He For She : Sciences Po parmi 10 "champions" mondiaux

Sciences Po figure parmi les dix “champions” universitaires choisis par l’ONU Femmes dans le monde entier pour leur engagement en faveur de l’égalité femmes-hommes et leur capacité d’influence sur le sujet. Une reconnaissance et une énorme responsabilité pour Sciences Po.

Vous vous souvenez de l’incroyable discours d’Emma Watson qui a fait le tour de la Toile et transformé la meilleure amie d’Harry Potter en charismatique égérie du féminisme ? C’était aussi le lancement de la vaste campagne HeforShe de l’ONU Femmes, qui vise à mobiliser les hommes aux côtés des femmes pour lever enfin tous les obstacles à l’égalité entre les sexes.

Pour se mettre en ordre de bataille, l’ONU Femmes à décidé de désigner trente “champions” qui seront les porte-drapeaux de cette initiative mondiale. Nom de code : Impact 10x10x10. Soit dix présidents d’universités, dix chefs d’entreprise, et dix chefs d’État, dont la mission sera de donner une impulsion forte et de rassembler, dans leurs institutions et au-delà, en mettant en oeuvre une politique ambitieuse sur leur propre terrain.

Parmi les dix champions universitaires figure Sciences Po, aux côtés de neuf autres universités du monde entier, sélectionnées pour leur engagement et leur potentiel d’influence sur le sujet : Georgetown University (USA), University of Hong Kong, University of Leicester (UK), Nagoya University (Japon), Oxford University (UK), Stony Brook University (State University of New York, USA), University of Sao Paulo (Brésil), University of Waterloo (Canada), et University of the Witwatersrand (Johannesburg, Afrique du Sud).

Une reconnaissance de l’action pionnière menée par Sciences Po depuis plusieurs années, qui représente aussi une énorme responsabilité. Hélène Kloeckner, responsable égalité femmes-hommes à Sciences Po, nous explique comment l’institution entend se montrer à la hauteur de ce nouveau rôle.

  • Que représente pour Sciences Po cette “nomination” parmi les dix leaders universitaires de la campagne HeForShe de l’ONU Femmes ?

Hélène Kloeckner : C’est d’abord une reconnaissance du rôle pionnier que Sciences Po a joué en matière d’égalité entre les sexes. Depuis 2010, le programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre PRESAGE, développé conjointement par l'OFCE et Sciences Po, insère une réflexion sur le genre dans l’ensemble des activités : enseignement, recherche, formation continue. Le projet européen EGERA (Effective Gender Equality in Research and the Academia - eng.), soutenu par l'Union européenne, nous a permis à partir de 2014 de franchir une nouvelle étape et de structurer une action de terrain cohérente et efficace, basée sur les travaux de la recherche, en lien avec nos partenaires européens.

  • Cela représente aussi un changement d’échelle ?

H.K. : Absolument : nous travaillons déjà en réseau avec les correspondants égalité femmes-hommes de nos partenaires locaux (Sorbonne Paris Cité), nationaux, et européens. Désormais, nous allons pouvoir diffuser et échanger nos bonnes pratiques avec des partenaires de niveau mondial, sur tous les continents. Le but, c’est non seulement d’améliorer nos pratiques dans nos universités, mais aussi de créer un effet d’entraînement à travers les étudiants que nous formons. Les citoyens, les managers, les acteurs politiques de demain, ce sont eux…

  • Concrètement, qu’est-ce que ce nouveau rôle va changer ?

H.K. : Le choix de Sciences Po par l’ONU Femmes montre que nous allons dans le bon sens. Mais il nous pousse surtout à nous engager davantage. C’est à la fois une énorme motivation et une énorme responsabilité : nous devons nous montrer à la hauteur de ce rôle. Et mettre en oeuvre avec d'autant plus de détermination le plan d'action (pdf, 180 Ko) que nous venons de dévoiler, et qui court jusqu'en 2017.

  • Quels sont les engagements pris par Frédéric Mion au nom de Sciences Po dans le cadre de la campagne HeForShe ?

H.K. : Le premier engagement, c'est de favoriser un meilleur partage des responsabilités, professionnelles et familiales. Les hommes doivent pouvoir assumer sereinement leurs responsabilités familiales, et permettre du même coup aux femmes de mieux s'investir dans leur carrière. Nous allons par exemple proposer des entretiens de parentalité, et plus seulement de retour de congé maternité, et inciter les hommes à prendre leur congé paternité. Nous proposons des ateliers sur la négociation de salaire, l'art du réseau ou le partage des tâches à nos étudiants et étudiantes, qui pourraient aussi être ouverts aux salariés.

Le deuxième engagement, c’est de parvenir à la mixité dans tous les postes à responsabilité : il doit y avoir au minimum 40 % de femmes - ou d’hommes ! - parmi les décideurs, qu’il soient académiques ou administratifs. Pour cela, nous allons revoir toutes les procédures de recrutement. Il s'agit aussi de mieux repérer les hauts potentiels féminins, d'aller les chercher et de les promouvoir.

  • La campagne HeForShe insiste sur l’impact que les universités peuvent avoir sur leurs étudiants. Que prévoit le plan d’action en la matière ?

