Le mai de l’administration

En mai et juin, Sciences Po dévoile, à travers une série d’articles, des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Cinquième épisode de “Ça s’est passé…” : le 21 mai 1968, la direction, ayant pris acte de l’occupation de Sciences Po, cherche à composer avec le mouvement étudiant.

Si les autorités de Sciences Po sont restées relativement discrètes durant les événements de mai-juin 1968, le directeur, Jacques Chapsal, les secrétaires généraux de la Fondation nationale des sciences politiques et de l’Institut d’études politiques, Jean Touchard et René Henry-Gréard, ainsi que les quelques chargés de mission et enseignants que compte alors la Maison, ont donné de leur personne pour maintenir le dialogue avec les étudiants et stabiliser la situation.

Éviter les débordements

Peu coutumiers de la fronde étudiante, la direction a d’abord tenté de s’appuyer sur l’Amicale des Élèves de tendance modérée. Prenant acte des résultats du vote organisé à l’issue de l’AG du 16 mai, de la régularité de la désignation des délégués étudiants survenue le 17 et le 18 mai, soucieuse enfin d’éviter les débordements (descente d’un commando Occident le 20 mai) et la confusion, la direction a vite changé de stratégie. En reconnaissant le 21 mai le Conseil étudiant comme « seul organisme représentatif », le directeur Jacques Chapsal a certes donné un gage au mouvement étudiant, mais a surtout contribué à le structurer et à le responsabiliser – concourant ainsi à établir des relations respectueuses, de pouvoir à pouvoir, et incitant le Conseil étudiant à garantir une occupation pacifique des locaux, un processus de négociation maîtrisé et une participation aux instances paritaires.

Quand les enseignants s’en mêlent

Prenant au mot la revendication étudiante de « cogestion », la direction a encouragé la constitution d’un « pouvoir enseignant » susceptible d’équilibrer le « pouvoir étudiant ». La mobilisation du corps enseignant – composé de 450 professeurs et maîtres de conférences « vacataires » – exige d’abord sa structuration. La direction suscite ainsi une liste d’enseignants « favorables au dialogue avec les étudiants » (dès le 16 mai), puis convoque des réunions des maîtres de conférences et des professeurs par année et par section (20-23 mai), afin de désigner des délégués enseignants et, parmi eux, les représentants siégeant à l’organisme paritaire réclamé par les étudiants et réuni pour la première fois le 28 mai. Précieux intermédiaires, les délégués enseignants – notamment leur président, Alfred Grosser – ont ainsi relayé les messages des étudiants tout en garantissant le non-franchissement des lignes rouges fixées par la direction.

Le mai de l'administration dans les archives de Sciences Po (diaporama)

La création d’un nouveau Conseil de Direction

Suivant à distance les débats, Jacques Chapsal a pris la mesure de la mobilisation et accepté, contraint par son ampleur et par les directives du ministère de l’Éducation nationale lui-même, un certain nombre de concessions – à condition de garantir le statut dérogatoire et l’autonomie de Sciences Po, l’autorité directoriale contestée par les étudiants, la valeur du diplôme par la tenue des examens. La revendication du « pouvoir étudiant » est quant à elle atténuée par la composition tripartite (étudiants/ enseignants/ personnalités extérieures) du nouveau Conseil de Direction et par la réaffirmation de la primauté du directeur, nommé sur proposition du Conseil par le Premier ministre. Surtout, l’IEP reste géré administrativement et financièrement par la Fondation nationale des sciences politiques, dont le Conseil d’administration ne compte aucun représentant étudiant. Jouant habilement de l’essoufflement du mouvement, de l’influence modératrice professorale, du recours à l’autorité supérieure du Conseil de Perfectionnement de l’IEP et du Conseil d’administration de la FNSP, seules instances statutairement décisionnaires, enfin de la complicité bienveillante des pouvoirs publics, la direction de l’IEP a su passer des compromis pour mieux préserver l’essentiel.

Dossier documentaire réalisé par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po. Texte de Marie Scot.

Tous les épisodes de “Ça s’est passé en 68” :

Abonnez-vous à notre newsletter

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite
La Terre, invitée vedette de la rentrée

La Terre, invitée vedette de la rentrée

C’est parti pour deux semaines intenses de rentrée à Sciences Po. Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles et leurs intervenants, sur tous nos campus du Collège universitaire (1er cycle) et dans les 7 écoles de second cycle. Un programme 2019 qui s’articule autour d’un thème central : le futur de la planète. Tous les détails à retrouver ci-dessous.

Lire la suite
Enseigner l’écriture

Enseigner l’écriture

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq sera la prochaine titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. L’auteure et psychanalyste, lauréate du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes, débutera ses enseignements auprès des étudiants de Sciences Po à la rentrée 2019.  

Lire la suite