Au campus de Reims, la biodiversité, c’est politique

Au campus de Reims, la biodiversité, c’est politique

450 étudiantes et étudiants de première année ont participé à une simulation de débats sur le thème "Biodiversity is Politics"
  • Simulation de débats, Forccast, controverses ©Paul RentlerSimulation de débats, Forccast, controverses ©Paul Rentler

À la fin du mois d'août, sur le campus de Reims, quatre-cent cinquante étudiantes et étudiants de première année du Collège universitaire de Sciences Po ont amorcé leur année universitaire en s'engageant dans une simulation de débats intitulée Biodiversity is Politics. Proposée lors de la semaine d’intégration, cette expérience pédagogique originale a été conçue au sein du Centre d’exploration des controverses*.

En débat, le concept même de conservation de la nature

L’objet des débats portait sur le programme 30x30, un projet de la Convention on Biological Diversity des Nations Unies pour protéger 30% des terres et des surfaces maritimes d’ici 2030. Cette initiative, soutenue par de grandes organisations internationales telle l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ou encore le World Wide Fund for Nature (WWF) ne fait en effet pas consensus, y compris parmi les défenseurs des causes environnementales. Des associations représentant les droits de peuples autochtones estiment que plus de 300 millions de personnes seraient amenées à devoir se déplacer sous la contrainte, plus ou moins violente, associée à l'instauration de ces aires protégées.

Derrière les disputes scientifiques sur la validité des modélisations écologiques, sociales et économiques, c’est le concept même de conservation de la nature qui est en jeu. Les partisans d’une politique de protection de la biodiversité des espèces animales et végétales prônent ainsi la nécessité d’un regard moins anthropocentrique, quand leurs détracteurs critiquent une conservation dite “forteresse”, qui s’inscrirait, selon eux, dans une dynamique de “colonialisme vert”.

Questionner les enjeux liés à la crise de la biodiversité

En s’appropriant un ensemble de ressources documentaires assemblé autour de chaque rôle, complété par leurs recherches personnelles, puis en discutant avec leurs camarades et l’équipe enseignante au sein d’ateliers en petits groupes, les étudiantes et étudiants ont pu saisir la complexité de ces questions environnementales qui lient des enjeux scientifiques et politiques, sociaux et techniques.

Après avoir travaillé leurs argumentaires et avoir été initiés à la prise de parole en public, les étudiants ont, en fin de semaine, incarné les écologues, biologistes de la conservation, journalistes, lobbyistes, représentants d’ONG environnementales et d’action humanitaire, les porte-paroles d’institutions internationales ou encore les anthropologues et historiens qui vont en décembre 2022, à Montréal (Canada), débattre de l’initiative 30x30 lors de la COP15 sur la diversité biologique.

La simulation de débats dans une approche interdisciplinaire à la transition écologique

Les retours étudiants sur cette expérience de simulation de débats mettent d’abord en exergue le grand intérêt à découvrir et questionner les enjeux très contemporains et urgents liés à la crise de la biodiversité, y compris dans leurs dimensions historiques, politiques et sociales. Ils soulignent aussi la vertu d’un exercice de travail en groupe et d’expression orale qui contribue à leur intégration en cette rentrée.

La directrice du campus, Crystal Cordell Paris, souligne l’intérêt de proposer des innovations pédagogiques permettant de sensibiliser les étudiants aux enjeux écologiques. “À l’instar de notre Bachelor of Arts and Sciences Environnement et société durablesnous souhaitons déployer une approche interdisciplinaire à la transition écologique. La simulation est un exercice très intéressant sur le plan pédagogique, car se mettre dans la peau des différents acteurs donne un accès privilégié aux controverses liées à ces sujets.”

Inspirées par cette expérience et les autres activités pédagogiques de Sciences Po axées autour du débat, les équipes de l’Institut des Compétences et de l’Innovation (ICI) œuvrent à la création d’une boîte à outils pour développer sa pratique.

*Le Centre d’exploration des controverses est un programme d’innovation pédagogique de l’Institut des Compétences et de l’Innovation (ICI) et du médialab de Sciences Po. Fort de l’expérience de l’initiative FORCCAST (2012-2020), fondée par Bruno Latour, le Centre d’exploration des controverses conçoit et organise des formations visant à équiper étudiants, élèves du secondaire, mais aussi enseignants, des compétences nécessaires à la compréhension, l’analyse et l’action en situation d’incertitude, alors que les experts sont divisés, et la production de connaissances non stabilisée. Il irrigue tous les niveaux de formation de Sciences Po en proposant des expérimentations pédagogiques originales, sur des enjeux à la fois scientifiques, techniques, sociaux et politiques, par exemple en lien avec des controverses environnementales, ou concernant des technologies numériques.

Porteur de l’enseignement : Thomas Tari, responsable du Centre d'exploration des controverses ; enseignants : Alexis Aulagnier, Luigi Cerri, Estelle Chauvard, Marianne Dos Reis, Lucie Sénéchal-Perrouault et Clémence Seurat. 

En savoir plus

Retour en haut de page