H.K. : C’est à eux que s’adresse notre troisième engagement. Nous mettons actuellement en place un parcours de sensibilisation qui court sur les cinq années du cursus. Ce parcours comprend des enseignements spécifiques et transversaux sur le genre, animés par PRESAGE, des ateliers de coaching organisés avec le Service carrières, une attention portée au choix des intervenants extérieurs, un travail avec les associations... Le but, c’est de construire une culture de l’égalité femmes-hommes dans tout Sciences Po. Et, à travers nos étudiants, de changer la société de demain.

En savoir plus

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Hommage à Peter Awn, l’homme qui a relié Sciences Po et Columbia

Un homme plein d’énergie, excentrique, intelligent, non-conventionnel, brillant, passionné...Les amis et anciens élèves n’ont pas suffisamment d’adjectifs pour décrire Peter J. Awn, ancien Doyen des General Studies à l’Université Columbia, disparu il y a quelques mois et à l'origine du rapprochement entre Sciences Po et Columbia. Le campus de Sciences Po à Reims lui rendait hommage le 4 septembre dernier, en donnant son nom à sa bibliothèque. 

Lire la suite
Que fait le monde académique pour le climat ?

Que fait le monde académique pour le climat ?

Par Stéphane Grumbach - Le pouvoir politique a souvent fait appel à la communauté scientifique pour répondre aux défis majeurs, notamment en période de conflit. Le projet Manhattan en est la meilleure illustration : pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont mobilisé les scientifiques les plus éminents – et les plus opposés à l’usage de la bombe atomique – pour devancer l’Allemagne nazie dans la fabrication de cette arme. Sous la direction du général de Gaulle en France, ou celle de Deng Xiaoping en Chine, l’objectif de reconstruction de la « grandeur nationale » aura été le moteur d’une politique scientifique ambitieuse. Qu'en est-il face à l'urgence climatique ?

Lire la suite
Liberté pour Fariba Adelkhah

Liberté pour Fariba Adelkhah

Notre collègue et amie Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po depuis 1993, spécialiste de la société iranienne, a été arrêtée en Iran au début du mois de juin 2019.

Lire la suite
“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“En journalisme, la neutralité n’existe pas, l’honnêteté, si !”

“Elle représente ce qu’il y a de meilleur et d’indestructible dans le métier de journaliste” : c’est ainsi que le doyen Bruno Patino a présenté Marion Van Renterghem, invitée de rentrée de l’École de journalisme de Sciences Po. “Prendre le temps de traîner”, parler une “langue claire et belle”, “cultiver l’honnêté et la religion du fait” : tels sont les conseils de la journaliste pour suivre cette vocation “un peu folle” dans un monde qui aime détester la presse.

Lire la suite
L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

L’Amazonie en proie aux incendies… et aux calculs politiques

Par Laurie Servières, doctorante à Sciences Po - Le 19 août dernier, un épais nuage de fumée plonge São Paulo dans l’obscurité. Il est 15h, le Brésil se réveille : l’Amazonie est en feu. La nouvelle, à l’inverse des flammes, peine pourtant à se propager, alors que les incendies durent déjà depuis plusieurs semaines dans le nord et la région centre-ouest du Brésil.

Lire la suite

"Réinventer l'économie de marché"

Dans un programme de rentrée axé sur la crise climatique, Emmanuelle Wargon était l'invitée le 30 août de l'École d'affaires publiques de Sciences Po. La secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a plaidé pour une "transformation très profonde" de nos modes de production et de consommation. Son interview en vidéo.

Lire la suite
“CO2 ou PIB, il faut choisir”

“CO2 ou PIB, il faut choisir”

Précis, véhément et volontiers iconoclaste, l'ingénieur et spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici a délivré aux étudiants de deuxième année une leçon en forme de démonstration sur l’inéluctable fin de l’âge d’or énergétique. En la matière, point de compromis possible : décarboner l’économie, c’est aussi en finir avec la course éperdue à la croissance. Retour sur les points-clés d’une démonstration salutaire, à revoir en intégralité.

Lire la suite
“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Ce n’est plus une question d’écologie, mais de civilisation”

“Inclassable et indispensable” : c’est ainsi qu’Olivier Duhamel accueillait Bruno Latour à la tribune de l’amphithéâtre Boutmy. Le philosophe et anthropologue a délivré sur la crise environnementale une leçon de rentrée impressionnante à tous les sens du terme. Comment mesurer ce changement de civilisation qui nous dépasse, et comment s’y orienter ? Retour sur un des moments clés de cette rentrée placée sous le signe du climat. 

Lire la suite
La Terre, invitée vedette de la rentrée

La Terre, invitée vedette de la rentrée

C’est parti pour deux semaines intenses de rentrée à Sciences Po. Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles et leurs intervenants, sur tous nos campus du Collège universitaire (1er cycle) et dans les 7 écoles de second cycle. Un programme 2019 qui s’articule autour d’un thème central : le futur de la planète. Tous les détails à retrouver ci-dessous.

Lire la suite
Enseigner l’écriture

Enseigner l’écriture

Après Kamel Daoud, Marie Darrieussecq sera la prochaine titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. L’auteure et psychanalyste, lauréate du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes, débutera ses enseignements auprès des étudiants de Sciences Po à la rentrée 2019.  

Lire la suite