Après le Brexit, une Europe des 27 plus unie ?

Par Christian Lequesne et Thierry Chopin. Le Brexit n’est pas une bonne nouvelle pour l’Union européenne : il représente une amputation, en termes de poids commercial, politique et stratégique. Il rend aussi plus difficile le discours normatif sur le modèle européen de régionalisme dans le monde. Au Brésil, en Inde ou en Afrique du Sud, le modèle apparaît comme une entreprise qui se délite. Par ailleurs, le Brexit acte la possibilité d’une véritable réversibilité politique, si bien que certains ont même parlé d’une désintégration de l’Union européenne. Malgré cela, du point de vue des gouvernements nationaux, il est remarquable que les 27 autres États membres aient présenté dans les négociations un « front uni » face aux divisions britanniques.

L’unité renouvelée des Européens

Le rapport de force a été clairement en faveur de l’Union européenne, ce qui s’explique par plusieurs facteurs : conscience aiguë de la nécessité absolue de préserver l’intégrité du marché intérieur au cœur de l’existence politique de l’UE ; volonté unanime de ne pas accorder au Royaume-Uni un statut plus favorable à l’extérieur de l’UE qu’en sa qualité d’État membre, afin de ne pas renforcer la montée des partis europhobes ; poids économique et commercial de l’UE ; moindre dépendance commerciale de l’UE vis-à-vis du Royaume-Uni que l’inverse ; mandat à l’unanimité donné par les 27 États membres au négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier.

Il est enfin remarquable que les « Européens » aient réussi à faire preuve d’unité alors que le Royaume-Uni avait tissé depuis des années des relations bilatérales privilégiées avec certains d’entre eux, comme le Danemark et la Suède en raison de leur position externe à la zone euro, ou la Pologne et la République tchèque en raison d’une aversion partagée pour une plus grande supranationalité des institutions européennes.

Des opinions publiques échaudées par le Brexit

De leur côté, qui l’eût cru mais, après le Brexit, les opinions publiques sont devenues généralement plus favorables à l’appartenance de leur pays à l’Union européenne. Cette évolution est constatée y compris dans les États membres actuellement gouvernés par des forces politiques national-populistes et illibérales comme la Hongrie et la Pologne. Par ailleurs, on ne trouve dans aucun pays membre une majorité en faveur de la sortie de l’UE et il n’y a de remise en cause de l’appartenance à l’Union ni en Hongrie, ni en Pologne, ni même en Italie ou encore en France, même si cela n’exclut pas que de sévères critiques « eurosceptiques » s’expriment au sein de l’UE.

Depuis le référendum britannique, une grande incertitude a été ressentie en raison des crises politique et constitutionnelle que le Brexit a générées au sein même du Royaume-Uni. En outre, la crainte des conséquences économiques et financières de la sortie de l’UE conduit une majorité de l’opinion publique à s’opposer à la sortie de l’Union européenne ou de la zone euro. Enfin, bien que le contrôle plus strict de l’immigration (notamment centre-européenne) ait été une priorité absolue pour les forces politiques pro Brexit pendant la campagne référendaire de 2016, les enquêtes d’opinion suggèrent qu’une majorité des électeurs de l’UE considère que la régulation des flux migratoires nécessite des solutions au niveau européen plutôt que national.

Les eurosceptiques mettent de l’eau dans leur vin

En dernier lieu, si le discours néo-souverainiste de Nigel Farage, le leader du parti pour le Brexit, a pu être utilisé comme une ressource par les partis eurosceptiques des 27 (de nouveaux néologismes sont apparus dans les débats publics tels que « Frexit » en France, « Nexit » aux Pays-Bas et « Czexit » en République tchèque), la stratégie d’une sortie complète de l’UE ne fait désormais plus recette. Les partis eurosceptiques au sein des 27 ont abandonné la référence à la sortie dans un contexte marqué par les difficiles négociations entre l’UE et le Royaume-Uni.

Le virage à 180 degrés du programme du Rassemblement national illustre parfaitement cette évolution en France. Après son échec à l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen ne défend plus la sortie de la France de l’Union européenne et de la zone euro, et recentre toutes ses critiques sur la question de l’immigration. De même, Alternative für Deutschland (AfD) en Allemagne, parti créé en 2013 en réponse à la crise de la zone euro, ne réclame plus que l’Allemagne abandonne l’euro et revienne au Deutschemark ; AfD concentre maintenant son discours et sa stratégie politiques sur les conséquences négatives de la crise des réfugiés après 2015 et de l’immigration en Allemagne. En Italie, le parti la Lega de Matteo Salvini n’a jamais utilisé l’argument de la sortie de l’UE malgré les vives critiques qu’il a exprimées vis-à-vis de l’Union lorsqu’il était au pouvoir à Rome avec le Mouvement 5 étoiles.

Les incertitudes résultant des négociations controversées sur les conditions du Brexit au Royaume-Uni (trois rejets du compromis négocié avec les 27 par le parlement national) et entre le Royaume-Uni et les 27 ont ainsi convaincu les partis eurosceptiques que quitter l’Union européenne était un exercice très délicat. Ces négociations ont également démontré que la préservation de l’intégrité du marché intérieur était dans l’intérêt de toutes les économies nationales des États membres. Au sein des 27, il n’y a aucun gouvernement – ni aucune majorité de citoyens – prêt à accepter les risques économiques de quitter le marché intérieur ou l’euro dans le contexte actuel.

Le Brexit, un contre-modèle ?

Dès lors, il est peu probable que le retrait britannique serve de modèle et valide la désintégration de l’UE par un effet de dominos. À l’inverse, le Brexit a joué un rôle de contre-modèle et, paradoxalement, a renforcé la cohésion de l’UE. C’est la première fois en dix ans que les 27 ont été aussi unis, certains au nom des principes et d’autres simplement au nom des intérêts. Ce fut une grande leçon pour la diplomatie britannique qui pensait qu’elle allait pouvoir jouer sur les divisions internes des 27 pour pousser ses pions, un peu comme les Chinois le font pour empêcher une vraie politique unie à leur égard. En fait, il n’en fut rien, au grand dam parfois des négociateurs britanniques.

Il reste désormais à observer si les 27 feront preuve d’autant de cohésion dans la négociation d’un nouvel accord entre le Royaume-Uni et l’UE. Car, de ce point de vue, le Brexit est loin d’être achevé. En quelque sorte, la négociation sur le nouvel accord occupera toute l’année 2020 et peut-être davantage, car personne ne croit vraiment que tout pourra être réglé en un an contrairement à ce que clame le premier ministre Johnson. Mais ce dernier n’est pas à une volte-face près. Il a souvent montré qu’il était un homme politique parfaitement capable de revenir sur ses engagements.


Ce texte est basé sur une étude de Thierry Chopin et Christian Lequesne : « Disintegration Reversed : Brexit and the Cohesiveness of the EU 27 » à paraître en 2020 dans le Journal of Contemporary European Studies.The Conversation

Christian Lequesne, professeur de sciences politiques, Sciences Po – USPC et Thierry Chopin, professeur de sciences politiques à l'European School of Political and Social Sciences (ESPOL), Université catholique de Lille

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite
L'art de la ligne

L'art de la ligne

Vous les avez forcément croisées si vous arpentez régulièrement les rues parisiennes : les mystérieuses lignes et arabesques du street-artiste Jordane Saget se déploient dans tout l’espace urbain. Qu’il s’agisse du métro, d’une vitrine de boutique, d’un trottoir ou d’un bâtiment parisien comme le palais de Chaillot, toutes ces structures révèlent, grâce à son imagination, un potentiel artistique.

Lire la suite