What paths do our graduates take after Sciences Po?

According to our most recent careers survey, conducted with the Class of 2016, our graduates have no trouble integrating into the job market. 90.7% of those who chose to enter the workforce find employment within a year of completing their degree. For 69% that is work in the private sector and 34% go on to positions outside of France. Here’s the full low-down on the findings of the survey…

> See the complete results of the survey (PDF, 697kb) or read the press release

The survey in 5 key figures*

  • 81.3% of graduates responding to our survey made the decision to enter the workforce 
  • 90.7% are currently working (91% in 2016, 88.8% in 2015, 85.5% in 2014)
  • 83.7% found their first job within six months of graduating from Sciences Po (88.4% in 2016, 87% in 2015, 81% in 2014)
  • 69% work in the private sector (71% in 2016, 73% en 2015)
  • 34% work outside of France (35% in 2016, 38% in 2015)

A smooth and speedy entry into the workforce

Amongst students aiming to enter the workforce, 90.7% are now employed, a figure consistent with the previous year. Only 7.6% of those are still in the process of looking for a job (8.8% in 2016). It’s worth noting that 59.6% of respondents who professed to be seeking employment had in fact already been appointed to their first job since leaving Sciences Po, taking the overall rate of employment up to 96%!

The waiting time for employment remains short: 84% of graduates found work in less than six months (88% in 2016). 72% of graduates reported to be in stable employment, a figure that has increased since 2016. The proportion of fixed-term contracts has fallen from 20 to 12%. 

Increased salaries

Average annual pay has now reached 37,164€. That’s another increase since last year (at 36,560€ for the Class of 2015). The average salary is higher overseas than in France. This figure takes into account salaries from all sectors and in all geographical zones; a large majority of young graduates working abroad are employed in the public sector (government, public administration, associations,  NGOs, etc.)

69% working in the private sector

69% of graduates now in employment are working within the Private Sector (compared to 71% in 2016); 9% work within international or European organisations (compared to 8% in 2016), and 22% in the Public Sector (21% in 2016).

More than a third employed outside of France

34% of respondents reported to be working outside of France. This international weighting stems in part from the international students returning to their country of origin but also includes French students, of whom 20% found their first job abroad.

The gender pay gap persists

While disparities in terms of pace and quality of employment are minimal between male and female students, women continue to receive salaries that are on average 15.6% lower than those awarded to men. This gap can partially be explained according to differences in choice of Master’s and field of employment: men are more likely to choose work in areas that are better paid. Sciences Po takes action to reduce the salary imbalance between its male and female students: this include workshops, round tables, conferences, and more. A Women in Business Chair was created in 2018 to evaluate interventions aimed at reducing the barriers women face.

The « Apprenticeship »: a perfect pathway to employment

Students in apprenticeships, or « apprentissages », are more likely to be employed and after shorter waiting times: more than 56% of them were recruited before the completion of their degree. Learn more about apprenticeships at Sciences Po.

Students with a disability perform well on the job market

Only one out of 19 students with a recognised handicap (RQTH), reported that they are still seeking employment. The remainder are all either in employment or pursuing further studies. 

*The 2018 edition of the Sciences Po Recent Graduate Careers Survey was distributed amongst graduates from the Class of 2016 eighteen months after the completion of their degrees. The survey was conducted by Sciences Po Career Services with the scientific supervision of Roberto Galbiati (CNRS) and thanks to the expertise of the Centre for Socio-Political Data. It comprises information gathered from 1,591 graduates, giving it a response rate of 76%.

Related Links

Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite
Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Que reste-t-il des internationales ouvrières ?

Qui se souvient que les syndicats ouvriers furent longtemps organisés à l’échelle internationale et ce, bien avant les mondes de l’entreprise ou de la finance ? Dans son ouvrage La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, l’historien Nicolas Delalande revient sur les “internationales”, ces mouvements ouvriers solidaires et transnationaux qui furent incontournables pendant près d’un siècle, avant de connaître une lente érosion au tournant des années 70.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Grâce à une nouvelle plateforme collaborative, “Climate Action: Make it Work”, les différentes communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique via une série de consultations en ligne.

Lire la suite
Voyager autrement avec Stop & Go

Voyager autrement avec Stop & Go

Stop & Go est une association étudiante de Sciences Po qui vise à remettre au goût du jour la pratique de l’auto-stop. Voyages, week-ends ou festival en stop : autant d’ activités ludiques et festives qui portent un message écologique. Rencontre avec la présidente de Stop & Go, Apolline Tarbé de Saint-Hardouin. 

Lire la suite
" Entre jazz et Moyen-Orient "

" Entre jazz et Moyen-Orient "

Chanter en arabe, en farsi, en hébreu ou en persan. Rencontrer un célèbre joueur de oud ou apprendre à en jouer. Explorer la musique sous un angle anthropologique, technique, vocal. Le cours "Chant, écriture plurilingue et anthropologie de la musique" enseigné par Cécile Jarnot sur le campus de Menton, c'est tout cela à la fois et c'est bien plus qu'un cours de chant. Ou comment aborder les textes et cultures du Proche et du Moyen-Orient d'une manière résolument différente.

Lire la suite