La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

D’où vient le terme de startup nation et qu’est-ce qu’une startup nation ?

Denis Lacorne : Interviewée par Le Figaro, le 20 septembre 2015, Axelle Lemaire, la secrétaire d’État chargée du numérique exprimait l’espoir que la France deviendrait bientôt « une startup nation », c’est-à-dire une nation capable de produire des géants de l’économie numérique, des licornes (des entreprises valorisées à 1 milliard de dollars ou plus avant leur entrée en bourse). Le premier emploi de ce terme est dû à deux Israéliens, Dan Senor et Saul Singer, les auteurs d’un livre remarqué, publié en 2009 et intitulé The Startup Nation: the Story of Israel’s Economic Miracle. Les auteurs soulignent qu’Israël est le pays qui a créé le plus de startups au monde par nombre d’habitants.

Pourquoi parle-t-on de startup nation alors que la caractéristique principale de la startup nation est de ne pas avoir de frontières ?

D. L. : Le concept même de startup nation est un oxymore puisqu’une startup est une entreprise en hypercroissance qui cherche à s’implanter sur les plus grands marchés du monde : les États-Unis, la Chine, le Japon. Une startup qui réussit ne peut donc être un « champion national », comme l’étaient auparavant les grandes entreprises innovantes encouragées par de Gaulle, comme le Concorde, ou comme encore tel que le Minitel lancé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing et popularisé par le ministère des Postes et Télécommunications. Une startup qui réussit n’a pas de frontière et vise à intégrer l’économie globale du monde numérique. Son siège social pourra rester en France, comme celui de Criteo fondé par Jean-Baptiste Rudelle ou celui de Scality créé par Jérôme Lecat, mais l’implantation des centres de recherches, de management et de marketing sera mondiale avec une forte présence dans la Silicon Valley, à Palo Alto ou à San Francisco.

Peut-on qualifier la France de startup nation ?

D. L. : Si par startup nation on entend une économie dynamique qui crée des licornes et qui s’impose dans le numérique et dans les domaines de l’intelligence artificielle, la France est bien une startup nation. Mais notre pays, contrairement au rêve de nos dirigeants politiques n’est pas un « premier de cordée ». Nous n’avons créé que six licornes, contre seize au Royaume Uni, quarante pour l’ensemble de l’Europe et 178 aux États-Unis. Nos licornes, à ce jour, sont les suivantes : BlaBlaCar, Deezer, Doctolib, Meero, OVH et Veepee. 

Le concept de startup nation qui privilégie l’initiative privée n’est-il pas contraire à la culture colbertiste française ? Peut-il réellement exister un esprit start-up ou une culture startup dans la vie politique française ? Et dans l’espace public ?

D. L. : En théorie, une startup est une entreprise privée, créée par un petit groupe de fondateurs, qui se développe rapidement grâce à plusieurs séries de levées de fonds privés, jusqu’au jour où elle est rachetée par une autre entreprise ou bien jusqu’à son entrée en bourse en IPO (initial public offering). Mais, en France, la main invisible du marché, chère à Adam Smith, est souvent supplantée par la main financière de l’État. Cette dernière reste très présente dans l’Hexagone avec de nombreuses niches fiscales — le crédit d’impôt recherche, le crédit d’impôt innovation, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi — et surtout l’intervention peu connue mais efficace de la BpiFrance qui investit dans les jeunes startups ou qui leur accorde des prêts à des taux très faibles ou des avances récupérables à taux zéro.   

Que manque-t-il aux startup de France ? Les financements et/ou l’inscription dans l’ensemble du territoire et des entreprises de l’hexagone ?

D. L. : La trop grande dispersion des aides constitue un problème en France. Les aides de l’État sont peu sélectives et distribuées à travers toute la France en fonction des principes relativement égalitaires de l’aménagement du territoire. Le résultat, comme le dit l’un de mes interlocuteurs rencontré sur le campus de Stanford : « en France, l’État donne trop d’aides. Il "babysit" les entrepreneurs, sans trop de sélection ». Mais dès qu’il s’agit d’obtenir des sommes importantes (30 à 50 millions d’euros) pour se rapprocher du seuil d’une licorne, il n’y a plus personne, ni l’État ni les capitaux-risqueurs du secteur privé. Résultat : soit l’entreprise s’implante aux États-Unis, dans la Silicon Valley, à New York ou à Boston, pour obtenir des financements adéquats de venture capitalists étrangers, soit la startup française est rachetée par une entreprise étrangère qui dispose de plus importantes ressources financières. Le risque, à terme, comme l’explique Fleur Pellerin (à qui l’on doit l’initiative de la mission French Tech), c’est que les entreprises françaises deviennent de « simples prestataires d’autres puissances (États-Unis, Chine...) qui aspirent nos talents et donc notre capacité de créer de la valeur ». (Entretien avec Quentin Périnel, Le Figaro, 20 février 2018). 

D’où vient la fascination des politiques français pour la Silicon Valley ?

D. L. : Elle vient d’un désir « Louis Quatorzième » de créer un grand État, capable de surpasser ses rivaux par sa technique, sa culture, sa science et son inventivité. La galerie des glaces de Versailles exposait la suprématie de la technologie française dans la construction de miroirs de très grande taille. Les multiples rencontres, événements ou salons d’exposition français comme la « Viva Tech », la « Tech for Good », le « Choose France », sans oublier notre participation annuelle, en janvier, au Consumer Electronics Show de Las Vegas, illustrent notre aspiration à égaler, sinon à surpasser, les grands champions de l’économie numérique mondiale. Le roi Soleil avait tout misé sur Versailles ; notre « Jupiter », révèle une ambition plus grande encore, souvent mal comprise et mal interprétée : « L’économie du Net est une économie de super-stars. Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires (...). Il faut que les startups d’aujourd’hui préfigurent le CAC 40 de demain » (entretien d’Emmanuel Macron, Les Echos, 6 janvier 2015). Bref, il faut peupler la France de licornes, comparables à Google et à Facebook, pour rendre à notre pays le statut d’une grande-puissance. 
Mais, comme je le montre dans le livre, la création même des licornes, dont je n’ignore rien des effets pervers, ne se décrète pas du haut d’un ciel jupitérien tout puissant et arrogant. Elle dépend du foisonnement des initiatives privées et il est illusoire de croire que l’État puisse créer ex nihilo, comme à l’époque du général de Gaulle, de nouveaux champions nationaux.

Propos recueillis par Corinne Deloy (Centre de recherches internationales - CERI - Sciences Po)

En savoir plus

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

Pour Bertrand Badie, la vision classique des relations internationales se fonde sur un schéma éculé, qui oublie l'histoire et la diversité des cultures. Les politiques étrangères qui s'en inspirent agissent dans un monde "qui n'existe pas", et commettent des erreurs aux conséquences dramatiques sur le fragile équilibre mondial. Le Professeur émérite à Sciences Po, l'auteur de L'hégémonie contestée, et tout récemment de Rethinking International Relations, montre que d’autres logiques peuvent se montrer plus déterminantes que la puissance.

Lire la suite

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite
Amérindiens, leur combat pour la planète

Amérindiens, leur combat pour la planète

Les peuples amérindiens qui vivent en dehors de la mondialisation industrielle représentent près de 400 millions de personnes dans le monde. Ils constituent une part significative de la population de certains pays et régions et leur survie n'est pas seulement un enjeu à l'échelle de leurs peuples. "Nous avons besoin de ces populations pour préserver les 4/5e de la diversité biologique qui se trouvent concentrés sur leurs terres", souligne ainsi Sébastien Treyer, directeur général de l'Iddri. Ce 29 janvier, Davi Kopenawa, chaman et porte-parole des Indiens Yanomami du Brésil et Almir Narayamoga Surui, leader des Paiter Surui du Brésil, sont venus débattre à Sciences Po de leur combat.

Lire la suite