Accueil>À propos>Une université ouverte à tous>Lutter contre les discriminations

Une université ouverte à tous : lutter contre les discriminations

Notre université est résolument engagée dans une culture d’égalité et d’inclusion et s’est dotée de différents moyens et outils pour préserver un cadre d’études et de travail respectueux, bienveillant et accueillant.

La référente lutte contre les discriminations et laïcité a pour mission de promouvoir l’égalité de traitement et d’accompagner toute personne s’estimant victime d’un propos, d’un comportement ou de tout acte à caractère discriminatoire, conformément au règlement de la vie étudiante de Sciences Po et au cadre légal actuellement en vigueur. Son action s’étend également à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et toute autre forme de haine. 

Depuis la rentrée 2022, à la demande du directeur de l’IEP, un groupe de travail dédié à cette thématique a démarré ses travaux et a pour mission de proposer des recommandations afin de renforcer nos outils et dispositifs de prévention et de traitement. Présidé par Jeanne Lazarus, il se compose de 26 membres (PDF, 55 Ko)  et rendra ses conclusions dans un rapport attendu pour le début de l’année 2023. 

Qu’est-ce qu’une discrimination? 

Terme polysémique, la discrimination peut recouvrir plusieurs définitions selon son champ d’application. En droit, la discrimination désigne une sélection ou un traitement défavorable de personnes dans une même situation, en raison de critères prohibés. C’est un délit prévu par la loi n°2001-1066 du 16 novembre 2001. Actuellement, la loi française prévoit 25 critères de discrimination qu’on peut classer dans trois catégories: 

  • des critères liés à une identitée au sens large (identité de genre, sexe, appartenance réelle ou supposée à une nation, une éthnie ou une prétendue race, etc.)
  • des critères liés à une liberté fondamentale (opinion politique, activité syndicale, appartenance réelle ou supposée à une religion)  
  • des critères liés à une situation temporaire ou durable (état de santé, handicap, lieu de résidence, situation de famille, etc.) 

Les domaines prévus par la loi sont multiples: l'accès à un bien ou à un service, l’emploi (recrutement, carrière, licenciement), l’éducation (condition d'inscription, d'admission, d'évaluation) ou encore l'accès à un lieu accueillant du public (boîte de nuit, magasin, mairie). 

Une discrimination peut être directe (fondée sur un des critères prohibés), ou indirecte, c’est-à-dire, lorsqu’une règle en apparence neutre a pour effet un traitement défavorable sur des personnes à raison d'un de ces mêmes critères. Le harcèlement discriminatoire est défini par l’article 1er de la loi du 27 mai 2008 ainsi: « Tout agissement lié [à l’un des motifs prohibés] subi par une personne et ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant ».

Nos partenaires :

Chiffres clés

  • 11,5 M

    d'euros consacrés aux bourses et à l'aide sociale en 2021

  • 35%

    des étudiants ne paient pas de droits de scolarité

  • 2602

    élèves entrés à Sciences Po grâce aux CEP

  • 423

    étudiants en situation de handicap

  • 110

    migrants accueillis dans le programme Welcome Refugees