Accueil>La cyberdiplomatie avec Brad Smith : La souveraineté technologique dans un monde globalisé

18.11.2021

La cyberdiplomatie avec Brad Smith : La souveraineté technologique dans un monde globalisé

« J’ai l’impression que c'était qu'hier que j’étais assis à votre place en train de réfléchir à ce que j’allais faire du reste de ma vie. » C’est par ces mots que Brad Smith, vice-président et président de Microsoft, a commencé sa conférence sur "Cyber Diplomacy: Critical Challenges in Cybersecurity and Digital Sovereignty", mercredi 10 novembre 2021. En jetant un regard sur l’audience composée d'étudiantes et étudiants suspendus aux questions qui allaient être soulevées, Brad Smith a choisi de structurer son intervention  autour de trois axes : la souveraineté numérique et son évolution, la cybersécurité et la cyberdiplomatie.

L'influence de la technologie sur la souveraineté contemporaine

Brad Smith a entamé son propos sur la souveraineté numérique, en se plaçant dans le contexte de l'appartenance nationale au niveau individuel. Il a ainsi interrogé les présents : "Lorsque les gens vous demandent "D'où venez-vous ?", la première chose que vous dites est probablement le nom du pays d'où vous venez." Contemplant la salle, le vice-président et président de Microsoft a pris un moment pour s'émerveiller des "cent dix pays représentés à Sciences Po", avant de souligner la manière dont ces cent dix pays sont fondamentalement liés à la souveraineté. "Le monde qui se rassemble ici est divisé en territoires, chaque territoire est un pays, chaque pays est dirigé par un gouvernement, et le gouvernement exerce sa souveraineté sur ce territoire."

Ayant établi le lien entre l'individu, son pays et le gouvernement de ce dernier, Brad Smith a expliqué : "[La souveraineté] signifie qu'au sein de chaque territoire, le gouvernement a le pouvoir de décider qui sera imposé et à quel montant, quelle sera la loi et comment les gens devront y obéir, comment elle sera appliquée dans les tribunaux et comment les affaires étrangères du pays seront gérées. C'est la souveraineté telle qu'elle existe depuis 400 ans." Selon Brad Smith, il n'y a eu que deux industries au cours de ces 400 ans qui ont menacé ce concept de souveraineté aux États-Unis : les chemins de fer dans les années 1880 et les banques dans les années 1900. Dans ces circonstances, a expliqué Brad Smith, le gouvernement a été obligé de réaffirmer sa souveraineté sur les entreprises en instaurant de nouveaux contrôles.

Selon lui, la nouvelle incarnation de ce phénomène où le secteur privé menace la souveraineté du gouvernement prend forme dans la technologie. Selon lui, "Personne ne devrait être au-dessus de la loi. Aucune personne, aucune entreprise, aucune technologie, aucune industrie... L'essence de la souveraineté consiste à réaffirmer le pouvoir de la loi." Son approche consiste donc à préconiser de nouveaux contrôles gouvernementaux sur l'industrie technologique. Pour lui, ces nouveaux contrôles devraient également inclure un renouvellement des engagements des gouvernements à combattre la cybercriminalité par la cybersécurité, ainsi qu'une nouvelle approche de la cyberdiplomatie qui tienne compte du rôle actuel des entreprises privées dans la diplomatie internationale.

Le rôle de la tech dans la cybersécurité internationale

Dans la deuxième partie de son discours, Brad Smith a plaidé en faveur d'une approche internationale de la cybersécurité, faisant valoir que la technologie, étant devenue omniprésente dans le monde entier, elle n'est plus liée aux frontières et aux préoccupations nationales, mais touche tous les pays. De la terre à la mer en passant par l’espace aérien, selon Brad Smith, les conflits humains ont atteint une nouvelle dimension : le cyberespace.

Pourtant, cette nouvelle dimension est bien réelle et sa protection provient non seulement des gouvernements, mais aussi des entreprises technologiques elles-mêmes. Brad Smith a ensuite argumenté : "Nous avions l'habitude de nous tourner uniquement vers les gouvernements pour protéger nos frontières nationales... Aujourd'hui, une grande partie des défenses sur lesquelles les gouvernements s'appuient sont construites par des entreprises." En effet, pour se protéger contre les ransomwares, les attaques des États-nations, les campagnes de désinformation et les perturbations de la chaîne d'approvisionnement en logiciels, Brad Smith a insisté sur le rôle important tenu par des entreprises telles que Microsoft dans l'information des consommateurs afin que des actions puissent être engagées.

La cyberdiplomatie à l'échelle mondiale

Étant donné que la technologie ne se cantonne pas aux frontières nationales et n'est donc pas soumise aux mêmes contrôles gouvernementaux que les entreprises, Brad Smith a appelé de ses vœux une "convention de Genève numérique", dans laquelle "les gouvernements du monde entier auraient l'obligation morale et juridique de protéger les civils en temps de guerre" et qui agirait en faveur d’un "internet en temps de paix". Selon lui, la coopération internationale des gouvernements et des entreprises sera essentielle pour lutter contre la cybercriminalité et garantir la souveraineté numérique.

En guise de  conclusion, Brad Smith a évoqué le Forum de Paris sur la paix et ses espoirs pour le XXIe siècle. "Que nous réserve l'avenir ?" a-t-il demandé. "Savez-vous qui décidera ?" Regardant la foule d'étudiants de Sciences Po venus de près et de loin, il a affirmé : "Vous allez décider. Ce sont les gens de votre génération... qui décideront où nous allons."

En effet, pour envisager un monde dans lequel la souveraineté numérique et la cyberdiplomatie sont capables de mener à bien la tâche de protection des citoyens à l'échelle mondiale, le vice-président et président de Microsoft a souligné l'importance de construire une voie commune à suivre et de trouver de nouvelles façons de s'adapter à un monde technologisé, en disant aux étudiants : "Nous avons besoin que vous construisez sur les fondements que certains d'entre nous ont posés, que vous trouviez de nouvelles opportunités  pour aller de l'avant, pour innover, avec de l'esprit, c’est d’ores et déjà ce que  vous expérimentez ici chaque jour."

L'équipe éditoriale de Sciences Po

En savoir plus

Légende de l'image de couverture : Conférence de Brad Smith, président de Microsoft, invité par PSIA. (crédits : Thomas Arrivé / Sciences Po)

TÉLÉCHARGER NOTRE BROCHURE

Journées portes ouvertes 2022

Étudiants devant l'entrée du 1, Saint-Thomas (crédits : Pierre Morel)

PORTES OUVERTES BACHELOR LE 26 NOVEMBRE 2022

Découvrez nos 7 campus et notre Bachelor en sciences humaines et sociales.

Inscrivez-vous

PORTES OUVERTES MASTERS LE 19 NOVEMBRE 2022

Découvrez nos 30 masters et échangez avec les équipes et les étudiants de nos 7 Écoles professionnelles.

Inscrivez-vous