Crise de 2008 : où en est l'Europe 10 ans après ?

La crise financière de 2008 a eu d'immenses répercussions dans le monde entier, faisant entrer de nombreux pays en récession. Toutes les parties du globe ont été touchées. L'Union européenne n'a pas été épargnée et a été contrainte de revoir son architecture économique et financière. 10 ans après, quel bilan tirer pour l'Europe ?

Comment l'Union européenne a-t-elle été touchée par la crise ?

En septembre 2008, l'Irlande est le premier pays à entrer en récession sur le continent européen. Son PIB recule de 3,5% et son déficit public atteint 7,2% du PIB, dépassant ainsi très largement la norme des 3% imposée par le traité de Maastricht. Au sein de l'UE, suivront l'Espagne et le Royaume-Uni dès fin 2008.
Les années 2008 et 2009 peuvent être considérées comme les plus dures, puisque le PIB de l'UE-28 croît de seulement 0,5% en 2008 avant d'afficher l'année suivante un taux de croissance négatif de 4,3%. Il faudra attendre 2010 pour retrouver un regain de la croissance (2,1%), avant une nouvelle de récession en 2012 (-0,4%). L'UE a depuis connu six années de croissance successives, le pic ayant été atteint en 2017 (2,4%) et les projections pour les années à venir restant positives (1,9% pour 2019, 1,7% pour 2020).

Face aux risques systémiques, la réaction des institutions européennes a été rapide. Entre octobre 2008, soit un mois après la faillite de Lehman Brothers, et mai 2009, la Banque centrale européenne (BCE) abaisse graduellement son taux directeur de 4,75% à seulement 1%. En juillet 2012, le taux passe sous la barre des 1% et demeure aujourd'hui à 0%, espérant ainsi influencer l'octroi de crédits et contribuer à maintenir l'activité.

Tous les pays de l'UE ont-ils eu la même trajectoire économique durant la crise ?

Les trajectoires économiques des Etats européens indiquent de très larges divergences, notamment entre les pays d'Europe du Sud et du Nord. Comme l'indique l'économiste Thomas Piketty, la zone euro dans son ensemble n'a retrouvé le niveau d'activité économique qui prévalait fin 2007 qu'au 4ème trimestre de l'année 2015. Individuellement, l'Allemagne et la France avaient retrouvé ce niveau d'avant-crise dès le 4ème trimestre 2010. En revanche, certains pays (principalement d'Europe du Sud) ont connu des trajectoires économiques moins positives, et notamment la Grèce. Cette dernière n'a d'ailleurs toujours pas retrouvé son niveau d'avant crise, alors que l'Italie et l'Espagne ne l'ont retrouvé qu'en 2017. 

Il en va de même s'agissant du PIB par habitant. Quand on compare les principaux pays de l'Union européenne, on constate que l'Allemagne a recouvré un PIB par habitant supérieur à sa situation d'avant-crise, tout comme la France et l'Espagne. En revanche, ça n'est toujours pas le cas de l'Italie et de la Grèce. Pour ce dernier pays, le PIB par habitant s'élevait en 2007 à environ 30 000 dollars, tandis qu'il n'a atteint que 23 000 dollars environ en 2017. La question de la dette constitue une autre source de préoccupation. En attestent les travaux de la fondation Schuman : de nombreux pays, principalement d'Europe du Sud, ont subi de plein fouet la crise des dettes souveraines et ont vu leur niveau de dette très fortement augmenter depuis 2008. Le taux d'endettement de la Grèce, par exemple, s'élevait à environ 100% de son PIB en 2007-2008 et dépasse les 175% depuis 2013.

Dix ans après l'éclatement de la crise, sept pays européens tutoient ou dépassent le taux d'endettement moyen de la zone euro : la Grèce, l'Italie, le Portugal, la Belgique, l'Espagne, la France et Chypre.

Au sein de l'Union européenne, le taux de chômage a connu une forte baisse à partir de 2014, date qui, pour Mathieu Plane, économiste à l'Observatoire Français des conjonctures économiques (OFCE), "marque un retour consistant de la croissance économique au sein de l'Union européenne, avec des pays européens se remettant petit à petit de la secousse de 2008".

En revanche, si l'on se penche sur le taux de chômage pays par pays, ces derniers culminent à des niveaux encore très élevés au sud de l'Europe. C'est le cas notamment en Espagne (15,2% en août 2018) et surtout en Grèce (19,1% en juin 2018) malgré une tendance à la baisse. De la même manière, le taux de chômage des jeunes affiche de grandes disparités, allant de 6,2% en Allemagne à 39,1% en Grèce (août 2018).

Enfin, les dépenses d'investissement donnent un dernier éclairage saisissant des effets durables de la crise de 2008. En effet, comme l'indiquent les données d'Eurosat, seuls quatre pays ont recouvré ou dépassé en 2017 leur niveau d'investissement de 2007 : la Suède, l'Autriche, l'Allemagne et la Belgique. A l'inverse, dans six Etats membres, les investissements étaient encore de 10 points inférieurs en 2017 par rapport à 2007 : Espagne, Estonie, Grèce, Lettonie, Roumanie et Slovénie. Malgré un faible endettement et un bon niveau d'activité, des pays comme l'Espagne ont été durement touchés par la crise économique de 2008. Pourtant, Mathieu Plane l'affirme, "l'Espagne et l'Irlande étaient les deux bons élèves de l'Europe en 2007". Entre 2005 et 2007, la croissance moyenne de l'Espagne est de 3,7%, fin 2007 tandis que la dette n'est que de 36,1% du PIB et le taux de chômage de 7,9%.

Comment expliquer ce renversement ? "La principale raison de la chute spectaculaire de l'économie espagnole est due à un marché de l'immobilier très avantageux, créant un endettement des ménages important. Cette bulle immobilière, en 2007, a fini par exploser", explique Mathieu Plane. On peut aussi citer la différence de compétitivité entre par exemple l'Espagne et l'Allemagne. L'industrie allemande, grâce à son ouverture sur l'extérieur et à sa puissance, a grandement contribué au maintien économique du pays, au contraire de l'Espagne, bien moins dotée.

Qu'a changé la crise sur les instances européennes ?

La crise économique a modifié en profondeur l'architecture économique et financière de la zone euro. Le 10 mai 2010, les institutions européennes créent le Fonds européen de stabilité financière (FESF), doté de 750 milliards d'euros, ainsi que le Mécanisme européen de stabilité financière (MESF) afin de répondre dans l'urgence à la gravité de la crise en fournissant des aides financières aux États membres. Le MESF et le FESF ont été fusionnés le 1er juillet 2013 pour créer un outil plus pérenne, le Mécanisme européen de stabilité. Entre mai 2010 et septembre 2012, la BCE décide de son côté, une première dans son histoire, de racheter des titres de dette des Etats considérés comme les plus risqués.

La mandature (2014-2019) aura également été marquée par la politique monétaire dite du quantitative easing. Mise en œuvre par la BCE à partir de 2015, elle a joué un rôle non négligeable. Cette politique permet en effet à la Banque centrale européenne de créer de la monnaie afin d'acheter des emprunts d'Etat ou privés qui sont détenus par les investisseurs, dans le but que ces sommes soient ensuite réinjectées dans l'économie. Couplé à une politique de taux bas, cette politique monétaire a permis de financer les entreprises ainsi que les ménages. Selon Mathieu Plane, "cette politique a été une bouffée d'air frais pour les pays de la zone euro, grandement en difficulté. Ces liquidités ont permis aux ménages et aux entreprises d'entamer un retour vers la consommation".
Depuis la présidence de Draghi, la BCE a aussi dégradé à plusieurs reprises son taux directeur, dans le seul but de relancer la consommation des ménages et des entreprises. Aujourd'hui, le taux directeur est aux alentours de 0%.

Mais alors que la zone euro semble désormais pleinement sortie de la crise des subprimes, l'Union bancaire n'a pas encore été achevée et l'établissement de mesures de stabilisation en cas de nouveau choc économique négatif n'ont pas encore vu le jour. Sous l'égide de la Commission Juncker, des discussions ont bien été engagées en vue notamment de mettre en oeuvre une garantie européenne des dépôts bancaires, sans succès pour le moment.
 
Emmanuel Macron milite pour sa part pour la création d'un budget spécifique de la zone euro afin de soutenir l'investissement, de relancer la convergence entre les économies européennes et d'être mieux outillé en cas de nouvelle crise. Mais faute d'un large consensus, seul un "instrument budgétaire" aux capacités limitées devrait voir le jour à court terme, de nombreux pays restant soucieux d'éviter à tout prix de "payer pour les autres".

Cet article a été initialement publié sur le site d’information Toute l'Europe. Il a été réalisé avec des étudiants de Sciences Po dans le cadre d'un projet collectif. 

En savoir plus 

Abonnez-vous à nos newsletters

Aux origines du sondage

Aux origines du sondage

Initialement publié le 12 mars 2020 - Qui est apparu en premier : le sondage ou l’opinion publique ? « Si la question de la priorité de l'œuf sur la poule ou de la poule sur l'œuf vous embarrasse, c'est que vous supposez que les animaux ont été originairement ce qu'ils sont à présent. Quelle folie ! » Comme Denis Diderot, Martial Foucault invite ses étudiants à revenir aux origines du sondage, pour comprendre comment cet outil mal-aimé a évolué au fil du temps et de quelle façon on peut s’en servir aujourd’hui. 

