Repenser les politiques migratoires : pour un « GIEC » des migrations et de l’asile

Face aux questions migratoires, Virginie Guiraudon (CNRS/Sciences Po), Hélène Thiollet (CNRS/Sciences Po) et Camille Schmoll (Paris 7/IUF) ont lancé un appel à la communauté scientifique pour la constitution d’un Groupe International d’Experts sur les Migrations et l’Asile (GIEMA). À l'occasion de la première réunion du groupe qui se tient ce 10 décembre 2018, les chercheuses rappellent les enjeux de cette mobilisation.

Par Virginie Guiraudon, Camille Schmoll et Hélène Thiollet.

"Le 26 juin dernier, à la veille d’un sommet européen largement consacré à l’enjeu migratoire, nous avons lancé un appel « pour un groupe international d’experts sur les migrations et l’asile ». Cette initiative est née d’un désarroi collectif face au fossé grandissant entre science et politique. Nous observons en effet, comme dans d’autres domaines, le foisonnement d’entreprises de désinformation ou de caricature, à l’initiative de polémistes en tout genre. Face à des politiques de gestion des frontières inefficaces et aux conséquences parfois tragiques, il nous semble important que la voix des chercheurs s’invite dans le débat public manière durable et institutionnelle.

Les limites des dispositifs existants

Bien sûr, avec la crise politique de 2015, la Commission européenne ou les organismes scientifiques nationaux ont multiplié les financements de programmes de recherche sur les migrations (1). Ces efforts, si louables soient-ils, montrent cependant leur limites : ils ne font parfois que dupliquer ou compiler des recherches existantes, et restent souvent inféodés à des commandes et des cadrages politiques eux-mêmes prisonniers d’idéologie et des perceptions erronées. L’impact politique de la recherche reste par ailleurs le fruit d’interactions complexes et non linéaires avec des effets inégaux selon les pays (2) et très limités en matière de migrations et d’asile. Les cadres d’analyse et les résultats des travaux scientifiques sont encore, soit méconnus, soit occultés dans les dispositifs d’action publique qui restent largement court-termistes et réactifs.

Les organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales aussi clament leur volonté de collecter ou produire des « données » plus fiables sur les migrations et l’asile et multiplient les initiatives en ce sens (3). La politisation des chiffres est une évidence pour des ONG qui assument leurs biais partisans, mais elle touche aussi les organisations internationales qui prétendent souvent à une forme de neutralité alors que leurs discours comme leurs programmes suivent des agendas organisationnels, voire répondent directement à des commandes des pays qui les financent (comme c’est le cas pour l’OIM) (4).

Repenser la coopération multilatérale sur les questions migratoires

Un autre constat motive notre démarche. La question migratoire est un enjeu global pour lequel la coopération multilatérale reste faible voire inexistante (James Hollifield). Même si le régime juridique de l’asile s’est institutionnalisé après la Seconde Guerre mondiale, la coopération internationale sur les migrations a quant à elle été marquée par plusieurs échecs : celui de la Convention des droits des travailleurs migrants et de leurs familles (lancée en 1990 et ratifiée péniblement en 2013 sans qu’aucun « grand » n’endosse le texte) ; celui des Dialogues de Haut Niveau de l’ONU sur les migrations et le développement (2006 et 2013) et aujourd’hui les « pactes mondiaux » lancés par l’ONU à New York en 2016 dans le contexte la crise de l’asile de 2015. Si le pacte qui concerne les réfugiés semble consensuel, celui qui concerne les migrations a déjà essuyé le rejet des États-Unis et de la Hongrie, tandis que nombre de pays de l’OCDE (l’Australie, la Pologne, Israël, l’Autriche, la République tchèque, etc.) manifestent leurs réticences à l’orée de la conférence de Marrakech où il doit être signé (10-11 décembre 2018). Sans surprise, ce sont pour certains, des États où le divorce entre chercheurs et élus est consommé, comme la Hongrie. Mais aussi des États qui voient dans le multilatéralisme une atteinte à leur souveraineté et leurs intérêts, comme c’est le cas pour le multilatéralisme environnemental autour de la question du changement climatique (5).

10 décembre 2018 : première pierre d’un “GIEC des migrations”

Sans être une panacée, le GIEC a constitué pour le climat une alternative institutionnelle et épistémique dans des débats bloqués et des impasses politiques. Aujourd’hui, cet exemple du GIEC nous semble pertinent et ce, malgré les limites de son efficacité politique dans un contexte de climato-scepticisme accru. Notre appel lancé en juin dernier pour un GIEC des migrations et de l’asile a été relayé dans Le Monde, Le Soir, le Guardian et La Repubblica, et a été signé par des centaines de collègues en Europe et dans le monde entier. Le 10 décembre 2018, nous réunissons au Collège de France des  chercheurs français et des collègues étrangers qui dirigent des centres de recherches et animent des réseaux internationaux comme IMISCOE grâce au soutien de l’Institut des Migrations, du LIEPP (Sciences Po), et de l’USPC. Ensemble, nous allons débattre de la façon de structurer cette initiative et des objectifs que nous pouvons nous fixer. Notre ambition est la constitution d’un groupe permanent pluridisciplinaire de chercheurs indépendants qui produira à échéances régulières un état des savoirs sur les migrations et l’asile au niveau global pour informer les gouvernements et le grand public. Nous nous inspirons explicitement du GIEC qui « a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique ».

Quels objectifs ?

Le but est bien de proposer un dialogue durable entre chercheurs et gouvernants et intervenir en tant que communauté scientifique dans la structuration du débat public, sans éluder les controverses qui animent la communauté scientifique elle-même.

L’enthousiasme suscité par l’appel a été l’occasion d’acter l’existence d’une communauté scientifique prête à s’investir, notamment pour se positionner par rapport aux idées reçues (« tous les pauvres d’Afrique vont venir en Europe », le « sous-développement génère de l’émigration », « l’immigration coûte cher aux sociétés d’accueil » (6), aux sophismes (comme la locution française et encore non traduite « d’appel d’air ») et aux manipulations de données et d’informations. Ni bonne ni mauvaise, la mobilité internationale est appréhendée comme fait social avec différents outils et méthodes avec une profondeur historique, comparative et critique. Loin d’être de simples « fact checkers », les scientifiques proposent d’autres paradigmes pour penser les migrations et l’asile, à partir d’une approche rigoureuse et dépassionnée qui caractérise la démarche scientifique (7). Sans verser dans le positivisme naïf, sans renoncer à la complexité (8), à l’inconfort des controverses et des incertitudes (9), il s’agit pour la recherche et les chercheurs de contribuer à (r)établir les conditions de possibilités du débat démocratique (10) à partir des savoirs disponibles en sciences sociales sur les migrations et l’asile."

Virginie Guiraudon, directrice de recherche CNRS au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE), affiliée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po (LIEPP).

Camille Schmoll, maîtresse de conférences à l’université Paris 7 Denis Diderot, membre de l'Institut Universitaire de France, affiliée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po (LIEPP).

Hélène Thiollet, chargée de recherche CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), affiliée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po (LIEPP).

En savoir plus :

Abonnez-vous à nos newsletters :

 

Notes

1- On peut citer les appels à projet du programme cadre H2020 centrés sur les migrations
2 - Voir les travaux notamment de Christina Boswell sur le RU, l’Allemagne  p. 19-38 et p. 233-251 dans Integrating Immigrants in Europe: Research-Policy Dialogues. 2015. Scholten, P., Entzinger, H., Penninx, R. & Verbeek, S. (eds.). Cham; Heidelberg; New York; Dordrecht; London: Springer
3 - Global Migration Data Analysis Center de l’IOM et le Knowledge Centre on Migration and Demography financé par la DG Home
4 - Antoine Pécoud. 2018. What do we know about the International Organization for Migration?, Journal of Ethnic and Migration Studies, 44:10, 1621-1638, DOI: 10.1080/1369183X.2017.1354028
5  -Voir la thèse de doctorat de Kari de Pryck « Expertise  under Controversy. The Case of the Intergovernmental Panel  on Climate Change (IPCC) »  qui sera soutenue à Sciences Po le 18 décembre 2018
6 -Voir l’ouvrage collectif Migrants, Migrations : 50 questions pour vous faire votre opinion, Hélène Thiollet (dir.) 2015, Armand Colin
7 - Voir par exemple les pages « De Facto » de l’Institut des migrations
8 - Stirling, Andrew. 2010. Keep it complex. Nature, 468 (7327). pp. 1029-1031
9 - Latour, Bruno. 1998. From the World of Science to the World of Research? Science 280 (5361): 208–209
10 - Voir les débats autour du concept d’épistémologies civiques de Sheila Jasanoff 2012. Science and public reason. New York: Routledge
L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite