Une semaine au coeur de la “Deep Tech”

Chaque année, le Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po finance une Learning Expedition. Véritable voyage d’apprentissage, ce séjour en immersion permet de faire découvrir à des étudiants ce qui se fait de mieux en innovation technologique et en entrepreneuriat. Cette année, les 12 étudiants de la Learning Expedition 2018-2019 sont partis à Boston, à la rencontre de la “Deep Tech”. Chercheurs au M.I.T., étudiants à Harvard, investisseurs… Près d’une trentaine de personnalités ont répondu à leurs questions. Anthony et Aminata ont participé à ce voyage ; ils nous racontent tout.

L'objet principal de cette Learning Expedition était cette année la “Deep Tech”. De quoi s’agit-il ?

Aminata Kone : La "Deep Tech", ce sont les inventions technologiques issues de la recherche scientifique fondamentale qui tentent de traiter les grands défis contemporains tels que le changement climatique, l'aménagement des villes, la protection des données... Au cours de cette Learning Expedition, nous avons abordé les technologies de la biotech, de la blockchain, de l'IoT (les objets connectés), ou encore l'intelligence artificielle...

Anthony Tastet : La “Deep Tech”, c’est un véritable bond dans le futur ! Des moyens faramineux sont mis sur des thématiques de recherche qui nous semblent plus folles que nos rêves : la vie dans l'espace, le pacemaker auto-rechargeable, etc.

En quoi ce séjour était-il intéressant pour vous ? Qu’en retirez-vous ?

AT : L'innovation est au coeur de mon parcours. En parallèle de mon cursus en master Finance & stratégie à Sciences Po, je suis une formation en informatique et développement à l’École 42.J’ai fait un stage de Business Analyst chez Stootie et dans un fonds de Venture Capital de Bpifrance. Découvrir Boston était donc une opportunité unique de comprendre et de s'inspirer de ce qu'il se fait de mieux dans ce domaine ! Nous avons visité des lieux à la pointe de l’innovation : le MIT MediaLab, le Martin Trust Center, le Senseable City Lab… On revient de ce voyage avec des idées plein la tête ! L’envie d'entreprendre, de créer, de résoudre, a été présente à chaque rencontre.

AK : Hormis mon fort intérêt pour les sujets liés à la Deep Tech, le format de la Learning Expedition m'a attirée. Rencontrer et échanger librement avec des chercheurs, des entrepreneurs, des investisseurs immergés dans ces sujets tous les jours, c'est un format d'apprentissage unique ! D’ailleurs, il y avait des domaines – l’exploration de l’espace, la biotech, notamment – auxquels je ne connaissais rien et que je considérais très éloignés de mes études. Or, à Boston, j’ai adoré l’introduction scientifique à ces sujets mais aussi, et surtout, les discussions vives sur des questions éthiques, sociétales et politiques connexes ! Ce séjour a confirmé l’importance d’échanger sur des sujets de la Deep Tech avec des personnes aux perspectives complémentaires et différentes.

Comment vous projetez-vous dans l'avenir ? Où aimeriez-vous en être dans 2, 5, ou 10 ans ?

AT : Aujourd'hui je suis en stage chez Bpifrance dans un fonds d'investissement (Large Venture) qui investit dans les startups numériques, les greentechs et les biotechs. Dans un avenir proche, je compte travailler dans le domaine du financement, probablement en Venture Capital. Je vois ces expériences comme des outils pour me permettre à moyen terme de créer mon propre projet. La Learning Expedition m’a permis de me conforter dans ce choix, les personnes rencontrées nous ont toutes transmises cette passion et cette envie de faire avancer différentes problématiques par l'entrepreneuriat qu'il soit académique ou privé.

AK : Je suis à l’École des affaires internationales de Sciences Po, en master Sécurité internationale, mais je m’intéresse beaucoup au secteur de l'énergie qui est l'une de mes "concentrations". La réforme du marché de l'électricité face à la décarbonisation, la décentralisation et la digitalisation du secteur est un sujet qui me passionne. La Learning Expedition s'inscrivait donc très bien dans cet intérêt pour l'innovation dans le secteur de l'énergie. Dans quelques années, j’espère que je travaillerai sur ces thématiques, avec un focus toujours plus important sur la transition énergétique.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux aspirants à la Learning Expedition 2020 ?

AK : Postulez sans hésiter, même sans aucune expertise technologique ! Il suffit d’avoir une ouverture d’esprit et une envie d’utiliser ses compétences dans un contexte d’apprentissage convivial.  Et le désir d’interroger des experts sans hésiter à challenger leurs points de vue !

AT : De foncer ! La Learning Expedition est une opportunité unique de rencontrer des gens, d’avoir des idées pour entreprendre et elle permet également de comprendre comment une ville ou une région devient un hub d'innovation.

Les candidatures pour la prochaine Learning Expedition (financée par le Centre pour l’Entrepreneuriat) sont ouvertes jusqu’au 18 avril. Destination : Tel Aviv !

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Par Sandrine Perrot et Didier Péclard - Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019, est sociologue, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1997. Il a consacré l’essentiel de son œuvre à l’analyse des guerres civiles en Afrique subsaharienne, notamment dans leur rapport à la formation des États. Homme de terrain, chercheur infatigable, méticuleux et exigeant, Roland Marchal est l’un des plus fins connaisseurs de la Somalie, mais son expertise s’étend à toute la Corne de l’Afrique, au Tchad, à la République centrafricaine et au Mali.

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite
Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Par Jean-François Bayart - Incarcérée depuis le début du mois de juin en Iran, Fariba Adelkhah, spécialiste de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie politique de l’Iran postrévolutionnaire, est chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) depuis 1993. Ses travaux initiaux portaient sur les femmes et la Révolution islamique. Ses recherches actuelles portent sur la circulation des clercs chiites entre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak. Portrait scientifique de cette chercheuse de terrain, reconnue internationalement et respectée par ses pairs, aujourd'hui prisonnière scientifique.

Lire la suite
“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po

“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po"

A l’origine association dédiée uniquement aux jeunes basques, “Des territoires aux grandes écoles” est aujourd’hui une fédération établie à l’échelle de toute la France. Son objectif ? Encourager les lycéens des zones rurales à oser candidater dans l’enseignement supérieur. Interview avec Mandine Pichon Paulard, étudiante et présidente de l’antenne Sciences Po de l’association. 

Lire la suite
16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 académiques permanents ont rejoint Sciences Po en cette rentrée 2019. Une grande diversité les caractérise, qu'il s'agisse de leurs universités d'origine, de leurs parcours, de leurs disciplines ou encore de leurs spécialités.

Lire la suite
Erasmus : Vivre L’Europe

Erasmus : Vivre L’Europe

Sur l'année universitaire 2018-2019, plus de 500 étudiants de Sciences Po ont participé à un programme Erasmus+, et 650 ont été reçus à Sciences Po : comme chaque année, Sciences Po participe activement au programme Erasmus ! Notre université n’est pas seulement membre active de ce programme, elle est aussi impliquée dans de nombreuses initiatives visant à construire une Europe plus forte et plus unifiée dans les domaines de l'éducation et de la mobilité. 

Lire la suite
Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

La pluridisciplinarité. La troisième année à l’étranger. L’histoire. La science politique. Étudier à Paris. Ne pas étudier à Paris. Chaque étudiant a sa raison bien à lui de choisir le bachelor de Sciences Po. Mais de quelles sciences humaines et sociales parle-t-on ? À quoi cela peut-il bien servir plus tard ? Entretien avec la doyenne du Collège universitaire, Stéphanie Balme, sur cette formation “iconique” du parcours à Sciences Po.

Lire la suite
De Sciences Po au Parlement européen

De Sciences Po au Parlement européen

Diplômée de Sciences Po en 2012, Charlotte Nørlund-Matthiessen a effectué son premier cycle sur le campus de Dijon en choisissant le programme européen - Europe centrale et orientale, un cursus de Sciences Po spécialisé dans l’approfondissement des enjeux européens. Puis, pour son second cycle, elle a rejoint le master Affaires européennes. Aujourd’hui assistante parlementaire, elle travaille aux côtés d’un député français au Parlement européen. En quoi consiste le travail d’un assistant parlementaire ? Comment ses études à Sciences Po l’ont-elles aidé dans sa carrière ? Témoignage.

Lire la suite