Simone Veil, 1927-2017

Il y a un peu plus de 40 ans, Simone Veil prononçait à l’Assemblée Nationale le discours qui allait ouvrir la voie à l’autorisation de l’avortement en France. Ce discours historique compte parmi les plus grands, les plus controversés et les plus importants de l’histoire de la Ve République. Ce n’était pas la première fois que Simone Veil avait rendez-vous avec l’histoire ou qu’elle devait imposer ses convictions dans un monde d’hommes… Simone Veil avait été diplômée de Sciences Po en 1948. Hommage à une femme d’exception devenue figure majeure de l’Histoire.

A son entrée à Sciences Po en octobre 1945, la jeune Simone Jacob, 18 ans, a déjà payé un lourd tribut à l’Histoire. Son bac, elle l’a passé en mars 1944, la veille de son arrestation par la Gestapo. Son inscription rue Saint Guillaume, elle la fait moins de six mois après son retour des camps d'extermination, où sont morts presque tous les membres de sa famille. Son statut de déportée l’autorise à s’inscrire alors que l’examen d’entrée a déjà eu lieu, “dans une conférence regroupant les étudiants qui avaient eu des problèmes pendant la guerre, raconte-t-elle dans Une vie. Tous avaient eu des histoires particulières et fortes, ce qui n’empêchait pas certains de me regarder comme un ovni : non seulement j’avais connu la déportation, mais en plus… j’étais une fille !”. 

A l’époque, les études à Sciences Po durent trois ans : à l’issue de l’« Année Préparatoire » (AP) redoutée pour son élitisme et réputée “meilleure préparation” pour l’ENA, Simone Veil choisit la section “service public”, voie royale de ceux qui se destinent aux grands corps de l’État. Ovni elle est, ovni elle reste : dans un Sciences Po où le nombre de femmes passe péniblement la barre des 20 % en 1949/50 (elles étaient à peine plus de 10 % dans l’entre-deux-guerres), cette section est réputée pour être la plus masculine...

Dans ces années d’étudiante, entre 1945 et 1948, qu’elle décrit comme “un moment heureux et fort”, Simone Jacob fréquente davantage l’amphi Boutmy que les bancs de la faculté de droit où elle est également inscrite. Il faut dire qu’enseignent alors rue Saint-Guillaume les figures quasi légendaires des “pères fondateurs” de la science politique et de l’étude des relations internationales en France, André Siegfried et Pierre Renouvin. Parmi ses professeurs, on trouve aussi de jeunes talents comme Michel de Boissieu, normalien de 28 ans, grand résistant qui deviendra un jour le président de la banque Rothschild et l’un des plus fidèles amis du couple Veil.

Si elle “se tient à l’écart des étudiants de Sciences Po qui sortaient beaucoup et fréquentaient assidûment les cafés et les “caves” de Saint-Germain des Prés", Simone Veil tisse des amitiés solides avec son “petit groupe de camarades”, parmi lesquels Claude Pierre-Brossolette, Michel Goldet, Jean-François Poncet ou Marc Alexandre. Ce n’est pas en Boutmy mais durant un séjour au ski entre camarades que Simone Jacob rencontre Antoine Veil, qu’elle épouse à l’automne 46. 

Le 9 juillet 1948, Simone Veil, 21 ans, mariée, mère d’un premier enfant et en attente du deuxième, est diplômée de Sciences Po et bien décidée à entrer dans la vie professionnelle une fois que son mari aura terminé l’ENA. C’est ce qu’elle lui annonce en 1954 après la naissance de leur troisième fils. “Il n’en est pas question”, lui répond son mari. “Je ne me suis pas laissée faire”, explique Simone Veil. Reçue au concours de la magistrature en 1956 et armée d’une détermination à toute épreuve, Simone Veil démarre une carrière professionnelle et politique qui fera d’elle une figure majeure de l’Europe en reconstruction et de la France des IVe et Ve Républiques. Mais aussi une icône de la lutte pour les droits des femmes qui a fait adopter la loi dépénalisant l'avortement en 1974. Et une inlassable militante pour la transmission et la mémoire de la Shoah. 

Citation :

Ce que je trouvais passionnant à l’institut, c’étaient les conférences animées par des personnalités venues d’horizons divers et riches d’expériences variées. Plusieurs d’entre elles réintégraient à peine les postes administratifs qu’elles avaient perdus pendant la guerre.” (Simone Veil, Une vie)

Dates-clés :

1927 : naissance à Nice

1944 : déportation à Auschwitz Birkenau

1948 : diplômée de Sciences Po

1956 : reçue au concours de la magistrature.

1970 : secrétaire générale du Conseil supérieur de la magistrature

1974-79 : ministre de la Santé

1979-82 : présidente du Parlement européen

1998-2007 : membre du Conseil constitutionnel

2001-2007 : première Présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah

2008 : entrée à l’Académie française

30 juin 2017 : décès à Paris, à l'âge de 89 ans

1er juillet 2018 : entrée au Panthéon

En savoir plus

Sélection d'ouvrages de Simone Veil

Handicap :

Handicap : "En parler sans tabou"

Diplômée 2018 du master en Sécurité internationale de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Marie-Line a passé le prestigieux concours du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via une voie spécifique de recrutement dédiée aux personnes en situation de handicap. Dans deux mois, elle prendra son premier emploi en tant que “secrétaire des Affaires étrangères”, un poste de catégorie A. Préparation des concours, futures missions à l’étranger ou encore accompagnement du handicap à Sciences Po, elle nous détaille son parcours.

Lire la suite
De Nairobi à Paris

De Nairobi à Paris

Sciences Po et l’université de Strathmore ouvrent un nouveau double diplôme en bachelor et master. Cette formation permettra aux étudiants de premier cycle inscrits à l’université de Strathmore d’obtenir, en cinq ans, un diplôme de bachelor de l’université de Strathmore suivi d’un diplôme de master de Sciences Po.

Lire la suite

"L'amour des textes"

Qu’est-ce qui peut réunir une ancienne ministre de la Culture et des étudiants réfugiés dans une salle de cours ? L'amour des textes d'Albert Camus et de Victor Hugo ! Avec la culture comme langage universel et outil d’intégration, Aurélie Filippetti transmet sa passion des grands textes aux étudiants réfugiés accueillis par Sciences Po depuis 2015. Quand littérature rime avec ouverture...

Lire la suite
FEMPO, la success story

FEMPO, la success story

FEMPO est une start-up qui propose des culottes en tissu lavable destinées à remplacer les protections hygiéniques. Accompagné par l’incubateur de Sciences Po en 2018, ce projet est né de la rencontre de deux alumnae, Fanny Abes, diplômée du master en politique économique internationale, et Claudette Lovencin, diplômée du master en politique publique. Lire la suite

Une histoire de femmes

Une histoire de femmes

Des premières étudiantes entrées dans nos murs en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment la place des femmes a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Sciences Po 3ème université mondiale en

Sciences Po 3ème université mondiale en "science politique et relations internationales"

Sciences Po améliore encore son positionnement international en "science politique et relations internationales" en passant de la quatrième à la troisième place mondiale dans le classement international QS 2019 des meilleures universités par discipline, dévoilé ce 26 février 2019. Classée derrière Harvard et Oxford, Sciences Po est la première université d'Europe continentale dans cette discipline, devant LSE et Cambridge.

Lire la suite
“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

La persuasion de masse n’est pas née avec Internet, mais le numérique et les réseaux sociaux marquent une révolution dans l’histoire de la propagande. Loin d’avoir disparu avec les régimes totalitaires du XXè siècle, la voici plus présente, plus efficace, et plus dangereuse que jamais pour la démocratie. Entretien avec David Colon, historien et enseignant à Sciences Po, sur son ouvrage Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite
Une semaine de visites exceptionnelles à Vienne

Une semaine de visites exceptionnelles à Vienne

Depuis 15 ans, les étudiants du campus de Nancy se rendent pendant une semaine à Vienne, Bruxelles ou Berlin pour y effectuer un séjour d’étude. Cette année, la promotion de première année s’est rendue dans la capitale autrichienne. Au programme : des visites d’institutions européennes et internationales, des rencontres avec des experts et des politiques… mais aussi la culture avec une visite célèbre du célèbre opéra de Vienne. Retour en vidéo sur un séjour riche d’enseignements.

Lire la suite