Législatives : un rendez-vous manqué avec la jeunesse

Par Anne Muxel (CEVIPOF). Les élections législatives, transformées en seule chambre d’écho de la victoire présidentielle, n’ont pas mobilisé les Français, qu’ils aient été lassés par les vicissitudes d’une séquence électorale trop longue, qu’ils aient exprimé une défiance ou qu’ils aient conforté par leur silence le choix présidentiel considéré comme le seul déterminant. Le nombre d’électeurs restés en dehors de la décision électorale a atteint un record historique : 51,3 % au premier tour et au second tour 57,4 %.

Abondamment commentée à juste titre comme la résultante des effets pervers de la réforme du quinquennat de 2001 et de l’inversion du calendrier électoral, cette abstention massive continue néanmoins d’interroger quant à ce qu’elle exprime des nouveaux usages civiques et politiques associés à la participation électorale. Dans le renouvellement générationnel, nul doute que ces nouveaux usages donnent forme à un nouveau cadre d’expression de la citoyenneté.

Décrochage d’une élection à l’autre

Au premier tour des législatives, ce sont 69 % des moins de 35 ans qui n’ont pas pris part au vote (IFOP) et 75 % au second tour (Ipsos). La nouvelle Assemblée nationale, pourtant rajeunie de façon inédite, n’a jamais été élue avec aussi peu de voix émanant de la jeunesse de ce pays. Lors de l’élection présidentielle, l’abstention – bien que supérieure à celle mesurée au sein de l’ensemble de l’électorat – ne concernait que 29 % d’entre eux au premier tour et 34 % au second tour (IFOP).

Un tiers de la jeunesse était donc resté en retrait, ce qui n’est pas rien pour l’élection reine de la Ve République, et pour le seul scrutin qui la mobilise vraiment. Mais le décrochage de la participation de la jeunesse par rapport à la présidentielle est massif, le nombre d’abstentionnistes ayant plus que doublé entre les deux scrutins (+40 points au premier tour et +41 points au second). Ce décrochage est plus marqué que dans l’ensemble de l’électorat (respectivement +29 points et +32 points).

Ces écarts sont révélateurs des hauts et des bas de la participation électorale qui constituent désormais le tempo de la vie démocratique. Chez les jeunes, si ce tempo suit globalement les amplitudes observées d’une élection à l’autre dans l’ensemble de l’électorat, il est généralement amplifié dans le sens d’une participation toujours moindre.

Quant aux scrutins intermédiaires, ils ne suscitent chez eux que peu d’élan civique et d’intérêt politique : 61 % d’abstention parmi les 18-24 ans au premier tour des municipales du 24 mars 2014 (+24 points par rapport à l’ensemble de l’électorat), 71 % lors du premier tour des élections départementales du 23 mars 2015 (+21 points), 76 % lors du premier tour des élections régionales du 6 décembre 2015 (+ 26 points). Les élections européennes du 25 mai 2014 n’ont, quant à elles, concerné qu’un quart des jeunes (26 %) contre 42 % de l’ensemble de l’électorat (-16 points).(Sondages IFOP)

Comment interpréter ces écarts et ce reflux de la participation électorale dans les jeunes générations ?

Voter, de moins en moins un devoir

Incontestablement, un mouvement d’affaiblissement de la norme civique du devoir de voter est perceptible dans le renouvellement générationnel. Le vote y est considéré de plus en plus comme un droit et de moins en moins comme un devoir. Plus expressif, moins normatif, il est toujours défendu comme un outil essentiel à la démocratie, mais moins central et inséré dans un ensemble plus vaste de moyens d’expression et d’usages démocratiques. La diffusion de l’abstention en même temps que sa légitimation croissante ont consacré un nouveau modèle de comportement électoral régi par l’intermittence et la réversibilité de l’acte de voter.

Les jeunes générations sont socialisées et font leurs premiers pas d’électeurs dans le cadre de ce nouvel habitus civique et politique. Dans ce paradigme renouvelé du vote, la question des enjeux de l’élection occupe désormais une place centrale et sans doute plus prescriptive de leur comportement qu’auparavant. La participation électorale des jeunes est de plus en plus conditionnée par leur perception des enjeux qu’ils peuvent associer à la compétition électorale et de moins en moins par une obligation civique.

Les élections de confirmation que sont devenues les élections législatives, donc sans enjeux saillants, et sans forte personnalisation, ne les ont donc pas mobilisés. Adhésion passive, indifférence ou opposition, il resterait à interpréter les significations de l’ampleur de leur silence dans les urnes.

Dimension protestataire

À ce changement du cadre normatif du rapport au vote, et donc à l’abstention qui prévaut dans les jeunes générations, vient s’ajouter une dimension protestataire que l’on ne peut négliger. La légitimation croissante de l’abstention a pour corollaire son instrumentalisation politique. Celle-ci n’écarte en rien le rôle toujours actif des déterminants sociologiques liés aux conditions de l’insertion socio-économique qui écartent du scrutin certains segments de la jeunesse, peu ou pas diplômés et issus des catégories populaires, mais elle introduit une dynamique nouvelle qui participe activement à sa diffusion.

L’abstention, dès lors qu’elle est de plus en plus considérée comme une réponse politique à part entière, est le moyen d’exprimer son mécontentement ou son refus de l’offre électorale proposée. Les deux tiers des abstentionnistes aux législatives étaient des électeurs de La France insoumise ou du Front national au premier tour de la présidentielle. Un jeune sur deux ayant voté au premier tour de la présidentielle a donné sa voix à Jean‑Luc Mélenchon ou à Marine Le Pen. Beaucoup d’entre eux ont pu trouver dans l’abstention aux législatives un moyen d’exprimer leur distance ou leur mécontentement.

Enfin, l’on ne peut évincer la dimension cognitive ayant pu jouer un rôle dans le retrait de la décision électorale. Le mouvement de recomposition politique suscité par la victoire d’Emmanuel Macron et l’introduction dans le paysage politique, non seulement d’un nouveau mouvement La République en marche, mais aussi et surtout d’une reconfiguration de la bipolarisation de la compétition électorale, ont pu décontenancer et déboussoler les jeunes électeurs. Ceux-ci reconnaissent eux-mêmes ne pas avoir toujours les clés de lecture suffisantes pour se repérer dans le personnel politique et dans le jeu partisan. Mais cette fois-ci le brouillage a pu être renforcé et particulièrement déroutant. Chez les jeunes comme chez les moins jeunes du reste.

Pas d’effet Macron chez les jeunes

Des raisons structurelles, amplifiées par des raisons conjoncturelles, éclairent donc cette abstention historique au relief singulier dans le cas des jeunes générations parce que s’y préfigurent les usages politiques de demain. L’on conviendra, en tout cas, que la rénovation drastique du système politique impulsée par la victoire d’Emmanuel Macron n’a pas eu d’impact remarquable sur la participation et sur l’implication des jeunes. Le rajeunissement du personnel politique sensible dans les candidatures aux législatives, même s’il est souhaitable et souhaité, non plus. Les jeunes ne conditionnent pas leur participation à l’âge des candidats.

Enfin, alors même que l’on peut observer depuis de nombreuses années un affaiblissement du clivage gauche-droite dans le renouvellement générationnel, et la recherche d’un consensus pragmatique, la reconfiguration nouvelle « et gauche et droite » n’a pas eu d’effet d’enthousiasme ou d’entraînement majeur de leur participation.

The ConversationLe rendez-vous de la jeunesse avec le temps court de la vie électorale a été quelque peu manqué, mais il en sera peut-être autrement du temps long de la politique. Pour cela, il faudra que le nouveau pouvoir parvienne à convaincre la jeunesse qui n’a fait, pour l’instant, que quelques pas timides sur le terrain du macronisme.

Anne Muxel, directrice de recherches CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Lire aussi

S'abonner à nos newsletters

Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
“L’écosystème français des startups est fascinant !”

“L’écosystème français des startups est fascinant !”

