Accueil>Résidence d'écriture : une expérience immersive inédite

24.06.2022

Résidence d'écriture : une expérience immersive inédite

Une étudiante participe à l'atelier d'écriture à l'IMEC
Une étudiante en résidence d'écriture (CER) (crédits : @Sciences Po)

Le Centre d’écriture et de rhétorique (CER) de Sciences Po est une initiative pédagogique transformante qui, depuis 2019, accompagne étudiantes et étudiants dans l’acquisition de compétences expressives et dans le déploiement de leur créativité. Du lundi 16 au vendredi 20 mai 2022, le CER a proposé un projet pédagogique inédit, grâce au soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca : une résidence d’écriture d’une semaine à l’Institut mémoire de l’édition contemporaine (IMEC) au cœur de l’Abbaye d’Ardenne. 

Comment trouver un style, une idée, un élan face à la page blanche ? Comment les archives et l’écriture se tissent-elles dans l’écriture de création ? Comment s’articulent-elles l’une à l’autre ? En s’immergeant à l’IMEC au cours d’un séjour d’une semaine à la fois intensive et créative, il s'agissait précisément d’articuler imaginaire, histoires et recherches autour d’un projet d’écriture. L’objectif était ainsi d'accompagner les étudiantes et étudiants à déployer une écriture de création, à favoriser une concentration longue dans un lieu dédié à la créativité et à l'étude des archives de la littérature contemporaine et, enfin, à partager leurs réflexions et créations. 

Pour cette première édition, quinze étudiantes et étudiants de Sciences Po aux profils variés, de la première à la dernière année d’études, ont été sélectionnés : si la maîtrise de la langue française était requise, certains d’entre eux étaient de nationalité italo-brésilienne, belgo-libanaise, ou encore costa-ricaine. Tous n’avaient pas au préalable nécessairement réalisé un projet d’écriture. L’important était l’intérêt qu’ils portaient au lieu, à la recherche entendue au sens large, leur désir d’écrire, de chercher une voix singulière et de la partager avec d’autres. Ainsi, comme en témoigne Lilou Margueron, étudiante en deuxième année au Campus du Havre du Collège universitaire de Sciences Po : « Je souhaitais pouvoir prendre un temps d'écriture qui ne soit pas uniquement pour moi-même, et également partager cette expérience avec des personnes diverses. J'étais aussi très enthousiaste à l'idée de pouvoir écrire dans un cadre tel que celui proposé par une abbaye coupée du monde, où l'on peut se consacrer seulement à cette activité ». 

Coupés du monde ?

Loin du rythme effréné du quotidien, la résidence, quasi-monacale à bien des égards, a ouvert étudiantes et étudiants à d’autres temporalités, à d’autres mots et à d’autres sons. Elle leur a montré, en situation, à quel point écrire impliquait méthode, travail, persévérance et discipline… mais aussi détente et disponibilité d’esprit, inspirations, partages et méditations. Pour cela, tout en proposant un programme souple et adaptable, la semaine a été rythmée et structurée par des temps variés, croisant moments de recherche et de confrontation inspirante aux archives, ateliers en plénière permettant de réaliser des exercices collectifs, temps d’écriture autonomes, retours individuels sur les textes, ou encore déambulations dans l’Abbaye.

Les 15 étudiantes et étudiants étaient accompagnés dans leur travail par deux écrivains enseignants du CER, Julia Malye et Alexandre Galien, ainsi que par l’équipe de l’IMEC et celle du CER – Pomeline Tauziat, Esther Rogan et Delphine Grouès. Nathalie Léger, directrice de l’IMEC, a également fait découvrir ce lieu unique et fait vivre les archives en animant un atelier autours des fonds choisis pour l’occasion – Gisèle Freund, Marguerite Duras et Danièle Collobert. Les narrations des étudiants ont en effet pris pour toile de fond ces personnalités littéraires devenues personnages, mais aussi des lieux inspirants de l’IMEC : ses pierres, son cèdre ou encore son abbatiale. Cette semaine studieuse et créative a également été ponctuée de respirations inspirantes, comme lorsque les étudiants ont pu partager leurs textes préférés en les déclamant sous le ciel étoilé des jardins. Elle s’est enfin clôturée par une restitution ouverte au public caennais sur le thème du café littéraire, lors duquel les étudiants ont lu à voix haute les textes travaillés lors de la résidence. 

Plus qu’un projet, cette semaine aura ainsi été une expérience, au sens plein du terme, c'est-à-dire un moment enrichissant et transformant, pédagogiquement, humainement mais aussi académiquement. Elle aura décloisonné les savoirs et cassé les silos, montrant que rigueur, liberté, imagination et créativité peuvent aller de pair dès lors qu’ils s’inscrivent dans un climat de confiance bienveillant et propice aux échanges. Comme le souligne Maëva Regnaud, étudiante en première année du Master Politiques publiques à l’École d’affaires publiques : « ce fut une semaine extrêmement complète en terme de développement de compétences, qu'elles soient académiques (travail de recherche dans les archives, brouillons de réflexion, relecture, etc.), relationnelles (esprit d'équipe extraordinaire, rapport enrichissant aux auteur et autrice accompagnant nos travaux, rencontre avec les membres du CER qui ont organisé la semaine), ou encore créatives ». Tous ne deviendront pas écrivains mais, quel que soit le secteur professionnel auquel ils se destinent, il y a fort à parier qu’il leur faudra toujours écrire, toujours faire preuve d’esprit critique et de curiosité pour aller au-devant des sollicitations. S’inspirer, irriguer sa pensée de celles des autres, écouter, imaginer enfin, sont autant de ressources sur lesquelles ils pourront s’appuyer pour nourrir leur propre réflexion et parcours. 

Une seconde restitution est prévue à l’automne à Paris, laquelle permettra de découvrir ces textes mis en scène et en récit, mais également le processus de construction de l’archive elle-même. 

Rendez-vous donc à l’automne pour mettre à l’honneur le travail réalisé au cours de cette semaine par les étudiantes et étudiants et, au nom des écrivains et de l’équipe du CER, un grand bravo à eux !

Un article rédigé par Esther Rogan, responsable du Centre d'écriture et de rhétorique.

En savoir plus :