“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

Passée par la London School of Economics et par Sciences Po, Fanny Herrero débute une carrière de comédienne avant de devenir scénariste. Elle est la créatrice et la femme-orchestre de l’écriture de la série Dix pour cent, dont la très attendue troisième saison démarre le 14 novembre 2018. Rencontre avec cette "showrunner" qui a façonné la série phare de France 2.

« En ce moment, l’écriture est omniprésente dans mon esprit ! » Lorsque nous l’avons rencontrée, Fanny Herrero, diplômée de Sciences Po en 1998, était dans l’effervescence de la construction de la saison 3 de Dix pour cent, qui a démarré le 14 novembre 2018 sur France 2. Cette série, au concept imaginé par l'agent d'artistes Dominique Besnehard, dissèque le monde du grand écran à travers les aventures d’agents d’acteurs et la participation, à chaque épisode, d’une tête d’affiche du cinéma. "Mon travail est très prenant, au point de devenir une obsession permanente !", assure, grand sourire, la scénariste. "Nous ne pouvons jamais prévoir l’accueil du public." Malgré l’aura professionnelle que lui ont apportée les deux premières saisons de la série, celle qui endosse également la casquette de conseillère artistique de Dix pour cent doute. "Ce succès me ravit et m’angoisse aussi un peu. Désormais, les personnages appartiennent aux téléspectateurs ! C’est effrayant et génial en même temps."

Une serial auteure

Fanny Herrero a entamé fin 2016, avec son équipe d’auteurs, le travail sur ce troisième volet. "La réflexion commence de manière collective. Nous sommes trois ou quatre dans une pièce à construire les arches, c'est-à-dire tout ce qui va se passer au cours de la saison", explique la showrunner. "À partir de cette matière, je trie, synthétise, puis rédige un document qui servira de feuille de route." Chaque auteur écrit alors les dialogues des épisodes dont il a la charge. "Ils m’envoient leurs textes, et se met en place un jeu d’allers-retours permanent entre eux et moi. Je reprends seule les dernières versions."  

Avant de tenir les rênes de Dix pour cent, Fanny Herrero a elle-même fait partie d’équipes de scénaristes. Elle a travaillé sur deux épisodes d’un autre succès de France 2, Fais pas ci, fais pas ça, et a été auteure, pendant plusieurs saisons, pour Un village français, diffusé cette fois sur France 3. "J’y ai énormément appris", raconte-t-elle.

Une élève appliquée, mais en quête d’expression

Un amour du dialogue qui l’a contaminée au fil du temps. D’abord étudiante en hypokhâgne et khâgne au lycée Fénelon, cette originaire de Toulon intègre ensuite la London School of Economics puis Sciences Po. "J’avais alors des convictions politiques assez fortes", se souvient-elle. Ancienne élève en sport-études de volley, la jeune femme tient à conserver un minimum d’activité physique. "Je prenais des cours de boxe à Sciences Po. Lors d’une séance, le professeur m’avait mise en binôme avec un étudiant qui, en plus d’avoir des idées d’extrême-droite, n’était pas ravi de s’entraîner avec une fille ! Je m’étais un peu défoulée contre lui ", s’amuse-t-elle.

À quoi rêve-t-elle à l’époque ? "Je pensais faire une école de journalisme." Ses diplômes en poche, Fanny Herrero préfère néanmoins se donner le temps de la réflexion. "Je venais de consacrer des années à mes études supérieures. Cela avait été d’une grande richesse intellectuelle, mais j’avais le sentiment d’être enfermée dans mon cerveau. J’avais besoin de m’exprimer de façon plus physique, plus créative." Un désir qu’elle comble en s’inscrivant dans une école de théâtre, Les Enfants Terribles. "Mes parents ont accepté de m’aider une année supplémentaire. Ils sentaient que mon envie n’était pas un caprice." Sur scène, Fanny Herrero découvre le goût du jeu, mais aussi celui du texte. "J’ai écrit une comédie pour le spectacle de fin d’année de l’école." Une révélation pour la jeune femme : "J’ai découvert ma capacité à faire rire !"

Mon image

Des débuts de comédienne

Pourtant, à la fin de sa formation artistique, Fanny Herrero se cherche encore, et opte pour le métier de comédienne. "Entre 20 et 30 ans, j’ai eu un parcours en zigzag. Je ne savais pas très bien ce que je voulais faire." Comme beaucoup d’acteurs, la jeune femme court les castings. "Ma situation était fragile", reconnaît-elle. "Du coup, j’ai commencé à travailler en freelance pour des maisons d’édition. J’étais nègre, correctrice…" Une manière efficace d’apprendre à manier les ressorts dramatiques. "Un jour, l’un de mes contacts m’a présenté une conseillère de programmes de TF1, qui m’a proposé de devenir lectrice." Ses missions ? Effectuer un tri parmi les projets de scénarios envoyés à la chaîne. La jeune femme se familiarise avec le dialogue. Et commence à y prendre goût. "J’ai réalisé que le scénario était la forme de texte que je cherchais." Dans ce qui n’était à l’origine qu’un travail d’appoint, Fanny Herrero trouve sa voie : l’écriture. "Mais pas forcément la littérature", précise-t-elle. "J’en avais une trop haute idée pour m’y essayer. En revanche, écrire des dialogues destinés à être joués m’animait. Pour être scénariste, je crois qu’il faut avoir en soi un auteur et un acteur !" Elle se lance. "Avec le recul, je me dis que lorsque l’on trouve ce qui nous correspond, les étoiles s’alignent."

L’écriture : la voie gagnante

Car, à peine sa décision de réorientation prise, Fanny Herrero apprend qu’Arte est à la recherche de documentaires sur le sport. L’occasion est trop belle pour celle qui fut membre de l’équipe de France Junior de volley-ball, et la fille de Daniel Herrero, ancien joueur et entraîneur du rugby club toulonnais. "Avec mon frère, devenu depuis réalisateur de documentaires, nous avons proposé un synopsis autour du rugby à un jeune producteur, ami d’ami. Ce dernier a réussi à le vendre !", raconte-t-elle, encore émerveillée. "Le plus dur dans ce métier est de concrétiser un premier projet. Ce film diffusé sur Arte a été une vraie carte de visite."

Cette expérience la passionne au point qu’elle participe à la création, en 2007, du SAS, un collectif de scénaristes. "Nous sentions que la télévision française devait se moderniser. Nous décortiquions des séries américaines… " Ses références de l’époque ? Six Feet Under, The West Wing, 24 heures chrono"Nous tentions de comprendre comment nos homologues s’y prenaient pour générer tant d’empathie autour des personnages." Son projet sur Arte, ses rencontres avec des scénaristes lui mettent le pied à l’étrier et répondent à son besoin de création. "Pendant des années, j’avais été à des rendez-vous professionnels en tant que comédienne. Ce métier est très cruel : on vous juge en un instant sur ce que vous dégagez. Tout d’un coup, on me recevait comme auteure, pour ce que j’avais dans mon cerveau : c’était valorisant !"

Un rôle parfait donc, d’autant que Fanny Herrero a des choses à dire. "La fiction permet d’évoquer les questions qui traversent la société." Dans Dix pour cent, la scénariste aborde ainsi, à travers l’épisode consacré à Juliette Binoche, le sujet de la place des femmes dans l’industrie du cinéma, et celui de la perception de leur corps avec Cécile de France. "Ou encore la problématique de la carrière quand on a de jeunes enfants avec Audrey Fleurot", ajoute cette mère de deux enfants, dont une petite fille née en août 2016. "Les textes de la saison 2 ont été bouclés une dizaine de jours avant mon accouchement, le tournage a débuté en septembre… et en décembre, nous étions déjà sur l’écriture de la saison 3." Et de préciser une particularité de la fonction de showrunner : "En France et aux États-Unis, la plupart de ceux qui tiennent ce poste sur des séries importantes sont des hommes, généralement quinquagénaires. Des gens qui n’ont pas beaucoup à se préoccuper des couches !" Une équation de départ compliquée qui ne l’a pas pour autant effrayée : "à trop réfléchir, on ne fait plus rien… donc autant se lancer !"

Claire Bauchart - Article issu du numéro 11 (automne 2017) du magazine Émile, publié avec l'aimable autorisation de l'association des Sciences Po.

Bio express

  • 1974 naissance à Toulon
  • 1993-1995 hypokhâgne et Khâgne-Lycée Fénelon
  • 1995-1996 London School of Economics
  • 1998 diplômée de Sciences Po en ressources humaines et communication
  • 2003-2006 lectrice (fiction TV et cinéma)
  • 2008-2010 directrice de collection de la saison 4 de Les Bleus, premiers pas dans la police (M6)
  • 2009-2013 auteure pendant plusieurs saisons pour Un village français
  • 2011-2012 coauteure de deux épisodes de Fais pas ci, Fais pas ça (saison 5)
  • 2012-2015 coauteur de plusieurs épisodes des saisons 2 et 3 de Kaboul Kitchen
  • 2012 commence à travailler sur Dix pour cent
  • Octobre 2015 diffusion de la première saison de Dix pour cent sur France 2

Abonnez-vous à nos newsletters !

"Une vraie inventivité dans le droit"

Ni dogmatique, ni doctrinal : le droit, dans les cours de Christophe Jamin, n’a pas besoin de “D” majuscule. C’est une pensée vivante et inventive, que le juriste au célèbre nœud papillon enjoint les étudiants à interroger, à critiquer pour mieux se l’approprier. Rencontre en amphi avec un maître de l’anti-cours magistral.

Lire la suite
Des étudiants engagés sur le terrain

Des étudiants engagés sur le terrain

Né avec la réforme du Bachelor, il y a un an, le parcours civique est un dispositif unique qui se déploie sur les trois premières années de formation et structure le curriculum. Obligatoire pour tous, le parcours civique valorise l’apprentissage actif de la citoyenneté et de la responsabilité sociale en proposant aux étudiants de lier les enseignements du bachelor à des engagements sur le terrain.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 23 et dimanche 24 février 2019, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
De retour du pôle Sud

De retour du pôle Sud

Diplômé 2018, Matthieu Tordeur est le plus jeune aventurier membre de la Société des Explorateurs Français. Il revient d'une expédition en solitaire de 51 jours au pôle Sud. Un rêve d'enfant, qui se prolonge aujourd'hui avec la préparation d'un documentaire et d'un livre sur cette aventure.

Lire la suite
ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

ENA & concours administratifs : un excellent palmarès 2018

Les résultats d’admission au concours externe d’entrée à l’École Nationale d’Administration (ENA) viennent d’être publiés et 27 étudiants de Sciences Po figurent parmi les 40 admis, soit 68 %. Ces résultats témoignent de l’excellence de la préparation que Sciences Po propose pour les concours administratifs français et les concours du Quai d'Orsay, et de la diversité des profils des étudiants qu’elle accueille.

Lire la suite
Pesticides et santé : vers une nouvelle approche

Pesticides et santé : vers une nouvelle approche

La France reste aujourd’hui l’un des principaux utilisateurs mondiaux de pesticides à usage agricole. De nombreuses populations humaines sont exposées à ces produits par définition dangereux : travailleurs des champs, riverains des cultures, consommateurs de fruits et de légumes. Les conséquences sanitaires de ces expositions demeurent mal connues. Le recours à la science de l’épidémiologie pourrait-il permettre une meilleure évaluation ?

Lire la suite
Qui est entré à Sciences Po en 2018 ?

Qui est entré à Sciences Po en 2018 ?

Pour la première fois en 2018, le nombre de candidats à l’entrée à Sciences Po a dépassé la barre des 20 000. En hausse de 16 %, les candidatures placent l’attractivité à un niveau inégalé, notamment au niveau master où la réforme de la procédure d’entrée française a engendré un pic de candidatures supplémentaires. Cet afflux de candidatures va de pair avec une sélectivité en hausse : le taux d’admis global passe de 24 % en 2017 à 21 % en 2018.

Lire la suite