Les étudiants chinois de 1878

À l’occasion de la remise des diplômes 2018, revenons 140 ans en arrière et plongeons dans les archives de 1878...Où l’on apprend que dans la toute jeune et atypique École Libre des Sciences Politiques, on cultive déjà l’international comme un atout. Et surprise ! On découvre dans les registres les copies de deux étudiants chinois, qui deviendront des diplomates célèbres sous la dynastie Qing...

Juin 1878. Après un début de mois frais, les étudiants de l’École libre des Sciences Politiques passent leurs examens de fin d’année dans un Paris estival où le thermomètre frôle les 30°C. Heureusement pour eux, les salles d’examen du 15, rue des Saints-Pères (où est alors logée l’École) ne risquent pas la surpopulation : la plupart des 200 étudiants (les étudiantes n’arriveront qu’en 1919…) fréquentent les cours du futur “Sciences Po” en auditeurs libres, souvent en complément de la faculté de droit. Seuls neuf passent leurs examens de première année. En deuxième - et dernière - année, on compte en tout et pour tout 3 diplômés ! On est loin des 2394 qui se présenteront fièrement sur scène, 140 ans plus tard.

Des bourses d’études à l’étranger

Quelle mouche a donc piqué ces étudiants ? Pourquoi plancher au lieu de se contenter d’assister aux cours ? Leurs dossiers, précieusement conservés dans nos archives, ne le précisent pas. Les 3 diplômés de 1878 se nomment Alfred Staehling, Auguste Charton et Jean Angelopoulos. Trois élèves demandent cette année une bourse pour étudier à l’étranger : seul Alfred Staehling obtiendra la sienne pour les cantons de Bâle, en Suisse. Une expérience décisive, puisqu’on retrouve sa trace parmi les élites bancaires suisses du début du XXè siècle...C’est le signe qu’il y a 140 ans, les élèves de cette école atypique étaient déjà incités à porter leur regard au-delà des frontières hexagonales.

Deux futurs diplomates chinois

Aux côtés du Grec Jean Angelopoulos, deux étudiants de 1ère année révèlent cette internationalisation précoce. Dans la liste des copies d’examen, les noms de Ma Kié Tong et Tcheng Ki Tong, intriguent. La présence de ces deux jeunes étudiants Chinois à Saint-Germain-des-Prés relève pourtant bien d’un phénomène de “brain drain”* en cette période de pénétration européenne en Chine. Ils devinrent tous deux des diplomates connus des historiens chinois et internationaux. Ma Kie Tchong est arrivé en France en 1876 après des études à l’École française catholique de Shangaï. Diplômé de l’École libre des sciences politiques en 1879, il retourne en Chine l’année suivante. Son bagage en droit international lui ouvre une carrière de diplomate de premier plan sous la dynastie Qing, tout comme son compatriote et camarade d’études à l’ELSP Chen Jitong. Nommé attaché militaire de l’ambassade de l’Empire de Chine à Paris dans les années 1880, Chen devint aussi une figure du Tout-Paris : il écrit en français plusieurs ouvrages pour vulgariser la civilisation et la culture chinoise, ce qui fait de lui le premier Chinois francophone publié !

L’identité internationale de Sciences Po, et des carrières de ses diplômés, était déjà en germe dans ces étudiants des toutes premières années... 140 ans plus tard, la promo 2018 compte  un millier de diplômés internationaux - près de la moitié des effectifs. Soit au total 95 nationalités différentes...parmi lesquelles la Chine occupe la 4ème place des pays les plus représentés, avec 47 diplômés !

*”fuite des cerveaux”

En savoir plus

“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

“La fiction permet d’évoquer des questions qui traversent la société”

Passée par la London School of Economics et par Sciences Po, Fanny Herrero débute une carrière de comédienne avant de devenir scénariste. Elle est la créatrice et la femme-orchestre de l’écriture de la série Dix pour cent, dont la très attendue troisième saison démarre le 14 novembre 2018. Rencontre avec cette "showrunner" qui a façonné la série phare de France 2.

Lire la suite
États-Unis : des militants écologistes de plus en plus organisés

États-Unis : des militants écologistes de plus en plus organisés

Par Mario Del Pero (CHSP). Les questions environnementales n’ont certes pas été au centre de la campagne des midterms au États-Unis. Mais cette réalité ne signifie pas que le déni de Donald Trump concernant le dérèglement climatique et le démantèlement des règles établies par Barack Obama n’ont pas suscité dans le pays une riposte vigoureuse, et souvent efficace, voire une forme de résistance.

Lire la suite
On vous dit tout sur le Collège universitaire !

On vous dit tout sur le Collège universitaire !

Le Collège universitaire, qui donne le grade de bachelor, est la formation de premier cycle de Sciences Po. On répond à vos questions concernant les procédures d'admission, la préparation aux épreuves, les enseignements ou encore la vie quotidienne sur les sept campus de Sciences Po dans nos émissions live en français le 14 novembre à 19h30 et en anglais le 26 novembre à 14h.

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
70 chefs d’État au Paris Peace Forum

70 chefs d’État au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2018, se tient à Paris la première édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 6 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 70 chefs d’État ont répondu présents.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite