« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Comment la Ville de Paris s’est-elle impliquée dans l’élaboration du projet de l’Artillerie ?

L’idée avait été lancée d’abord par Richard Descoings : il souhaitait rationaliser les implantations de l’école, concevoir un campus emblématique d’un établissement en pleine croissance. La Ville de Paris était quant à elle très intéressée par la notion de campus urbain. Nous voulions faire en sorte que Sciences Po puisse rivaliser avec des établissements comme la London School of Economics, dont l’ancrage londonien est tout à fait spectaculaire.

Le fait que la Défense quitte l’hôtel de l’Artillerie constituait une opportunité. Mais le dossier n’a pas toujours été facile à défendre. Au sommet de l’État, certains estimaient qu’une cession à Sciences Po ne permettrait pas de maximiser la valeur vénale du bâtiment. À l’inverse, d’autres défendaient le déploiement d’un établissement d’enseignement supérieur plutôt que celui d’un palace ou d’une résidence haut de gamme. Le rôle de la Ville a sans doute été décisif, puisqu’elle a apporté sa caution pour l’emprunt de Sciences Po.

Vous avez également participé à la sélection du projet architectural.

En effet, nous avons été aux côtés des équipes de Sciences Po dans l’organisation du concours d’architecture. Un processus qui, à de multiples égards, a été exemplaire : il a permis de définir un cahier des charges précis, animé par une vision très claire de la connexion entre le 13, rue de l’Université et le site de l’Artillerie.

Il fallait tenir ensemble plusieurs fils : le respect du patrimoine ; les spécificités d’un bâtiment universitaire, susceptible d’accueillir les innovations pédagogiques qui ne manqueront pas de se produire dans les décennies à venir ; l’ouverture sur la ville… Imaginer la conception d’un espace de 22 000 m2 dans un quartier aussi contraint que Saint-Germain-des-Prés n’est pas une mince affaire ! Mais dans le jury qui a sélectionné le projet final, et où la Ville de Paris était représentée, le projet Wilmotte –  Moreau Kusunoki –  Sasaki – Bortolussi a fait progressivement l’objet d’un consensus.

Quel rôle peut jouer le campus de l’Artillerie dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés ?

L’évolution de Saint-Germain-des-Prés est préoccupante. Le commerce de la mode devient hégémonique, le phénomène AirBnb et celui des résidences secondaires amènent des usagers qui ne sont là que de passage. Le campus de l’Artillerie a vocation à réanimer la vie culturelle d’un quartier dont l’héritage, en la matière, est prestigieux.

Certes, le Saint-Germain-des-Prés existentialiste est derrière nous et il n’est pas utile de céder à la nostalgie. Mais on peut rêver d’une atmosphère imprégnée d’émulation intellectuelle, de chaleur estudiantine : je pense une fois encore à la London School of Economics, dont la présence donne un cachet certain à tout un quartier.

Que peut-on dire, pour conclure, du statut de Sciences Po Paris dans le Grand Paris ?

La présence d’un tel campus s’inscrit totalement dans la vision que nous portons pour le Grand Paris. Nous aspirons à construire une ville dans laquelle les institutions de l’enseignement supérieur sont des marqueurs forts de l’urbanité : en ce sens, le chantier de l’Artillerie a le statut de flagship, de « navire amiral ». Nous espérons qu’il inspirera d’autres établissements. La concentration de talents et de connaissance sur un espace urbain restreint est créatrice de valeur : pour les chercheurs, ce sont autant d’opportunités de travailler ensemble. Pour les autres acteurs de la ville, c’est la possibilité de nourrir un dialogue en temps réel avec le monde de la recherche… À notre échelle, en tant que collectivité, nous sommes heureux de pouvoir proposer aux étudiants de l’École urbaine ou de l’École des affaires publiques des problématiques de recherche et des études de cas très concrètes.

Suivre les actualités du projet Campus 2022

Abonnez-vous à notre newsletter

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite

"Il faut oser et ne jamais hésiter"

“Il faut oser et ne jamais hésiter !”. Réaliser ses rêves et ne se mettre aucune barrière, c’est le message de Mathys Foreau, étudiant aveugle en deuxième année à Sciences Po et très impliqué dans son cursus comme dans la vie sportive et associative. Son objectif ? Devenir journaliste.

Lire la suite