Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

La relation de l’École avec les femmes commence quelques années à peine après sa fondation. C’est le don de la duchesse de Galliera, il y a 140 ans, qui permet à l’institution de se fixer définitivement rue Saint-Guillaume, en 1882.

La question de l’admission des femmes est soulevée dès 1904, alors que trois candidates veulent accéder à l’enseignement de l’École libre des Sciences Politiques encore réservé aux hommes. Bien que favorable à leur intégration, le directeur Émile Boutmy reste prudent : il veut à tout prix écarter les « femmes légères dont le but serait d’ébaucher des liaisons avec les fils de familles qui composent la majorité de nos auditoires, et les curieuses qui viendraient à l’École comme on va à une partie de plaisir ». Plus réfractaires, d’autres personnalités de l’École sont clairement contre et citent le théorème de Siegfried : « Une jeune fille pas trop laide, c’est cinq garçons qui ne travaillent pas. » Finalement, le conseil d’administration est convaincu que les femmes pourraient constituer une distraction pour les étudiants masculins. Les portes resteront donc fermées à la gent féminine jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

Une intégration progressive

En 1919, enfin autorisées à candidater, les femmes sont malgré tout victimes d’une sélection discriminatoire : pour étudier rue Saint-Guillaume, elles doivent être titulaires du baccalauréat, contrairement à leurs homologues masculins. Les premières étudiantes font alors discrètement leur entrée. Sur les sept admises, cinq sont de nationalité étrangère. La première diplômée, Miriam Jaffé, s’en sort brillamment en obtenant son diplôme, en 1920, avec la mention « très bien ». En 1921, on dénombre 15 femmes étudiantes. Leur nombre croît progressivement mais ne dépasse pas 10 à 13 % du corps étudiant pendant la période de l’entre-deux-guerres.

Chrono femmes 1

© Stéphanie Samper / Sciences Po

Les étrangères sont majoritairement présentes dans la section diplomatique, quand les Françaises préfèrent la section dite générale. En 1931, la condition d’accès à l’École libre des Sciences Politiques (être titulaire d’un baccalauréat), auparavant discriminante pour les femmes, est étendue aux étudiants masculins. Mais une nouvelle condition leur sera imposée pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alors que l’École libre des Sciences Politiques poursuit son activité pendant l’Occupation, un examen spécial d’admission est imposé aux jeunes filles à partir de 1941. On ne compte alors plus que 3 à 4 % d’étudiantes parmi les effectifs. Paradoxalement, c’est à la même époque qu’une avancée pour la place des femmes a lieu au sein de l’École : dans l’antenne ouverte en zone libre à Lyon, Suzanne Basdevant-Bastid devient la première enseignante titulaire d’un cours fondamental (Droit international).

1945 est une année charnière : le droit de vote est accordé aux femmes et l’École libre des Sciences Politiques est remplacée par l’Institut d’études politiques de Paris. La même année, l’artiste Gaston Pirou convainc l’institution de ne plus limiter le nombre de femmes. Il défend qu’elles « sont électrices et éligibles » et que, désormais, rien ne justifie cette limitation. Tous les candidats, sans distinction de sexe, sont désormais soumis au même examen d’entrée.

En 1949-1950, les femmes représentent 20 % du corps étudiant. Timidement, elles deviennent des étudiantes comme les autres. Mais même diplômées, les femmes échappent difficilement aux stéréotypes qui les cantonnent à des fonctions de sténographes. Côté enseignement, la présence des femmes au sein de l’institution stagne depuis l’arrivée de Suzanne Basdevant-Bastid. Elle restera la seule femme titulaire d’un cours magistral jusqu’en 1968.

Le temps des conquêtes

Par-delà la possibilité d’étudier, la question de l’égalité des sexes surgit dans les années 1960. C’est également pendant cette période que les femmes font leur entrée dans le monde de la recherche à Sciences Po. Le Centre de recherches internationales (CERI) et le Centre de recherche politique (CEVIPOF) accueillent plusieurs chercheuses, à l’image d’Hélène Carrère d’Encausse et de Janine Mossuz-Lavau.

Chrono femmes 2

© Stéphanie Samper / Sciences Po

En 1968, des commissions du Conseil étudiant planchent sur les « problèmes des étudiantes ». Ces mobilisations permettent aux femmes d’être visibles au sein de l’École, mais les instances mises en place à l’occasion de ces évènements restent malgré tout majoritairement masculines. De 1969 à 1979, elles sont à peine 18 sur les 167 étudiants élus.

Côté recherche, la première femme à être nommée directrice de laboratoire est Annick Percheron, directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la socialisation politique. En 1987, elle prend la tête du prestigieux CEVIPOF.

Enfin, l’égalité

Malgré des débuts difficiles, une constante est sûre : depuis les années 1930, la proportion d’étudiantes augmente lentement mais sûrement. Elles sont 10 à 13 % dans les années 1930, 20 % environ à la fin des années 1940 et 30 % en 1975. Un nombre de femmes dans l’enseignement supérieur qui reste cependant en deçà de la moyenne nationale de 47,5 %, selon l’Observatoire des inégalités.

Le nombre d’étudiantes augmente petit à petit jusqu’à atteindre 51 % en 1999, notamment grâce à la réforme de 1989 portant sur les modalités d’admission sur mention « très bien » au bac. Depuis, les étudiantes sont de plus en plus nombreuses chaque année. Elles ont fini par intégrer toutes les sections de l’École, y compris les plus prestigieuses, historiquement masculines.

Chrono femmes 3

© Stéphanie Samper / Sciences Po

Les années 2000 sont marquées à Sciences Po par des politiques volontaristes en faveur de l’égalité femmes-hommes. En 2010, PRESAGE, le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre, est créé par Hélène Périvier et Françoise Milewski. La dynamique aboutit à une centaine de cours sur le genre, le lancement d’un domaine Genre aux Presses de Sciences Po et, plus récemment, celui d’un Certificat égalité femmes-hommes et politiques publiques au sein de l’École d’affaires publiques.

À la suite de sa prise de fonctions à la tête de Sciences Po en 2013, Frédéric Mion affiche une volonté d’exemplarité dans le domaine de l’égalité femmes-hommes. Une mission dédiée à ce sujet est créée au sein du secrétariat général de l’École et des femmes sont nommées à des postes stratégiques : secrétariat général, direction scientifique, direction des études et de la scolarité, direction du Collège universitaire, direction de la stratégie et du développement ou encore direction juridique.

En 2015, une cellule de veille et d’écoute est créée pour accompagner toute personne de Sciences Po exposée à des agissements sexistes et à des violences sexuelles. Dernière action de grande ampleur : le nom de deux célèbres diplômées, Simone Veil et Jeannie de Clarens, est choisi pour rebaptiser deux amphithéâtres du campus de Paris. Une annonce qui a lieu le 8 mars 2018, à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du Magazine Émile

Pour en savoir plus : 

Vous avez raté la Journée portes ouvertes ? Voici un programme de rattrapage

Vous avez raté la Journée portes ouvertes ? Voici un programme de rattrapage

La Journée portes ouvertes 2020 du bachelor a rassemblé 12 000 visiteurs en ligne samedi 14 novembre dernier ! Si vous n'avez pas pu assister aux différents ateliers, voici quelques émissions à voir en replay qui vous permettront de savoir l'essentiel sur Sciences Po, son programme de premier cycle, et les nouvelles modalités d'admission. De quoi vous motiver pour oser Sciences Po !

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po, mis à l'honneur dans le cadre du Mois de l’Innovation Publique de novembre 2020. 

Lire la suite
Histoire globale & internationale : un nouveau double diplôme Sciences Po / King's College

Histoire globale & internationale : un nouveau double diplôme Sciences Po / King's College

Sciences Po et King's College London, partenaires de longue date, renforcent leurs liens avec la création d'un double diplôme de master en histoire globale et internationale. Une formation unique qui combine l'expertise de deux des meilleurs centres européens d'études en histoire. Mario Del Pero, Professeur des universités à Sciences Po, directeur des études doctorales en histoire et artisan de ce double diplôme, répond à nos questions. 

Lire la suite
Migrations : découvrez le dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche

Migrations : découvrez le dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche

Les groupes sociaux ainsi que les individus se sont toujours déplacés, plus ou moins durablement. Ces mobilités diverses dans le temps et l’espace, sont marquées par la multiplicité de leurs motifs, de leurs trajectoires et de leurs répercussions. En découle l’impératif de les analyser avec une attention tout aussi plurielle. Les nombreuses recherches conduites à Sciences Po, en particulier  au sein du groupe Migration et Diversité répondent à cette exigence et visent à développer de nouvelles approches. Le dernier dossier de Cogito, le magazine de la recherche, présente un aperçu de leur richesse. 

Lire la suite
Candidats en bachelor : nos conseils pour rédiger vos écrits personnels

Candidats en bachelor : nos conseils pour rédiger vos écrits personnels

Vous souhaitez intégrer Sciences Po en première année ? Commencez à préparer votre candidature sans attendre ! Nouveauté pour la rentrée 2021 : vous devrez présenter dans votre dossier trois exercices rédactionnels. Ces “écrits personnels” forment l’une des quatre épreuves de la procédure : voici quelques conseils et rappels utiles pour la réussir au mieux. 

Lire la suite
Huit nouveaux chercheurs à Sciences Po

Huit nouveaux chercheurs à Sciences Po

Sciences Po accueille cette année huit nouveaux membres dans sa  faculté permanente. Huit chercheuses et chercheurs qui, chacun dans leur domaine, ouvrent des portes sur de nouveaux savoirs pour notre recherche et nos enseignements. Ces nouvelles têtes (pensantes) viennent étoffer notre dispositif de recherche, irriguer les cours, et renforcer l'engagement de Sciences Po dans le débat public. Découvrez leurs profils !

Lire la suite
Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

La pluridisciplinarité. La troisième année à l’étranger. L’histoire. La science politique. Étudier à Paris. Ne pas étudier à Paris. Chaque étudiant a sa raison bien à lui de choisir le bachelor de Sciences Po. Mais de quelles sciences humaines et sociales parle-t-on ? À quoi cela peut-il bien servir plus tard ? À quelques jours de notre Journée Portes Ouvertes 2020, entretien avec la doyenne du Collège universitaire, Stéphanie Balme, sur cette formation “iconique” du parcours à Sciences Po.

Lire la suite
La mobilité étudiante ou la maîtrise de la multiculturalité

La mobilité étudiante ou la maîtrise de la multiculturalité

CIVICA - L'Université européenne de sciences sociales, encourage les échanges et la coopération entre ses huit institutions membres, à tous les niveaux. Cette ambitieuse initiative permet de multiplier les opportunités pour les étudiants et préparer au mieux la prochaine génération de citoyens à construire un avenir commun au-delà des frontières. Nous avons rencontré Stefan Pfalzer, ambassadeur CIVICA et étudiant en master du double diplôme entre Sciences Po et la London School of Economics. De double nationalité autrichienne et égyptienne, Stefan Pfalzer a grandi en Autriche. Pour son diplôme de premier cycle, il avait étudié à l'Université de Vienne puis passé sa troisième année à Sciences Po à Paris.

Lire la suite