Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Emouna est une formation “interreligieuse”. En quoi cette formation est-elle unique ? 

Emouna est une formation diplômante à la fois interreligieuse et laïque ; c’est sa grande originalité et sa force de savoir associer ces deux aspects. Aux fondements de cette formation, il y a l’idée d’une laïcité ouverte au dialogue avec le religieux, mettant en communication les religieux et ceux qui ne le sont pas. Le programme réunit ainsi aussi bien des ministres et permanents des différents cultes - judaïsme, différentes confessions chrétiennes, islam, bouddhisme... -, que des professionnels qui souhaitent mieux comprendre le fait religieux et la laïcité : journalistes, fonctionnaires, chefs d’entreprise, DRH, responsables d’associations, etc. Former ensemble à ces questions - pendant un an, dans un cadre séculier - des gens aussi différents, c’est, à notre connaissance, unique au monde.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le contenu du programme ? 

Il s’agit d’une formation continue certifiante, destinée essentiellement aux « professionnels » déjà en exercice. Elle dure une année et se compose de 18 journées intensives thématiques, ainsi que de plusieurs masterclasses, centrées sur des questions liées au religieux : « art et religions », droit des cultes, prévention de la radicalisation et des dérives sectaires, etc. D’autres sujets très variés sont aussi abordés, allant de la communication à la médiation en passant par le management. Il n’y a pas de sujet « tabou » :  Emouna est une formation qui aborde le fait religieux dans une perspective laïque ouverte à tous les savoirs, séculiers ou non, et c’est cela qui en fait précisément un laboratoire passionnant !

Qu’est-ce qu’une “vision laïque” de la religion ?

Dire “vision non-confessionnelle” me semble en fait plus juste que “vision laïque”, compte-tenu de la complexité et des malentendus liés à ce terme. Le plus souvent, les religions parlent à leurs fidèles respectifs : les catholiques parlent du catholicisme, les musulmans de l’islam, etc. À Emouna, chacun expose ce qu’il croit, ce qu’il pense, mais devant d’autres qui voient les choses autrement… De quoi croiser véritablement les points de vue : d’abord entre membres des religions, mais aussi en s’appuyant sur la recherche en sciences humaines et sociales spécifique à Sciences Po. De fait, en dehors des espaces cultuels, il y a peu de place pour le religieux, le spirituel en France, surtout à l’université. Dans l’Hexagone, on s’intéresse peu à tout cela… sauf quand il y a des problèmes (de radicalisation, par exemple) ! Ce qui ne permet pas de résoudre ces derniers. Par la culture, le dialogue et l’expérience partagée, Emouna veut contribuer à sortir de cette impasse. Ce qui suppose de rappeler les faits scientifiques sans s’empêcher de parler d’éthique ou de spiritualité. Par exemple, de souligner qu’on n’a pas de preuve scientifique de l’existence d’Abraham dans l’état actuel de la recherche historique, tout en s’intéressant de près à ce que les différents monothéismes disent de cette figure fondatrice, et aux conséquences multiples de ces représentations.

Qu’en est-il du principe de laïcité ? 

Il est la matrice même d’Emouna et infuse l’ensemble de nos journées. Sachant que bien des mises au point sont à faire, en la matière, compte tenu du faible niveau d’information de nos concitoyens sur ce sujet essentiel et fort débattu. En effet, la laïcité ne signifie pas l’exclusion du religieux, comme on le croit trop souvent. Mais la régulation - selon les droits de l’homme - des relations entre les sphères religieuses et non-religieuses dans une société démocratique. Ce qui implique, notamment, le droit de croire ou de ne pas croire, comme celui d’enseigner - ou de critiquer - toute ou telle religion ou conviction.

Chercheur, enseignant et formateur spécialisé sur le fait religieux et la laïcité, Éric Vinson est diplômé de Sciences Po en 1994. Après plusieurs années de journalisme et d'enseignement sur ces thématiques, il a réalisé une thèse sous la direction de Jean-Marie Donegani (Cevipof) : “La mobilisation du spirituel en démocratie”, soutenue en 2015. Ses principaux ouvrages (co-écrits avec S. Viguier-Vinson et publiés chez Albin-Michel) : Mandela Gandhi : la sagesse peut-elle changer le monde ? (2018) et Jaurès le prophète, Mystique et politique d’un combattant républicain (2014). Il est actuellement responsable pédagogique d’Emouna.

En savoir plus

Le programme Emouna

Abonnez-vous à nos newsletters :

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite
Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Le samedi 16 mars 2020, Sciences Po a appris la condamnation de Fariba Adelkhah, chercheuse au CERI, par la 15e chambre du tribunal de Téhéran. Détenue depuis près un an dans la prison d'Evin, Fariba s'est opposée à une libération conditionnelle en échange de l'arrêt de ses recherches. Elle a été condamnée à six ans de prison, la peine la plus lourde qu'elle encourait. 

Lire la suite
Un été connecté : rejoignez la Summer School

Un été connecté : rejoignez la Summer School

Sciences Po s'adapte à la crise sanitaire mondiale et propose une Summer School 2020 entièrement en ligne. Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts : le programme universitaire, à destination des étudiants, et le programme pré-universitaire, à destination des lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Autocratie : la dictature moderne

Autocratie : la dictature moderne

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Une rentrée 2020 inédite et novatrice

Comment organiser la rentrée universitaire dans le contexte actuel ? Après un semestre à distance, Sciences Po continue de se mobiliser afin de garantir à tous ses étudiants une scolarité complète et exigeante, fidèle à sa vocation de former des esprits libres, engagés et critiques, structurés intellectuellement par la recherche, les expériences de terrain et les contacts avec les professionnels, et de leur donner les moyens d’agir plus que jamais dans un monde incertain.

Lire la suite
De Sciences Po au grand bleu

De Sciences Po au grand bleu

L’une se consacre à en bannir le plastique, l’autre y replante des coraux : deux diplômées racontent pourquoi et comment elles ont créé leur entreprise au service de la protection des océans. À l’occasion du premier Forum des métiers de la transition écologique, nous avons rencontré Marie Le Texier, Fondatrice du cabinet ConsultantSeas, et Anne-Sophie Roux, Fondatrice de Tenaka.

Lire la suite