Engagé pour l’Afrique

Il vient du Burkina Faso et travaille sur un projet pour faciliter l’accès à l’eau dans son village. Romaric Compaoré fait partie de la première promotion des boursiers Sciences Po - MasterCard Foundation, un programme qui permet d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés.

Pourquoi avoir rejoint le programme Europe-Afrique à Sciences Po ?

Je voulais mieux connaître mon continent, pour participer activement à son développement. Je cherchais vraiment un fort focus africain, pas comme les African Studies dans les universités américaines. Lorsque j’ai entendu parler du programme Europe-Afrique de Sciences Po dans mon lycée à Ouagadougou, j’ai su que c’était pour moi. Puis, quand j’ai appris qu’il existait une bourse Mastercard Foundation pour les élèves africains qui aspirent à participer au développement du continent, c’était la cerise sur le gâteau.

D’où vous vient cette envie de devenir un expert du continent africain?

Le développement de mon pays, le Burkina Faso, et celui de tous les autres pays du continent sont intimement liés. Les pays africains doivent résoudre leurs problèmes ensemble. Je veux m’investir dans l’intégration des pays africains, économiquement et politiquement. C’est pour cela que je veux devenir un expert de ce continent. Par la suite, j’aimerais intégrer une institution comme l’Union africaine, ou lancer mon entreprise pour travailler à cette intégration africaine.

À l’âge de 16 ans, vous avez lancé un projet de construction d’un château d’eau dans votre village du Burkina. Pouvez-vous nous en dire plus?

C’est au lycée que j’ai initié le projet Yakin, du nom de mon village. Le but de ce projet est d’implanter un château d’eau à Yakin, un village qui a pour activité économique principale le maraîchage. Cette activité est possible pendant trois mois seulement, lors de la saison des pluies. Pendant ces trois mois, les villageois réussissent à produire assez de légumes pour tout le village. Mais après ces trois mois, pendant la saison sèche, il faut se débrouiller pour trouver de l’eau. Les enfants ont pour mission d’aller chercher de l’eau et quittent l’école. Les femmes ne peuvent pas se rendre à l’hôpital car cela engagerait des frais qu’elles ne pourraient payer. Faute de soins, beaucoup d’enfants meurent de fièvre. Si l’eau était disponible toute l’année, ce village aurait des revenus toute l’année. Résoudre le problème de l’eau, c’est résoudre la majorité des problèmes du village.

Comment comptez-vous faire pour terminer ce projet de château d’eau au Burkina pendant vos études à Sciences Po ?

J’ai déjà récolté pas mal de fonds, mais il en manque encore pour que le projet voie le jour. En arrivant à Sciences Po, j’ai présenté ce projet et il a été retenu comme l’une des initiatives étudiantes de l’année par les étudiants de Reims, ce qui va me permettre de le poursuivre et de récolter des fonds, même à distance. Mon objectif pour 2018 est d’implanter le château d’eau et de le faire fonctionner !

En savoir plus

Abonnez-vous à notre newsletter

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite
Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Jeudi 17 octobre 2019. 

La détention en Iran de notre collègue Roland Marchal, directeur de recherche CNRS au CERI, vient d'être rendue publique. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'avaient pas encore révélé la nouvelle de son arrestation et nous avaient demandé de respecter cette consigne de discrétion.

Lire la suite
Les admissions sont ouvertes !

Les admissions sont ouvertes !

Vous souhaitez étudier à Sciences Po à la rentrée 2020 ? Les inscriptions sont désormais ouvertes ! Retrouvez ci-dessous le calendrier et les procédures à suivre pour chacune de nos formations.

Lire la suite
Quand la ville s’adapte au climat

Quand la ville s’adapte au climat

Les villes sont en première ligne pour faire face à la crise climatique. Les futurs acteurs de la gouvernance urbaine en Europe ont désormais la possibilité de se former au pilotage des défis environnementaux dans le nouveau master Governing Ecological Transitions in European Cities de l’École urbaine, et ce dès la rentrée 2020. 

Lire la suite