Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Par Sylvain Kahn - Viktor Orban et la Fidesz ont remporté les élections législatives en Hongrie dimanche 8 avril 2018. Avec plus de 48 % des suffrages et plus du tiers des sièges, ils progressent significativement par rapport aux deux précédents scrutins qui, déjà, les avaient mené au pouvoir en 2010 et en 2014. Cette troisième victoire de rang signale une évolution structurelle de la vie politique européenne. Cette évolution peut être baptisée « l’orbanisation » de l’Europe.

Cette orbanisation se déploie sur trois volets : l’illibéralisme, le nationalisme européen, et le souverainisme communautaire.

Le chantre de la démocratie illibérale

Viktor Orban se proclame le chantre de la démocratie illibérale. Et il fait ce qu’il dit. Inventé par le publiciste américain Fareed Zakaria, ce concept désigne un régime où le multipartisme et les élections sont libres ; mais où l’écosystème du libéralisme politique que sont la séparation des pouvoirs, les contre-pouvoirs et l’État de droit, sont asséchés et anémiés. C’est ce qui se passe en Hongrie depuis 2010.

Par exemple, il n’y a pas de censure ; mais, faute de moyens, il n’y a plus de presse d’opposition. En économie également, le pluralisme est mis à mal, la concurrence et la liberté d’entreprendre cèdent de plus au plus au népotisme.

Dans un ouvrage documenté, rigoureux et courageux, une équipe d’universitaires dirigée par Balint Magyar qualifie le système de gouvernement mis en place par Viktor Orban et son parti d’État mafieux. Viktor Orban n’est donc pas un fasciste ou un dictateur ; c’est en homme de son siècle qu’il pervertit et sape la démocratie.

Au nom de la pureté du peuple

Viktor Orban fait ensuite de l’appartenance à la nation hongroise l’alpha et l’oméga de la vie de chacun. Au nom de la pureté du peuple qui constitue toute nation, forcément homogène, il est xénophobe, anti-roms et antisémite.

Pour autant, son nationalisme est du XXIe siècle : il n’oppose ni ne hiérarchise les nations entre elles, mais veut les prévenir de tout mélange. Il considère que les nations européennes doivent s’allier ensemble pour empêcher la venue de migrants du monde arabo-musulman. Des individus qu’il réduit à une essence fixe, culturelle et religieuse, qui pourraient contaminer ou dissoudre les sociétés européennes, figées elles aussi dans des essences intemporelles, selon lui, léguées par le christianisme.

Dans sa vision du monde comme d’un choc entre communautés et entre civilisations, son nationalisme est donc européen. Il est, là encore, un homme de son temps et non du siècle passé.

Souveraineté nationale et appartenance européenne

Viktor Orban prône enfin un souverainisme communautaire. Classiquement, les nationalistes et xénophobes d’Europe sont si attachés à la souveraineté nationale qu’ils détestent la construction européenne, qui est supranationale et mutualise les souverainetés.

Si Orban, en populiste qu’il est, critique violemment les élites dirigeantes de Bruxelles au motif qu’elles trahiraient les peuples, il ne remet pas pour autant en cause l’appartenance de son pays à l’UE. Il trouve formidable que, grâce à celle-ci, les Européens soient plus forts et plus solidaires, quitte à faire son marché dans les politiques publiques de l’UE en en détournant les règles – celles des marchés publics tout particulièrement.

Illibéralisme, nationalisme européen et souverainisme communautaire. Il y a orbanisation de l’Europe car cette doctrine éprouvée par huit ans de pouvoir et trois victoires électorales de rang déteint aujourd’hui sur le territoire de l’UE.

Radicalisation de la droite classique, européanisation de l’extrême droite

Au Parlement européen, la Fidesz de Viktor Orban est plus que jamais membre du grand parti populaire européen qui fédère les partis de droite classique, démocrates-chrétien et conservateurs. Sur sa vision de fermeture aux migrants et au cosmopolitisme, il y fait des émules.

Viktor Orban et Vladimir Poutine, en février 2016, à Moscou. Kremlin.ru/Wikimedia

Le gouvernement polonais ultra conservateur et nationaliste du parti PiS (droit et justice) en place depuis fin 2015 cite Orban en exemple. L’Autriche est, depuis décembre 2017, gouvernée par une coalition entre le grand parti démocrate chrétien membre du PPE du chancelier Kurz, l’ÖVP, et le parti d’extrême droite FPÖ du vice-chancelier Strache. Tous deux viennent d’accueillir Orban à bras ouverts pour une visite politique.

Le FPÖ a retiré la sortie de l’UE ou de l’euro de son programme. Les autres partis d’extrême droite du Parlement européen, comme le Front national français ou la Lega italienne, qui a devancé le parti de droite Forza Italia aux élections italiennes du 4 mars dernier, font maintenant de même.

Depuis huit ans, Viktor Orban et son parti la Fidesz ont ouvert la voie à une radicalisation de la droite classique, à l’européanisation de l’extrême droite, et à une synthèse doctrinale entre la droite et l’extrême droite.

Ce faisant, Viktor Orban, loin de chercher à casser la construction européenne, agit de façon à la faire sortir du courant des Lumières dans lequel elle s’inscrit depuis 1950, pour la détourner vers cette tradition dite des anti-Lumières, ce contre courant dont on avait, depuis la défaite des fascismes en 1945, oublié l’importance culturelle et politique dans l’histoire de l’Europe.

La souveraineté européenne prônée par Emmanuel Macron sur la Pnyx, à la Sorbonne et ce mardi au Parlement européen de Strasbourg, s’inscrit résolument, quant à elle, dans le sillon, aujourd’hui post-nationaliste et pacificateur, des Lumières.

The ConversationL’affrontement franco-français du second tour de la présidentielle se déroule maintenant à l’échelle européenne. L’adversaire d’Emmanuel Macron se nomme dorénavant Viktor Orban et l’orbanisation de l’UE.

Sylvain Kahn est professeur agrégé, chercheur au Centre d'histoire de Sciences Po

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite
Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

L’âpre controverse qui l’a opposé à plusieurs historiens de Sciences Po a failli l’occulter : Zeev Sternhell, mort le 21 juin 2020, fut à Sciences Po un étudiant de 3è cycle remarquable et remarqué. Sous la direction admirative de Jean Touchard, il soutint en octobre 1969 sa thèse sur Maurice Barrès, à l’issue d’une idylle intellectuelle dont témoigne son dossier de scolarité... 

Lire la suite
Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après deux ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite