Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po

A l’origine association dédiée uniquement aux jeunes basques, “Des territoires aux grandes écoles” est aujourd’hui une fédération établie à l’échelle de toute la France. Son objectif ? Encourager les lycéens des zones rurales à oser candidater dans l’enseignement supérieur. Interview avec Mandine Pichon Paulard, étudiante et présidente de l’antenne Sciences Po de l’association. 

“Des territoires aux grandes écoles”, qu’est-ce que c’est ? Quelle est l’origine de l’association ?

Les lycéens des territoires ruraux accèdent souvent plus difficilement à l’éducation supérieure, alors qu’ils réussissent aussi bien que les autres au baccalauréat. “Des territoires aux grandes écoles”, ce sont des étudiants en grandes écoles qui ont décidé d’aller intervenir dans des lycées ruraux pour témoigner qu'il est possible d’accéder à des cursus de l’enseignement supérieur. Au début, c’était une association uniquement liée au Pays basque, puis on s’est rendu compte que d’autres territoires avaient la même problématique : la Charente, l’Allier, les Landes, etc. On a donc créé une fédération et l’association est déclinée à présent dans une vingtaine de territoires. Chaque association a un nom lié à son territoire : “Du Pays basque aux grandes écoles”, “Du Tarn aux grandes écoles”, etc.

Quelles sont les barrières qui empêchent les lycéens ruraux d’aller étudier dans les villes ?

La première chose, c’est le manque d’information. Souvent les jeunes ne sont pas au courant de l’existence d’écoles comme Sciences Po, qu’ils découvrent tardivement, en première ou en terminale, alors que ce sont des écoles et des concours qui commencent à se préparer tôt. Il y a aussi une forte autocensure des jeunes, mais parfois aussi des professeurs. J’ai l’exemple d’une amie au Pays basque qui avait 18 de moyenne et à qui ses professeurs répétaient de ne pas tenter Sciences Po car son 18 valait un 12 à Paris !

Quelles actions menez-vous concrètement ?

Intervenir dans les les lycées pour sensibiliser est l’axe prioritaire de l’association, ce qu’on fait généralement via des conventions signées avec les établissements en zones rurales. On essaie également de créer des liens entre les étudiants originaires des différents territoires et ceux qui sont déjà dans les grandes écoles. Par exemple, ici, nous aidons via des entretiens Skype les lycéens qui préparent Sciences Po. J’ai moi-même découvert l’association quand j’étais au lycée et c’était utile d’avoir des gens vers qui me tourner pour demander conseil. Récemment, on a commencé à développer un dispositif de bourses mais qui, pour l’instant, n’existe qu’au Pays basque : 10 bourses de 6000 Euros, chaque année, financées par les entreprises de la région pour les deux premières années d’études.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants des zones rurales qui hésitent à s’orienter vers les grandes écoles ? 

Je leur dis : Osez ! Ne vous posez pas de questions et allez-y parce que vous êtes aussi légitimes que les jeunes qui sont venus d’ailleurs ! Sciences Po est un bon exemple que la diversité est possible, puisqu’il y a plus de 800 lycées représentés. Et puis, ce qu’on leur dit aussi, c’est que, dans tous les cas, cela fait une bonne expérience ! Ce n’est gagné d’avance pour personne donc tentez !

En savoir plus

Des territoires aux grandes écoles

En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite