Le contenu idéologique de l’enseignement

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Neuvième épisode de “Ça s’est passé…” : les étudiants s’emparent des questions du contenu de l’enseignement et de la démocratisation de Sciences Po.

La réflexion sur l’exercice des libertés et du pouvoir au sein de l’IEP s’accompagne d’un débat sur les missions de Sciences Po, sur son rôle dans la reproduction sociale et la fabrique des élites, sur le contenu de ses programmes d’enseignement, sur sa pédagogie et les modalités de sanction des études. La critique du « contenu idéologique de l’enseignement » n’est certes pas reprise à son compte par la direction et les enseignants, mais les nouvelles Commissions pédagogiques instituées après 1968 vont dessiner les contours de la grande réforme pédagogique qui se déploie à partir de la rentrée 1972.

L’IEP, un “ghetto bourgeois” à “ouvrir à tous”

Pas moins de quatre commissions du Conseil étudiant travaillent sur « la démocratisation de l’IEP », le « contenu idéologique de l’enseignement », « l’avenir de Sciences Po » et « les examens – à court et long terme ». Produisant de volumineux rapports, elles témoignent de l’appropriation par les étudiants de thèmes jusqu’alors réservés à la direction et aux enseignants.

La « démocratisation » figure en bonne place des revendications étudiantes : « replié sur lui-même », quand il n’est pas qualifié de « ghetto bourgeois », l’IEP doit s’ouvrir « à un plus grand nombre », en multipliant les conférences libres d’accès, l’accueil d’étudiants provenant d’autres universités et les offres de formation continue/professionnelle (cours par correspondance, cycles courts de formation). La « ségrégation sociale » et « l’esprit de corps » des étudiants doivent être combattus en limitant la sélection (notamment en réformant l’examen de fin d’Année préparatoire) et en multipliant les bourses d’études. L’ouverture passe également par une transformation du corps enseignant, jugé trop homogène socialement, professionnellement et politiquement.

La critique du contenu des enseignements

Les étudiants mobilisés contestent également le contenu des études, peu adapté « aux finalités de la vie économique et sociale » et réclament le droit de « réformer les méthodes d’enseignement de l’Institut dans [un] esprit de contestation et de critique permanent » : « l’IEP est la Maison où l’on décrit plus que l’on explique » ce qui « nuit au développement de l’esprit critique », où l’on « acquiert un comportement plus que des connaissances ou un mode de raisonnement », où « la dissertation et l’exposé oral deviennent d’abord une performance de rhétorique », où la « compétition » favorise « un comportement individualiste » et où l’on se préoccupe plus de sa « carrière personnelle » que de « l’intérêt général ». Le bachotage de l’AP, le cloisonnement des sections dans un institut pourtant pluridisciplinaire, l’« absence d’enseignement économique et social » en prise avec l’actualité, enfin la « passivité et le conformisme de l’étudiant » et les « rapports hiérarchiques enseignants/enseignés » sont pointés du doigt. Allant plus loin encore, les étudiants communistes dénoncent « un enseignement idéologique (c’est-à-dire ni scientifique, ni professionnel) », qui transmet la « culture dominante bourgeoise », derrière une « apparence de neutralité ou de nécessité technique ».

Le contenu idéologique de l'enseignement dans les archives de Sciences Po (diaporama)

Décloisonner les sections, travailler en groupe, faire des stages...

Pour y remédier, les commissions préconisent de transformer Sciences Po en « Institut d’études politiques, sociales et économiques (IEPSE) » et de décloisonner les sections, par l’acquisition d’un « langage commun » et d’une culture générale en premier cycle, augmenté d’une spécialisation en deuxième cycle (Gestion publique et privée, Sciences politiques et sociales, Relations internationales), grâce au rallongement de la durée des études (quatre ans, au lieu de trois). En matière de pédagogie, le travail de groupe doit primer sur le travail individuel, les conférences de méthode, les séminaires d’approfondissement et d’initiation à la recherche ou à la vie professionnelle, ainsi que les stages obligatoires, doivent remplacer le cours magistral. Concernant la sanction des études, le contrôle continu est plébiscité, au détriment des examens accusés de favoriser le bachotage et l’esprit de compétition, tandis que la suppression du classement est recommandée. L’épineuse question de la sélection divise les étudiants mobilisés qui hésitent entre défense du diplôme et volonté de démocratiser l’IEP.

La mise en place des Commissions pédagogiques bipartites et la réforme des études de 1972-74 constituent autant de réponses à ces critiques, en instaurant la centralité de l’enseignement de l’économie, l’apprentissage des « langages » (mathématiques, informatiques), et la multiplication des spécialités et des stages. Quant à la démocratisation de l’IEP, Michel Gentot, enseignant en 1968, premier président-enseignant de la Commission paritaire et futur directeur de Sciences Po, la place au cœur de son mandat (1979-1986), élaborant les premiers mécanismes de redistribution sociale (par l’instauration des bourses et aides sociales FNSP) et ouvrant une voie d’accès dérogatoire pour les publics adultes, tard venus à l’université.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

S’abonner à notre newsletter

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite
La Terre, invitée vedette de la rentrée

La Terre, invitée vedette de la rentrée

C’est parti pour deux semaines intenses de rentrée à Sciences Po. Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles et leurs intervenants, sur tous nos campus du Collège universitaire (1er cycle) et dans les 7 écoles de second cycle. Un programme 2019 qui s’articule autour d’un thème central : le futur de la planète. Tous les détails à retrouver ci-dessous.

Lire la suite
Enseigner l’écriture

Enseigner l’écriture

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq sera la prochaine titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. L’auteure et psychanalyste, lauréate du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes, débutera ses enseignements auprès des étudiants de Sciences Po à la rentrée 2019.  

Lire la suite