L'urgence : une longue histoire

Le nombre de consultations des services d'urgence a doublé entre 1996 et 2017, passant de 10 à 20 millions...et la crise sanitaire en cours face à l'épidémie de coronavirus devrait faire exploser les prochaines statistiques. Et pourtant, nous avons tous oublié que ces services n’ont pas toujours existé. Comment sont-ils nés ? Pourquoi et comment se sont-ils développés ? L'historien Charles-Antoine Wanecq (Centre d'histoire de Sciences Po) s'est penché sur l'histoire de l'urgence, à qui la nation doit et devra encore tant de vies. 

Pourquoi écrire cette “histoire de l’urgence” ? 

Pour faire son travail, l’historien a besoin de sources. J’ai eu la chance de découvrir pour mon mémoire de recherche un fonds d’archives passionnant, celui du “bureau des secours d’urgence”. Dans cet obscur service du Ministère de la Santé, un fonctionnaire - René Coirier - à dévoué sa vie entière à l’organisation des secours d’urgence en France, quasiment à lui tout seul...et dans l’ombre. À travers ses archives, j’ai pu étudier une période très importante, qui s’étale de 1965, l’année de création des ambulances médicalisées (SMUR), à 1979, qui officialise la création du 15, le numéro d’appel pour les secours médicaux. 

En quoi cette période est-elle fondamentale pour la politique de l’urgence ? 

C’est entre ces deux dates que va se structurer la politique de l’urgence en France, avec un moment-clé en 1972. Cette année-là, le nombre de tués sur les routes atteint un niveau sans précédent en France, avec 16 000 morts. Ce triste record crée une prise de conscience politique : l’État va véritablement s’emparer du sujet à ce moment-là. On connaît les actions de prévention qui ont été lancées dès cette époque, mais beaucoup moins l’autre versant de cette politique : l’organisation par les pouvoirs publics du secours aux accidentés. 

Cet épisode raconte aussi l’histoire d’une époque, celle d’une France des 30 Glorieuses...

Oui, c’est une ère de prospérité, l’État avait des moyens importants, et a décidé de les investir pour sauver des vies. C’est aussi un calcul rationnel : dès cette époque on évalue le coût social de ces accidents. Il est énorme, et il concerne les “forces vives” de la modernisation : des hommes jeunes, en pleine force de travail. 

Alors que la mortalité par maladie a considérablement diminué, ces nouveaux risques accidentels représentent le revers de la modernité, le versant sombre du progrès, avec ses voitures rapides, et ses usines dangereuses où les accidents du travail demeurent fréquents. 

Face à ces victimes de la modernité, la France a inventé un “modèle” de secours particulier ? 

Les pouvoirs publics français ont créé avec les SMUR un modèle tout à fait spécifique, qui le reste encore aujourd’hui. En résumé, c’est un modèle qui mise sur la réponse médicale : on déplace le médecin jusqu’au blessé, pour pouvoir commencer les soins médicaux le plus tôt possible. Dans les pays anglo-saxons, la priorité, c’est de transporter le blessé jusqu’aux soins. Ce sont les “paramedics” - une sorte de super ambulancier - qui interviennent en premier. L’imposition de ce système en France ne s’est pas fait sans heurts entre les pompiers et les médecins du SAMU...Entre le “18” et le “15”, la coordination prédomine aujourd’hui, mais cela n’empêche pas les ambiguïtés…

Votre thèse a poursuivi cette histoire des secours d’urgence en France, sur une période plus large...

J'ai enquêté dans ma thèse sur la façon dont l’État a peu a peu investi ce champ de l’urgence, de la fin du XIXème siècle à la fin du XXème. Je me suis intéressé notamment aux périodes de guerre, et à la façon dont on transpose en temps de paix les progrès nés sur les champs de bataille ou dans les bombardements. Par exemple, durant la 2ème Guerre mondiale, les ambulancières de la Croix Rouge ont mis en place leur propre programme de formation à la conduite et aux premiers soins. Elles ont posé les jalons d’une véritable filière professionnelle, dont l’État s’est inspiré après-guerre. Bien plus tôt, à la fin du XIXème siècle, les localités avaient anticipé la future politique publique des secours en créant leur réseau d’ambulances municipales. 

Ce qui m’intéresse dans ce travail, c’est de raconter comment, peu à peu, l’État a intégré et organisé cette responsabilité nouvelle, celle de la vie humaine dans ce qu’elle a de plus fragile. Et de voir comment la société en a pris sa part, à travers la diffusion du secourisme notamment. 

En savoir plus

Charles-Antoine Wanecq, docteur et agrégé en histoire, a consacré sa thèse de doctorat à l'histoire des services d'urgence, après avoir reçu en 2014 le prix du Comité d’Histoire de la Sécurité sociale et le prix de la Société Française d’Histoire des Hôpitaux pour son mémoire de master "Le 15 contre le 18. Histoire de l’urgence médicale (1965-1979)".

Conduite sous la direction de Paul-André Rosental, Professeur des universités en histoire à Sciences Po, sa thèse a été récompensée par le prix Jean Favier de la Société des Amis des Archives de France et le 2ème prix de thèse du Comité d’Histoire de la Sécurité Sociale.

À lire : "L’appel d’urgence, une histoire à trois chiffres ou à deux numéros", Charles-Antoine Wanecq, 13/03/15, sur le blog “Têtes Chercheuses” du Huffington Post. 

Abonnez-vous à nos newsletters

Abonnez-vous à Cogito, la newsletter de la recherche

“Après la crise, je ne crois pas à un retour au monde d'avant

“Après la crise, je ne crois pas à un retour au monde d'avant"

Les décisions prises dans l’urgence par les institutions économiques nationales et européennes seront-elles suffisantes pour amortir le choc de la crise économique, conséquence inévitable de la pandémie du Covid-19 ? Analyse par Xavier Ragot, président de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), qui évoque aussi la nécessité de repenser, à l'issue de cet épisode tragique, les liens entre économie, société et environnement.  

Lire la suite
Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

Keep Learning : comment Sciences Po est passé en ligne

14 000 étudiants issus du monde entier et sur tous les continents, 700 cours par jour : le passage en ligne imposé par la crise sanitaire a constitué un défi inédit pour Sciences Po. C’est aussi l’opportunité d’inventer de nouvelles façons d’apprendre et d’enseigner. Bénédicte Durand, Directrice de la formation, raconte l’énergie déployée par toutes les communautés dans cette aventure qui transformera durablement Sciences Po.  

Lire la suite

"Menton Livraison" : des étudiants s'engagent pendant la crise

Au début du mois de mars 2020, alors qu’une grande partie de la France vit encore dans l’insouciance, Tommaso Campomagnani, Nolwenn Menard, Joseph Moussa et Mathilde de Solages, étudiants en première année sur le Campus de Menton, anticipent la possibilité d’un confinement. Dans cette ville où un tiers de la population a plus de soixante ans, ils créent la plateforme Menton Livraison, qui garantit la livraison de produits de première nécessité par des bénévoles pour les personnes à risque. Mathilde et Nolwenn nous racontent cette aventure collective, faite de difficultés administratives et de belles rencontres.

Lire la suite
Avec Bertrand Badie, un

Avec Bertrand Badie, un "espace mondial du savoir"

Mise à jour 27 mars 2020 : Pas de confinement pour les idées ! Grâce à la plateforme Coursera, il redevient possible de suivre le MOOC incontournable et plébiscité de Bertrand Badie, "Espace Mondial". Le temps des études est celui d'une vie. #KeepLearning

22 000 fans : plus qu’un concert de Beyoncé à Bercy. C’est le nombre d’internautes qui ont suivi le cours en ligne de Bertrand Badie, en 2014 et 2015. Depuis un village de Saintonge, Rabat, La Réunion ou Mexico, au bureau, ou en faisant le ménage, ces étudiants de tous les âges et du monde entier ont plébiscité cette première édition du MOOC “Espace mondial”. Bonne nouvelle pour les accros, l’aventure redémarre sur la plate-forme Coursera, avec une nouvelle version internationale, multilingue, et à la demande.

Lire la suite
La compétition des propagations

La compétition des propagations

"Virus, mèmes et bonnes pratiques : la compétition des propagations"

Par Dominique Boullier (Professeur des universités en sociologie, CEE, Sciences Po) - Lorsqu’une crise sanitaire advient, ce ne sont pas seulement les virus qui se propagent avec leurs propres mécanismes. C’est aussi chaque société qui fait émerger tout son potentiel viral, selon un fonctionnement social tout à fait ordinaire que Tarde avait pensé sous le terme d’imitation à la fin du XIXe siècle. Car les messages d’alerte ou de soutien sur les réseaux sociaux, les bonnes pratiques, les peurs, les fake news, tout se diffuse selon un modèle de viralité.

Lire la suite
Roland Marchal enfin libéré après neuf mois de prison en Iran

Roland Marchal enfin libéré après neuf mois de prison en Iran

Roland Marchal, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), était incarcéré en Iran depuis le début du mois de juin 2019. Il a été libéré le 20 mars 2020 et a pu rentrer dès le 21 mars à Paris, où il a retrouvé ses proches. Sa collègue et compagne Fariba Adelkhah est, quant à elle, toujours détenue dans la prison d’Evin, au Nord de Téhéran. 

Lire la suite
COVID-19 : Lettre à nos communautés

COVID-19 : Lettre à nos communautés

Dans le contexte de la crise sanitaire qui bouleverse le monde entier, Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, et Olivier Duhamel, Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, ont adressé ce message aux communautés de Sciences Po le 16 mars 2020. 

Pour plus d'informations sur la situation à Sciences Po, les recommandations et les questions fréquentes, rendez-vous sur la page Informations COVID-19

Lire la suite
Aux origines du sondage

Aux origines du sondage

Qui est apparu en premier : le sondage ou l’opinion publique ? « Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie ! » Comme Denis Diderot, Martial Foucault invite ses étudiants à revenir aux origines du sondage, pour comprendre comment cet outil mal-aimé a évolué au fil du temps et de quelle façon on peut s’en servir aujourd’hui. 

Lire la suite
Les trois paradoxes des primaires démocrates

Les trois paradoxes des primaires démocrates

Par Mario Del Pero (Centre d'Histoire de Sciences Po) - Avec le « super-mardi » du 3 mars 2020, les primaires démocrates sont entrées dans une deuxième phase, qui verra s'affronter le sénateur du Vermont Bernie Sanders et l’ancien vice-président Joe Biden pour l'investiture. Faible représentativité des deux finalistes, polarisation accrue au sein du Parti Démocrate, et perspective d'une lutte fratricide : l'historien Mario Del Pero fait le point sur les difficultés de la campagne à venir.

Lire la suite