Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Une partie de vos recherches porte sur l'économie du crime. De quoi s’agit-il ? En quoi celle-ci peut-elle intéresser un chercheur ?

Mes thèmes de recherche portent sur l’analyse économique du droit avec une question centrale : comment concevoir des institutions juridiques efficaces ? Comme dans d’autres champs de l’économie, tout part d’un problème d'”externalités” : l’activité d’une personne a des conséquences sur le bien-être d’une autre, sans que cette interaction fasse l’objet d’un échange, d’une transaction économique. Le crime est une externalité négative : il crée des conséquences néfastes sur la vie des gens sans contrepartie.

Dans ce contexte, le droit sert à créer un coût qui viendra influencer le comportement des individus. Le droit, par exemple en fixant une échelle des peines, permet d’internaliser l’externalité : en modifiant les incitations, de façon à ce que les individus considèrent les effets externes de leurs actions. L’intuition étant que plus la peine est lourde pour un délit, moins celui-ci sera commis. Ces sujets intéressent les économistes puisque la prise en compte d’externalité est au coeur de la théorie économique.

Vous vous êtes notamment intéressé au volet prévention de la récidive...

Oui, mes recherches portent particulièrement sur les prisons et la récidive car ce sont des problèmes sociaux. L'incarcération a un coût financier et social pour la société. Comment et jusqu’à quel point cet instrument doit-il être utilisé? Les peines sont conçues pour avoir trois fonctions : dissuader les individus de commettre un délit, leur en enlever la capacité en les emprisonnant et enfin les réhabiliter à la société. La fonction de dissuasion - donc l’impact du niveau des peines sur la criminalité -  est bien étudiée. La seconde est évidente - un individu emprisonné ne peut a priori commettre de crime. En revanche, la réhabilitation est une vraie boîte noire. L’incarcération est pensée comme un instrument pour réduire la récidive. Or, on sait que les prisons parviennent très difficilement à assurer cette fonction. De plus en plus de recherches montrent même que l’emprisonnement a un effet criminogène.

Que nous apprennent les évaluations des mesures de prévention de la criminalité et de la récidive ?

Sur la prévention de la criminalité, la littérature scientifique montre clairement qu’il faut agir sur l’éducation et le marché du travail. Des individus plus éduqués et en emploi ont moins de chances de commettre un crime. Sur les façons de prévenir la récidive, c’est beaucoup moins clair. Comment casser cette spirale criminalité - incarcération - criminalité ? La recherche nous donne peu d’éléments. Il est possible d’agir à deux niveaux : que faire quand l’individu est en prison ou que faire quand il en sort ? Il y a toutes sortes d’interventions possibles : accompagner les prévenus dans leur recherche d’emploi, lever la stigmatisation carcérale, proposer des formations professionnelles pendant ou à la sortie… En l’absence d’évaluation, on a très peu d’informations sur l’efficacité de ces mesures. C’est encore un champ dans lequel la recherche peut beaucoup apporter, et en particulier dans une perspective d’évaluations des politiques publiques.

Ces enseignements sont-ils pris en compte dans les débats politiques ? Sinon pourquoi ?

Les recherches sur ces thèmes commencent à entrer dans le débat aux États-Unis mais en France beaucoup moins. En Europe continentale, il n’y a pas de culture d’évaluation économique du droit, on s'intéresse plus à l’efficacité du droit qu’à l’impact des politiques pénales. Aux États-Unis, cela passe en partie à travers l’enseignement. Dans les écoles de droit, il y a des cours de “law and economics”, les juristes sont aussi plus formés aux statistiques. En France, les juges ne sont pas formés à cela. De plus, la culture sur l’évaluation des politiques publiques en France progresse mais lentement. Il y a également un problème de communication entre les chercheurs et les pouvoirs publics, à commencer par la langue : la recherche se fait en anglais et la communication avec les pouvoirs publics se fait en français. Cela réduit la possibilité de mener de nouvelles évaluations et la prise en compte des résultats des recherches effectuées. Créer des points de rencontre entre chercheurs et décideurs publics est extrêmement important. Des laboratoires comme le LIEPP dont une des missions est la valorisation scientifique peuvent ici jouer un rôle d’intermédiaire.

Quelles sont vos recherches actuelles ?

Sur les juges aux États-Unis ! Avec Emeric Henry, également chercheur au Département d’économie de Sciences Po, nous nous demandons comment réduire les possibilités d’erreurs ou d’abus dans les décisions des juges. La liberté des juges est essentielle. Ils ont plus d’information que le législateur pour adapter les peines et doivent pouvoir prendre leurs décisions librement. Cependant cette liberté s’accompagne aussi de risque d’erreur ou d’abus. Comment conserver la liberté des juges tout en réduisant les possibilité d’erreurs ou d’abus ? Nous avons choisi d’étudier cette question aux États-Unis, notamment parce que c’est là que nous avons pu obtenir des données. La question de l’accès aux données est centrale pour l’évaluation des politiques publiques.

Propos recueillis par Juliette Seban, secrétaire générale du LIEPP

Colloque “Quelles diffusion et influence des évaluations ? Le cas des politiques pénales et carcérales”, 4 juillet 2018, Sciences Po, organisé en partenariat avec France Stratégie. Renseignements et inscription.

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

 

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite