Le mai des professeurs et des chercheurs

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Sixième épisode de “Ça s’est passé…”, le 8 juin 1968, les enseignants de Sciences Po se réunissent pour la seconde fois en Assemblée générale. Leur action, conjointe à celle des étudiants, contribue à révolutionner leur statut au sein de l’école.

La fin d’une “école sans professeur”

La structuration d’un pouvoir enseignant en miroir du pouvoir étudiant, la création d’un corps de professeurs des universités titulaires affectés à l’IEP, enfin la démocratisation de la gouvernance des laboratoires de recherche de la FNSP constituent autant d’effets collatéraux, remarquables mais méconnus du mai étudiant. Les événements étudiants ont ainsi contribué à modifier structurellement le rapport de l’Administration à ses enseignants, autant que ces derniers ont été amenés à redéfinir leur rôle au sein de l’IEP et même leur métier.

Mai 68 a fait advenir un « pouvoir enseignant ». École « sans professeur », faisant appel à 450 enseignants vacataires issus des facultés de lettres et de droit, de la haute fonction publique et des administrations, du milieu économique et des syndicats professionnels, Sciences Po n’avait jusqu’alors jamais impliqué ses enseignants dans l’élaboration de l’offre d’enseignement et dans la gestion de l’IEP autrement qu’à titre individuel. La revendication étudiante de « cogestion » exigeant un « contrôle démocratique étudiants-professeurs (50 % – 50 %) sur l’ensemble des attributions de la Direction » (motion J) et l’intérêt bien compris de l’Administration de Sciences Po contribuent à doter ce groupe éclaté d’une représentation. Appelés par la direction à désigner leurs représentants par sections, par années et par corps, les enseignants élisent le 23 mai seize délégués siégeant au « comité paritaire des études » présidé par Alfred Grosser, directeur d’études et de recherches de la FNSP. Appelés à se prononcer une première fois sur le veto étudiant et la poursuite des négociations le 8-14 juin, et une seconde fois sur les textes relatifs à la cogestion et aux libertés politiques et syndicales, le 22 juin-1er juillet, le corps enseignant a joué un rôle de médiateur, de négociateur modérateur, voire d’arbitre.

Mai 68 : nos enseignants-chercheurs témoignent (vidéo)

À la recherche d’un compromis avec les étudiants

Son nombre, sa dispersion géographique et professionnelle, autant que l’occupation des locaux de la rue Saint-Guillaume, expliquent que sa réunion en assemblée générale ait été rare (23 mai et 8 juin) et que les échanges aient pris la forme de lettres-pétition, de motions et d’explications de vote envoyées par courrier. Ces documents constituent d’inestimables archives qui donnent à voir la diversité, voire les divisions, du corps enseignant quant aux interprétations et aux attitudes à adopter vis-à-vis des événements. Certes les enseignants ne désavouent jamais leurs seize délégués qui négocient directement avec les étudiants au sein de l’organisme paritaire des études, mais les hauts fonctionnaires, juristes de formation, n’ont de cesse de rappeler le statut « extra-légal » de cette même instance et des textes qu’elle produit. Certes la majorité des enseignants se dit favorable au dialogue avec les étudiants et accepte le principe d’une participation étudiante (selon des modalités variables), mais elle rejette toute mise en cause de l’autorité du directeur, tout veto étudiant, et le principe même de parité ou de cogestion. Les enseignants défendent également leur liberté académique et refusent tout droit de regard étudiant sur leur nomination. Enfin, un certain nombre d’entre eux s’inquiètent de la « politisation de l’IEP » qu’entraînerait l’octroi des libertés politiques et syndicales. En dépit de sa diversité, le corps enseignant a fait preuve d’une grande cohésion (comme en témoignent les résultats des deux votes entérinant à 66 % les compromis négociés par leurs mandataires, avec 83 % de participation) pour soutenir la direction et défendre ses prérogatives, tout en encourageant la poursuite des négociations avec les étudiants et la recherche d’un compromis sur les modalités de leur participation.

Le Mai des professeurs et des chercheurs (diaporama)

Si le corps enseignant de l’IEP a obtenu une reconnaissance statutaire à l’occasion de mai 68, les chercheurs des laboratoires de la FNSP ont également fait leur révolution pour réclamer une gestion plus transparente des recrutements et des carrières et une plus grande participation à la définition de la politique scientifique – obtenant la mise en place des conseils de laboratoire élus. Enfin, à la faveur de la loi Faure et des négociations entamées avec les pouvoirs publics, la direction de Sciences Po a obtenu l’affectation directe de professeurs titulaires à l’IEP qu’elle appelait de ses vœux depuis la fin des années 1950 : les premiers enseignants-chercheurs universitaires sont ainsi accueillis à la rentrée 1968, contribuant à structurer plus encore le tout jeune « pouvoir académique ».

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

Les libertés politiques et syndicales

Les libertés politiques et syndicales

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Huitième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, les étudiants réclament les libertés politiques et syndicales au sein de leur école.

Lire la suite
La démocratie en clair-obscur

La démocratie en clair-obscur

Par Olivier Dabène (CERI). À quelques semaines d’intervalle, le Venezuela et la Colombie ont tenu des élections présidentielles que tout oppose. Le 20 mai, au Venezuela, Nicolas Maduro a mis en scène sa réélection à l’issue d’un simulacre de scrutin que l’opposition avait boycotté. La participation électorale n’a pas atteint les 50 %, alors qu’elle avait flirté les 80 % en 2013, et le candidat chaviste a été crédité de 67 % des voix. La Colombie, de son côté, a connu ses premières élections sans violence dans un contexte inédit de post-conflit.

Lire la suite

"Montrer la révolution entrepreneuriale au féminin"

Diplômée du master en communication de Sciences Po, Nora Poggi est la réalisatrice du film documentaire « She Started It ». Projeté plus de 300 fois, entre autres aux universités de Harvard, de Columbia, de Yale… mais aussi à la Banque Mondiale, à Disney, ou encore chez Google et dans de nombreux festivals, ce film suit le parcours de cinq jeunes femmes qui ont lancé leur start-up dans la Silicon Valley. Interview avec la réalisatrice à l’occasion d’une conférence à Sciences Po.

Lire la suite
Un nouveau master en marketing et luxe

Un nouveau master en marketing et luxe

À la rentrée 2019, l’Ecole du management et de l’innovation ouvre un nouveau master intitulé « Master Marketing : New Luxury & Art de Vivre ». Entièrement en anglais, il a pour vocation d’accueillir 25 étudiants français et internationaux. Les participants auront des parcours très divers. Des connaissances préalables en marketing ne sont pas nécessaires.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec ses tutoriels en vidéo. Dans “Sciences Po passe le Bac”, nos profs planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Dans nos fiches méthodo, on vous explique comment éviter le hors-sujet, lire une carte ou encore travailler en temps limité. De quoi se préparer aux épreuves en toute sérénité.

Lire la suite
« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

« Le campus s'inscrit dans notre vision du grand paris »

Adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Jean-Louis Missika a suivi le projet du campus de l’Artillerie depuis ses prémisses. Il raconte comment la Ville de Paris s’est impliquée dans le dossier. L’enjeu ? Le déploiement, au cœur de l’espace urbain, d’un campus symbolisant le rôle prépondérant que les établissements universitaires sont appelés à jouer dans la métropole de demain.

Lire la suite
Mieux prévenir la criminalité

Mieux prévenir la criminalité

Comment prévenir la criminalité ? L’incarcération permet-elle de réduire durablement la récidive ? Roberto Galbiati, chercheur à Sciences Po, se penche sur “l’économie du crime”. Il propose d’ouvrir la boîte noire des politiques d’incarcération et de lutte contre la récidive en France, en Italie et aux États-Unis. Il présentera les enseignements de ses travaux le 4 juillet prochain lors d’un colloque co-organisé par le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques de Sciences Po, en partenariat avec France Stratégie.

Lire la suite
La cogestion

La cogestion

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents et archives inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages vidéos… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Septième épisode de “Ça s’est passé…” : le 17 juin 1968, le statut de cogestion, élaboré par le comité paritaire des études, est voté par les étudiants. Il sert de matrice à la réforme des statuts de l’IEP de janvier 1969.

Lire la suite
Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Core : un autre enseignement de l'économie est possible

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Lire la suite
Le mai de l’administration

Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Lire la suite