Européennes 2019 : renaissance ou repli de l’Union ?

Directrice du Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, Florence Haegel travaille sur l’étude des partis politiques et sur les processus de politisation. Dans le cadre du cycle de conférences “Waiting for European Elections”, elle analyse les enjeux des futures élections européennes.

Selon vous, ces élections vont-elles conduire à regain d’intérêt des citoyens pour l’Union européenne ou bien à un rejet ? Que disent vos recherches ?

Les recherches ont longtemps insisté sur l’indifférence plus que sur le rejet de l’Union européenne par les citoyens des États membres. L’Europe apparaissait lointaine et compliquée. On en parlait peu dans le cours quotidien des vies politiques nationales. Et le fait que l’Europe soit mise aux agendas nationaux, tous les cinq ans, à l’occasion des élections européennes, n’y faisait rien. Progressivement, et principalement à partir du traité de Maastricht, en 1992, puis du vote sur le Traité constitutionnel européen, en 2005, les chercheurs ont souligné que la montée d’un courant critique, voire hostile, à la construction européenne pouvait être un moyen de renforcer l’intérêt des citoyens en sortant le débat de son registre technocratique et de son univers élitiste. En réalité, depuis 1979, date de la première élection européenne, le taux de participation au vote a globalement décliné même si les évolutions de ce taux sont en réalité très variables selon les pays, les pays d’Europe de l’Est (Slovaquie, République Tchèque, Pologne) étant les moins participatifs. En tous les cas, les dissensions profondes sur le projet européen n’ont jusqu’à présent pas conduit les citoyens européens à davantage se mobiliser lors des élections.

Après le Brexit, est-ce que l’on peut envisager que d'autres pays demandent une sortie de l’Union européenne ?

Les dernières enquêtes Eurobaromètre réalisées à l’automne 2018 indiquent que dans le contexte tendu des négociations sur le Brexit, les citoyens européens interrogés sont plus enclins qu’auparavant à considérer de manière positive l’Union européenne, comme si l’incertitude ambiante et la fermeté affichée par l’Europe dans cet épisode leur donnaient des raisons d’être satisfaits. En tous les cas, c’est cette interprétation que le président du Parlement européen a voulu retenir. En moyenne, plus de la moitié des citoyens des États membres déclarent qu’ils voteraient pour le maintien dans l’Union européenne si d’aventure ils étaient consultés. Néanmoins, les Italiens et les Tchèques apparaissent tentés par une sortie et les Roumains, les Grecs, les Croates, les Slovènes sont plus nombreux à comprendre le choix du Royaume-Uni qu’à le condamner.

Le populisme a tendance à progresser dans de nombreux pays, y compris en dehors de l’Union européenne. Y  a-t-il des spécificités propres aux populismes européens ?

Le populisme a été analysé comme une « thin ideology », c’est à dire un mouvement hétérogène dont l’unité ne se construit qu’autour d’une défense du « peuple » contre les élites. Il peut donc prendre des formes variables et on en voit des manifestations partout dans le monde. Différentes variantes ont poussé sur le terreau européen. D’ailleurs, au Parlement européen, ceux que l’on pourrait désigner comme les “populistes de droite” étaient jusqu’à présent éclatés entre plusieurs groupes. Un des enjeux de ces élections européennes est de savoir si l’unité des droites radicales va se faire. La Ligue italienne y travaille d’arrache-pied, en tentant en particulier de se rapprocher du parti Droit et Justice polonais (il faut se rappeler qu’au Parlement la délégation polonaise est la quatrième en termes d’effectifs), mais des divergences existent sur la question migratoire, les rapports avec la Russie de Poutine, etc.

Malgré les réformes qui ont donné plus de pouvoir au Parlement, un des reproches que l’on fait à l’Union européenne est sa faible dimension démocratique. Cela correspond-il à la réalité ?

La place du Parlement européen a été, en effet, renforcée dans plusieurs domaines : législatif, budgétaire, ainsi que dans le choix des commissaires et du président de la Commission européenne. Mais l’asymétrie entre le Parlement et le Conseil demeure : l’activité parlementaire européenne est peu visible et lisible. Les prises de position sont difficiles à décrypter car le Parlement ne s’organise pas toujours de manière simple : les majorités varient selon les sujets et celui qui veut s’y intéresser peut vite se perdre dans les arcanes de circuits de décision complexes. En France, Thomas Piketty et Stéphanie Hennette-Vauchez ont fait des propositions pour renforcer le rôle du Parlement et lui donner un vrai rôle en matière budgétaire. Ils suggèrent également que 80% des parlementaires européens soient des parlementaires nationaux afin de rapprocher l’institution de Strasbourg des citoyens. À l’opposé, la dirigeante de l’AFD, la droite radicale allemande, milite pour que l’on supprime le Parlement. Dans une période de remise en cause du régime représentatif au nom de la démocratie participative, le Parlement européen est évidemment une cible.

Les questions migratoires semblent avoir contribué à renforcer la défiance des citoyens. Est-ce un des enjeux de ces élections ?

Les politiques migratoires sont attaquées sur les deux fronts. Elles ont d’ailleurs été au cœur du vote pour le Brexit et les droites radicales vont en faire leur cheval de bataille lors de la campagne. Même si, lorsque l’on entre dans les détails, on constate que tous les leaders européens de cette mouvance ne sont pas d’accord sur les solutions à mettre en œuvre. À gauche, la politique européenne est aussi sévèrement critiquée dans la mesure où elle restreint l’application de la convention de Stockholm sur le droit d’asile. En parallèle de ces mouvements de migrations venant de pays extra-européens, il est aussi intéressant de constater l’ampleur de la mobilité intra- européenne. C’est le cas en particulier en Roumanie, en Pologne, dans les pays baltes mais également en Italie : ces pays perdent une partie conséquente de leur jeunesse. L’enjeu de la mobilité, des réfugiés, des travailleurs détachés, des étudiants, est aujourd’hui au cœur de l’Europe.

Vous organisez prochainement plusieurs conférences au sujet des élections européennes. Pouvez-vous nous en dire plus à ce propos ?

Oui, le Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po (CEE)  organise avec l’École des affaires internationales (PSIA), l'École d’affaires publiques et l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), une série de conférences « Waiting for European Elections » sur les grands enjeux de l’élection européenne 2019. La première aura lieu le 20 février et se focalisera sur le Brexit. Xavier Ragot, de l’OFCE, animera la discussion avec John Burton, l’ancien Premier ministre irlandais, Fiona Hyslop, membre du gouvernement écossais et du Scottish National Party, Kalypso Nicolaidis, professeure à Oxford, et Colin Hay, professeur à Sciences Po (CEE). Trois autres conférences suivront tous les mois jusqu’aux élections en abordant le sujet des questions institutionnelles, des migrations et, pour finir, des  populismes.

Florence Haegel est professeure à Sciences Po. Ses recherches actuelles portent sur l’étude des partis politiques et des processus de politisation. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Sociétés contemporaines.

Abonnez-vous à nos newsletters :

“La première élection vraiment européenne”

“La première élection vraiment européenne”

Brexit, changement de mode de scrutin, montée des populismes… Autant d’enjeux inédits pour ces élections européennes. “Ce sont les élections des premières fois”, souligne Enrico Letta, ancien Premier ministre d’Italie et doyen de l’École des affaires internationales de Sciences Po. À l’occasion du scrutin européen, Sciences Po organise ce dimanche 26 mai une soirée de commentaires et d’analyses dans son emblématique amphithéâtre Boutmy avec les meilleurs experts. Elle est ouverte à tous. Venez nombreux !

Lire la suite
Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Urgence climatique : ne pas sur-responsabiliser les individus

Par Sophie Dubuisson - Quellier (CSO - Sciences Po) et Solange Martin (ADEME). Dans le contexte de la lutte contre le dérèglement climatique, les interventions publiques ciblent aujourd’hui les individus. Il s’agit d’encourager certaines pratiques – prendre les transports en commun, manger des fruits de saison – et d’en décourager d’autres – laisser ses appareils en veille ou renouveler trop fréquemment ses vêtements.

Lire la suite
L’éthique du hacker

L’éthique du hacker

Les révolutions commencent souvent par des histoires, des colères ou des frustrations a priori insignifiantes, anecdotiques. C’est le cas de la culture dite libre qui est probablement un des développements démocratiques les plus importants du numérique et dont l’origine n’a tenu qu’à un problème d’impression !

Lire la suite
Générations Erasmus

Générations Erasmus

Au sein de Sciences Po, l’association “Jeunes Européens” est mobilisée depuis plusieurs mois pour susciter l’intérêt sur les questions européennes et encourager les étudiants à aller voter. Europhiles, certes, mais pas non plus dénués de sens critique sur les blocages européens, ces étudiants attendent avec une pointe d’anxiété les résultats du 26 mai qui pourraient changer la couleur politique de l’Union. Entretien avec Maria Popczyk, présidente des Jeunes Européens - Sciences Po. 

Lire la suite
Pour qui voter aux européennes ?

Pour qui voter aux européennes ?

Déjà menacées par une abstention record, les élections européennes du 26 mai laissent beaucoup d’électeurs perplexes face aux 34 listes et à la complexité des enjeux. Après le succès de La Boussole présidentielle® en 2017, le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en partenariat avec 20 Minutes et Ouest France, réédite son outil d’aide à la décision avant le scrutin. Explications par Thomas Vitiello, chercheur associé au Cevipof et directeur scientifique de La Boussole européenne®.

Lire la suite
Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Charisme politique : comment incarner l’Union ?

Dans ses travaux sur l’État et la bureaucratie modernes de 1921, l’universitaire Max Weber distingue trois sources de légitimité politique : son caractère traditionnel, bureaucratique ou charismatique. Dès ses origines, l’Union européenne a fondé sa légitimité sur la nature rationnelle de son administration bureaucratique (1). Face à la critique du déficit démocratique, l’Union européenne s’est parfois dotée de leaders charismatiques qui ont cherché à incarner l’Europe ; mais cet effort s’est souvent heurté aux réticences des États membres, soucieux de préserver leur leadership dans la construction européenne.

Lire la suite
Ces nationalistes attachés à l'Europe

Ces nationalistes attachés à l'Europe

Par Sylvain Kahn (Centre d'histoire). Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction.

Lire la suite
Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

Candidats en 1ère année : 5 idées reçues sur les oraux

En train de préparer les oraux d'admission à Sciences Po ? La deuxième quinzaine du mois de mai 2019, tous les candidats admissibles au Collège universitaire (1er cycle) de Sciences Po sont invités à un entretien. Une épreuve parfois stressante qui génère son lot d’idées reçues : voici quelques conseils pour se débarrasser des clichés et aborder ce dernier round avec le maximum de sérénité.

Lire la suite
Climat : est-il déjà trop tard ?

Climat : est-il déjà trop tard ?

On parle sans cesse du changement climatique mais comment joindre les actes à la parole ? Sébastien Treyer directeur général de l’Institut du développement durable et des relations internationales, l’IDDRI, explique le rôle de chacun dans la bataille pour sauver la planète. 

Lire la suite