Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Une partie de vos recherches porte sur l'économie du crime. De quoi s’agit-il ? En quoi celle-ci peut-elle intéresser un chercheur ?

Mes thèmes de recherche portent sur l’analyse économique du droit avec une question centrale : comment concevoir des institutions juridiques efficaces ? Comme dans d’autres champs de l’économie, tout part d’un problème d'”externalités” : l’activité d’une personne a des conséquences sur le bien-être d’une autre, sans que cette interaction fasse l’objet d’un échange, d’une transaction économique. Le crime est une externalité négative : il crée des conséquences néfastes sur la vie des gens sans contrepartie.

Dans ce contexte, le droit sert à créer un coût qui viendra influencer le comportement des individus. Le droit, par exemple en fixant une échelle des peines, permet d’internaliser l’externalité : en modifiant les incitations, de façon à ce que les individus considèrent les effets externes de leurs actions. L’intuition étant que plus la peine est lourde pour un délit, moins celui-ci sera commis. Ces sujets intéressent les économistes puisque la prise en compte d’externalité est au coeur de la théorie économique.

Vous vous êtes notamment intéressé au volet prévention de la récidive...

Oui, mes recherches portent particulièrement sur les prisons et la récidive car ce sont des problèmes sociaux. L'incarcération a un coût financier et social pour la société. Comment et jusqu’à quel point cet instrument doit-il être utilisé? Les peines sont conçues pour avoir trois fonctions : dissuader les individus de commettre un délit, leur en enlever la capacité en les emprisonnant et enfin les réhabiliter à la société. La fonction de dissuasion - donc l’impact du niveau des peines sur la criminalité -  est bien étudiée. La seconde est évidente - un individu emprisonné ne peut a priori commettre de crime. En revanche, la réhabilitation est une vraie boîte noire. L’incarcération est pensée comme un instrument pour réduire la récidive. Or, on sait que les prisons parviennent très difficilement à assurer cette fonction. De plus en plus de recherches montrent même que l’emprisonnement a un effet criminogène.

Que nous apprennent les évaluations des mesures de prévention de la criminalité et de la récidive ?

Sur la prévention de la criminalité, la littérature scientifique montre clairement qu’il faut agir sur l’éducation et le marché du travail. Des individus plus éduqués et en emploi ont moins de chances de commettre un crime. Sur les façons de prévenir la récidive, c’est beaucoup moins clair. Comment casser cette spirale criminalité - incarcération - criminalité ? La recherche nous donne peu d’éléments. Il est possible d’agir à deux niveaux : que faire quand l’individu est en prison ou que faire quand il en sort ? Il y a toutes sortes d’interventions possibles : accompagner les prévenus dans leur recherche d’emploi, lever la stigmatisation carcérale, proposer des formations professionnelles pendant ou à la sortie… En l’absence d’évaluation, on a très peu d’informations sur l’efficacité de ces mesures. C’est encore un champ dans lequel la recherche peut beaucoup apporter, et en particulier dans une perspective d’évaluations des politiques publiques.

Ces enseignements sont-ils pris en compte dans les débats politiques ? Sinon pourquoi ?

Les recherches sur ces thèmes commencent à entrer dans le débat aux États-Unis mais en France beaucoup moins. En Europe continentale, il n’y a pas de culture d’évaluation économique du droit, on s'intéresse plus à l’efficacité du droit qu’à l’impact des politiques pénales. Aux États-Unis, cela passe en partie à travers l’enseignement. Dans les écoles de droit, il y a des cours de “law and economics”, les juristes sont aussi plus formés aux statistiques. En France, les juges ne sont pas formés à cela. De plus, la culture sur l’évaluation des politiques publiques en France progresse mais lentement. Il y a également un problème de communication entre les chercheurs et les pouvoirs publics, à commencer par la langue : la recherche se fait en anglais et la communication avec les pouvoirs publics se fait en français. Cela réduit la possibilité de mener de nouvelles évaluations et la prise en compte des résultats des recherches effectuées. Créer des points de rencontre entre chercheurs et décideurs publics est extrêmement important. Des laboratoires comme le LIEPP dont une des missions est la valorisation scientifique peuvent ici jouer un rôle d’intermédiaire.

Quelles sont vos recherches actuelles ?

Sur les juges aux États-Unis ! Avec Emeric Henry, également chercheur au Département d’économie de Sciences Po, nous nous demandons comment réduire les possibilités d’erreurs ou d’abus dans les décisions des juges. La liberté des juges est essentielle. Ils ont plus d’information que le législateur pour adapter les peines et doivent pouvoir prendre leurs décisions librement. Cependant cette liberté s’accompagne aussi de risque d’erreur ou d’abus. Comment conserver la liberté des juges tout en réduisant les possibilité d’erreurs ou d’abus ? Nous avons choisi d’étudier cette question aux États-Unis, notamment parce que c’est là que nous avons pu obtenir des données. La question de l’accès aux données est centrale pour l’évaluation des politiques publiques.

Propos recueillis par Juliette Seban, secrétaire générale du LIEPP

Colloque “Quelles diffusion et influence des évaluations ? Le cas des politiques pénales et carcérales”, 4 juillet 2018, Sciences Po, organisé en partenariat avec France Stratégie. Renseignements et inscription.

En savoir plus

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

 

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite

"Il faut oser et ne jamais hésiter"

“Il faut oser et ne jamais hésiter !”. Réaliser ses rêves et ne se mettre aucune barrière, c’est le message de Mathys Foreau, étudiant aveugle en deuxième année à Sciences Po et très impliqué dans son cursus comme dans la vie sportive et associative. Son objectif ? Devenir journaliste.

Lire la suite