Simone Veil, 1927-2017

Il y a un peu plus de 40 ans, Simone Veil prononçait à l’Assemblée Nationale le discours qui allait ouvrir la voie à l’autorisation de l’avortement en France. Ce discours historique compte parmi les plus grands, les plus controversés et les plus importants de l’histoire de la Ve République. Ce n’était pas la première fois que Simone Veil avait rendez-vous avec l’histoire ou qu’elle devait imposer ses convictions dans un monde d’hommes… Simone Veil avait été diplômée de Sciences Po en 1948. Hommage à une femme d’exception devenue figure majeure de l’Histoire.

A son entrée à Sciences Po en octobre 1945, la jeune Simone Jacob, 18 ans, a déjà payé un lourd tribut à l’Histoire. Son bac, elle l’a passé en mars 1944, la veille de son arrestation par la Gestapo. Son inscription rue Saint Guillaume, elle la fait moins de six mois après son retour des camps d'extermination, où sont morts presque tous les membres de sa famille. Son statut de déportée l’autorise à s’inscrire alors que l’examen d’entrée a déjà eu lieu, “dans une conférence regroupant les étudiants qui avaient eu des problèmes pendant la guerre, raconte-t-elle dans Une vie. Tous avaient eu des histoires particulières et fortes, ce qui n’empêchait pas certains de me regarder comme un ovni : non seulement j’avais connu la déportation, mais en plus… j’étais une fille !”. 

A l’époque, les études à Sciences Po durent trois ans : à l’issue de l’« Année Préparatoire » (AP) redoutée pour son élitisme et réputée “meilleure préparation” pour l’ENA, Simone Veil choisit la section “service public”, voie royale de ceux qui se destinent aux grands corps de l’État. Ovni elle est, ovni elle reste : dans un Sciences Po où le nombre de femmes passe péniblement la barre des 20 % en 1949/50 (elles étaient à peine plus de 10 % dans l’entre-deux-guerres), cette section est réputée pour être la plus masculine...

Dans ces années d’étudiante, entre 1945 et 1948, qu’elle décrit comme “un moment heureux et fort”, Simone Jacob fréquente davantage l’amphi Boutmy que les bancs de la faculté de droit où elle est également inscrite. Il faut dire qu’enseignent alors rue Saint-Guillaume les figures quasi légendaires des “pères fondateurs” de la science politique et de l’étude des relations internationales en France, André Siegfried et Pierre Renouvin. Parmi ses professeurs, on trouve aussi de jeunes talents comme Michel de Boissieu, normalien de 28 ans, grand résistant qui deviendra un jour le président de la banque Rothschild et l’un des plus fidèles amis du couple Veil.

Si elle “se tient à l’écart des étudiants de Sciences Po qui sortaient beaucoup et fréquentaient assidûment les cafés et les “caves” de Saint-Germain des Prés", Simone Veil tisse des amitiés solides avec son “petit groupe de camarades”, parmi lesquels Claude Pierre-Brossolette, Michel Goldet, Jean-François Poncet ou Marc Alexandre. Ce n’est pas en Boutmy mais durant un séjour au ski entre camarades que Simone Jacob rencontre Antoine Veil, qu’elle épouse à l’automne 46. 

Le 9 juillet 1948, Simone Veil, 21 ans, mariée, mère d’un premier enfant et en attente du deuxième, est diplômée de Sciences Po et bien décidée à entrer dans la vie professionnelle une fois que son mari aura terminé l’ENA. C’est ce qu’elle lui annonce en 1954 après la naissance de leur troisième fils. “Il n’en est pas question”, lui répond son mari. “Je ne me suis pas laissée faire”, explique Simone Veil. Reçue au concours de la magistrature en 1956 et armée d’une détermination à toute épreuve, Simone Veil démarre une carrière professionnelle et politique qui fera d’elle une figure majeure de l’Europe en reconstruction et de la France des IVe et Ve Républiques. Mais aussi une icône de la lutte pour les droits des femmes qui a fait adopter la loi dépénalisant l'avortement en 1974. Et une inlassable militante pour la transmission et la mémoire de la Shoah. 

Citation :

Ce que je trouvais passionnant à l’institut, c’étaient les conférences animées par des personnalités venues d’horizons divers et riches d’expériences variées. Plusieurs d’entre elles réintégraient à peine les postes administratifs qu’elles avaient perdus pendant la guerre.” (Simone Veil, Une vie)

Dates-clés :

1927 : naissance à Nice

1944 : déportation à Auschwitz Birkenau

1948 : diplômée de Sciences Po

1956 : reçue au concours de la magistrature.

1970 : secrétaire générale du Conseil supérieur de la magistrature

1974-79 : ministre de la Santé

1979-82 : présidente du Parlement européen

1998-2007 : membre du Conseil constitutionnel

2001-2007 : première Présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah

2008 : entrée à l’Académie française

30 juin 2017 : décès à Paris, à l'âge de 89 ans

1er juillet 2018 : entrée au Panthéon

En savoir plus

Sélection d'ouvrages de Simone Veil

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite