Le rire, nouvelle dimension de l’humanitaire

Les organisations humanitaires sont connues pour les opérations de survie plus ou moins longues qu’elles conduisent : soigner, nourrir, mettre à l’abri, parfois éduquer. C’est bien entendu fondamental. Mais aujourd’hui, d’autres missions se mettent en place, comme celle de faire rire les enfants qui ont connu ou connaissent encore la guerre. C’est ce à quoi s’emploie l’association Clowns Sans Frontières, co-fondée par Antonin Maurel. Karoline Postel Vinay, spécialiste des relations internationales et chercheuse au CERI, s’intéresse à cette nouvelle façon d’agir. Entretien croisé. 

Comment vous est venue l'idée de créer Clowns Sans Frontières ?

Antonin Maurel : Ce sont deux amis clowns catalans qui m'ont proposé et convaincu de suivre cette idée. Ils avaient créé "Payasos sin Fronteras" en 1993 après avoir été invités à présenter leur spectacle dans une école en Croatie pendant le conflit en ex-Yougoslavie. La même année, nous avons organisé une première mission ensemble. J’ai ensuite fondé l’association en France avec ma famille. 

J’ai été sensibilisé dès mon plus jeune âge à ce genre de démarches solidaires. Notamment avec "le Grand Magic Circus" de Jérôme Savary, et les actions solidaires du "Théâtre du Soleil" d’Ariane  Mnouchkine ou de la compagnie Catalane "Els comediants". Il était naturel pour moi de suivre cette voie, mais si j’ai décidé le faire, c’est aussi parce que je pouvais compter sur ma famille et mes amis artistes. 

Je considère l’action humanitaire bénévole comme une chance, mais aussi comme un luxe. Le rire ou le fou rire d’un enfant spectateur n’est pas comme un applaudissement après une performance. Le rire sort de je ne sais où, et c’est pour moi le moment unique de la vie où l’on peut oublier que l’on peut mourir. Voilà ma raison principale d’agir avec Clowns Sans Frontières. 

Pourquoi vous être intéressée à ce type d'action ? 

Karoline Postel Vinay : Je m’intéresse au rire dans les relations internationales dans diverses situations, et notamment dans les contextes de post-conflit ou de post-catastrophe. Les clowns qui ignorent les frontières nationales s’appuient sur l’idée, ou l’hypothèse, de l’universalité du rire quels que soient ses codes, comme ceux  de la commedia dell’arte, qui est pourtant un art typiquement européen. De fait, au-delà des codes, la pratique de ces artistes met en évidence tout un ensemble d’enjeux politiques et éthiques : l’humour et les croyances, les différenciations de genre fille/garçon, la relation d’autorité adulte/enfant, et plus généralement l’exercice de l’autorité et la transgression. 

Concrètement, comment s'organisent vos activités ?

Antonin Maurel : Pour chaque projet, nous montons une troupe éphémère, qui crée un spectacle sur mesure à partir de numéros existants ou pas. La plupart du temps, nous incluons des artistes locaux à notre action. Depuis maintenant plus de dix ans, nous développons aussi des ateliers d’initiation dans nos missions et intégrons des artistes locaux à nos groupes pour partager les savoirs. 

Qu'est ce que cela apporte à la vision de l'humanitaire international ? 

Karoline Postel Vinay : Dans l’enseignement et la recherche sur l’humanitaire international, la question des enfants est certes présente, mais elle  traitée de manière secondaire. La formulation, relativement récente, de droits spécifiques de l’enfant, comme par exemple l’article 31 de La Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) qui établit le droit au jeu et l’accès à la culture, permet d’approfondir et d’élargir la notion "d'humain" dans l’humanitaire. 

L’action humanitaire s’en trouve redéfinie : elle implique de nouveaux acteurs - entendu ici dans les deux sens du terme - comme les artistes du cirque. Ces nouveaux intervenants s’insèrent dans le paysage complexe de l’humanitaire international – où l’on retrouve des militaires, des diplomates, des médecins, des donateurs – et en modifient certaines habitudes. 

Est-ce que la vision de la recherche sur vos activités est une valeur ajoutée ?

Antonin Maurel : Il me paraissait intéressant de confronter Clowns Sans Frontières à un réflexion politique, au sens noble du terme, à travers le regard des chercheurs et des élèves de Sciences Po. On nous regarde souvent comme des utopistes, ce que nous prenons comme un compliment, nous qui sommes sur le terrain. Et puis à la réflexion nous nous sommes dit : "Ne serait-ce pas l’école de la politique qui serait utopique" ? Nous ne doutons pas de notre action mais nous sommes constamment dans le questionnement, voire l'autocritique, et c’est ce qui nous a maintenu en vie depuis maintenant 26 ans. Nous ne faisons pas de politique, mais pour ne pas en faire, il faut en faire. Pour tenter d’éviter au mieux toute manipulation et récupération de notre action. Et dans le monde humanitaire, les tentatives sont nombreuses.

La  Convention internationale des droits de l’enfant est-elle appliquée ? Doit-elle évoluer ? 

Karoline Postel Vinay : La Convention a été unanimement signée par les membres des Nations Unies (seuls les Etats-Unis l’ont signé mais non ratifié), ce qui n’est pas le cas de tous les textes issus de l’ONU. En d’autres termes, c’est un texte consensuel dans son principe général. Son application effective, en revanche, varie beaucoup d’un pays à l’autre. Nombre de problèmes graves persistent : les enfants-soldats, les mariages forcés des filles, l’esclavage infantile… Mais la Convention a le mérite d’exister. C’est un outil utile sur lequel s’appuyer pour promouvoir des normes, et agir sur le terrain. 

En savoir plus : 

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite
Voyage au coeur de la <em>start-up nation</em>

Voyage au coeur de la start-up nation

Après la Silicon Valley en 2017 et le MIT en 2019, le Centre pour l’Entrepreneuriat a organisé sa troisième Learning Expedition en Israël, pays équivalent en taille à un département français mais qui détient le record mondial du nombre de start-ups par habitant (1 pour 6000). Sur quoi repose ce “miracle entrepreneurial”, et quelles en sont ses limites ? Parmi les douze étudiants qui ont été sélectionnés pour prendre part à l’aventure, Loanne Guérin et Laura Salesse (respectivement en première et deuxième année du master Finance et Stratégie) témoignent. 

Lire la suite
Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Climat, santé : “La crise du Covid agit comme un révélateur”

Sophie Dubuisson-Quellier, directrice adjointe du Centre de Sociologie des Organisations, a rejoint à la fin de l’année 2019 le Haut conseil pour le climat. A l’occasion de la publication d’un rapport intitulé Climat, santé : mieux prévenir, mieux guérir - consacré aux enseignements à tirer de la crise sanitaire du Covid-19 et aux suites à donner pour atteindre nos objectifs vers la neutralité carbone - elle nous présente cet organisme et ses réflexions en cours.

Lire la suite
3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

3 conseils pour devenir le photographe politique de l’année

La quatrième édition du Prix de la Photographie Politique, ouvert à toutes et tous, se poursuit : vous avez jusqu'au 15 septembre pour envoyer vos images ! D'ici là, le jury nous rappelle qu’une bonne photographie politique n’est pas une question de sujet mais une affaire de regard - une façon d’observer ce monde parfois surprenant qui est le nôtre, au-delà des compétitions électorales et des manifestations de rue. Voici trois conseils pour ceux qui voudraient se lancer (en toute sécurité). 

Lire la suite