Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

La fin d’une “école sans professeur”

La structuration d’un pouvoir enseignant en miroir du pouvoir étudiant, la création d’un corps de professeurs des universités titulaires affectés à l’IEP, enfin la démocratisation de la gouvernance des laboratoires de recherche de la FNSP constituent autant d’effets collatéraux, remarquables mais méconnus du mai étudiant. Les événements étudiants ont ainsi contribué à modifier structurellement le rapport de l’Administration à ses enseignants, autant que ces derniers ont été amenés à redéfinir leur rôle au sein de l’IEP et même leur métier.

Mai 68 a fait advenir un « pouvoir enseignant ». École « sans professeur », faisant appel à 450 enseignants vacataires issus des facultés de lettres et de droit, de la haute fonction publique et des administrations, du milieu économique et des syndicats professionnels, Sciences Po n’avait jusqu’alors jamais impliqué ses enseignants dans l’élaboration de l’offre d’enseignement et dans la gestion de l’IEP autrement qu’à titre individuel. La revendication étudiante de « cogestion » exigeant un « contrôle démocratique étudiants-professeurs (50 % – 50 %) sur l’ensemble des attributions de la Direction » (motion J) et l’intérêt bien compris de l’Administration de Sciences Po contribuent à doter ce groupe éclaté d’une représentation. Appelés par la direction à désigner leurs représentants par sections, par années et par corps, les enseignants élisent le 23 mai seize délégués siégeant au « comité paritaire des études » présidé par Alfred Grosser, directeur d’études et de recherches de la FNSP. Appelés à se prononcer une première fois sur le veto étudiant et la poursuite des négociations le 8-14 juin, et une seconde fois sur les textes relatifs à la cogestion et aux libertés politiques et syndicales, le 22 juin-1er juillet, le corps enseignant a joué un rôle de médiateur, de négociateur modérateur, voire d’arbitre.

Mai 68 : nos enseignants-chercheurs témoignent (vidéo)

À la recherche d’un compromis avec les étudiants

Son nombre, sa dispersion géographique et professionnelle, autant que l’occupation des locaux de la rue Saint-Guillaume, expliquent que sa réunion en assemblée générale ait été rare (23 mai et 8 juin) et que les échanges aient pris la forme de lettres-pétition, de motions et d’explications de vote envoyées par courrier. Ces documents constituent d’inestimables archives qui donnent à voir la diversité, voire les divisions, du corps enseignant quant aux interprétations et aux attitudes à adopter vis-à-vis des événements. Certes les enseignants ne désavouent jamais leurs seize délégués qui négocient directement avec les étudiants au sein de l’organisme paritaire des études, mais les hauts fonctionnaires, juristes de formation, n’ont de cesse de rappeler le statut « extra-légal » de cette même instance et des textes qu’elle produit. Certes la majorité des enseignants se dit favorable au dialogue avec les étudiants et accepte le principe d’une participation étudiante (selon des modalités variables), mais elle rejette toute mise en cause de l’autorité du directeur, tout veto étudiant, et le principe même de parité ou de cogestion. Les enseignants défendent également leur liberté académique et refusent tout droit de regard étudiant sur leur nomination. Enfin, un certain nombre d’entre eux s’inquiètent de la « politisation de l’IEP » qu’entraînerait l’octroi des libertés politiques et syndicales. En dépit de sa diversité, le corps enseignant a fait preuve d’une grande cohésion (comme en témoignent les résultats des deux votes entérinant à 66 % les compromis négociés par leurs mandataires, avec 83 % de participation) pour soutenir la direction et défendre ses prérogatives, tout en encourageant la poursuite des négociations avec les étudiants et la recherche d’un compromis sur les modalités de leur participation.

Le Mai des professeurs et des chercheurs (diaporama)

Si le corps enseignant de l’IEP a obtenu une reconnaissance statutaire à l’occasion de mai 68, les chercheurs des laboratoires de la FNSP ont également fait leur révolution pour réclamer une gestion plus transparente des recrutements et des carrières et une plus grande participation à la définition de la politique scientifique – obtenant la mise en place des conseils de laboratoire élus. Enfin, à la faveur de la loi Faure et des négociations entamées avec les pouvoirs publics, la direction de Sciences Po a obtenu l’affectation directe de professeurs titulaires à l’IEP qu’elle appelait de ses vœux depuis la fin des années 1950 : les premiers enseignants-chercheurs universitaires sont ainsi accueillis à la rentrée 1968, contribuant à structurer plus encore le tout jeune « pouvoir académique ».

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

Tout savoir sur les admissions

Tout savoir sur les admissions

Vous souhaitez étudier à Sciences Po ? Vous pouvez dès à présent vous porter candidat à nos programmes pour la rentrée 2019. Les dates d’ouverture et de fin de dépôt des candidatures dépendent des formations et des procédures d’admission : découvrez quel est votre calendrier d’admission !

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
“L’écosystème français des startups est fascinant !”

“L’écosystème français des startups est fascinant !”

Le 11 octobre dernier, les équipes de Station F intervenaient devant les étudiants de Sciences Po pour leur parler de la vie au sein de l'incubateur parisien, l'une des plus grandes pépinières de startups du monde. La directrice de Station F, Roxanne Varza, diplômée de Sciences Po, a notamment insisté sur la richesse des possibilités offertes par l'écosystème français aux entrepreneurs qui veulent se lancer, Paris demeurant injustement sous-estimée dans le monde de la tech. Elle a aussi présenté la "méthode Station F" pour révéler le potentiel des créateurs d'entreprises. Entretien. 

Lire la suite

"Où étiez-vous le 13 novembre ?"

À l’occasion de la Nuit du droit, un des amphithéâtres de Sciences Po s’est transformé en tribunal correctionnel. Pendant deux heures, des professionnels du droit sont venus mettre en scène la difficulté de leur quotidien. Quand la justice tente de démêler le vrai du faux, entre amour maternel et fanatisme.

Lire la suite
Sciences Po lance sa plus grande campagne de levée de fonds

Sciences Po lance sa plus grande campagne de levée de fonds

Sans le mécénat, Sciences Po n’existerait pas. Ni les fameuses Conventions Éducation Prioritaire. Depuis de nombreuses années, l’engagement des mécènes a rendu possible d’innombrables projets, notamment en matière d’innovation sociale. Sciences Po dévoile aujourd’hui la plus ambitieuse campagne de levée de fonds de son histoire. Objectif : lever 100 millions d’euros d’ici 2022, date anniversaire des 150 ans de l’institution. Et former une génération engagée, capable de comprendre et de transformer le monde de demain.

Lire la suite
Espoirs et illusions à l’heure de l’Amérique de Donald Trump

Espoirs et illusions à l’heure de l’Amérique de Donald Trump

Par Karoline Postel-Vinay (CERI). L’ouverture de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) offre, chaque année, l’occasion de photographier le paysage diplomatique mondial. C’est également un moment propice pour apprécier les talents théâtraux des chefs d’Etat et de gouvernement : Nikita Khrouchtchev brandissant sa chaussure en 1960, Fidel Castro et son discours-fleuve la même année, Mouammar Kadhafi déchirant la charte de l’ONU en 2009… L’enceinte des Nations unies devient alors, littéralement, une « scène » internationale où une multitude de visions du monde se rencontrent, se confrontent et s’affrontent.

Lire la suite
“Ce qui nous intéresse ? L’ouverture d’esprit !”

“Ce qui nous intéresse ? L’ouverture d’esprit !”

Chaque année, le Forum Carrières de Sciences Po offre aux étudiants et jeunes diplômés l’opportunité de préparer au mieux leur avenir professionnel. Ce vendredi 28 septembre 2018, vous avez été près de 1500 à répondre présents pour échanger avec des recruteurs. Retour en images sur ce moment fort de la rentrée.

Lire la suite
La pratique de la musique est-elle bénéfique aux écoliers ?

La pratique de la musique est-elle bénéfique aux écoliers ?

Par Philippe Coulangeon (OSC). Pour la deuxième année consécutive, en 2018, les ministres de l’Éducation nationale et de la Culture se sont associés pour une rentrée en musique dans les écoles, collèges et lycées. Comme l’année précédente, il s’agissait d’accueillir les élèves « par des chants ou des concerts afin de commencer l’année sous le signe de la joie et de la sérénité », selon les mots du communiqué de presse officiel.

Lire la suite