Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Une partie de vos recherches porte sur l'économie du crime. De quoi s’agit-il ? En quoi celle-ci peut-elle intéresser un chercheur ?

Mes thèmes de recherche portent sur l’analyse économique du droit avec une question centrale : comment concevoir des institutions juridiques efficaces ? Comme dans d’autres champs de l’économie, tout part d’un problème d'”externalités” : l’activité d’une personne a des conséquences sur le bien-être d’une autre, sans que cette interaction fasse l’objet d’un échange, d’une transaction économique. Le crime est une externalité négative : il crée des conséquences néfastes sur la vie des gens sans contrepartie.

Dans ce contexte, le droit sert à créer un coût qui viendra influencer le comportement des individus. Le droit, par exemple en fixant une échelle des peines, permet d’internaliser l’externalité : en modifiant les incitations, de façon à ce que les individus considèrent les effets externes de leurs actions. L’intuition étant que plus la peine est lourde pour un délit, moins celui-ci sera commis. Ces sujets intéressent les économistes puisque la prise en compte d’externalité est au coeur de la théorie économique.

Vous vous êtes notamment intéressé au volet prévention de la récidive...

Oui, mes recherches portent particulièrement sur les prisons et la récidive car ce sont des problèmes sociaux. L'incarcération a un coût financier et social pour la société. Comment et jusqu’à quel point cet instrument doit-il être utilisé? Les peines sont conçues pour avoir trois fonctions : dissuader les individus de commettre un délit, leur en enlever la capacité en les emprisonnant et enfin les réhabiliter à la société. La fonction de dissuasion - donc l’impact du niveau des peines sur la criminalité -  est bien étudiée. La seconde est évidente - un individu emprisonné ne peut a priori commettre de crime. En revanche, la réhabilitation est une vraie boîte noire. L’incarcération est pensée comme un instrument pour réduire la récidive. Or, on sait que les prisons parviennent très difficilement à assurer cette fonction. De plus en plus de recherches montrent même que l’emprisonnement a un effet criminogène.

Que nous apprennent les évaluations des mesures de prévention de la criminalité et de la récidive ?

Sur la prévention de la criminalité, la littérature scientifique montre clairement qu’il faut agir sur l’éducation et le marché du travail. Des individus plus éduqués et en emploi ont moins de chances de commettre un crime. Sur les façons de prévenir la récidive, c’est beaucoup moins clair. Comment casser cette spirale criminalité - incarcération - criminalité ? La recherche nous donne peu d’éléments. Il est possible d’agir à deux niveaux : que faire quand l’individu est en prison ou que faire quand il en sort ? Il y a toutes sortes d’interventions possibles : accompagner les prévenus dans leur recherche d’emploi, lever la stigmatisation carcérale, proposer des formations professionnelles pendant ou à la sortie… En l’absence d’évaluation, on a très peu d’informations sur l’efficacité de ces mesures. C’est encore un champ dans lequel la recherche peut beaucoup apporter, et en particulier dans une perspective d’évaluations des politiques publiques.

Ces enseignements sont-ils pris en compte dans les débats politiques ? Sinon pourquoi ?

Les recherches sur ces thèmes commencent à entrer dans le débat aux États-Unis mais en France beaucoup moins. En Europe continentale, il n’y a pas de culture d’évaluation économique du droit, on s'intéresse plus à l’efficacité du droit qu’à l’impact des politiques pénales. Aux États-Unis, cela passe en partie à travers l’enseignement. Dans les écoles de droit, il y a des cours de “law and economics”, les juristes sont aussi plus formés aux statistiques. En France, les juges ne sont pas formés à cela. De plus, la culture sur l’évaluation des politiques publiques en France progresse mais lentement. Il y a également un problème de communication entre les chercheurs et les pouvoirs publics, à commencer par la langue : la recherche se fait en anglais et la communication avec les pouvoirs publics se fait en français. Cela réduit la possibilité de mener de nouvelles évaluations et la prise en compte des résultats des recherches effectuées. Créer des points de rencontre entre chercheurs et décideurs publics est extrêmement important. Des laboratoires comme le LIEPP dont une des missions est la valorisation scientifique peuvent ici jouer un rôle d’intermédiaire.

Quelles sont vos recherches actuelles ?

Sur les juges aux États-Unis ! Avec Emeric Henry, également chercheur au Département d’économie de Sciences Po, nous nous demandons comment réduire les possibilités d’erreurs ou d’abus dans les décisions des juges. La liberté des juges est essentielle. Ils ont plus d’information que le législateur pour adapter les peines et doivent pouvoir prendre leurs décisions librement. Cependant cette liberté s’accompagne aussi de risque d’erreur ou d’abus. Comment conserver la liberté des juges tout en réduisant les possibilité d’erreurs ou d’abus ? Nous avons choisi d’étudier cette question aux États-Unis, notamment parce que c’est là que nous avons pu obtenir des données. La question de l’accès aux données est centrale pour l’évaluation des politiques publiques.

Propos recueillis par Juliette Seban, secrétaire générale du LIEPP

Colloque “Quelles diffusion et influence des évaluations ? Le cas des politiques pénales et carcérales”, 4 juillet 2018, Sciences Po, organisé en partenariat avec France Stratégie. Renseignements et inscription.

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

 

Les libertés politiques et syndicales

Les libertés politiques et syndicales

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Huitième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, les étudiants réclament les libertés politiques et syndicales au sein de leur école.

Lire la suite
La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
Un nouveau master en marketing et luxe

Un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai des professeurs et des chercheurs

Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

Lire la suite
Le mai de l’administration

Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Lire la suite