Quels sont les liens entre politique et croyance ?

Dans l’essai collectif Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance (éd. Presses de Sciences Po), Anne Muxel, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), a réuni plusieurs contributions sur les ressorts de la croyance dans nos sociétés contemporaines. Des fake news à l’engagement djihadiste, un ouvrage qui met en évidence les liens intimes qu’entretiennent croyance et vérité. Interview.

Qu’est-ce qu’une croyance ? Croit-on encore dans la France d’aujourd’hui ?

La croyance est une matrice au sein de laquelle se développent les mentalités et les représentations d’une société à un moment donné de son histoire. Elle exprime les répertoires de sens et les cartes mentales auxquels font appel les individus pour se repérer dans le monde social et politique. La croyance a plusieurs dimensions : elle est un dispositif qui nourrit et articule la capacité de croire et de faire croire, mais aussi la certitude et le doute en tant que forces de subversion. Se passer de croire est une éventualité peu réaliste, voire impossible. Certes, la société française figure parmi les plus sécularisées d’Europe, mais les croyances n’ont pas disparu, loin de là. Cependant, elles sont de plus en plus éclatées, compartimentées. Elles s’expriment au travers d’une mosaïque de références, de modèles et  de finalités. Même les croyances collectives - par exemple le rapport aux idéologies ou à des valeurs telles que les droits de l’homme - se sont particularisées et individualisées.

Votre ouvrage fait appel à des domaines tels que la littérature et les arts visuels (cinéma, peinture). En quoi le rapprochement de ces disciplines avec les sciences sociales et humaines est-il fécond ?

Ce livre propose en effet d’éclairer les mutations et les recompositions de la croyance à partir d’une diversité de regards. La croyance opère dans tous les secteurs de la vie sociale, de la famille à la politique, en passant par les choix privés, religieux, et culturels. On pourra lire des chapitres très divers, portant sur la représentation de la prière dans l’histoire de la peinture, sur la manière de mettre en scène le pouvoir au cinéma, sur la difficile transaction des enfants de collaborateurs avec ce à quoi avaient pu croire leurs parents, ou encore sur la façon dont les mères considèrent l’engagement djihadiste de leurs enfants. 

Vous montrez un lien entre croyance et politique….

Un certain nombre de contributions mettent en évidence une prolifération des institutions du croire, et donc des croyances, qui vont de pair avec un affaiblissement de la croyance en la politique. Les nouvelles formes du populisme par exemple, accompagne le déclin des idéologies politiques constituées, tout en promouvant une idéologie faible, éclectique, capable de répondre à la diversité des frustrations et des malaises identitaires. Nul étonnement à ce qu’il attire notamment les jeunes générations.

Comment situez-vous cet ouvrage par rapport aux deux précédents que vous avez aussi dirigés à savoir “La vie privée des convictions” et “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” ?

Les trois constituent une série qui résulte d’un travail sur la thématique « Politique, affectivité, intimité » que j’ai conduit ces cinq dernières années. Le but était de déporter certains questionnements de science politique en s’appuyant sur des champs disciplinaires tels que l’histoire, la psychanalyse, la philosophie ou encore la littérature et le cinéma, et d’étudier la construction des identités politiques, la temporalité et la durabilité des engagements, ou encore la fin des idéologies, sous des angles encore peu explorés. Dans “La vie privée des convictions” nous analysons les liens entre sphère privée et sphère publique, à ce que j’ai appelé la « politisation intime » des individus.  Nous y démontrons que chacun élabore ses choix à partir de critères fondés sur des notions de ressemblance et de proximité. Ce qui fait que la sphère privée est un terrain à part entière de l’aventure démocratique. Dans “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” nous nous penchons sur les recompositions des identités politiques et l’impact des temporalités historiques, sociales et biographiques sur le rapport au politique. Il met au jour la manière dont le politique est travaillé par le temps, qu'il s’agisse du temps collectif des générations ou de celui, plus intime, des âges de la vie. “Croire et faire croire” clôt cette série en s’attaquant à un socle essentiel de l’ordre social et politique : la croyance.

