Entretien avec Jacques Semelin sur son livre “La survie des juifs en France”

Internationalement reconnu pour ses travaux sur les génocides et plus généralement sur les violences de masse, Jacques Semelin, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), publie La survie des juifs en France (1940-1944) aux éditions du CNRS, ainsi qu’en anglais chez Hurst et Oxford University Press, et en allemand chez Wallstein. Dans cet ouvrage, il livre les résultats d’une enquête inédite sur les raisons pour lesquelles 75% des juifs de France ont échappé à la mort durant l’occupation nazie.

Comment  vous est venue l’idée de ce livre ?

C’est à l’occasion d’un colloque international sur les pratiques de sauvetage en situation génocidaire organisé par le CERI et le Centre d’histoire en 2006, que j’ai pris conscience qu’il n’y avait pas eu de recherche scientifique approfondie sur le fait que 75% des juifs avaient échappé en France à la Shoah. Comment l’expliquer en dépit du projet exterminateur des nazis et de la collaboration du régime de Vichy ? Cela paraît d’autant plus surprenant qu’en Europe occidentale, seuls 25% des juifs des Pays-Bas et 45% des juifs de Belgique ont survécu.

Après avoir mené des études comparées sur les violences de masse, j’ai donc cherché à comprendre cette énigme française, encouragé par Simone Veil. Il n’était pas question d’oublier tous ceux qui avaient péri à Auschwitz mais il me semblait que le temps était venu de s’interroger sur cette exception française.

Comment avez-vous travaillé ?

J’ai d’abord réuni des données quantitatives et qualitatives. J’ai transformé cette abstraction des 75% en nombre : on estime qu’au moins 200 000 juifs sont toujours en vie en France à la fin de l’occupation. Beaucoup se sont dispersés à la campagne, surtout dans le sud et le centre de la France, principalement sur le territoire de l’ancienne zone libre. Fait remarquable, au moins 40 000 juifs sont restés à Paris, une minorité se cachant physiquement, tandis que les autres vivaient dans la légalité ou la semi-légalité. C’est là un fait quasiment unique dans toute l’Europe nazie.

Certes, les filières de sauvetage (juives et non juives) ont contribué à sauver nombre de vies (environ 10 000), notamment celles d’enfants mais l’engagement admirable de ces organisations de résistance ne peut rendre compte de la survie d’au moins 200 000 personnes. D’autres explications doivent être trouvées. La plus évidente d’entre elles est que les persécutés ont le plus souvent tenté de s’en sortir par eux-mêmes et qu’ils y sont parvenus. Telle était mon hypothèse principale de travail.

Je me suis alors posé des questions très concrètes. Si les juifs ont perdu leurs emplois, comment ont-ils fait pour survivre ? Pour se loger ? Ont-ils beaucoup « bougé » ou fort peu ? Ont-ils mis leurs enfants à l'abri ? Comment ont-ils fait pour éviter d’être arrêtés ? Juifs français et juifs étrangers se sont-ils comportés différemment ?

Je me suis donc lancé dans une collecte diverse de récits d’époque et de témoignages d’après-guerre.

Comment traitez-vous la question de l’antisémitisme ?

Nul doute que l’antisémitisme soit une réalité en France, au moins depuis le XIXe siècle. Il est cependant difficile de le différencier de la xénophobie, en particulier dans les années 1930. Après la défaite militaire de 1940, le régime de Vichy promulgue un antisémitisme d’État qui se concrétise par des mesures légales de discrimination et d’exclusion envers ceux « regardés comme juifs » (statut du 3 octobre 1940). Dans quelle mesure cette idéologie officielle est-elle partagée par la population ?

Ce point est matière à débat. Certains historiens estiment que l’opinion est très antisémite tandis que d’autres contestent cette vision qu’ils jugent excessive.

Selon moi, quel que soit le poids attribué à l’antisémitisme, la question décisive est celle de la chronologie. A l’été 1942, l’opinion est émue voire choquée que des policiers et des gendarmes français arrêtent des femmes et des enfants alors que les mesures légales de discrimination antisémite adoptées en 1940 n’avaient jusqu’alors suscité qu’une relative indifférence au sein de la population. C’est donc le basculement dans la persécution physique qui provoque des réactions de désapprobation ou d’entraide.

Cette évolution se traduit de deux manières. Quelques hauts prélats catholiques dénoncent ouvertement les arrestations de masse, en premier lieu Jules Saliège, l’archevêque de Toulouse qui ose déclarer, le 23 août 1942 : « Les juifs sont des hommes, les juifs sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux ». Cette protestation, probablement la plus diffusée par la Résistance, sera lue au micro de la BBC dès le 30 août et reproduite dans le New York Times le 9 septembre.

En parallèle des anonymes apportent leur aide aux persécutés : le policier, la concierge, l’instituteur, le passant… C’est une solidarité des petits gestes qui s’efforce de protéger les juifs d’une arrestation qui leur sera fatale.

Cette complicité est à la fois active et passive (non dénonciation). Combien de fois ai-je entendu dans mon enquête : « Ils savaient qu’on était juifs mais ils n’ont rien dit » ? Ce sursaut de solidarité dans une France pourtant à genoux puise dans les racines chrétiennes, l’héritage républicain et l’esprit patriotique de la France.

Cependant, tandis que certains tentent d’aider les juifs, d’autres les dénoncent (encore que la délation antisémite ait été moins fréquente qu’on ne l’a cru), restent indifférents à leur sort ou profitent de leur vulnérabilité. Au total, des juifs seront déportés de France vers le Reich jusqu’aux derniers jours de l’occupation.

Quel rôle la politique d’occupation a -t-elle joué dans ce phénomène de  survie ?

Pour comprendre comment les juifs ont survécu en France, il faut aussi revenir à la Realpolitik et à l’évolution de la guerre. En juillet 1940, Hitler a laissé se former un gouvernement français exerçant sa pleine autorité sur un tiers du territoire, la partie la plus pauvre du pays, que l’on a vite nommé la « zone libre ». L’existence de cette zone libre a permis la survie des juifs qui s’y sont réfugiés pour échapper aux Allemands. C'est ce que j’appelle un facteur structurel aux effets indirects. Vichy a certes aussi promulgué des lois antisémites dans cette zone mais nombre de témoignages attestent que les conditions de vie des juifs y étaient moins dures qu’en zone Nord (mis à part dans les camps d'internement comme Gurs ou Rivesaltes), y compris après l’invasion de la zone libre en novembre 1942. Plus encore, le maintien d'un gouvernement national a laissé aux dirigeants de Vichy une certaine marge de manœuvre, spécialement sur la « question juive ».

Cet état de fait est donc spécifique à la France ?

Oui et non. Mon analyse comparative met en lumière deux configurations politiques bien différentes :

A. Dans les pays où l’État est totalement détruit (Pologne ou Ukraine) ou dans ceux dont les administrations nationales sont directement placées sous le contrôle de l’occupant (Pays-Bas ou Belgique), le taux d’extermination des juifs est en général très élevé ;

B. Dans les pays disposant d'un gouvernement propre, qu’ils soient alliés du Reich (Italie, Bulgarie, Slovaquie, Roumanie jusqu'en 1942, Hongrie jusqu'en 1944) ou qu’ils se trouvent engagés dans une collaboration d’État (Danemark, France), Berlin fait pression sur les dirigeants de manière à bénéficier des forces de police locales pour résoudre la « question juive ». Certains de ces gouvernements se montrent « coopératifs », d'autres beaucoup moins. C'est pourquoi moins de juifs de ces pays ont été exterminés.

Cette analyse permet ainsi de mettre à jour la marge de manœuvre dont disposait Vichy. Durant les deux premières années de l'occupation, le gouvernement se montre coopératif avec les Allemands jusqu’à organiser l’arrestation et la « livraison » des juifs étrangers dans les deux zones du pays mais après la protestation des évêques, les dirigeants français sont plus réticents à procéder à des arrestations de masse.

À cela s’ajoute l’évolution sur le front militaire. En 1942, l’Allemagne domine politiquement et militairement l’Europe : c’est l’année où les déportations de juifs réalisées depuis la France avec le soutien de Vichy sont les plus nombreuses. Un an plus tard, en août 1943, l’Italie perd la guerre : Vichy renonce alors à faire appliquer une loi de dénaturalisation de juifs français qui, si elle était entrée en vigueur, aurait permis la déportation immédiate de ces derniers.

Selon vous, il est important de parler de “survie” et non de sauvetage. Pourquoi ?

La survie inclut des actions de sauvetage des juifs par eux-mêmes et par des Français non-juifs grâce à la complicité active ou passive de la population. La survie dépend également de facteurs généraux, de nature structurelle ou contextuelle qui tiennent aux objectifs politiques et stratégiques des nazis en Europe, à l'existence d'une « zone libre » en France, à l’évolution de l'opinion au moment des rafles, à la protestation d'éminents responsables catholiques, à la création d'une zone dite italienne, au développement de la résistance, aux ratés et aux limites de la répression, à l'évolution du front militaire.

Le titre du livre, La survie des juifs en France 1940-1944, résume bien mon propos. Il ne s'agit pas de soutenir que les trois quarts des juifs vivant en France ont été « sauvés » mais qu'ils ont pu survivre dans le pays. Ce n'est pas du tout la même chose.

Propos recueillis par Miriam Périer.

En savoir plus

Sur l’ouvrage

Abonnez-vous à nos newsletters :

Soutien à Fariba Adelkhah

Soutien à Fariba Adelkhah

Nous avons été choqués d’apprendre l’arrestation de notre collègue Fariba Adelkhah en Iran et sa détention depuis apparemment plusieurs semaines, sans possibilité de contact avec les autorités françaises.

Lire la suite
Commissaires de police 2019 : 70% des admis issus de Sciences Po

Commissaires de police 2019 : 70% des admis issus de Sciences Po

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 33 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 23 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

Lire la suite
Alliance U7+ : les universités s'invitent à l'agenda du G7

Alliance U7+ : les universités s'invitent à l'agenda du G7

47 responsables d'universités de 18 pays différents étaient réunis à Sciences Po les 9&10 juillet 2019 pour le sommet inaugural de l’alliance U7+, sous le haut patronage du Président Emmanuel Macron. Durant deux jours, les membres de ce nouveau réseau ont débattu, voté et signé 6 principes et 247 engagements pour répondre aux défis majeurs de l’agenda multilatéral. L’objectif : peser sur les débats mondiaux, et notamment le prochain sommet du G7 à Biarritz en août. 

Lire la suite
Artillerie : premiers coups de truelle

Artillerie : premiers coups de truelle

C’est parti pour les grands travaux ! Le rituel de pose de la première pierre a eu lieu le 8 juillet dernier sur le site de l’Artillerie, futur cœur du campus parisien de Sciences Po. Après l’acquisition du site en décembre 2016 et la présentation du projet lauréat en janvier 2018, cette cérémonie marque le début de la phase de rénovation et de construction. Reportage. 

Lire la suite
Une recherche pointue et accessible

Une recherche pointue et accessible

Directeur scientifique et professeur au Département d’économie, Guillaume Plantin a longtemps exercé à l’international  avant de rejoindre Sciences Po. Une expérience qui l’amène à concevoir les recherches dans un contexte global : global, par les enjeux à décrypter - environnement, numérique, populisme... - global, par la compétition mondiale dans laquelle la science évolue. Pour lui, la recherche à Sciences Po dispose d’acquis solides et fait preuve de la créativité nécessaire pour relever ces défis. À sa façon. Explications. 

Lire la suite
Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Cérémonies du diplôme 2019 : les meilleurs moments

Plus de 7300 personnes ont assisté les 28 & 29 juin 2019 aux quatre cérémonies de remise des diplômes de la promotion 2019. Des parents, des amis, des professeurs, des compagnons, et parfois des enfants : c’est sous le regard fier, ému, et chaleureux de leurs proches et de leurs camarades que les diplômés ont ceint leur écharpe rouge pour ce premier jour du reste de leur vie. Découvrez quelques uns de ces moments uniques en vidéo et le résumé ci-dessous.  

Lire la suite
Comprendre les populismes

Comprendre les populismes

Les 1er et 2 juillet, une cinquantaine d’économistes, de politistes, d’historiens et de sociologues se réunissent à Sciences Po dans le cadre d’un tout nouveau groupe de recherche au sein du Centre for Economic Policy Research. Objet de cette rencontre : la question très actuelle du populisme et des politiques à mener pour lutter contre son emprise. Comment aborde-t-on le sujet épineux du populisme en recherche ? Eléments de réponse avec Sergei Guriev, professeur d’économie à Sciences Po et membre du comité d’organisation.

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite