Qu'apprend-on au Collège universitaire ?

La pluridisciplinarité. La troisième année à l’étranger. L’histoire. La science politique. Étudier à Paris. Ne pas étudier à Paris. Chaque étudiant a sa raison bien à lui de choisir le bachelor de Sciences Po. Mais de quelles sciences humaines et sociales parle-t-on ? À quoi cela peut-il bien servir plus tard ? Entretien avec la doyenne du Collège universitaire, Stéphanie Balme, sur cette formation “iconique” du parcours à Sciences Po.

Comment résumer l’originalité de ces trois années d’études post-Bac que l’on appelle à Sciences Po le “Collège universitaire” ?

Stéphanie Balme : Nous sommes une université en sciences humaines et sociales, et nous croyons que c’est un atout pour agir sur le monde au XXIe siècle. C’est là toute la singularité de ce bachelor, qui résulte à la fois de l’histoire de Sciences Po, et de la façon dont nous anticipons l’avenir de nos étudiants. Nous voulons qu’ils deviennent des acteurs de leur vie d’adulte et de leur vie professionnelle. Pour cela, la formation combine l’enseignement disciplinaire, pluridisciplinaire, l’ouverture sur le monde, et l’engagement au service des autres. Sans oublier le réseau unique en son genre de nos 7 campus en France, avec chacun sa coloration géographique.

La promotion du bachelor qui sera diplomée en 2020 est la première à avoir découvert le cursus réformé en 2017. Comment s’organise le parcours des étudiants désormais ?

S. B. : La première année repose sur notre socle de cinq disciplines, le cœur commun de la formation : droit, économie, histoire, science politique, sociologie. Les cours proposent une introduction à chacune de ces disciplines. Au global, c’est l’histoire qui est la matière la plus enseignée... À cela nous avons ajouté un “nouveau” champ avec les humanités. Il s’agit en réalité d’une tradition que nous avons réintégrée dans les maquettes. En deuxième année, les étudiants découvrent la pluridisciplinarité.

Qu’est-ce que cela signifie, concrètement ?

S. B. : Cela passe par le choix d’une majeure parmi les trois créées en 2017. Dans chaque majeure, on va croiser des disciplines différentes. Commençons par la majeure “Politique et Gouvernement”, qui allie droit et science politique. C’est l’ADN de Sciences Po : elle rassemble environ 40% des étudiants. La majeure “Économies et sociétés” combine la science économique et la sociologie - avec une bonne dose de mathématiques, il faut le préciser ! Environ 30% des étudiants la suivent. Même proportion pour la majeure “Humanités politiques”, qui allie histoire et philosophie, avec des méthodes tout à fait nouvelles. Lors de la troisième année à l’étranger, l’étudiant doit choisir un projet en continuité avec sa majeure : c’est également une nouveauté de la réforme.

Y’a-t-il encore des cours en commun en deuxième année ?

S.B. : Oui, évidemment, on consolide le socle commun avec un cours magistral qui approfondit une ou plusieurs des cinq disciplines, et également un cours d’histoire du XXe siècle. Par ailleurs, tous les étudiants suivent un cours de sociologie des sciences (Sciences et sociétés), et un cours d’humanités numériques (Cultures et enjeux du numérique). Tous ces cours visent à créer du commun pour des étudiants qui viennent de 150 pays, avec des cultures parfois radicalement différentes !

La politique de langues est aussi une grande tradition à Sciences Po. Peut-on suivre le bachelor de Sciences Po sans parler français ?

S.B. : Sans le parler couramment, oui, mais pas sans l’apprendre ! Nous avons adopté une idée venue des universités scandinaves : tous les étudiants internationaux doivent s’inscrire à un cours de français. Et bien sûr, nous maintenons une politique très ambitieuse en matière de langues étrangères, avec plus de 25 langues différentes enseignées, du portugais au persan ! C’est une richesse extraordinaire.

Autre grand pilier du bachelor, le tout nouveau Parcours civique, mis en place en 2017. Comment s’est passée la mise en place de ce programme, et quel est son objectif ?

S.B. : Nous sommes convaincus que chacun doit s’investir à son échelle, quels que soient ses atouts et ses faiblesses. Avec le Parcours civique, tous les étudiants s’engagent dans une mission au service des autres. L’idée c’est de s’ancrer dans la société où l’on vit. Mais il ne s’agit pas de s’engager pour s’engager : il faut comprendre le contexte au-delà. Lors du “grand écrit”, qui est l’épreuve finale du bachelor, on va leur demander de faire le lien entre les différentes expériences vécues sur le terrain et la théorie, c’est-à-dire tous les enseignements suivis pendant leurs trois années d’étude.

Comment décririez-vous un diplômé de bachelor de Sciences Po à l’issue de ces trois ans ? Quelles sont ses qualités ? Qu’a-t-il ou elle appris ?

S. B. : Nous voulons que les diplômés du bachelor soient capables de poser les grandes problématiques du monde avec un regard kaléidoscopique. La “méthode Sciences Po” n’est pas un carcan. C’est un moyen pour aller plus loin dans un sujet. Nous voulons former des élèves capables de s’adapter à différents contextes et différentes méthodes. C’est le passage d’une méthode à l’autre qui suscite la créativité. Le plus important, c’est de savoir poser les bonnes questions.

Pour aller plus loin

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite