Le rire, nouvelle dimension de l’humanitaire

Rediffusion : cet article a été initialement publié en février 2020.

Les organisations humanitaires sont connues pour les opérations de survie plus ou moins longues qu’elles conduisent : soigner, nourrir, mettre à l’abri, parfois éduquer. C’est bien entendu fondamental. Mais aujourd’hui, d’autres missions se mettent en place, comme celle de faire rire les enfants qui ont connu ou connaissent encore la guerre. C’est ce à quoi s’emploie l’association Clowns Sans Frontières, co-fondée par Antonin Maurel. Karoline Postel Vinay, spécialiste des relations internationales et chercheuse au CERI, s’intéresse à cette nouvelle façon d’agir. Entretien croisé. 

Comment vous est venue l'idée de créer Clowns Sans Frontières ?

Antonin Maurel : Ce sont deux amis clowns catalans qui m'ont proposé et convaincu de suivre cette idée. Ils avaient créé "Payasos sin Fronteras" en 1993 après avoir été invités à présenter leur spectacle dans une école en Croatie pendant le conflit en ex-Yougoslavie. La même année, nous avons organisé une première mission ensemble. J’ai ensuite fondé l’association en France avec ma famille. 

J’ai été sensibilisé dès mon plus jeune âge à ce genre de démarches solidaires. Notamment avec "le Grand Magic Circus" de Jérôme Savary, et les actions solidaires du "Théâtre du Soleil" d’Ariane  Mnouchkine ou de la compagnie Catalane "Els comediants". Il était naturel pour moi de suivre cette voie, mais si j’ai décidé le faire, c’est aussi parce que je pouvais compter sur ma famille et mes amis artistes. 

Je considère l’action humanitaire bénévole comme une chance, mais aussi comme un luxe. Le rire ou le fou rire d’un enfant spectateur n’est pas comme un applaudissement après une performance. Le rire sort de je ne sais où, et c’est pour moi le moment unique de la vie où l’on peut oublier que l’on peut mourir. Voilà ma raison principale d’agir avec Clowns Sans Frontières. 

Pourquoi vous être intéressée à ce type d'action ? 

Karoline Postel Vinay : Je m’intéresse au rire dans les relations internationales dans diverses situations, et notamment dans les contextes de post-conflit ou de post-catastrophe. Les clowns qui ignorent les frontières nationales s’appuient sur l’idée, ou l’hypothèse, de l’universalité du rire quels que soient ses codes, comme ceux  de la commedia dell’arte, qui est pourtant un art typiquement européen. De fait, au-delà des codes, la pratique de ces artistes met en évidence tout un ensemble d’enjeux politiques et éthiques : l’humour et les croyances, les différenciations de genre fille/garçon, la relation d’autorité adulte/enfant, et plus généralement l’exercice de l’autorité et la transgression. 

Concrètement, comment s'organisent vos activités ?

Antonin Maurel : Pour chaque projet, nous montons une troupe éphémère, qui crée un spectacle sur mesure à partir de numéros existants ou pas. La plupart du temps, nous incluons des artistes locaux à notre action. Depuis maintenant plus de dix ans, nous développons aussi des ateliers d’initiation dans nos missions et intégrons des artistes locaux à nos groupes pour partager les savoirs. 

Qu'est ce que cela apporte à la vision de l'humanitaire international ? 

Karoline Postel Vinay : Dans l’enseignement et la recherche sur l’humanitaire international, la question des enfants est certes présente, mais elle  traitée de manière secondaire. La formulation, relativement récente, de droits spécifiques de l’enfant, comme par exemple l’article 31 de La Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) qui établit le droit au jeu et l’accès à la culture, permet d’approfondir et d’élargir la notion "d'humain" dans l’humanitaire. 

