“La globalisation donne de nouvelles ressources aux nationalismes”

La Nation est à la fois un concept libérateur et porteur d’exclusions : c'est le thème du dernier ouvrage d'Alain Dieckhoff, directeur de recherche CNRS et directeur du Centre de recherches internationales de Sciences Po (Ceri). En s’appuyant sur l’histoire de la nation, on comprend mieux les récentes mutations de ce concept et les tensions générées par le nationalisme. Interview

Vous situez le concept de nationalisme au cœur de la modernité, pouvez-vous préciser ?

Le nationalisme est à la fois une idéologie et un mouvement politique qui entend faire de la Nation - collectivité humaine partageant des caractéristiques communes, culturelles (langue, religion, histoire partagée…) et/ou politiques (appartenance à la même communauté politique territorialisée) – le lieu privilégié de l’expression collective. Le terme est apparu dans les principales langues européennes, d’abord timidement à la fin du 18ème siècle avant de s’affirmer au cours du siècle suivant. C’est dire qu’il s’agit d’un phénomène moderne lié à une transformation majeure : le fait d’investir le peuple de la souveraineté politique ultime, en lieu et place des monarques.

Comment expliquez-vous qu’il soit passé d’une acception « positive », synonyme d’émancipation et de liberté, à une acception « négative », synonyme d’exclusion et de renfermement sur soi?

Parce que l’idée nationale est en rupture avec la société inégalitaire d’Ancien Régime, elle est indissociable de l’avènement de la démocratie comme gouvernement du peuple. Le nationalisme a donc, à son origine, une dimension proprement révolutionnaire et émancipatrice. Du printemps des peuples en 1848 à la « décommunisation » des peuples soumis au joug soviétique dans les années 1990 en passant par la grande vague de décolonisation des années 1950-60, c’est cette portée émancipatrice du nationalisme qui s’est clairement manifestée. Or, à compter de la fin du 19ème siècle, d’abord en France et en Allemagne, puis dans nombre d’autres pays européens, le nationalisme a progressivement pris un autre sens lorsque certains courants politiques conservateurs se sont décidés à en faire une véritable doctrine fondée sur la primauté absolue des valeurs et des intérêts de leur seule Nation. Ce nationalisme de repli, de réaction, de l’enracinement, va de pair avec une double exclusion. La première concerne les autres nations tenues pour inférieures et qui sont, au mieux ignorées, au pire asservies, voire éliminées. La seconde s’opère à l’intérieur même du corps politique qui doit être purgé de tous les éléments « non-nationaux » c'est-à-dire, dans le fond, tous ceux qui ne partagent pas la même « identité organique ». A l’évidence, le nationalisme est un Janus. Il est un facteur d’émancipation en permettant aux peuples d’accéder à l’émancipation collective, dans le respect mutuel. A l’inverse, il peut aussi nourrir de terribles logiques d’exclusion xénophobe et raciste.

A quelles conditions le nationalisme pourrait-il disparaître ?

Libéraux et marxistes divergent sur beaucoup de points, mais ils partagent une même conviction : celle que la multiplication des interactions conduira à la réduction des différences entre peuples et, progressivement, à l’unification du monde. Cette fin supposée du nationalisme est une illusion pour une double raison. D’abord, ils ne voient pas que la globalisation donne aussi de nouvelles ressources aux nationalismes comme on le constate très clairement avec ce que j’ai appelé le nationalisme des nantis, particulièrement vigoureux. En favorisant l’accès direct au marché mondial, la globalisation permet aux nationalistes catalans ou québécois de contourner l’État central et d’affirmer leur propre projet national. Ensuite, tant que l’État demeurera la figure dominante du politique, il y aura du nationalisme parce que le principe même de l’État-Nation est de faire correspondre société politique et identité culturelle.

Vous parlez pourtant de l’État multinational. De quoi s’agit-il ?

D’un mode d’organisation de l’État fondé sur la dissociation entre communauté civique et communauté nationale, c’est-à-dire entre le domaine du politique et celui de l’identitaire. C’est une réalité, au moins partielle au Canada, en Espagne, en Belgique mais aussi en Russie, en Bolivie… C’est une vision de la Nation auquel les sociétés devraient s’intéresser,  car, ne nous y trompons pas, le principe d’autodétermination qui est au cœur du nationalisme continuera à produire ses effets. Il n’y a donc que deux options. Soit on accepte la multiplication d'États-nations à fondement identitaire marqué, comme cela a été le cas après la dissolution de la Yougoslavie, soit on s’emploie à préserver ou créer des États bi- ou plurinationaux afin d’organiser la coexistence de différents groupes nationaux au sein d’un même État démocratique, ce qui passe fréquemment par la mise en œuvre du fédéralisme.

Pourtant, vous ne semblez pas croire non plus à une perspective post-nationale?

La crise récurrente dans laquelle se trouve le projet européen tient précisément à l’impasse qui a été faite sur la question cruciale de l’identité européenne. De fait l’Europe n’est pas en mesure de susciter un fort sentiment d’adhésion et laisse le champ libre, soit à des souverainismes variés (dont le Brexit est la dernière illustration en date), soit à des nationalismes de dissociation comme ceux qui sont à l’œuvre en Catalogne et en Ecosse.

Entretien réalisé par Miriam Perier, CERI

 

En savoir plus

Yann Schreiber :

Yann Schreiber : "Le journalisme, c'est lui qui vous choisit"

Nous avions rencontré Yann Schreiber il y a quelques années alors qu'il finalisait son double master à l'École de journalisme et à l'École des affaires internationales (PSIA). Il venait de recevoir plusieurs prix de la prestigieuse Society of Professional Journalists, notamment pour une video et un reportage photo réalisé lors de son année d'échange à Ohio State University. Après maintenant quelques années de pratique, il garde toujours la même passion du journalisme, chevillée au corps. 

Lire la suite
Babacar Seck : « Aucune université ne peut réussir sans ses Alumni »

Babacar Seck : « Aucune université ne peut réussir sans ses Alumni »

Originaire de Dakar au Sénégal, et de la région Auvergne en France, Babacar Seck a été diplômé de Sciences Po en 2014, après avoir suivi le programme de Bachelor au sein du campus du Havre du Collège universitaire, puis le master en Finance et Stratégie à Paris. Aujourd’hui responsable investissement chez Proparco et président du Cercle Afrique de Sciences Po, il nous raconte son parcours et son engagement pour le continent africain.

Lire la suite
Le programme

Le programme "Emouna, l’amphi des religions" a cinq ans !

Le programme Emouna, qui forme ensemble des ministres du culte, des responsables de communautés religieuses de toutes les confessions et des personnes laïques au dialogue interreligieux et interconvictionnel, tout en favorisant l’engagement dans la société civile et la laïcité républicaine, célébrait son 5e anniversaire ce lundi 23 mai 2022, dans l’amphithéâtre Boutmy de Sciences Po à Paris.

Lire la suite
Ethan Zuckerman à Sciences Po :

Ethan Zuckerman à Sciences Po : "Nous devons imaginer un meilleur internet"

Malgré les nombreux bienfaits d'internet, il y a consensus sur la nocivité de la structure actuelle des réseaux sociaux, pour les individus et pour la société. Quel devrait être l'avenir des réseaux sociaux ? Le 10 mai 2022, Ethan Zuckerman, professeur associé à l'université du Massachusetts et directeur du UMass Institute for Digital Public Infrastructure, a débattu de cette question aux côtés de Bruno Patino, président d'ARTE, et de Julia Cagé, professeure associée d'économie à Sciences Po. Une conférence sur le thème "Competing visions for the future of social media" organisée par l'Institut McCourt en partenariat avec le Centre pour l'entrepreneuriat de Sciences Po.

Lire la suite
Félicitations aux lauréats de la 10ème promotion du double diplôme Sciences Po - Columbia

Félicitations aux lauréats de la 10ème promotion du double diplôme Sciences Po - Columbia

Lundi 16 mai 2022 a eu lieu à New York la 10e cérémonie de diplomation du double diplôme Sciences Po-Columbia University. Cette année, ce sont 69 étudiants qui recevront à la fois leur diplôme de Bachelor de Sciences Po et celui de Columbia lors d’une cérémonie marquée par l’émotion et les paroles inspirantes de ceux qui le font vivre. Étaient également présents les étudiants des promotions 2020 et 2021 dont les cérémonies avaient été annulées en raison de la pandémie.

Lire la suite
Mariama Sow :

Mariama Sow : "Je n'ai jamais eu peur de la différence"

Pour sa 3e année de Bachelor – et avant d’intégrer le double master Corporate and Public Management entre Sciences Po et HEC Paris – Mariama Dalanda Sow a choisi d’effectuer un échange universitaire au sein de la prestigieuse Strathmore Business School à Nairobi. L’étudiante de 21 ans raconte son expérience et son envie de s’en inspirer pour espérer, un jour, avoir un impact en Guinée, son pays d’origine.

Lire la suite
CIVICA : focus sur les cours joints

CIVICA : focus sur les cours joints

Vendredi 29 avril 2022, les étudiants du cours joint sur les États providence en transitions dispensé par Bruno Palier de Sciences Po et Anke Hassel enseignante à la Hertie School ont enfin pu se retrouver, en présentiel à Sciences Po. Un point sur cette expérience pédagogique inédite avec Frank Stadelmaier, Senior Manager CIVICA et Carly Hafner, chargée de projet au sein de la Direction des études et des partenariats, CIVICA.

Lire la suite
TOMMASO VITALE EST NOMMÉ DOYEN DE L’ÉCOLE URBAINE DE SCIENCES PO

TOMMASO VITALE EST NOMMÉ DOYEN DE L’ÉCOLE URBAINE DE SCIENCES PO

Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po, a nommé Tommaso Vitale doyen de l'École urbaine. Il succède à Patrick Le Galès. Tommaso Vitale prendra ses nouvelles fonctions de doyen de l’École urbaine à compter du mois de septembre, après une période de transition qui débutera le 1er juin. Cette nomination fait suite au travail mené par un comité de sélection, composé de personnalités internes et externes, mis en place début mars afin de sélectionner le meilleur profil pour le poste de doyen de l’école urbaine.

Lire la suite
 Fort moment d’échanges entre Volodymyr Zelensky et les étudiantes et étudiants de France

Fort moment d’échanges entre Volodymyr Zelensky et les étudiantes et étudiants de France

Face à des amphithéâtres bondés et parés de drapeaux bleu et jaune, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a échangé, mercredi 11 mai 2022, pendant plus d’une heure avec plusieurs centaines d’étudiantes et étudiants de Sciences Po, de l’Institut National du Service Public, de l’École Polytechnique, de l’Inalco et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, de l’Univesité Paris II Panthéon Assas, de l’IEP de Lille, de Sorbonne Université, de l’Université de Haute-Alsace, de l’École du Louvre, de l’Université de Lyon, de Sorbonne Paris Nord. Dans toute la France, de très nombreux amphithéâtres ont été ouverts, et des dizaines de milliers de personnes ont pu suivre, en personne ou en ligne, cet échange inédit.

Lire la suite