Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Le droit en héritage

Suzanne Basdevant est née le 15 août 1906, à Rennes. Sa mère, Renée Mallarmé, descendait d’une famille de juristes alsaciens qui, refusant de vivre sous le joug allemand, s’étaient installés en Algérie en 1871. Son père, Jules Basdevant, était professeur agrégé de droit international à l’université de Rennes et à l’École libre des Sciences Politiques. Il a certainement transmis son amour de l’étude des textes juridiques à sa fille Suzanne, l’aînée de ses sept enfants.

À l’issue de ses études, la jeune Suzanne gravit les échelons les uns après les autres. En 1932, elle devient la première femme agrégée en droit public. Ce qui l’amène à devenir la première femme titulaire d’une chaire dans cette discipline en étant nommée professeure de droit à la faculté de droit de Lyon, en 1933. 

Pionnière à tous les échelons

Petite et grande histoire sont ensuite intimement liées. Suzanne Basdevant épouse en 1937 Paul Bastid, alors ministre du Commerce dans le gouvernement de Léon Blum. Elle devient sa cheffe de cabinet. En 1940, ils sont tous deux exilés à bord du Massilia, puis s’engagent au sein du premier organe central de la Résistance. C’est d’ailleurs pendant la Seconde Guerre mondiale que Suzanne Bastid donne ses premiers cours en droit international à l’École libre des Sciences Politiques, non pas rue Saint-Guillaume mais au sein de son antenne ouverte en zone libre, à Lyon. La guerre terminée, elle devient la première enseignante titulaire d’un cours fondamental de l’Institut d’études politiques. Elle restera d’ailleurs la seule jusqu’en 1968. Elle est également professeure à l’université de Droit, d’Économie et des Sciences sociales de Paris.

Le directeur de Sciences Po Jacques Chapsal saluait ainsi son parcours, lors d’une allocution, en 1972 : « Je veux seulement dire les liens personnels que vous avez eus avec la rue Saint-Guillaume ; elle fut d’abord domiciliée pour vous quai Claude-Bernard, à Lyon, dans notre filiale de zone libre où, jeune agrégée de droit public, vous avez commencé à nous apporter votre concours pendant la période d’occupation. Et, il y a quelque 25 ans, vous recueilliez tout naturellement à l’Institut d’études politiques la chaire de Droit international public devenue vacante par le départ de votre père. Je n’ai pas besoin d’insister sur les qualités de l’excellent professeur que vous êtes. »

Des engagements à l’international

La période post-Seconde Guerre mondiale est un véritable laboratoire pour la pratique du droit international, auquel Suzanne Bastid participe activement. En 1948, elle est la première femme élue à l’Institut de droit international, qui a pour mission d’aider à apaiser les potentielles sources de conflit et à codifier le droit international public. Elle en sera la secrétaire générale de 1963 à 1969.

Elle fait également partie des premiers membres du Tribunal administratif des Nations Unies lors de sa création en 1950, et en est la présidente de 1953 à 1968. « Suzanne Bastid a été un fonctionnaire vraiment international. Son analyse a été calme, impartiale et objective ; elle n’a fait aucune attention aux préjugés nationaux qui sont si endémiques dans le monde international », tenait à souligner en 1972 Francis T.P. Plimpton, vice-président du Tribunal administratif des Nations Unies.

En 1955, elle fonde l’Annuaire français de droit international qui rassemble, tous les ans, l’actualité juridique internationale. Désireuse de promouvoir l’enseignement de la matière qu’elle affectionne tant, elle crée en 1968 la Société française pour le droit international, dont elle restera présidente pendant 20 ans.

La femme à l’épée

C’est de nouveau un rôle de femme pionnière qu’elle endosse lorsqu’elle est élue, le 22 mars 1971, à l’Académie des sciences morales et politiques. Jusqu’à présent, seule l’Académie des beaux-arts avait compté des personnes de sexe féminin parmi ses membres, uniquement à l’époque de l’Ancien régime.

« Ce destin qui semble être le vôtre d’ouvrir à la femme l’accès à des compagnies jusque-là réservées aux hommes et que vous accomplissez non par la revendication mais par la voie autrement irrésistible du savoir et du talent, a trouvé sa première consécration à l’Académie. » C’est par ces mots que le professeur R. J. Dupuy, secrétaire général de l’académie de Droit international de La Haye, félicitait Suzanne Bastid.

La remise de son épée d’académicienne, quelques mois plus tard, est l’occasion de s’interroger sur la pertinence de cette tradition. Lors de son allocution, le secrétaire général de l’Annuaire français de droit international fait part des doutes qui ont animé ses collaborateurs : « Était-ce une épée que l’on devait vous offrir ? (…) Les principes du droit international ne prohibent-ils pas l’usage de la force ? (…) Certes, les principes du droit international nous disaient qu’il ne saurait y avoir de discrimination selon le sexe et qu’il n’existait donc aucune raison de refuser à une femme académicienne ce que tous ses confrères pouvaient porter. »

L’un des traits de caractère qui ressort des témoignages sur la carrière de Suzanne Bastid est sa dévotion à son métier d’enseignante. L’un de ses anciens élèves, Yves Daudet, devenu professeur de droit détaillait : « Parmi vos multiples activités et alors que de si nombreux organismes bénéficient de votre pensée et de votre travail, vous veillez toujours à ce que l’université et vos étudiants passent avant le reste (…) Vous avez mis au service de votre enseignement l’expérience de la pratique du droit international. Il en résulte que votre enseignement est vivant et vrai. »

En savoir plus : 

Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite
“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

“Le vélo, c’est un levier de développement sobre”

Diplômée de l’École urbaine, Camille Gaumont emploie aujourd’hui son énergie à élargir la place du vélo dans l’espace urbain gigantesque et dense de Plaine Commune, qui regroupe 9 villes au nord de Paris. Un moyen de concilier son expertise sur la ville, sa passion pour la bicyclette, et sa volonté d’agir concrètement pour la planète. Entretien.

Lire la suite
Sciences Po, l'école des diplomates

Sciences Po, l'école des diplomates

Par Nicolas Scheffer, diplômé (2017), pour le magazine Émile - La diplomatie fait partie de l’ADN de Sciences Po depuis sa création en 1872. Près de 60 % des ambassadeurs français actuellement en poste sont issus de l'École, faisant ainsi la preuve que l’enseignement des relations internationales tel que pratiqué rue Saint-Guillaume est un incontournable pour les futurs diplomates. 

Lire la suite
Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

Hommage à Zeev Sternhell (1935-2020)

L’âpre controverse qui l’a opposé à plusieurs historiens de Sciences Po a failli l’occulter : Zeev Sternhell, mort le 21 juin 2020, fut à Sciences Po un étudiant de 3è cycle remarquable et remarqué. Sous la direction admirative de Jean Touchard, il soutint en octobre 1969 sa thèse sur Maurice Barrès, à l’issue d’une idylle intellectuelle dont témoigne son dossier de scolarité... 

Lire la suite
Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après deux ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

Lire la suite