L’action humanitaire s’en trouve redéfinie : elle implique de nouveaux acteurs - entendu ici dans les deux sens du terme - comme les artistes du cirque. Ces nouveaux intervenants s’insèrent dans le paysage complexe de l’humanitaire international – où l’on retrouve des militaires, des diplomates, des médecins, des donateurs – et en modifient certaines habitudes. 

Est-ce que la vision de la recherche sur vos activités est une valeur ajoutée ?

Antonin Maurel : Il me paraissait intéressant de confronter Clowns Sans Frontières à un réflexion politique, au sens noble du terme, à travers le regard des chercheurs et des élèves de Sciences Po. On nous regarde souvent comme des utopistes, ce que nous prenons comme un compliment, nous qui sommes sur le terrain. Et puis à la réflexion nous nous sommes dit : "Ne serait-ce pas l’école de la politique qui serait utopique" ? Nous ne doutons pas de notre action mais nous sommes constamment dans le questionnement, voire l'autocritique, et c’est ce qui nous a maintenu en vie depuis maintenant 26 ans. Nous ne faisons pas de politique, mais pour ne pas en faire, il faut en faire. Pour tenter d’éviter au mieux toute manipulation et récupération de notre action. Et dans le monde humanitaire, les tentatives sont nombreuses.

La  Convention internationale des droits de l’enfant est-elle appliquée ? Doit-elle évoluer ? 

Karoline Postel Vinay : La Convention a été unanimement signée par les membres des Nations Unies (seuls les Etats-Unis l’ont signé mais non ratifié), ce qui n’est pas le cas de tous les textes issus de l’ONU. En d’autres termes, c’est un texte consensuel dans son principe général. Son application effective, en revanche, varie beaucoup d’un pays à l’autre. Nombre de problèmes graves persistent : les enfants-soldats, les mariages forcés des filles, l’esclavage infantile… Mais la Convention a le mérite d’exister. C’est un outil utile sur lequel s’appuyer pour promouvoir des normes, et agir sur le terrain. 

En savoir plus : 

Yann Schreiber :

Yann Schreiber : "Le journalisme, c'est lui qui vous choisit"

Nous avions rencontré Yann Schreiber il y a quelques années alors qu'il finalisait son double master à l'École de journalisme et à l'École des affaires internationales (PSIA). Il venait de recevoir plusieurs prix de la prestigieuse Society of Professional Journalists, notamment pour une video et un reportage photo réalisé lors de son année d'échange à Ohio State University. Après maintenant quelques années de pratique, il garde toujours la même passion du journalisme, chevillée au corps. 

Lire la suite
Babacar Seck : « Aucune université ne peut réussir sans ses Alumni »

Babacar Seck : « Aucune université ne peut réussir sans ses Alumni »

Originaire de Dakar au Sénégal, et de la région Auvergne en France, Babacar Seck a été diplômé de Sciences Po en 2014, après avoir suivi le programme de Bachelor au sein du campus du Havre du Collège universitaire, puis le master en Finance et Stratégie à Paris. Aujourd’hui responsable investissement chez Proparco et président du Cercle Afrique de Sciences Po, il nous raconte son parcours et son engagement pour le continent africain.

Lire la suite
Le programme

Le programme "Emouna, l’amphi des religions" a cinq ans !

Le programme Emouna, qui forme ensemble des ministres du culte, des responsables de communautés religieuses de toutes les confessions et des personnes laïques au dialogue interreligieux et interconvictionnel, tout en favorisant l’engagement dans la société civile et la laïcité républicaine, célébrait son 5e anniversaire ce lundi 23 mai 2022, dans l’amphithéâtre Boutmy de Sciences Po à Paris.

Lire la suite
Ethan Zuckerman à Sciences Po :

Ethan Zuckerman à Sciences Po : "Nous devons imaginer un meilleur internet"

Malgré les nombreux bienfaits d'internet, il y a consensus sur la nocivité de la structure actuelle des réseaux sociaux, pour les individus et pour la société. Quel devrait être l'avenir des réseaux sociaux ? Le 10 mai 2022, Ethan Zuckerman, professeur associé à l'université du Massachusetts et directeur du UMass Institute for Digital Public Infrastructure, a débattu de cette question aux côtés de Bruno Patino, président d'ARTE, et de Julia Cagé, professeure associée d'économie à Sciences Po. Une conférence sur le thème "Competing visions for the future of social media" organisée par l'Institut McCourt en partenariat avec le Centre pour l'entrepreneuriat de Sciences Po.

Lire la suite
Félicitations aux lauréats de la 10ème promotion du double diplôme Sciences Po - Columbia

Félicitations aux lauréats de la 10ème promotion du double diplôme Sciences Po - Columbia

Lundi 16 mai 2022 a eu lieu à New York la 10e cérémonie de diplomation du double diplôme Sciences Po-Columbia University. Cette année, ce sont 69 étudiants qui recevront à la fois leur diplôme de Bachelor de Sciences Po et celui de Columbia lors d’une cérémonie marquée par l’émotion et les paroles inspirantes de ceux qui le font vivre. Étaient également présents les étudiants des promotions 2020 et 2021 dont les cérémonies avaient été annulées en raison de la pandémie.

Lire la suite
Mariama Sow :

Mariama Sow : "Je n'ai jamais eu peur de la différence"

Pour sa 3e année de Bachelor – et avant d’intégrer le double master Corporate and Public Management entre Sciences Po et HEC Paris – Mariama Dalanda Sow a choisi d’effectuer un échange universitaire au sein de la prestigieuse Strathmore Business School à Nairobi. L’étudiante de 21 ans raconte son expérience et son envie de s’en inspirer pour espérer, un jour, avoir un impact en Guinée, son pays d’origine.

Lire la suite
CIVICA : focus sur les cours joints

CIVICA : focus sur les cours joints

Vendredi 29 avril 2022, les étudiants du cours joint sur les États providence en transitions dispensé par Bruno Palier de Sciences Po et Anke Hassel enseignante à la Hertie School ont enfin pu se retrouver, en présentiel à Sciences Po. Un point sur cette expérience pédagogique inédite avec Frank Stadelmaier, Senior Manager CIVICA et Carly Hafner, chargée de projet au sein de la Direction des études et des partenariats, CIVICA.

Lire la suite
TOMMASO VITALE EST NOMMÉ DOYEN DE L’ÉCOLE URBAINE DE SCIENCES PO

TOMMASO VITALE EST NOMMÉ DOYEN DE L’ÉCOLE URBAINE DE SCIENCES PO

Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po, a nommé Tommaso Vitale doyen de l'École urbaine. Il succède à Patrick Le Galès. Tommaso Vitale prendra ses nouvelles fonctions de doyen de l’École urbaine à compter du mois de septembre, après une période de transition qui débutera le 1er juin. Cette nomination fait suite au travail mené par un comité de sélection, composé de personnalités internes et externes, mis en place début mars afin de sélectionner le meilleur profil pour le poste de doyen de l’école urbaine.

Lire la suite
 Fort moment d’échanges entre Volodymyr Zelensky et les étudiantes et étudiants de France

Fort moment d’échanges entre Volodymyr Zelensky et les étudiantes et étudiants de France

Face à des amphithéâtres bondés et parés de drapeaux bleu et jaune, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a échangé, mercredi 11 mai 2022, pendant plus d’une heure avec plusieurs centaines d’étudiantes et étudiants de Sciences Po, de l’Institut National du Service Public, de l’École Polytechnique, de l’Inalco et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, de l’Univesité Paris II Panthéon Assas, de l’IEP de Lille, de Sorbonne Université, de l’Université de Haute-Alsace, de l’École du Louvre, de l’Université de Lyon, de Sorbonne Paris Nord. Dans toute la France, de très nombreux amphithéâtres ont été ouverts, et des dizaines de milliers de personnes ont pu suivre, en personne ou en ligne, cet échange inédit.

Lire la suite