Les étudiants chinois de 1878

À l’occasion de la remise des diplômes 2018, revenons 140 ans en arrière et plongeons dans les archives de 1878...Où l’on apprend que dans la toute jeune et atypique École Libre des Sciences Politiques, on cultive déjà l’international comme un atout. Et surprise ! On découvre dans les registres les copies de deux étudiants chinois, qui deviendront des diplomates célèbres sous la dynastie Qing...

Juin 1878. Après un début de mois frais, les étudiants de l’École libre des Sciences Politiques passent leurs examens de fin d’année dans un Paris estival où le thermomètre frôle les 30°C. Heureusement pour eux, les salles d’examen du 15, rue des Saints-Pères (où est alors logée l’École) ne risquent pas la surpopulation : la plupart des 200 étudiants (les étudiantes n’arriveront qu’en 1919…) fréquentent les cours du futur “Sciences Po” en auditeurs libres, souvent en complément de la faculté de droit. Seuls neuf passent leurs examens de première année. En deuxième - et dernière - année, on compte en tout et pour tout 3 diplômés ! On est loin des 2394 qui se présenteront fièrement sur scène, 140 ans plus tard.

Des bourses d’études à l’étranger

Quelle mouche a donc piqué ces étudiants ? Pourquoi plancher au lieu de se contenter d’assister aux cours ? Leurs dossiers, précieusement conservés dans nos archives, ne le précisent pas. Les 3 diplômés de 1878 se nomment Alfred Staehling, Auguste Charton et Jean Angelopoulos. Trois élèves demandent cette année une bourse pour étudier à l’étranger : seul Alfred Staehling obtiendra la sienne pour les cantons de Bâle, en Suisse. Une expérience décisive, puisqu’on retrouve sa trace parmi les élites bancaires suisses du début du XXè siècle...C’est le signe qu’il y a 140 ans, les élèves de cette école atypique étaient déjà incités à porter leur regard au-delà des frontières hexagonales.

Deux futurs diplomates chinois

Aux côtés du Grec Jean Angelopoulos, deux étudiants de 1ère année révèlent cette internationalisation précoce. Dans la liste des copies d’examen, les noms de Ma Kié Tong et Tcheng Ki Tong, intriguent. La présence de ces deux jeunes étudiants Chinois à Saint-Germain-des-Prés relève pourtant bien d’un phénomène de “brain drain”* en cette période de pénétration européenne en Chine. Ils devinrent tous deux des diplomates connus des historiens chinois et internationaux. Ma Kie Tchong est arrivé en France en 1876 après des études à l’École française catholique de Shangaï. Diplômé de l’École libre des sciences politiques en 1879, il retourne en Chine l’année suivante. Son bagage en droit international lui ouvre une carrière de diplomate de premier plan sous la dynastie Qing, tout comme son compatriote et camarade d’études à l’ELSP Chen Jitong. Nommé attaché militaire de l’ambassade de l’Empire de Chine à Paris dans les années 1880, Chen devint aussi une figure du Tout-Paris : il écrit en français plusieurs ouvrages pour vulgariser la civilisation et la culture chinoise, ce qui fait de lui le premier Chinois francophone publié !

L’identité internationale de Sciences Po, et des carrières de ses diplômés, était déjà en germe dans ces étudiants des toutes premières années... 140 ans plus tard, la promo 2018 compte  un millier de diplômés internationaux - près de la moitié des effectifs. Soit au total 95 nationalités différentes...parmi lesquelles la Chine occupe la 4ème place des pays les plus représentés, avec 47 diplômés !

*”fuite des cerveaux”

En savoir plus

“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite
Artillerie : découvrez notre futur campus !

Artillerie : découvrez notre futur campus !

Sciences Po a dévoilé en janvier 2018 le projet architectural qui va redessiner le site de l'Artillerie, acquis en 2016, et plus largement recomposer son campus parisien à l'horizon 2022. L’équipe qui a été choisie pour redessiner le site sera emmenée par Sogelym Dixence, avec les architectes Jean-Michel Wilmotte, Moreau-Kusunoki et Sasaki. Au delà du défi architectural - transformer en campus universitaire durable et innovant un ancien noviciat fondé au XVIIè siècle - c’est pour Sciences Po une véritable refondation, 150 ans après sa création.

Lire la suite