Le 11 octobre dernier, les équipes de Station F intervenaient devant les étudiants de Sciences Po pour leur parler de la vie au sein de l'incubateur parisien, l'une des plus grandes pépinières de startups du monde. La directrice de Station F, Roxanne Varza, diplômée de Sciences Po, a notamment insisté sur la richesse des possibilités offertes par l'écosystème français aux entrepreneurs qui veulent se lancer, Paris demeurant injustement sous-estimée dans le monde de la tech. Elle a aussi présenté la "méthode Station F" pour révéler le potentiel des créateurs d'entreprises. Entretien. 

Lire la suite

"Où étiez-vous le 13 novembre ?"

À l’occasion de la Nuit du droit, un des amphithéâtres de Sciences Po s’est transformé en tribunal correctionnel. Pendant deux heures, des professionnels du droit sont venus mettre en scène la difficulté de leur quotidien. Quand la justice tente de démêler le vrai du faux, entre amour maternel et fanatisme.

Lire la suite
Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Nos campus en régions vous ouvrent leurs portes !

Vous êtes lycéen, vous voulez vous porter candidat à Sciences Po ? Enseignements, vie de campus : venez poser toutes vos questions lors des Journées Portes Ouvertes de nos campus en régions. Une occasion unique de rencontrer étudiants, professeurs et responsables pédagogiques du Collège universitaire (le 1er cycle de Sciences Po en trois ans).

Lire la suite
Sciences Po lance sa plus grande campagne de levée de fonds

Sciences Po lance sa plus grande campagne de levée de fonds

Sans le mécénat, Sciences Po n’existerait pas. Ni les fameuses Conventions Éducation Prioritaire. Depuis de nombreuses années, l’engagement des mécènes a rendu possible d’innombrables projets, notamment en matière d’innovation sociale. Sciences Po dévoile aujourd’hui la plus ambitieuse campagne de levée de fonds de son histoire. Objectif : lever 100 millions d’euros d’ici 2022, date anniversaire des 150 ans de l’institution. Et former une génération engagée, capable de comprendre et de transformer le monde de demain.

Lire la suite
Espoirs et illusions à l’heure de l’Amérique de Donald Trump

Espoirs et illusions à l’heure de l’Amérique de Donald Trump

Par Karoline Postel-Vinay (CERI). L’ouverture de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) offre, chaque année, l’occasion de photographier le paysage diplomatique mondial. C’est également un moment propice pour apprécier les talents théâtraux des chefs d’Etat et de gouvernement : Nikita Khrouchtchev brandissant sa chaussure en 1960, Fidel Castro et son discours-fleuve la même année, Mouammar Kadhafi déchirant la charte de l’ONU en 2009… L’enceinte des Nations unies devient alors, littéralement, une « scène » internationale où une multitude de visions du monde se rencontrent, se confrontent et s’affrontent.

Lire la suite
“Ce qui nous intéresse ? L’ouverture d’esprit !”

“Ce qui nous intéresse ? L’ouverture d’esprit !”

Chaque année, le Forum Carrières de Sciences Po offre aux étudiants et jeunes diplômés l’opportunité de préparer au mieux leur avenir professionnel. Ce vendredi 28 septembre 2018, vous avez été près de 1500 à répondre présents pour échanger avec des recruteurs. Retour en images sur ce moment fort de la rentrée.

Lire la suite
La pratique de la musique est-elle bénéfique aux écoliers ?

La pratique de la musique est-elle bénéfique aux écoliers ?

Par Philippe Coulangeon (OSC). Pour la deuxième année consécutive, en 2018, les ministres de l’Éducation nationale et de la Culture se sont associés pour une rentrée en musique dans les écoles, collèges et lycées. Comme l’année précédente, il s’agissait d’accueillir les élèves « par des chants ou des concerts afin de commencer l’année sous le signe de la joie et de la sérénité », selon les mots du communiqué de presse officiel.

Lire la suite
Les meilleures copies 2018

Les meilleures copies 2018

Commenter Le Roman inachevé de Louis Aragon, se demander si la Résistance a contribué à transformer la République, ou présenter un extrait de l’autobiographie de Simone Veil, ce sont quelques-unes des épreuves sur lesquelles ont planché les candidats à l’entrée en première année à Sciences Po en 2018. Retrouvez leurs meilleures copies.

Lire la suite