Le rire, nouvelle dimension de l’humanitaire

Les organisations humanitaires sont connues pour les opérations de survie plus ou moins longues qu’elles conduisent : soigner, nourrir, mettre à l’abri, parfois éduquer. C’est bien entendu fondamental. Mais aujourd’hui, d’autres missions se mettent en place, comme celle de faire rire les enfants qui ont connu ou connaissent encore la guerre. C’est ce à quoi s’emploie l’association Clowns Sans Frontières, co-fondée par Antonin Maurel. Karoline Postel Vinay, spécialiste des relations internationales et chercheuse au CERI, s’intéresse à cette nouvelle façon d’agir. Entretien croisé. 

Comment vous est venue l'idée de créer Clowns Sans Frontières ?

Antonin Maurel : Ce sont deux amis clowns catalans qui m'ont proposé et convaincu de suivre cette idée. Ils avaient créé "Payasos sin Fronteras" en 1993 après avoir été invités à présenter leur spectacle dans une école en Croatie pendant le conflit en ex-Yougoslavie. La même année, nous avons organisé une première mission ensemble. J’ai ensuite fondé l’association en France avec ma famille. 

J’ai été sensibilisé dès mon plus jeune âge à ce genre de démarches solidaires. Notamment avec "le Grand Magic Circus" de Jérôme Savary, et les actions solidaires du "Théâtre du Soleil" d’Ariane  Mnouchkine ou de la compagnie Catalane "Els comediants". Il était naturel pour moi de suivre cette voie, mais si j’ai décidé le faire, c’est aussi parce que je pouvais compter sur ma famille et mes amis artistes. 

Je considère l’action humanitaire bénévole comme une chance, mais aussi comme un luxe. Le rire ou le fou rire d’un enfant spectateur n’est pas comme un applaudissement après une performance. Le rire sort de je ne sais où, et c’est pour moi le moment unique de la vie où l’on peut oublier que l’on peut mourir. Voilà ma raison principale d’agir avec Clowns Sans Frontières. 

Pourquoi vous être intéressée à ce type d'action ? 

Karoline Postel Vinay : Je m’intéresse au rire dans les relations internationales dans diverses situations, et notamment dans les contextes de post-conflit ou de post-catastrophe. Les clowns qui ignorent les frontières nationales s’appuient sur l’idée, ou l’hypothèse, de l’universalité du rire quels que soient ses codes, comme ceux  de la commedia dell’arte, qui est pourtant un art typiquement européen. De fait, au-delà des codes, la pratique de ces artistes met en évidence tout un ensemble d’enjeux politiques et éthiques : l’humour et les croyances, les différenciations de genre fille/garçon, la relation d’autorité adulte/enfant, et plus généralement l’exercice de l’autorité et la transgression. 

Concrètement, comment s'organisent vos activités ?

Antonin Maurel : Pour chaque projet, nous montons une troupe éphémère, qui crée un spectacle sur mesure à partir de numéros existants ou pas. La plupart du temps, nous incluons des artistes locaux à notre action. Depuis maintenant plus de dix ans, nous développons aussi des ateliers d’initiation dans nos missions et intégrons des artistes locaux à nos groupes pour partager les savoirs. 

Qu'est ce que cela apporte à la vision de l'humanitaire international ? 

Karoline Postel Vinay : Dans l’enseignement et la recherche sur l’humanitaire international, la question des enfants est certes présente, mais elle  traitée de manière secondaire. La formulation, relativement récente, de droits spécifiques de l’enfant, comme par exemple l’article 31 de La Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) qui établit le droit au jeu et l’accès à la culture, permet d’approfondir et d’élargir la notion "d'humain" dans l’humanitaire. 

L’action humanitaire s’en trouve redéfinie : elle implique de nouveaux acteurs - entendu ici dans les deux sens du terme - comme les artistes du cirque. Ces nouveaux intervenants s’insèrent dans le paysage complexe de l’humanitaire international – où l’on retrouve des militaires, des diplomates, des médecins, des donateurs – et en modifient certaines habitudes. 

Est-ce que la vision de la recherche sur vos activités est une valeur ajoutée ?

Antonin Maurel : Il me paraissait intéressant de confronter Clowns Sans Frontières à un réflexion politique, au sens noble du terme, à travers le regard des chercheurs et des élèves de Sciences Po. On nous regarde souvent comme des utopistes, ce que nous prenons comme un compliment, nous qui sommes sur le terrain. Et puis à la réflexion nous nous sommes dit : "Ne serait-ce pas l’école de la politique qui serait utopique" ? Nous ne doutons pas de notre action mais nous sommes constamment dans le questionnement, voire l'autocritique, et c’est ce qui nous a maintenu en vie depuis maintenant 26 ans. Nous ne faisons pas de politique, mais pour ne pas en faire, il faut en faire. Pour tenter d’éviter au mieux toute manipulation et récupération de notre action. Et dans le monde humanitaire, les tentatives sont nombreuses.

La  Convention internationale des droits de l’enfant est-elle appliquée ? Doit-elle évoluer ? 

Karoline Postel Vinay : La Convention a été unanimement signée par les membres des Nations Unies (seuls les Etats-Unis l’ont signé mais non ratifié), ce qui n’est pas le cas de tous les textes issus de l’ONU. En d’autres termes, c’est un texte consensuel dans son principe général. Son application effective, en revanche, varie beaucoup d’un pays à l’autre. Nombre de problèmes graves persistent : les enfants-soldats, les mariages forcés des filles, l’esclavage infantile… Mais la Convention a le mérite d’exister. C’est un outil utile sur lequel s’appuyer pour promouvoir des normes, et agir sur le terrain. 

En savoir plus : 

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite
Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Le samedi 16 mars 2020, Sciences Po a appris la condamnation de Fariba Adelkhah, chercheuse au CERI, par la 15e chambre du tribunal de Téhéran. Détenue depuis près un an dans la prison d'Evin, Fariba s'est opposée à une libération conditionnelle en échange de l'arrêt de ses recherches. Elle a été condamnée à six ans de prison, la peine la plus lourde qu'elle encourait. 

Lire la suite
Un été connecté : rejoignez la Summer School

Un été connecté : rejoignez la Summer School

Sciences Po s'adapte à la crise sanitaire mondiale et propose une Summer School 2020 entièrement en ligne. Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts : le programme universitaire, à destination des étudiants, et le programme pré-universitaire, à destination des lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Comment organiser la rentrée universitaire dans le contexte actuel ? Après un semestre à distance, Sciences Po continue de se mobiliser afin de garantir à tous ses étudiants une scolarité complète et exigeante, fidèle à sa vocation de former des esprits libres, engagés et critiques, structurés intellectuellement par la recherche, les expériences de terrain et les contacts avec les professionnels, et de leur donner les moyens d’agir plus que jamais dans un monde incertain.

Lire la suite