Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Qu’est-ce que les Jeunes Européens ? 

C’est une association de jeunes de 16 à 35 ans qui vise à renforcer le sentiment de citoyenneté européenne, fait de la pédagogie auprès des plus jeunes et encourage le débat sur l’Europe. L’association existe à l’échelle européenne et se décline en sections nationales, comme les “Jeunes Européens France”, et locales, comme la nôtre à Sciences Po. Nous sommes transpartisans et nous ne soutenons aucun parti politique en particulier, même si nous sommes quand même pro-européens.

En quoi consiste votre action ?

Elle consiste à sensibiliser le public aux questions européennes. On a, par exemple, lancé la campagne “Mon vote, mon Europe” pour les élections de 2019. Elle se déroule en ligne, - on publie des vidéos dans lesquelles on explique les enjeux des élections -, comme dans les rues avec l’action “Réagis et (re)vote” : on montre une citation d’un de nos eurodéputés et on fait réagir le public. L’idée, c’est d’inciter les gens à aller voter pour avoir des députés qui les représentent… et non l’inverse ! On fait aussi de la pédagogie auprès des plus jeunes en se rendant dans les écoles, collèges et lycées pour parler de l’Europe sur un format interactif. On fait également des actions dans des lieux publics destinées à attirer l’attention et à faire naître un débat, notamment dans le cadre du projet INCLUDE en partenariat avec la Mairie de Paris. 

Et dans le cadre de Sciences Po, que faites-vous plus spécifiquement ? 

On a organisé en novembre 2018 un débat avec six eurodéputés pour poser les jalons des futures élections. On a également organisé une conférence puis un ciné-débat pour évoquer les problèmes migratoires et la réglementation concernant les demandeurs d’asile, ou encore un événement sur les États-Unis, l’Union européenne et et la Chine avec le “Club Chine” de Sciences Po. Et, bien sûr, nous faisons aussi tout un travail de sensibilisation et d’intégration, par exemple pour intégrer les étudiants étrangers en échange à Sciences Po.

Quels sont les enjeux les plus importants à la veille des élections européennes ? 

La mobilisation des jeunes ! Quand vous regardez les dernières études d’intention de vote, les chiffres sont impressionnants. Cela nous motive encore plus à militer et à faire des propositions pour l’Europe de demain. Les Jeunes Européens souhaitent également influencer le débat public. On a un dossier avec des propositions concrètes : mettre en place une éducation civique européenne, élire le président de la Commission au suffrage universel, etc. 

Qu’est-ce qui manque à l’Europe aujourd’hui ?  

On peut être à la fois europhile et eurocritique et dire ce qui ne va pas ! Par exemple, le système de choix de nos représentants est à revoir. Il manque également une identité européenne : les gens voient l’Europe comme quelque chose de lointain qui nous impose des règles. Alors qu’en fait, on bénéficie de beaucoup de choses au quotidien via l’Union européenne : de nouvelles routes, de nouvelles infrastructures, des échanges Erasmus, etc. 

Que diriez-vous aux gens qui ne votent pas lors des élections européennes parce qu’ils pensent que les élections nationales sont plus importantes ? 

Que les gouvernements nationaux dépendent en grande partie de ce qui est décidé au Parlement européen ! Si cela n’intéresse pas les gens, c’est peut-être parce que les programmes électoraux ne sont pas suffisamment expliqués... Les médias n’y prêtent pas beaucoup attention, on n’en parle pas dans les grands journaux et à la télévision. On en parle seulement à un ou deux mois du scrutin. Il faut semer les graines européennes suffisamment tôt, sinon ça ne sert à rien ! 

Comment envisagez-vous l'évolution de l’Union européenne dans les prochains mois ?

Cela va dépendre en grande partie des élections du 26 mai et des résultats. Si les eurosceptiques gagnent, ils vont chercher à réformer l’Union européenne de l’intérieur et donc sans doute donner davantage de pouvoir aux gouvernements nationaux. Si c’est le cas, cela va être difficile de garder les militants actuels de notre association, ça risque d’être décourageant. Inversement, si le front européiste l’emporte, peut-être qu’on va aller vers ce que souhaitent les Jeunes Européens : une Europe plus intégrée avec une vraie politique migratoire, une vraie politique fiscale ou encore un budget européen !

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters !

Le programme de la rentrée

Le programme de la rentrée

Alors que de nombreux étudiants profitent encore de leurs derniers jours de vacances, les élèves de Sciences Po feront leur rentrée dès la fin du mois d’août ! Premiers pas pour certains, retrouvailles pour d’autres, ce moment est un temps fort marqué par les différentes rentrées solennelles : celles de chaque campus du Collège universitaire (1er cycle) et celles de nos 7 écoles de second cycle. Retrouvez ci-dessous le programme complet. 

Lire la suite
"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite
Civiliser le capitalisme

Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Lire la suite