Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Emouna est une formation “interreligieuse”. En quoi cette formation est-elle unique ? 

Emouna est une formation diplômante à la fois interreligieuse et laïque ; c’est sa grande originalité et sa force de savoir associer ces deux aspects. Aux fondements de cette formation, il y a l’idée d’une laïcité ouverte au dialogue avec le religieux, mettant en communication les religieux et ceux qui ne le sont pas. Le programme réunit ainsi aussi bien des ministres et permanents des différents cultes - judaïsme, différentes confessions chrétiennes, islam, bouddhisme... -, que des professionnels qui souhaitent mieux comprendre le fait religieux et la laïcité : journalistes, fonctionnaires, chefs d’entreprise, DRH, responsables d’associations, etc. Former ensemble à ces questions - pendant un an, dans un cadre séculier - des gens aussi différents, c’est, à notre connaissance, unique au monde.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le contenu du programme ? 

Il s’agit d’une formation continue certifiante, destinée essentiellement aux « professionnels » déjà en exercice. Elle dure une année et se compose de 18 journées intensives thématiques, ainsi que de plusieurs masterclasses, centrées sur des questions liées au religieux : « art et religions », droit des cultes, prévention de la radicalisation et des dérives sectaires, etc. D’autres sujets très variés sont aussi abordés, allant de la communication à la médiation en passant par le management. Il n’y a pas de sujet « tabou » :  Emouna est une formation qui aborde le fait religieux dans une perspective laïque ouverte à tous les savoirs, séculiers ou non, et c’est cela qui en fait précisément un laboratoire passionnant !

Qu’est-ce qu’une “vision laïque” de la religion ?

Dire “vision non-confessionnelle” me semble en fait plus juste que “vision laïque”, compte-tenu de la complexité et des malentendus liés à ce terme. Le plus souvent, les religions parlent à leurs fidèles respectifs : les catholiques parlent du catholicisme, les musulmans de l’islam, etc. À Emouna, chacun expose ce qu’il croit, ce qu’il pense, mais devant d’autres qui voient les choses autrement… De quoi croiser véritablement les points de vue : d’abord entre membres des religions, mais aussi en s’appuyant sur la recherche en sciences humaines et sociales spécifique à Sciences Po. De fait, en dehors des espaces cultuels, il y a peu de place pour le religieux, le spirituel en France, surtout à l’université. Dans l’Hexagone, on s’intéresse peu à tout cela… sauf quand il y a des problèmes (de radicalisation, par exemple) ! Ce qui ne permet pas de résoudre ces derniers. Par la culture, le dialogue et l’expérience partagée, Emouna veut contribuer à sortir de cette impasse. Ce qui suppose de rappeler les faits scientifiques sans s’empêcher de parler d’éthique ou de spiritualité. Par exemple, de souligner qu’on n’a pas de preuve scientifique de l’existence d’Abraham dans l’état actuel de la recherche historique, tout en s’intéressant de près à ce que les différents monothéismes disent de cette figure fondatrice, et aux conséquences multiples de ces représentations.

Qu’en est-il du principe de laïcité ? 

Il est la matrice même d’Emouna et infuse l’ensemble de nos journées. Sachant que bien des mises au point sont à faire, en la matière, compte tenu du faible niveau d’information de nos concitoyens sur ce sujet essentiel et fort débattu. En effet, la laïcité ne signifie pas l’exclusion du religieux, comme on le croit trop souvent. Mais la régulation - selon les droits de l’homme - des relations entre les sphères religieuses et non-religieuses dans une société démocratique. Ce qui implique, notamment, le droit de croire ou de ne pas croire, comme celui d’enseigner - ou de critiquer - toute ou telle religion ou conviction.

Chercheur, enseignant et formateur spécialisé sur le fait religieux et la laïcité, Éric Vinson est diplômé de Sciences Po en 1994. Après plusieurs années de journalisme et d'enseignement sur ces thématiques, il a réalisé une thèse sous la direction de Jean-Marie Donegani (Cevipof) : “La mobilisation du spirituel en démocratie”, soutenue en 2015. Ses principaux ouvrages (co-écrits avec S. Viguier-Vinson et publiés chez Albin-Michel) : Mandela Gandhi : la sagesse peut-elle changer le monde ? (2018) et Jaurès le prophète, Mystique et politique d’un combattant républicain (2014). Il est actuellement responsable pédagogique d’Emouna.

En savoir plus

Le programme Emouna

Abonnez-vous à nos newsletters :

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
Sciences Po crée un Institut des compétences et de l'innovation

Sciences Po crée un Institut des compétences et de l'innovation

Sciences Po crée un Institut des compétences et de l’innovation pour une formation qui s'adapte aux transformations profondes que connaît la société. Son rôle est d’accompagner étroitement les enseignants dans leurs réflexions et actions pédagogiques, et de renforcer pour les étudiants la lisibilité et l’appropriation des compétences acquises tout au long de la formation.

Lire la suite
Les sciences sociales au prisme du genre

Les sciences sociales au prisme du genre

PRESAGE, le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po, a été créé en 2010. Destiné à promouvoir la recherche sur le genre, à développer l’offre de cours et à diffuser les savoirs sur ce champ, c’est l’un des plus anciens programmes transversal et pluridisciplinaire dédié au genre en France. Rencontre avec ses fondatrices, Hélène Périvier et Françoise Milewski, chercheuses à l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Lire la suite
Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Ne jetez plus vos couverts, mangez-les !

Écologiste convaincue et diplômée de Sciences Po en 2015, Tiphaine Guerout a mis ambition entrepreneuriale au service de la cause environnementale. Elle a fondé Koovee, une start-up qui propose une alternative aux couverts jetables en plastique : des cuillères et fourchettes en biscuit, fabriqués en France, qui ont la particularité d’être suffisamment résistants pour que l’on puisse manger avec. Rencontre avec une jeune diplômée qui ambitionne d’inonder les marchés français et européens dans les prochaines années.

Lire la suite
La France est-elle vraiment une

La France est-elle vraiment une "startup nation" ?

Spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne enquête dans son ouvrage Tous Milliardaires !, paru chez Fayard en novembre 2019, sur le mythe de la "startup nation". L'ambition de la France à figurer parmi les nations capables de produire des géants du numérique est-elle une réalité ?

Lire la suite
Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Patrick Chamoiseau, nouvel écrivain en résidence

Après Kamel Daoud et Marie Darrieussecq, Patrick Chamoiseau est le nouveau titulaire de la chaire d’écrivain en résidence de Sciences Po. Lauréat du Prix Goncourt 1992, primé à maintes reprises, Patrick Chamoiseau est auteur de romans, contes, essais, scénarios. À partir de janvier 2020, il donnera cours aux étudiants de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2020 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite

"On peut sortir de la croissance sans sortir du capitalisme"

Économiste engagé pour une société visant le bien-être, Éloi Laurent démontre dans son dernier ouvrage, Sortir de la croissance, mode d’emploi, pourquoi la crise écologique ne pourra être résolue sans abandonner l’objectif de croissance. Utopiste ? Non, d’après lui, il s’agit au contraire d’un objectif non seulement humaniste mais aussi tout à fait réaliste. Preuves à l’appui.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite