Rula Ghani, “First Lady” d’Afghanistan, promo 1969

Être une jeune fille rangée, étrangère et loin de sa famille, dans le Paris de mai 68. Être une jeune fille tout court dans le Sciences Po de 1967 qui ne compte que 25% d’étudiantes. 47 ans plus tard, être en Afghanistan la première “First Lady” d’un pays qui n’avait jamais vu le visage d’une femme de président. “J’ai appris à m’adapter”, résume modestement Rula Ghani, qui incarne aujourd’hui pour les femmes afghanes un espoir et un exemple. À l’occasion de sa conférence à Sciences Po vendredi 13 octobre 2017, retour sur les années étudiantes de cette diplômée d’exception.

Inscrite en 1966 en “Année préparatoire”, la jeune Rolla Saadé - son nom de jeune fille - arrive rue Saint-Guillaume avec la “vague démographique” des années 60, qui porte à 4000 le nombre d’étudiants à Sciences Po. De nationalité libanaise, elle fait partie des quelques 700 étrangers qui fréquentent l’établissement, soit environ 20 % du corps étudiant - on est loin des 50% de 2017. Elle loge à quelques pas des amphithéâtres, dans un “Foyer Sainte-Odile” sis au 34 de la rue Saint-Guillaume. Les notes et les appréciations du dossier de l’étudiante Saadé confirment la redoutable réputation de la fameuse “Année préparatoire” - si exigeante que les 50% d’étudiants qui n’étaient pas éliminés à l’examen final se considéraient comme les seuls “vrais Sciences Po”. “Attentive, travailleuse, manque encore de méthode et de maturité”, relève son professeur d’histoire-géographie. Étudiante très moyenne en 1ère année, elle se distingue en anglais où son professeur salue “son niveau nettement supérieur aux étudiants du groupe”. Pas étonnant que la première dame afghane parle aujourd’hui cinq langues…

“Une élève modèle, si cette catégorie existait”

Difficile, l’année préparatoire (à condition de survivre à l’examen) constituait aussi le meilleur des entraînements pour la suite du parcours à Sciences Po. Reçue (de justesse) à l’examen final, la jeune Rolla Saadé devient une très bonne étudiante de la section “Relations Internationales”, qui accueille alors nombre d’étudiants étrangers, où elle suit les cours de l’historien des relations internationales Jean-Baptiste Duroselle, du diplomate Jean Laloy et de la juriste Suzanne Bastid, autre pionnière qui l’inspira sans doute, puisqu’elle était la seule femme avec Hélène Carrère d’Encausse titulaire d’un cours magistral de 1945 à 1972... Parmi ses choix de cours : “Les pays en voie de développement”, “Les très grandes puissances” ou encore “Le Proche-Orient”. “De l’intelligence et une fraîcheur parfois naïve”, relève un de ses professeurs, qui apprécie “ses vues personnelles et originales”. En relations internationales, son professeur note sa “grande curiosité d’esprit et son jugement solide”. “Une élève modèle, si cette catégorie existait”, s’enthousiasme son professeur d’anglais.

Un modèle d’émancipation pour les femmes

Elle obtient son diplôme de Sciences Po en 1969 et rejoint l’université américaine de Beyrouth, “durablement inspirée” par l’effervescence de 1968 à Paris. C’est là qu’elle obtient un master de science politique et qu’elle rencontre son mari, Ashraf Ghani, élu en 2014 président de la république d’Afghanistan. À ses côtés, elle va mener sa propre révolution, sereine et déterminée : l’invention d’un rôle de “Première dame” qui n’avait pas de précédent dans ce pays. Auparavant dans l’ombre, la “First Lady” façon Rula Ghani est une personnalité publique qui s’entoure d’une équipe, dispose de locaux où elle reçoit tout le pays, répond à ses e-mails et représente “un modèle d’émancipation” pour toutes les femmes du pays. Un de ces “esprits libres” qui ferait la fierté du fondateur de Sciences Po, Émile Boutmy.

13 octobre 2017 : Rula Ghani à Sciences Po

Sources

  • Dossier de scolarité de Rolla Saadé conservé aux archives de Sciences Po
  • Sciences Po Stories, la fresque historique

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

 

 

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019 ?

Par Sandrine Perrot et Didier Péclard - Roland Marchal, incarcéré en Iran depuis juin 2019, est sociologue, chercheur CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1997. Il a consacré l’essentiel de son œuvre à l’analyse des guerres civiles en Afrique subsaharienne, notamment dans leur rapport à la formation des États. Homme de terrain, chercheur infatigable, méticuleux et exigeant, Roland Marchal est l’un des plus fins connaisseurs de la Somalie, mais son expertise s’étend à toute la Corne de l’Afrique, au Tchad, à la République centrafricaine et au Mali.

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite
Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Qui est Fariba Adelkhah, incarcérée en Iran depuis juin 2019 ?

Par Jean-François Bayart - Incarcérée depuis le début du mois de juin en Iran, Fariba Adelkhah, spécialiste de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie politique de l’Iran postrévolutionnaire, est chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) depuis 1993. Ses travaux initiaux portaient sur les femmes et la Révolution islamique. Ses recherches actuelles portent sur la circulation des clercs chiites entre l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak. Portrait scientifique de cette chercheuse de terrain, reconnue internationalement et respectée par ses pairs, aujourd'hui prisonnière scientifique.

Lire la suite
“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po

“Venir d’un lycée de zone rurale et faire Sciences Po"

A l’origine association dédiée uniquement aux jeunes basques, “Des territoires aux grandes écoles” est aujourd’hui une fédération établie à l’échelle de toute la France. Son objectif ? Encourager les lycéens des zones rurales à oser candidater dans l’enseignement supérieur. Interview avec Mandine Pichon Paulard, étudiante et présidente de l’antenne Sciences Po de l’association. 

Lire la suite
16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 nouveaux chercheurs à Sciences Po

16 académiques permanents ont rejoint Sciences Po en cette rentrée 2019. Une grande diversité les caractérise, qu'il s'agisse de leurs universités d'origine, de leurs parcours, de leurs disciplines ou encore de leurs spécialités.

Lire la suite
Solitude moderne

Solitude moderne

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un

Jeremy Rifkin : transformer nos sociétés grâce à un "New Deal vert"

Révolutionner l'économie pour sauver la planète : oui, mais comment ? Jeremy Rifkin était le 17 octobre 2019 l'invité de Sciences Po pour défendre son "New Deal vert", un ambitieux programme visant à penser l'après-carbone. Pour l'essayiste américain, spécialiste des questions énergétiques et climatiques, il ne faudra qu'une décennie pour voir les énergies fossiles s'effondrer. Il est dès lors urgent de construire un nouveau modèle de société.

Lire la suite
Erasmus : Vivre L’Europe

Erasmus : Vivre L’Europe

Sur l'année universitaire 2018-2019, plus de 500 étudiants de Sciences Po ont participé à un programme Erasmus+, et 650 ont été reçus à Sciences Po : comme chaque année, Sciences Po participe activement au programme Erasmus ! Notre université n’est pas seulement membre active de ce programme, elle est aussi impliquée dans de nombreuses initiatives visant à construire une Europe plus forte et plus unifiée dans les domaines de l'éducation et de la mobilité. 

Lire la suite
Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

La pluridisciplinarité. La troisième année à l’étranger. L’histoire. La science politique. Étudier à Paris. Ne pas étudier à Paris. Chaque étudiant a sa raison bien à lui de choisir le bachelor de Sciences Po. Mais de quelles sciences humaines et sociales parle-t-on ? À quoi cela peut-il bien servir plus tard ? Entretien avec la doyenne du Collège universitaire, Stéphanie Balme, sur cette formation “iconique” du parcours à Sciences Po.

Lire la suite