Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Qu’est-ce qu’une croyance ? Croit-on encore dans la France d’aujourd’hui ?

La croyance est une matrice au sein de laquelle se développent les mentalités et les représentations d’une société à un moment donné de son histoire. Elle exprime les répertoires de sens et les cartes mentales auxquels font appel les individus pour se repérer dans le monde social et politique. La croyance a plusieurs dimensions : elle est un dispositif qui nourrit et articule la capacité de croire et de faire croire, mais aussi la certitude et le doute en tant que forces de subversion. Se passer de croire est une éventualité peu réaliste, voire impossible. Certes, la société française figure parmi les plus sécularisées d’Europe, mais les croyances n’ont pas disparu, loin de là. Cependant, elles sont de plus en plus éclatées, compartimentées. Elles s’expriment au travers d’une mosaïque de références, de modèles et  de finalités. Même les croyances collectives - par exemple le rapport aux idéologies ou à des valeurs telles que les droits de l’homme - se sont particularisées et individualisées.

Votre ouvrage fait appel à des domaines tels que la littérature et les arts visuels (cinéma, peinture). En quoi le rapprochement de ces disciplines avec les sciences sociales et humaines est-il fécond ?

Ce livre propose en effet d’éclairer les mutations et les recompositions de la croyance à partir d’une diversité de regards. La croyance opère dans tous les secteurs de la vie sociale, de la famille à la politique, en passant par les choix privés, religieux, et culturels. On pourra lire des chapitres très divers, portant sur la représentation de la prière dans l’histoire de la peinture, sur la manière de mettre en scène le pouvoir au cinéma, sur la difficile transaction des enfants de collaborateurs avec ce à quoi avaient pu croire leurs parents, ou encore sur la façon dont les mères considèrent l’engagement djihadiste de leurs enfants. 

Vous montrez un lien entre croyance et politique….

Un certain nombre de contributions mettent en évidence une prolifération des institutions du croire, et donc des croyances, qui vont de pair avec un affaiblissement de la croyance en la politique. Les nouvelles formes du populisme par exemple, accompagne le déclin des idéologies politiques constituées, tout en promouvant une idéologie faible, éclectique, capable de répondre à la diversité des frustrations et des malaises identitaires. Nul étonnement à ce qu’il attire notamment les jeunes générations.

Comment situez-vous cet ouvrage par rapport aux deux précédents que vous avez aussi dirigés à savoir “La vie privée des convictions” et “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” ?

Les trois constituent une série qui résulte d’un travail sur la thématique « Politique, affectivité, intimité » que j’ai conduit ces cinq dernières années. Le but était de déporter certains questionnements de science politique en s’appuyant sur des champs disciplinaires tels que l’histoire, la psychanalyse, la philosophie ou encore la littérature et le cinéma, et d’étudier la construction des identités politiques, la temporalité et la durabilité des engagements, ou encore la fin des idéologies, sous des angles encore peu explorés. Dans “La vie privée des convictions” nous analysons les liens entre sphère privée et sphère publique, à ce que j’ai appelé la « politisation intime » des individus.  Nous y démontrons que chacun élabore ses choix à partir de critères fondés sur des notions de ressemblance et de proximité. Ce qui fait que la sphère privée est un terrain à part entière de l’aventure démocratique. Dans “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” nous nous penchons sur les recompositions des identités politiques et l’impact des temporalités historiques, sociales et biographiques sur le rapport au politique. Il met au jour la manière dont le politique est travaillé par le temps, qu'il s’agisse du temps collectif des générations ou de celui, plus intime, des âges de la vie. “Croire et faire croire” clôt cette série en s’attaquant à un socle essentiel de l’ordre social et politique : la croyance.

À lire

Anne Muxel (dir.), Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance, Presses de Sciences Po. Avec : Vincent de Gaulejac, Bertrand Delais, Gil Delannoi, Marie Gautheron, Janine Mossuz-Lavau, Janie Pélabay, Pascal Perrineau, Myriam Revault d'Allonnes, Carole Widmaier, Annette Wieviorka

Retrouvez Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance, en prêt à la bibliothèque, ainsi qu’à la librairie de Sciences Po.

Abonnez-vous à nos newsletters !

Les libertés politiques et syndicales

Les libertés politiques et syndicales

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Huitième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, les étudiants réclament les libertés politiques et syndicales au sein de leur école.

Lire la suite
La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
Un nouveau master en marketing et luxe

Un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite