Quand la bande dessinée raconte l’Histoire

Depuis quelques années, la bande dessinée a gagné ses lettres de noblesse, au point de devenir un objet de recherche en soi. Isabelle Delorme, qui vient de soutenir sa thèse au Centre d’histoire de Sciences Po, s’intéresse à ce qu’elle nomme « les récits mémoriels historiques en bande dessinée », des ouvrages dans lesquels les auteurs croisent histoire familiale et grande Histoire, tel le célèbre Persepolis de Marjane Satrapi. Qu’apporte l’étude de la bande dessinée à la recherche ? Réponse d’une chercheuse passionnée par son sujet.

Isabelle Delorme, vous venez de soutenir une thèse* en histoire sur ce que vous nommez les “récits mémoriels historiques en bande dessinée”. De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un type de récit dans lequel un auteur raconte en bande dessinée sa mémoire ou celle de ses proches. Ce sont des bandes dessinées qui s’inscrivent dans une veine autobiographique, mais dont les récits sont bornés par de grands moments historiques plutôt que par des dates clés personnelles. Par exemple, Maus, ouvrage dans lequel Art Spiegelman raconte le parcours de ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale, débute lors de la Shoah et s’achève avec la fin de la déportation de la famille en 1945. Dans Vietnamerica, l’auteur GB Tran choisit de faire débuter son récit en 1975, lorsque sa famille quitte Saïgon à la fin de la guerre du Vietnam. Autre caractéristique, ce sont souvent des “one shots”, des récits racontés en une seule fois, sans déclinaison dans d’autres albums. Ces histoires sont si intimes et personnelles qu’elles restent uniques.

Pourquoi ces bandes dessinées sont-elles intéressantes du point de vue de la recherche ?

Parce qu’elles constituent un genre à part entière apparu récemment, dans les années 90, et qui reste peu étudié. L’apparition de ce type de récit va de pair avec le développement général de l’intérêt pour la mémoire. Nos sociétés sont de plus en plus “mémorielles” : il y a du tourisme mémoriel, des lois mémorielles… et donc aussi des bandes dessinées mémorielles. C’est un phénomène mondial : il y a aussi bien des auteurs en Europe qu’aux États-Unis ou au Japon. Le chercheur Henry Rousso, historien contemporanéiste et spécialiste des questions mémorielles, parle ainsi d’une « mondialisation de la mémoire ».

Par rapport à d’autres témoignages historiques, quel est leur apport ?

Ces récits donnent un éclairage original et très pointu sur des moments historiques bien précis. Ce sont fréquemment des parcours migratoires, comme dans Persepolis dans lequel on suit l’auteure Marjane Satrapi depuis son enfance au coeur de la révolution iranienne jusqu’en France. Mais pas toujours. Dans Les mauvaises gens, Étienne Davodeau narre ainsi la vie de ses parents ouvriers syndicalistes dans le Maine-et-Loire jusqu’à l’arrivée de Mitterrand au pouvoir en 1981, date qui constitue le marqueur symbolique de la fin de son histoire. Dans tous ces récits, les auteurs sont soucieux de ne pas déformer la réalité et vont chercher une documentation fouillée pour s’assurer de la véracité. On est au coeur de l’histoire, dans le « dire vrai ».

Dans quels courants de recherche votre travail s’inscrit-il ?  

On peut dire que mon travail s’inscrit au croisement de trois courants : les Memory studies, dont les historiens Henry Rousso et Denis Peschanski sont les fers de lance en France, les Visual studies et les Cultural studies. Mon travail a aussi une parenté avec la micro-histoire : s’intéresser aux anonymes, aux « sans-noms », et observer comment l’expression d’une mémoire individuelle peut devenir représentative de la mémoire collective. A ce titre, il est d’ailleurs intéressant de noter que la plupart des auteurs de récits mémoriels historiques étudiés dans ma thèse sont issus de milieux modestes. Peut-être y a-t-il là une volonté inconsciente de préserver une mémoire destinée à disparaître et qui, selon eux, ne le devrait pas, parce que leurs proches, tout aussi anonymes soient-ils, ont eux aussi fait l’Histoire.
 

*Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée, thèse menée sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac au Centre d’histoire de Sciences Po.

En savoir plus

Isabelle Delorme

Le récit mémoriel historique en bande dessinée… expliqué en bande dessinée

Faire sa thèse à Sciences Po avec l'École doctorale

Le Centre d’histoire de Sciences Po

 

Abonnez-vous à Une semaine à Sciences Po, et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po.

Découvrez Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

Aux origines du sondage

Aux origines du sondage

Initialement publié le 12 mars 2020 - Qui est apparu en premier : le sondage ou l’opinion publique ? « Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie ! » Comme Denis Diderot, Martial Foucault invite ses étudiants à revenir aux origines du sondage, pour comprendre comment cet outil mal-aimé a évolué au fil du temps et de quelle façon on peut s’en servir aujourd’hui. 

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite