Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

La relation de l’École avec les femmes commence quelques années à peine après sa fondation. C’est le don de la duchesse de Galliera, il y a 140 ans, qui permet à l’institution de se fixer définitivement rue Saint-Guillaume, en 1882.

La question de l’admission des femmes est soulevée dès 1904, alors que trois candidates veulent accéder à l’enseignement de l’École libre des Sciences Politiques encore réservé aux hommes. Bien que favorable à leur intégration, le directeur Émile Boutmy reste prudent : il veut à tout prix écarter les « femmes légères dont le but serait d’ébaucher des liaisons avec les fils de familles qui composent la majorité de nos auditoires, et les curieuses qui viendraient à l’École comme on va à une partie de plaisir ». Plus réfractaires, d’autres personnalités de l’École sont clairement contre et citent le théorème de Siegfried : « Une jeune fille pas trop laide, c’est cinq garçons qui ne travaillent pas. » Finalement, le conseil d’administration est convaincu que les femmes pourraient constituer une distraction pour les étudiants masculins. Les portes resteront donc fermées à la gent féminine jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

Une intégration progressive

En 1919, enfin autorisées à candidater, les femmes sont malgré tout victimes d’une sélection discriminatoire : pour étudier rue Saint-Guillaume, elles doivent être titulaires du baccalauréat, contrairement à leurs homologues masculins. Les premières étudiantes font alors discrètement leur entrée. Sur les sept admises, cinq sont de nationalité étrangère. La première diplômée, Miriam Jaffé, s’en sort brillamment en obtenant son diplôme, en 1920, avec la mention « très bien ». En 1921, on dénombre 15 femmes étudiantes. Leur nombre croît progressivement mais ne dépasse pas 10 à 13 % du corps étudiant pendant la période de l’entre-deux-guerres.

Chrono femmes 1

© Stéphanie Samper / Sciences Po

Les étrangères sont majoritairement présentes dans la section diplomatique, quand les Françaises préfèrent la section dite générale. En 1931, la condition d’accès à l’École libre des Sciences Politiques (être titulaire d’un baccalauréat), auparavant discriminante pour les femmes, est étendue aux étudiants masculins. Mais une nouvelle condition leur sera imposée pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alors que l’École libre des Sciences Politiques poursuit son activité pendant l’Occupation, un examen spécial d’admission est imposé aux jeunes filles à partir de 1941. On ne compte alors plus que 3 à 4 % d’étudiantes parmi les effectifs. Paradoxalement, c’est à la même époque qu’une avancée pour la place des femmes a lieu au sein de l’École : dans l’antenne ouverte en zone libre à Lyon, Suzanne Basdevant-Bastid devient la première enseignante titulaire d’un cours fondamental (Droit international).

1945 est une année charnière : le droit de vote est accordé aux femmes et l’École libre des Sciences Politiques est remplacée par l’Institut d’études politiques de Paris. La même année, l’artiste Gaston Pirou convainc l’institution de ne plus limiter le nombre de femmes. Il défend qu’elles « sont électrices et éligibles » et que, désormais, rien ne justifie cette limitation. Tous les candidats, sans distinction de sexe, sont désormais soumis au même examen d’entrée.

En 1949-1950, les femmes représentent 20 % du corps étudiant. Timidement, elles deviennent des étudiantes comme les autres. Mais même diplômées, les femmes échappent difficilement aux stéréotypes qui les cantonnent à des fonctions de sténographes. Côté enseignement, la présence des femmes au sein de l’institution stagne depuis l’arrivée de Suzanne Basdevant-Bastid. Elle restera la seule femme titulaire d’un cours magistral jusqu’en 1968.

Le temps des conquêtes

Par-delà la possibilité d’étudier, la question de l’égalité des sexes surgit dans les années 1960. C’est également pendant cette période que les femmes font leur entrée dans le monde de la recherche à Sciences Po. Le Centre de recherches internationales (CERI) et le Centre de recherche politique (CEVIPOF) accueillent plusieurs chercheuses, à l’image d’Hélène Carrère d’Encausse et de Janine Mossuz-Lavau.

Chrono femmes 2

© Stéphanie Samper / Sciences Po

En 1968, des commissions du Conseil étudiant planchent sur les « problèmes des étudiantes ». Ces mobilisations permettent aux femmes d’être visibles au sein de l’École, mais les instances mises en place à l’occasion de ces évènements restent malgré tout majoritairement masculines. De 1969 à 1979, elles sont à peine 18 sur les 167 étudiants élus.

Côté recherche, la première femme à être nommée directrice de laboratoire est Annick Percheron, directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la socialisation politique. En 1987, elle prend la tête du prestigieux CEVIPOF.

Enfin, l’égalité

Malgré des débuts difficiles, une constante est sûre : depuis les années 1930, la proportion d’étudiantes augmente lentement mais sûrement. Elles sont 10 à 13 % dans les années 1930, 20 % environ à la fin des années 1940 et 30 % en 1975. Un nombre de femmes dans l’enseignement supérieur qui reste cependant en deçà de la moyenne nationale de 47,5 %, selon l’Observatoire des inégalités.

Le nombre d’étudiantes augmente petit à petit jusqu’à atteindre 51 % en 1999, notamment grâce à la réforme de 1989 portant sur les modalités d’admission sur mention « très bien » au bac. Depuis, les étudiantes sont de plus en plus nombreuses chaque année. Elles ont fini par intégrer toutes les sections de l’École, y compris les plus prestigieuses, historiquement masculines.

Chrono femmes 3

© Stéphanie Samper / Sciences Po

Les années 2000 sont marquées à Sciences Po par des politiques volontaristes en faveur de l’égalité femmes-hommes. En 2010, PRESAGE, le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre, est créé par Hélène Périvier et Françoise Milewski. La dynamique aboutit à une centaine de cours sur le genre, le lancement d’un domaine Genre aux Presses de Sciences Po et, plus récemment, celui d’un Certificat égalité femmes-hommes et politiques publiques au sein de l’École d’affaires publiques.

À la suite de sa prise de fonctions à la tête de Sciences Po en 2013, Frédéric Mion affiche une volonté d’exemplarité dans le domaine de l’égalité femmes-hommes. Une mission dédiée à ce sujet est créée au sein du secrétariat général de l’École et des femmes sont nommées à des postes stratégiques : secrétariat général, direction scientifique, direction des études et de la scolarité, direction du Collège universitaire, direction de la stratégie et du développement ou encore direction juridique.

En 2015, une cellule de veille et d’écoute est créée pour accompagner toute personne de Sciences Po exposée à des agissements sexistes et à des violences sexuelles. Dernière action de grande ampleur : le nom de deux célèbres diplômées, Simone Veil et Jeannie de Clarens, est choisi pour rebaptiser deux amphithéâtres du campus de Paris. Une annonce qui a lieu le 8 mars 2018, à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du Magazine Émile

Pour en savoir plus : 

Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

Des sculptures pour le futur campus : découvrez l’artiste lauréat !

À son ouverture, le nouveau site du 1, Saint Thomas accueillera des étudiants, des chercheurs, des enseignants, mais aussi des sculptures ! Celles d’un jeune artiste colombien, Iván Argote, que notre jury vient de choisir pour inviter la création contemporaine dans cet écrin patrimonial. Avec un groupe d’étudiants, il démarre la création d’une série d’œuvres, parfois bancs, parfois sculptures, toujours porteuses de symboles et de messages... Découvrez son parcours et sa vision. 

Lire la suite
Covid-19 : une crise organisationnelle

Covid-19 : une crise organisationnelle

La crise du Covid-19 révèle la difficulté des décideurs à appréhender des problèmes complexes : pour les sociologues Olivier Borraz et Henri Bergeron (CSO), le réflexe qui consiste à créer de nouvelles organisations en réponse à l’incertitude a fait la preuve de son inefficacité. Selon eux, les dirigeants devraient, face aux défis de la crise sanitaire en cours, adopter une démarche scientifique plutôt que d’attendre de la science une vérité absolue. Entretien.                        

Lire la suite
Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

Olivier Duhamel : “Vous allez apprendre à penser par vous-mêmes”

C’est une leçon de rentrée historique à tous points de vue qui s’est déroulée ce jeudi 10 septembre 2020 : délivrée en ligne, l’intervention d’Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques, s’adressait à tous les étudiants du Collège universitaire, mais aussi à un large public grâce à une diffusion en direct sur Youtube. “Argumentez, doutez, écrivez, découvrez qui vous êtes, et faites l’amitié” : l’éminent Professeur de droit constitutionnel a prodigué ses conseils et répondu aux questions des étudiants. Une ode à l’esprit de liberté, à revoir en intégralité. 

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

Plus que quelques jours pour participer à la quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour se lancer. 

Lire la suite
Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Enseignement : qu’est-ce que la pédagogie hybride ?

Après un semestre de printemps qui a basculé en ligne dans l'urgence, le semestre d'automne démarre à Sciences Po sous le signe du "double campus", avec des cours au format largement réinventé. À quelques jours de la rentrée fixée au 14 septembre 2020, tour d'horizon de cette réinvention pédagogique avec Delphine Grouès, Directrice de l'Institut des compétences et de l'innovation. 

Lire la suite

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Paris : quoi de neuf sur le chantier du futur campus ?

Lorsque l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue, il deviendra le cœur du futur campus parisien. Pour le moment, sous les échafaudages, le lieu poursuit sa transformation grâce aux grandes machines et aux hommes de l’art. Aperçu du chantier sous l’œil de notre photographe, Martin Argyroglo.

Lire la suite
“Apprendre le droit sans le sacraliser”

“Apprendre le droit sans le sacraliser”

Doyen délégué de l’École de droit depuis un an, Sébastien Pimont prend à la rentrée de septembre 2020 la succession de Christophe Jamin en tant que doyen. Une relève préparée de longue date, et qui intervient dans un contexte pédagogique inédit. Pas de quoi effrayer ce Professeur des universités qui y voit l’opportunité de poursuivre la réinvention pédagogique permanente, marque de fabrique de l’École de droit. Entretien.

Lire la suite