À lire

Anne Muxel (dir.), Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance, Presses de Sciences Po. Avec : Vincent de Gaulejac, Bertrand Delais, Gil Delannoi, Marie Gautheron, Janine Mossuz-Lavau, Janie Pélabay, Pascal Perrineau, Myriam Revault d'Allonnes, Carole Widmaier, Annette Wieviorka

Retrouvez Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance, en prêt à la bibliothèque, ainsi qu’à la librairie de Sciences Po.

Abonnez-vous à nos newsletters !

Accompagner les jeunes réfugiés vers l’emploi

Accompagner les jeunes réfugiés vers l’emploi

Forte de son expérience en matière d’accueil des étudiants réfugiés, Sciences Po poursuit son action en proposant à de jeunes réfugiés un certificat professionnel visant à faciliter leur insertion sur le marché de l’emploi. Ce programme sera lancé à la rentrée 2018-2019.

Lire la suite
La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

Dans un monde de plus en plus globalisé, la nation est-elle condamnée ? “Les nations ne disparaissent pas, au contraire !” répond Gil Delannoi, chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF), dans son dernier ouvrage La nation contre le nationalisme (éd. PUF). Selon lui, non seulement les nations restent incontournables mais elles seraient même devenues l’un des meilleurs remparts contre les nationalismes. Interview.

Lire la suite
Réconcilier “humain” et

Réconcilier “humain” et "droits de l’homme”

Pour elle, c’est bien plus qu’une vocation. Étudiante en master "Human Rights and Humanitarian Action" à l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Vanessa Topp se rend chaque semaine dans le quartier de la Porte de la Chapelle à Paris à la rencontre des migrants pour leur apporter son soutien. Portrait vidéo d'une jeune femme pour qui étude des droits de l'homme rime avec engagement.

Lire la suite
“Nous devons tous habiter quelque part”

“Nous devons tous habiter quelque part”

Le logement est-il un bien ? Est-il un droit ? De Bombay à Paris, en passant par les grandes villes des États-Unis, Sukriti Issar invite chaque semaine ses étudiants à réfléchir au rôle du logement au sein des villes et dans la vie des individus. Un sujet qui mêle l’intime à l’économie, la sociologie au droit, à la croisée des disciplines.

Lire la suite
Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Après deux jours de blocage par un groupe d'étudiants mobilisés contre la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), l'occupation du site principal du campus parisien de Sciences Po a pris fin vendredi 20 avril en début d'après-midi. L’accès à tous les bâtiments du campus de Sciences Po à Paris est à nouveau possible pour l’ensemble des étudiants, enseignants et salariés. Les enseignements ont repris normalement dès vendredi après-midi.

Lire la suite
Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Par Sylvain Kahn - Viktor Orban et la Fidesz ont remporté les élections législatives en Hongrie dimanche 8 avril 2018. Avec plus de 48 % des suffrages et plus du tiers des sièges, ils progressent significativement par rapport aux deux précédents scrutins qui, déjà, les avaient mené au pouvoir en 2010 et en 2014. Cette troisième victoire de rang signale une évolution structurelle de la vie politique européenne. Cette évolution peut être baptisée « l’orbanisation » de l’Europe.

Lire la suite
Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Ils ont en commun de compter parmi les plus jeunes chefs de gouvernement au monde. À l'occasion de leurs visites officielles en France, Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande, et Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, sont venus donner deux conférences exceptionnelles ce lundi 16 avril 2018 à Sciences Po.

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
S’engager au service des autres

S’engager au service des autres

Nouveauté liée à la réforme du bachelor, le parcours civique propose aux étudiants d’appréhender la citoyenneté et la responsabilité sociale à travers le développement d’un projet personnel au service des autres. Se déroulant hors les murs de Sciences Po, le parcours civique amène les étudiants à rencontrer des personnes de différents milieux travaillant les secteurs de l'éducation, de l'emploi, de l'environnement, de la justice, de la santé, de la paix, etc.

Lire la suite