Les politiques de notre gouvernement sont-elles efficaces ?

Le Revenu de solidarité active (RSA) permet-il de réduire la pauvreté ? De nouvelles lignes de métro dans le Grand Paris vont-elles créer des emplois ? D’une manière générale, les politiques de nos gouvernements sont-elles efficaces ? Au-delà du ressenti des citoyens ou des chiffres brandis par les politiques, il n’y a qu’une seule manière de le savoir : évaluer les politiques publiques. L’évaluation, c’est précisément le coeur de métier du LIEPP à Sciences Po. Entretien avec le directeur, Bruno Palier.

L’évaluation des politiques publiques est au coeur du travail de votre laboratoire, de quoi s’agit-il exactement ?

L’évaluation des politiques publiques vise à mesurer de la façon la plus rigoureuse possible les impacts d’une politique. On parle d’impacts au sens large : à la fois d’atteindre les objectifs affichés avec des coûts maîtrisés, mais aussi de rechercher l’équité, la réduction des inégalités, la qualité de mise en œuvre, l’adhésion de tous et la transparence. L’évaluation peut intervenir à trois moments différents. Avant la mise en œuvre de la politique, lors de son élaboration, sous la forme de modèle de simulations visant à anticiper les impacts potentiels d’une décision ou bien de comparaisons avec des politiques similaires déjà mises en oeuvre ailleurs. On parle alors d’évaluation ex ante. L’évaluation peut également se faire pendant la mise en œuvre de la politique publique et il s’agit alors de voir comment les décisions sont mises en œuvre, réinterprétées, déviées par rapport au plan initial. On parle de suivi ou monitoring. Enfin, approche la plus répandue, on peut évaluer après coup les effets d’une politique publique, à l’aide de méthodes quantitatives et qualitatives : interviews, observations, expérimentation, suivi en différence entre un groupe témoin non concerné par la politique et un groupe qui a bénéficié de la politique, etc. On parle alors d’évaluation ex post.

À l’occasion du « Printemps de l'évaluation » qui aura lieu le 28 juin prochain à l'Assemblée nationale, vous appelez à davantage d’indépendance sur ces questions. Pourquoi ?

Etienne Wasmer (co-fondateur du LIEPP) et moi-même (actuel directeur du LIEPP) avons effectivement récemment publié dans Le Monde une tribune en préparation de ce “Printemps de l'évaluation”, au cours duquel j'interviendrai, afin de signifier toute l’importance que nous accordons à une évaluation des politiques publiques indépendante et rigoureuse. L’évaluation est tout à fait essentielle pour mieux savoir si les fonds publics alloués aux politiques publiques sont efficacement utilisés, et si les objectifs définis par les gouvernements sont atteints. En France, il est de tradition de mettre l’accent sur la décision publique (on multiplie les lois annonçant de grands changements) mais beaucoup moins sur le suivi précis de la mise en œuvre de ces décisions, et moins encore sur la mesure des effets obtenus par ces décisions. Or, il ne suffit pas de décider pour changer les choses, il faut aussi comprendre les impacts des décisions et savoir modifier ces décisions à l’aune de leurs effets réels.

Qui en a aujourd'hui la charge et quels sont les enjeux ? Vous évoquez notamment la question de l'indépendance des "évaluateurs".

Il y a aujourd’hui pléthore d’instances d’évaluations ; les institutions se marchent parfois sur les pieds et l’ensemble manque de cohérence. On parle de davantage évaluer les politiques publiques et de mettre en place des instances en charge de l’évaluation depuis le début des années 1990 (sous le gouvernement Rocard). Des instances sont régulièrement mises en place, puis défaites et remplacées par d’autres. Aujourd’hui, - et depuis une réforme de la Constitution de 2008 -, de nombreuses institutions sont en charge de l’évaluation des politiques publiques : l’Assemblée nationale, le Sénat, le Conseil économique, social et environnemental, la Cour des comptes, mais aussi les autres grands corps d’inspection de l’État, et également deux instances spécifiques : France Stratégie, et, sous le quinquennat Hollande, le Secrétariat général à la modernisation de l’action publique (SGMAP) qui a été remplacé récemment par une nouvelle instance. Un des problèmes que posent toutes ces instances, c’est celui de leur indépendance par rapport à ceux qui décident et mettent en oeuvre les politiques. Les liens avec l'exécutif sont parfois trop prégnants.

Les résultats des évaluations menées sont-ils pris en compte dans la construction des politiques ? 

C’est bien le problème. Les évaluations sont de plus en plus fréquentes mais les nombreux acteurs regrettent qu’elles ne soient pas plus souvent suivies d’effets, voire non publiées. Il arrive trop souvent que l’exécutif généralise un dispositif sans avoir attendu les résultats des évaluations des effets de ce dispositif. Ca a été par exemple le cas du Revenu de solidarité active (RSA) ou de la Garantie Jeune. Il arrive aussi trop souvent qu’une évaluation reste lettre morte, même si elle montre que le dispositif public évalué n’atteint pas les objectifs affichés, ou bien qu’il serait possible de procéder autrement, de manière plus efficace et moins coûteuse. Nous pensons que le problème en France n’est pas tant le manque d’évaluation que son rattachement à l’exécutif. Celui-ci rechigne à attendre et entendre les résultats des évaluations et à vouloir les prendre en compte dans ses décisions.

Quels sont les enjeux et vos pistes de réflexion pour une meilleure utilisation de l'évaluation? 

Nous pensons qu’il faut détacher l’évaluation des politiques publiques de l’exécutif et la rapprocher du Parlement. C’est le Parlement qui est le mieux à même de contrôler l’action gouvernementale et de tirer les conséquences de l’évaluation pour proposer les modifications législatives nécessaires. Les comparaisons internationales soulignent que ce sont dans les pays où l’évaluation des politiques publiques est rattachée au Parlement qu’elle est la plus rigoureuse et indépendante, et qu’elle pèse le plus sur les décisions politiques, comme par exemple aux États-Unis ou en Suède. Depuis la réforme constitutionnelle de 2008, “le Parlement vote la loi. Il contrôle l’action du gouvernement. Il évalue les politiques publiques”. Mais il manque de moyens, financiers et en compétences. Si l’on imagine la mise en place d’une plateforme, indépendante, respectée,  financée, qui serait rattachée au Parlement, et qui passerait commande d’évaluations des politiques publiques alors celui-ci pourrait très bien s’appuyer dessus, et devenir le commanditaire et réceptionnaire des évaluations.

Il faudrait que le Parlement saisisse l’instance dans un cadre co-défini par les deux Assemblées, de façon pluraliste, et surtout, sans intervenir dans son pilotage. Ce dernier point permet de se protéger soi-même de l’instrumentalisation de l’évaluation. Des spécialistes reconnus de l’évaluation devraient jouer un rôle clé pour préserver l’indépendance politique du processus d’évaluation et sa neutralité.

La saisine pourrait être tout à la fois avant pour ne pas en laisser la compétence exclusive à l’exécutif, pendant ou après la mise en oeuvre de la politique.

Les travaux menés par des chercheurs peuvent être un apport précieux dans la mesure où leurs perspectives académiques garantissent la neutralité et l’indépendance de leurs travaux.

En savoir plus

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
Que peut faire le droit pour les animaux ?

Que peut faire le droit pour les animaux ?

Le combat pour limiter ou supprimer la souffrance animale est de le plus en plus présent dans le débat public. Expériences scientifiques, corrida ou encore foie gras sont l’objet de critiques insistantes. Des vidéos dénonçant les conditions de vie et de mort des animaux sont largement diffusées et le véganisme, encore confidentiel il y a quelques années, fait de plus en plus d’adeptes. Quel est l’apport du droit dans ce contexte ? Régis Bismuth, professeur à l’École de droit de Sciences Po et co-directeur de l’ouvrage Sensibilité animale. Perspectives juridiques (CNRS éd.) dresse un tableau des avancées des droits des animaux.

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite