What paths do our graduates take after Sciences Po?

This article pertains to the 2018 Graduate Employability Survey on the Class of 2016. See the most recent survey here.

According to our most recent careers survey, conducted with the Class of 2016, our graduates have no trouble integrating into the job market. 90.7% of those who chose to enter the workforce find employment within a year of completing their degree. For 69% that is work in the private sector and 34% go on to positions outside of France. Here’s the full low-down on the findings of the survey…

> See the complete results of the survey (PDF, 697kb) or read the press release

The survey in 5 key figures*

  • 81.3% of graduates responding to our survey made the decision to enter the workforce 
  • 90.7% are currently working (91% in 2016, 88.8% in 2015, 85.5% in 2014)
  • 83.7% found their first job within six months of graduating from Sciences Po (88.4% in 2016, 87% in 2015, 81% in 2014)
  • 69% work in the private sector (71% in 2016, 73% en 2015)
  • 34% work outside of France (35% in 2016, 38% in 2015)

A smooth and speedy entry into the workforce

Amongst students aiming to enter the workforce, 90.7% are now employed, a figure consistent with the previous year. Only 7.6% of those are still in the process of looking for a job (8.8% in 2016). It’s worth noting that 59.6% of respondents who professed to be seeking employment had in fact already been appointed to their first job since leaving Sciences Po, taking the overall rate of employment up to 96%!

The waiting time for employment remains short: 84% of graduates found work in less than six months (88% in 2016). 72% of graduates reported to be in stable employment, a figure that has increased since 2016. The proportion of fixed-term contracts has fallen from 20 to 12%. 

Increased salaries

Average annual pay has now reached 37,164€. That’s another increase since last year (at 36,560€ for the Class of 2015). The average salary is higher overseas than in France. This figure takes into account salaries from all sectors and in all geographical zones; a large majority of young graduates working abroad are employed in the public sector (government, public administration, associations,  NGOs, etc.)

69% working in the private sector

69% of graduates now in employment are working within the Private Sector (compared to 71% in 2016); 9% work within international or European organisations (compared to 8% in 2016), and 22% in the Public Sector (21% in 2016).

More than a third employed outside of France

34% of respondents reported to be working outside of France. This international weighting stems in part from the international students returning to their country of origin but also includes French students, of whom 20% found their first job abroad.

The gender pay gap persists

While disparities in terms of pace and quality of employment are minimal between male and female students, women continue to receive salaries that are on average 15.6% lower than those awarded to men. This gap can partially be explained according to differences in choice of Master’s and field of employment: men are more likely to choose work in areas that are better paid. Sciences Po takes action to reduce the salary imbalance between its male and female students: this include workshops, round tables, conferences, and more. A Women in Business Chair was created in 2018 to evaluate interventions aimed at reducing the barriers women face.

The « Apprenticeship »: a perfect pathway to employment

Students in apprenticeships, or « apprentissages », are more likely to be employed and after shorter waiting times: more than 56% of them were recruited before the completion of their degree. Learn more about apprenticeships at Sciences Po.

Students with a disability perform well on the job market

Only one out of 19 students with a recognised handicap (RQTH), reported that they are still seeking employment. The remainder are all either in employment or pursuing further studies. 

*The 2018 edition of the Sciences Po Recent Graduate Careers Survey was distributed amongst graduates from the Class of 2016 eighteen months after the completion of their degrees. The survey was conducted by Sciences Po Career Services with the scientific supervision of Roberto Galbiati (CNRS) and thanks to the expertise of the Centre for Socio-Political Data. It comprises information gathered from 1,591 graduates, giving it a response rate of 76%.

Related Links

La fiction pour dire le réel ?

La fiction pour dire le réel ?

Le 16 septembre, Sciences Po faisait sa rentrée littéraire avec une conférence réunissant les écrivains Kamel Daoud et Marie Darrieussecq à l’occasion du passage de relais de leur titre d’écrivain en résidence. Quelles passerelles peut-on construire entre fiction et réalité ? Qu’apporte l’enseignement de l’écriture ?  Les deux grandes plumes de la littérature française reviennent sur leur expérience de l’écriture et leurs ambitions pour les étudiants. 

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite