

Vous êtes très impliqué dans la vie étudiante de Sciences Po, notamment en tant que co-président du Bureau des élèves. Que représente pour vous la notion d’engagement en tant qu’étudiant ?

En tant que co-président du BDE, l’engagement est au cœur de mon parcours académique. Je ne peux pas concevoir ma vie à Sciences Po sans l’aspect de l’engagement associatif. Je me sens véritablement utile et cela m’a permis d’apprendre sur moi-même et sur les autres, en étant au contact de mes camarades. Je pense qu’il faut s’engager, être acteur dans la communauté. Tous mes engagements, je les conçois dans un prisme collectif et personnel. Plus qu’un épanouissement personnel, c’est le contact humain que j’apprécie dans les projets associatifs.

Vous animez également le projet Mémoriam axé sur la découverte des mémoires, qu'elles soient juives, espagnoles, franquistes, OU ENCORE LES mémoires des dictatures. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

Mémoriam est le projet auquel je tiens particulièrement. Il me représente et représente mon intérêt pour les enjeux mémoriaux. J’ai envie de m’engager et devenir un passeur de mémoire. Transmettre, apprendre et écouter. Ce projet s’inscrit dans un projet citoyen qui se veut fédérateur, comme une union pour inciter toutes les générations à s’emparer des enjeux des mémoires.

Avec une dizaine d’étudiantes et étudiants, nous avons mis en place une initiative de grande ampleur avec le campus de Paris et le campus de Menton du Collège universitaire pour organiser un voyage à Dachau. Transmettre pour ne pas oublier.

Mémoriam, c’est l’histoire qui éclaire notre avenir. Il faut entretenir cette flamme pour ne pas sombrer dans l’obscurité. C’est aussi l’engagement, c’est oser. Oser dire l’indicible et représenter l’irreprésentable.

Quels conseils donneriez-vous à une étudiante ou un étudiant qui souhaiterait rejoindre le Collège universitaire de Sciences Po ?

Soyez passionné.e.s ! Soyez curieux.se.s ! Ouvrez-vous sur le monde. Il ne faut pas se renfermer sur soi. Il faut remettre tout en cause pour avoir une vision la plus large possible. Rester dans des cloisons, c’est rester dans l’ignorance. Il faut prendre conscience du devoir que nous avons tous d’être des citoyens éclairés, pour le bien individuel et collectif. Le plus important est de rester soi-même, montrer sa personnalité et les combats que l'on veut mener.

Quels sont vos projets universitaires et/ou professionnels après l'obtention de votre diplôme de Bachelor ?

Je veux travailler à la fois dans le contact social et la transmission tout en faisant de la recherche. J’aimerais postuler au Double diplôme en histoire globale & internationale Sciences Po / King’s College. C’est le véritable projet professionnel qui me passionne et m’anime au quotidien et me pousse à me surpasser, car je ne vois pas plus beau et noble métier que professeur. J’aimerais pouvoir voyager et enseigner à l’étranger pour découvrir de nouveaux visages et de nouveaux horizons.

Retour en haut de page