Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Les transformations planétaires au cœur des enseignements et de la recherche

Réuni d’avril à octobre 2019, le comité de revue des enseignements et de la recherche piloté par Bruno Latour a dressé un premier bilan prometteur de notre écosystème autour des transformations planétaires. Une offre importante et variée, mais qu’il convient d’étoffer, de rendre plus lisible et plus visible. C’est l’objectif de la feuille de route 2020-2023 (pdf, 120 Ko) que se fixe l’institution en matière de formation et de recherche. Elle affirme les transformations planétaires comme thème prioritaire, qui doit irriguer l’ensemble de notre projet éducatif et de recherche, avec parmi les mesures-phares : 

Bachelor : ancrer la transformation écologique au cœur de la formation

  • Le programme prévoit la création d’un cours commun obligatoire sur l’histoire/sociologie de l’environnement à partir de 2021/22, l’ajout de séminaires d’exploration sur chaque campus, dès 2020/21, ainsi que des exercices de pédagogie active autour du climat.
  • Une certification aux enjeux écologiques dès la rentrée 2021
  • Dans le cadre existant du Parcours civique, accroître le nombre d’expériences proposées aux étudiants dans le domaine environnemental

Master : permettre aux étudiants de master de suivre un parcours dédié

  • Proposer un socle commun de formation aux enjeux planétaires, avec des cours d’ouverture à de nouvelles disciplines, et des cours d’approfondissement dans les disciplines “classiques” de Sciences Po.
  • Créer un certificat de compétences 
  • Proposer d’ici 2023 de nouveaux doubles diplômes sur les enjeux écologiques

Doctorat : déployer une offre de formation sur les transformations planétaires

  • Création d’un programme interdisciplinaire de recherche doctorale dédié à cette thématique, dotée d’une trentaine de doctorants, pour la structurer et l’accompagner.
  • Créer une école d’été pour aborder les enjeux de la recherche en sciences sociales sur l’environnement, ouverte aux doctorants et étudiants de master.

Recherche : constituer une masse critique scientifique

  • Constituer un pôle d'au moins 15 enseignants-chercheurs d’ici 2023 sur les problématiques liées aux transformations planétaires, dans toutes les disciplines et les centres de recherche.
  • Recruter des post-doctorants qui permettent d’approfondir le sujet. 

10 objectifs pour un “Campus durable”

Sciences Po s’engage aussi en tant qu’organisation, et présente en parallèle un plan d’action pour réduire l'empreinte écologique de tous ses campus et toutes ses activités, d’ici 2023 (pdf, 150 Ko). Directement inspiré par la consultation organisée en novembre 2019 auprès des étudiants, enseignants et salariés, ce plan se décline en dix objectifs :

1/ Réduire les déplacements les plus polluants 

2/ Réduire nos consommations d’eau et d’énergie

3/ Réduire notre pollution numérique

4/ Réduire les déchets plastiques à usage unique

5/ Réduire les consommations de papier

6/ Améliorer le tri sélectif

7/ Favoriser le réemploi

8/ Végétaliser nos campus et mettre en place une gestion durable de nos espaces verts

9/ Renforcer la politique d’achats responsables

10/ Améliorer l’offre alimentaire sur nos campus.

Ce plan pourra se fonder sur différentes initiatives lancées au cours des dernières années : politique de voyage écoresponsable, marchés publics avec critères environnementaux, suppression des bouteilles en plastique, copieurs mutualisés, tri et recyclage des déchets, etc.

Cet engagement institutionnel s’inscrit dans la continuité de ceux contractés en juillet 2019 lors du Sommet international de l’U7+ ainsi que dans le cadre du projet d’université européenne CIVICA. « C’est tout Sciences Po qui souhaite impulser une dynamique plus forte face à l’urgence planétaire et qui amplifie sa mobilisation pour agir, avec et pour ses étudiants, afin de préparer le monde de demain », résume Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po.

En savoir plus : 

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite