Le conflit du Sahara Occidental apparaît comme le principal facteur de blocage dans la construction d'une intégration régionale. Pour la monarchie marocaine, il lui a permis de s'approprier le sentiment nationaliste alors porté par le mouvement de l'Istiqlal qui faisait de la cause du grand Maroc l'un de ses combats politiques. Pour le régime algérien, il a représenté un moyen de justifier le pouvoir d'une armée et d'entretenir le sentiment nationaliste. L'avantage du conflit saharien était évident : l'instauration, sous couvert d'un sentiment nationaliste, de régimes politiques autoritaires. Depuis une décennie, ce conflit « gelé » est bloqué à la fois par « le statut avancé » du Maroc avec l'UE, qui n'ose aborder ce problème et le retour de l'abondance financière en Algérie qui alimente son intransigeance sur le dossier.

Trente ans après la nationalisation des hydrocarbures, la richesse pétrolière accumulée semble avoir disparu tant elle est absente des indicateurs d’évaluation du bien-être. En Algérie, elle a fait le bonheur d’une minorité et la tristesse de la majorité. L’absence de contrôle exercé sur la rente pétrolière a conduit à sa dilapidation. Depuis 2002, le pays a renoué avec la richesse pétrolière. L’envolée du prix du baril, bondissant de 30 à 147 dollars entre 2002 et 2008, lui a procuré des revenus extérieurs inespérés qui lui ont permis de se doter de réserves en dollars estimées en 2009 à 150 milliards. Rapatrié pour restaurer la paix civile dans une Algérie dévastée, Abdelaziz Bouteflika a bénéficié de la montée inattendue et inespérée du prix du baril de pétrole. Ainsi, au-delà de la réconciliation nationale, il a pu offrir à l’Algérie un nouvel envol économique. Mais, alors que les drames de la décennie 1990 ne sont pas entièrement pansés et que les illusions de la richesse pétrolière se sont évaporées dans les méandres de la précarité, ce retour inattendu de l’abondance financière ne manque toutefois pas d’inquiéter. A quoi la manne va-t-elle servir ? Qui va la contrôler ? Va-t-elle provoquer ou entretenir à nouveau violence et conflits ?

Guillaume Colin

La crise du Kosovo a donné lieu, en Russie, à une véritable crise politique interne. En effet, les frappes de l’OTAN ont non seulement remis en question l’efficacité de la politique étrangère russe qui s’y était opposée, mais elles ont plus largement remis en cause la vision du monde soutenue par le pouvoir russe, alimentant a contrario la vision contestataire soutenue par les communistes. A travers l’analyse des conférences de presse données par le ministère des Affaires étrangères et par le Parti communiste au moment de la crise du Kosovo, cet article montre que ce sont en fait deux récits qui s’affrontent, chacun cherchant à construire et à imposer (ou à défendre) sa "vision et ses principes de division du monde". Cette lutte s’appuie notamment sur le recours à des mythes identitaires très forts, qu’il s’agisse de la question des relations avec l’Occident ou de l’évocation du souvenir de la seconde Guerre mondiale, dont chacun des récits fait un usage antagoniste. L’exemple du Kosovo permet ainsi de mettre en évidence la manière dont certains enjeux et certains thèmes interfèrent dans le discours de politique étrangère et contribuent à l’utilisation des questions de politique étrangère dans le débat politique russe avec, pour conséquence, des déplacements des enjeux associés à ces questions.
D’un point de vue plus théorique, l’accent est mis dans cet article sur la nécessité de dissocier l’analyse du discours de politique étrangère de celle de la politique étrangère dans la mesure où le discours de politique étrangère ne relève pas exclusivement de la politique étrangère. Une meilleure compréhension du discours de politique étrangère suppose notamment de rendre compte de son ancrage simultané dans la lutte politique interne et dans l’imaginaire politique. Ces deux niveaux s’articulent autour de "la lutte symbolique pour la conservation ou la transformation du monde (social) à travers la conservation ou la transformation des principes de division de ce monde" (Bourdieu, 1991 : 181). Dans cette perspective, l’analyse du discours de politique étrangère proposée dans cet article a recours à des instruments théoriques qui ne relèvent pas exclusivement du cadre des relations internationales, qu’il s’agisse des travaux de Bourdieu sur le champ politique ou de ceux de Barthes sur le mythe. En revanche, notre conception du discours doit beaucoup aux travaux de "l’Ecole danoise" de relations internationales sur l’analyse discursive de la politique étrangère.

Raymond Benhaïm, Youssef Courbage et Rémy Leveau

Ce dossier veut rompre avec le catastrophisme qui marque le plus souvent l'analyse des événements du Maghreb, en s'attachant aux grands équilibres et à la moyenne/longue durée.
Sur le plan démographique d'abord, Youssef Courbage montre comment l'émigration vers la rive nord de la Méditerranée a influencé en profondeur les rythmes de la transition démographique au Maghreb, qui se comporte en l'occurence comme un ensemble régional cohérent.
Dans son analyse de prospective économique, Raymond Benhaïm voit aussi se dessiner une logique d'intégration, en dépit de la mise en sommeil de l'Union du Maghreb arabe. Si chacun des pays du Maghreb privilégie aujourd'hui les relations bilatérales avec l'Europe, celle-ci aurait plutôt intérêt à voir se constituer un marché maghrébin unifié.
Sur le plan politique enfin, Rémy Leveau examine les nouveaux comportements des gouvernants et des gouvernés à l'heure des déceptions sociales et de l'aspiration des nouvelles populations urbaines et éduquées à dire leur mot dans l'organisation de la société. Crise des Etats, montée des mouvements islamistes : si aucun des adversaires ne peut remporter de victoire totale, c'est la logique du compromis qui devrait finalement prévaloir. Encore faut-il que chacun renonce à une vision réductrice, et que les partenaires extérieurs envisagent d'autres solutions que l'aide inconditionnelle, face au "péril vert", à des gouvernants habitués à refuser tout contrôle des gouvernés.