Le pouvoir étudiant

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Troisième épisode de “Ça s’est passé…” : le 16 mai 1968, les étudiants de Sciences Po, réunis en AG, prennent le pouvoir en votant la création d’un “Conseil étudiant”.

Principale revendication des étudiants de Sciences Po mobilisés, le « pouvoir étudiant » – désigné également sous le terme de « cogestion » – se gagne sur deux fronts : la remise en cause du monopole de la représentation étudiante jusqu’alors détenu par l’Amicale des Élèves, et la participation à la gouvernance de l’IEP, jusqu’alors concentrée entre les mains du directeur et du Conseil d’administration.

Les étudiants réunis en AG votent la poursuite de l’occupation et l’instauration de la cogestion

Le boycott des épreuves de langue et l’occupation qui s’en suit illustrent les tensions entre l’Amicale des Élèves de tendance « majoritaire » et apolitique, qui réclame la tenue des examens et la levée de l’occupation, et les étudiants favorables au mouvement national et local, réunis autour du Groupement d’Action Syndicale, rattaché à l’UNEF « minoritaire ». La convocation d’une Assemblée générale le 16 mai permet de départager les forces en présence : 2 500 élèves (sur les 3 800 inscrits à Sciences Po) se pressent dans les amphithéâtres et dans la Péniche sonorisée pour l’occasion. A l’issue de débats passionnés, un vote est organisé sous la surveillance des représentants des deux motions en lice et sur présentation de la carte d’étudiant. La motion J – qui réclame le report des examens, la poursuite de l’occupation, l’octroi des libertés politiques et syndicales et la mise en place d’un contrôle étudiant/professeur sur la direction – recueille une majorité significative (1 426 sur 2 446 votes exprimés).

Le pouvoir étudiant dans les archives de Sciences Po (diaporama)

Naissance d’une instance représentative, le “Conseil étudiant”

Conformément à ses termes, les étudiants sont invités les 17 et 18 mai à élire 178 délégués de conférences*, qui composent le Conseil étudiant (CE), dont la représentativité, bien que contestée par certains professeurs et étudiants, est  reconnue par la direction le 21 mai. Véritable instance parlementaire, le Conseil étudiant se réunit quotidiennement en séances publiques du 18 mai au 29 juin, discute et vote les motions et les rapports soumis par ses innombrables commissions thématiques (« femmes », « étrangers », « cogestion et autonomie », « contenu idéologique de l’enseignement », « avenir de Sciences Po », « examens à court terme », « examens à long terme », « cas particuliers », pour n’en citer que quelques unes). Véritable instance exécutive, le Conseil étudiant est doté d’un président (Alain Barrau), d’un secrétaire (Philippe Jaffré) et d’un secrétariat, ainsi que de services techniques (bureau de presse, service d’ordre, attribution des salles, etc.). Surtout, il désigne et contrôle les douze représentants étudiants siégeant au « comité paritaire des études » étudiant/enseignant (la direction y figure en simple observatrice) qui se réunit à partir du 28 mai et tient lieu de plateforme d’échanges et d’élaboration du statut de cogestion (matrice du nouveau statut de l’IEP de janvier 1969) et du texte sur les libertés politiques et syndicales, dont le Conseil étudiant fournit les premières versions.

« Travaux pratiques de démocratie », les efforts des commissions, du Conseil étudiant et du comité paritaire des études conduisent la direction à créer les nouveaux Conseils de direction et Commission paritaire de l’IEP et à octroyer les précieuses libertés syndicales et politiques. Au-delà des acquis de la lutte, les archives témoignent de l’intensité des réflexions et des débats, du sérieux et du légalisme de l’œuvre entreprise par le Conseil étudiant et ses commissions.

*41 délégués d’Année préparatoire, 64 délégués de deuxième année, 51 délégués de troisième année, enfin 22 délégués de Troisième Cycle/PrepENA.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Serge Hurtig, 1927 - 2019

Secrétaire général de la FNSP durant trois décennies, Serge Hurtig a contribué à internationaliser Sciences Po et la science politique française. Portrait d'une personnalité majeure de l’histoire de notre établissement.

Lire la suite
Comment concilier Noël et souci écologique ?

Comment concilier Noël et souci écologique ?

À Noël, le risque de surconsommation est grand... mais n'est pas une fatalité. Acheter en vrac des produits locaux et bio, faire son cadeau soi-même ou encore recycler ses textiles en guise d'emballage : à l'approche des fêtes de fin d'année, Sciences Po Environnement livre ses conseils pour un Noël durable et zéro déchet, et les met en pratique à l'occasion d'ateliers organisés dans plusieurs campus..

Lire la suite
Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Sciences + Sciences Po : une double licence inédite

Dès la rentrée universitaire 2020, une nouvelle double licence interdisciplinaire, le Bachelor of Arts and Sciences (BASc), sera proposée aux étudiants de première année, en partenariat avec des établissements universitaires français. Ce double cursus en quatre ans associe sciences et sciences humaines et sociales pour apprendre à penser et agir face aux défis de notre siècle. Les deux premiers parcours ciblent en particulier celui de la transition écologique. 

Lire la suite
Chronique d'une démocratie fragmentée

Chronique d'une démocratie fragmentée

Pour conclure une année marquée par les soubresauts politiques, Pascal Perrineau revient dans son nouvel ouvrage, Le grand écart. Chronique d'une démocratie fragmentée, sur les trois registres démocratiques ayant façonné tour à tour l'année 2019 : la démocratie directe des gilets jaunes, celle participative du grand débat national et celle représentative issue des urnes lors des élections européennes. Une démocratie en trois scènes, qui semble plus fragmentée et conflictuelle qu'auparavant.

Lire la suite
Sciences Po lance la chaire

Sciences Po lance la chaire "Dette souveraine"

Penser le financement souverain et la soutenabilité de la dette : voilà l'ambition de la nouvelle chaire, portée par l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA). En associant praticiens de la dette et universitaires de renom, cette chaire vise à devenir un lieu de référence international sur cette question.

Lire la suite
Quelle sera la&nbspcouleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 ?

Quelle sera la couleur de la COP 25 qui se déroulera à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence du Chili ? Elle était annoncée bleue comme l’océan (Blue COP) par la présidence chilienne. À Madrid, au-delà des écosystèmes marins, l’ensemble de la biodiversité tant terrestre que marine devrait occuper une place de choix. Bien plus qu’une simple coloration, cette COP devrait constituer une étape majeure dans l’identification de capacités d’action conjointe pour le climat et pour la biodiversité.

Lire la suite
La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

La surenchère anti-élite de la campagne présidentielle américaine

Par William Genieys (CEE) et Larry Brown (Columbia). La publication, le 5 novembre dernier, du livre de Donald Trump Jr., Triggered : How the Left Thrives on Hate and Wants to Silence Us (Hystériques : comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire), est venue alimenter le discours anti-élite dans une campagne présidentielle dont le contexte, marqué par une procédure de destitution en cours, est tout à fait inédit.

Lire la suite
La matière noire de la démocratie

La matière noire de la démocratie

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas anecdotique. Tenter de l'expliquer en se focalisant sur la sociologie des participants ou en évoquant la montée des populismes, n'est pourtant, selon Luc Rouban, guère probant. Le chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po voit dans ce mouvement le symptôme d’une profonde mutation du rapport au politique. En épluchant sondages, enquêtes, baromètres et remontées du grand débat national, il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son dernier ouvrage : "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po).

Lire la suite