Lire la suite
Jacques Chirac, un

Jacques Chirac, un "étudiant d'avenir"

Article initialement publié le 30 décembre 2019 - “Contre toute attente, je me plais très vite à Sciences Po”, raconte Jacques Chirac dans ses Mémoires. Soigneusement conservé dans les archives de Sciences Po, son dossier étudiant retrace la trajectoire de comète d’un jeune homme pressé que ni l’envie, ni son milieu ne prédisposait à aborder ce “nouveau monde”. Contre toute attente, ce n’est pas la passion pour la politique que l'ancien président de la République découvre et explore rue Saint-Guillaume, mais celle de “l’aventure”. Plongée dans le dossier d'un de nos plus illustres alumni disparu le 26 septembre 2019.

Lire la suite
Les livres à mettre dans vos valises

Les livres à mettre dans vos valises

Que lire en cet été si particulier ? Entre besoin d’évasion et envie de réflexion, la Librairie de Sciences Po vous propose sa sélection pour un été conscient, reposant, ou les deux à la fois. Faites de la place dans vos bagages !

Lire la suite
Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Le fact-checking est-il vraiment efficace ?

Par Manon Berriche (article initialement publié le 22 janvier 2020) - Le fact-checking ne date pas d’hier. Dès son lancement, en 1923, le magazine Time avait déjà recruté une équipe de fact-checkers. Leur rôle à l’époque : vérifier scrupuleusement toutes les informations avant qu’elles ne soient publiées. Mais à l’ère du numérique, l’essor des réseaux sociaux a entraîné un bouleversement du fonctionnement de l’espace public traditionnel.

Lire la suite
La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

La duchesse de Galliera, première mécène de Sciences Po

Par Emmanuel Dreyfus (promo 91) pour le Magazine Émile -- Si Sciences Po doit sa fondation à la volonté d’un homme, Émile Boutmy, l’École doit sa pérennité au don d’une femme, Maria Brignole-Sale, duchesse de Galliera. Le diplômé de la rue Saint-Guillaume connaît vaguement son nom et son profil sculpté, le Parisien sait que le musée de la mode s’appelle le palais Galliera. Et l’on n’en sait guère plus. Pourtant, la vie de la duchesse mérite d’être contée, même si faute de biographie publiée, on doit en glaner les éléments dans les notices en ligne et les dictionnaires.

Lire la suite
Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Les origines du populisme. Enquête sur une défiance politique et sociale

Des électeurs qui ne croient plus en rien et surtout pas en leurs institutions, qu’elle soient politiques ou autres. Une solitude prégnante liée à la société post-industrielle et à ses modes de travail et de vie. Voici le cocktail détonnant qui serait aux origines du populisme d’après quatre chercheurs. Après avoir mené un long travail d’enquête, ils livrent les résultats de leurs travaux - et des pistes de solutions -, dans “Les origines du populisme”, paru chez Seuil. 

Lire la suite
Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Suzanne Basdevant-Bastid, juriste d'exception

Par Maïna Marjany (promo 14) pour le magazine ÉmileLe parcours de Suzanne Basdevant-Bastid force l’admiration. Universitaire respectée, professeure attentive et dévouée, résistante et académicienne. Elle ne s’est pas contentée d’être une pionnière, mais a enchaîné les succès et les distinctions, toujours avec modestie.

Lire la suite
Vêtements durables, mode d'emploi

Vêtements durables, mode d'emploi

Étudiante en master Innovation & transformation numérique, Camille Gréco a rejoint l'École du management de Sciences Po après des études de mode à Londres. Passionnée par le secteur de la mode et du textile, mais soucieuse de le rendre plus durable et moins polluant, elle crée en 2017 CrushON, une plateforme en ligne qui rassemble l’offre de friperies. L'objectif : démocratiser l’achat de vêtements vintages, dans une optique de consommation écoresponsable. Explications.

Lire la suite
Res Communis : le droit au service de tous

Res Communis : le droit au service de tous

Droit de la famille, droit du travail, droit des étrangers, droit du logement : grâce à la Clinique de l’École de droit de Sciences Po, les étudiants mettent leurs connaissance au service des Maisons de Justice et du Droit (MJD) et des Points d’accès au droit (PAD), des lieux d'accueil permanent et gratuit qui soutiennent les personnes confrontées à des problèmes juridiques ou administratifs. Orienter, conseiller, expliquer, et trouver des solutions en temps réel font partie de leurs responsabilités, et enrichissent leur parcours. Témoignage. 

Lire la suite
Sciences Po et les femmes

Sciences Po et les femmes

Par l’historienne Marie Scot et la rédaction du magazine Émile Ni précurseure, ni en retard en la matière, l’École de la rue Saint-Guillaume a collé, en matière de féminisation, à l’évolution de la société française. Dans les années 2000, le nombre de femmes étudiantes a même dépassé celui des hommes ; les femmes représentent aujourd’hui 60 % des effectifs des étudiants de Sciences Po. Alors que les premières femmes étudiantes sont entrées à l’École libre des sciences politiques il y a tout juste un siècle, retour sur leur histoire au sein de l’établissement. 

Lire la suite