1918 et la guerre "mondiale" : la naissance d'un récit géopolitique

Par Karoline Postel-Vinay (CERI). La guerre qui s’acheva à l’automne 1918 portait le nom de « grande guerre » en France et de « great war » en Angleterre. En Allemagne, elle n’était pas « grande » mais planétaire, et s’appelait « Weltkrieg » ou « guerre mondiale ». De même aux États-Unis où, depuis le printemps 1917, on la nommait « world war ». Ce décalage de terminologie recouvrait une différence de vision géopolitique. Le terme de « guerre mondiale » et ce à quoi il faisait, et fait encore, référence – c’est-à-dire un conflit proprement planétaire, englobant tous les pays – n’était pas encore universellement reconnu.

Le fait que par la suite ce terme se soit installé dans le vocabulaire diplomatique usuel et qu’il ait déterminé le nom officiel de la guerre européenne de 1939-45, est une illustration de la puissance ascendante des États-Unis au cours du XXe siècle. Ou plutôt une dimension de la puissance américaine, sa puissance narrative, qui a engendré un récit géopolitique dominant. Ce récit a largement façonné notre lecture des conflits de la scène internationale, sans vraiment être remis en cause par des contre-récits qui existent par ailleurs.

Une guerre qui ne fut pas littéralement mondiale

Il n’y a aucun doute que, pour les Français et les Britanniques, la guerre de 1914-1918 fut une « grande » guerre, et même immense : immensité des pertes humaines, immensité des destructions matérielles, immensité du carnage et des bouleversements que ce conflit engendra.

Cette grande guerre fut-elle pour autant mondiale ? Les empires français et britanniques s’étendant alors sur une bonne partie de la planète, de nombreux pays furent de facto impliqués et mobilisés : les tirailleurs sénégalais dans la bataille du Chemin des Dames, ou les soldats indiens à bicyclette dans la bataille de la Somme, en témoignent par exemple.

Dans les régions non-colonisées, à commencer par l’Amérique latine, c’est la présence des communautés européennes – héritage d’une autre vague de conquêtes – qui guida l’intérêt pour ce conflit. Or s’il fut suivi avec attention, la plupart des nations latino-américaines n’y participèrent pas, et quand certaines, essentiellement en Amérique centrale, furent officiellement impliquées elles ne furent guère représentées sur les champs de bataille – la participation de la marine brésilienne, relativement modeste comparée à l’échelle de la guerre, fit figure d’exception.

Si l’on s’en tient à un décompte géographique, la guerre de 1914-1918 ne fut pas littéralement mondiale, puisque nombre de pays et non des moindres – comme l’Argentine, une des grandes économies du début du XXe siècle – n’y prirent pas du tout part, et d’autres seulement pendant une partie de la période, comme les États-Unis qui entrèrent dans le conflit en 1917 ou la Russie qui le quitta la même année.

Le choix de l’adjectif « mondial » pour qualifier ce vaste conflit ne rend donc pas compte d’une réalité objective et quantifiable mais découle d’une idée, qui demeura un concept en Allemagne, et devint un élément essentiel de la narration géopolitique américaine.

À chacun sa « guerre mondiale »

En Allemagne le terme Weltkrieg dérivait logiquement de la notion de Weltpolitik, ou « politique mondiale », autour de laquelle Guillaume II avait construit sa stratégie internationale depuis la fin du XIXe siècle. Constitué tardivement, l’État-nation allemand se devait de rattraper son retard impérialiste par rapport aux puissances britannique et française, et obtenir sa « place au soleil », comme l’expliqua dans un discours célèbre en 1897 le ministre des Affaires étrangères Bernhard von Bülow.

En 1914, l’affrontement contre Paris et Londres avait, vu de Berlin, une cohérence globale, celle d’un « Welt » qui n’était pas nécessairement la planète entière mais qui représentait un espace de déploiement d’une Weltmacht ou « puissance mondiale ». Dans une logique similaire, mais avec une idéologie différente, le troisième Reich appela aussi sa guerre d’agression une « Weltkrieg ».

En Belgique, le 1ᵉʳ novembre 1918, sur la rive droite de l’Escaut. Nicolas Vasse/Flickr, CC BY

Si la notion allemande de « guerre mondiale » était liée à une trajectoire nationale spécifique, elle s’inspirait aussi d’un répertoire plus généralement européen, celui qui accompagna les diverses entreprises impérialistes de la fin du XIXe siècle. En ce sens, l’idée de « world war » mise en avant, et finalement imposée, par les États-Unis découlait d’une perspective quasi-inverse, qui loin de se référer à cet héritage du XIXe siècle, invitait plutôt à lui tourner le dos.

Alors que la puissance mondiale recherchée par l’Allemagne relevait de la tradition impériale de conquête territoriale, le président américain Woodrow Wilson, dans son discours d’entrée en guerre en avril 1917, soulignait que son pays ne comptait obtenir « aucun territoire », « aucune indemnité » ou « compensation matérielle » pour les sacrifices qui l’attendaient. Pour Wilson la motivation fondamentale qui devait entraîner les quatre millions de soldats américains sur le continent européen était de protéger la démocratie dans le monde – « To make the world safe for democracy » –, une expression devenue emblématique de l’idéalisme wilsonien.

Une confrontation d’ordre universel entre le Bien et le Mal

Il ne fallait pas moins que cette mission d’envergure planétaire pour convaincre une opinion publique américaine jusqu’alors hostile à toute implication dans un conflit qui, en général, dépassait son entendement car il semblait relever, précisément, d’obscurs contentieux territoriaux entre nations du Vieux-Continent.

Ainsi naquit à Washington le récit géopolitique de la guerre à l’échelle du monde. Non pas un simple récit national, mais bien un récit géopolitique, c’est-à-dire une projection internationale dans laquelle les États-Unis occupaient une position singulière. L’Amérique se dotait de la mission de sauver la démocratie mondiale et ce faisant mettait en scène une confrontation d’ordre universel entre le Bien et le Mal, « les bons et les méchants », représentés respectivement par les forces alliées démocratiques, d’une part, et les puissances centrales autocratiques, d’autre part.

Ce récit structura à nouveau la vision qu’eut Franklin Roosevelt du conflit qui éclata en Europe en 1939, et qu’il appela « guerre mondiale » dès cette année (deux ans avant Pearl Harbor), alors qu’au même moment Winston Churchill la nommait simplement « the War » et que la presse américaine parlait seulement de « guerre européenne ».

On retrouva dans le discours de janvier 1942 de Roosevelt l’image d’une scène globale coupée en deux, une dualité politico-morale clairement explicitée :

« Nous combattons comme nos pères ont combattu, pour défendre la doctrine que tous les hommes sont égaux devant Dieu. Ceux de l’autre côté se battent pour détruire cette conviction profonde. »

La pérennité d’une idée

Le même récit d’antagonisme binaire à l’échelle du monde fut utilisé par Harry Truman en 1947 pour décrire le conflit naissant entre les États-Unis et l’Union soviétique, censé diviser la planète en deux camps. Mais, cette fois-ci, la narration fut contestée par ceux qui considéraient que la Guerre froide et l’opposition Est-Ouest n’étaient pas l’affaire de tous et que la véritable division planétaire était celle qui séparait le Nord du Sud, les riches des pauvres.

Le Président Wilson (ici en mai 1917). Flickr

Tout comme la Société des Nations, l’organisation dédiée à la paix mondiale rêvée par Woodrow Wilson, aura été un prototype de l’ONU, le récit de la guerre à l’échelle du monde né en 1917 aura servi d’ébauche au récit similaire qui s’affirma en 1942.

Si la dimension manichéenne de cette narration fut, par la suite, nuancée voire contestée par d’autres visions du monde, notamment postcoloniales, sa force performative demeura importante. On le voit dans les commémorations comme dans les instances de coopération internationale : il y a une pérennité de l’idée d’un enjeu dépassant l’affrontement entre pays, et singulièrement entre la France et l’Allemagne, un enjeu opposant les défenseurs et les ennemis de la paix mondiale.The Conversation

Karoline Postel-Vinay, directrice de recherche au Centre des relations internationales (CERI) de Sciences Po

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Abonnez-vous à nos newsletters :

Handicap :

Handicap : "En parler sans tabou"

Diplômée 2018 du master en Sécurité internationale de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Marie-Line a passé le prestigieux concours du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via une voie spécifique de recrutement dédiée aux personnes en situation de handicap. Dans deux mois, elle prendra son premier emploi en tant que “secrétaire des Affaires étrangères”, un poste de catégorie A. Préparation des concours, futures missions à l’étranger ou encore accompagnement du handicap à Sciences Po, elle nous détaille son parcours.

Lire la suite
De Nairobi à Paris

De Nairobi à Paris

Sciences Po et l’université de Strathmore ouvrent un nouveau double diplôme en bachelor et master. Cette formation permettra aux étudiants de premier cycle inscrits à l’université de Strathmore d’obtenir, en cinq ans, un diplôme de bachelor de l’université de Strathmore suivi d’un diplôme de master de Sciences Po.

Lire la suite

"L'amour des textes"

Qu’est-ce qui peut réunir une ancienne ministre de la Culture et des étudiants réfugiés dans une salle de cours ? L'amour des textes d'Albert Camus et de Victor Hugo ! Avec la culture comme langage universel et outil d’intégration, Aurélie Filippetti transmet sa passion des grands textes aux étudiants réfugiés accueillis par Sciences Po depuis 2015. Quand littérature rime avec ouverture...

Lire la suite
FEMPO, la success story

FEMPO, la success story

FEMPO est une start-up qui propose des culottes en tissu lavable destinées à remplacer les protections hygiéniques. Accompagné par l’incubateur de Sciences Po en 2018, ce projet est né de la rencontre de deux alumnae, Fanny Abes, diplômée du master en politique économique internationale, et Claudette Lovencin, diplômée du master en politique publique. Lire la suite

Une histoire de femmes

Une histoire de femmes

Des premières étudiantes entrées dans nos murs en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment la place des femmes a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Sciences Po 3ème université mondiale en

Sciences Po 3ème université mondiale en "science politique et relations internationales"

Sciences Po améliore encore son positionnement international en "science politique et relations internationales" en passant de la quatrième à la troisième place mondiale dans le classement international QS 2019 des meilleures universités par discipline, dévoilé ce 26 février 2019. Classée derrière Harvard et Oxford, Sciences Po est la première université d'Europe continentale dans cette discipline, devant LSE et Cambridge.

Lire la suite
“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

“La propagande a été le ciment de la démocratie libérale”

La persuasion de masse n’est pas née avec Internet, mais le numérique et les réseaux sociaux marquent une révolution dans l’histoire de la propagande. Loin d’avoir disparu avec les régimes totalitaires du XXè siècle, la voici plus présente, plus efficace, et plus dangereuse que jamais pour la démocratie. Entretien avec David Colon, historien et enseignant à Sciences Po, sur son ouvrage Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite
Une semaine de visites exceptionnelles à Vienne

Une semaine de visites exceptionnelles à Vienne

Depuis 15 ans, les étudiants du campus de Nancy se rendent pendant une semaine à Vienne, Bruxelles ou Berlin pour y effectuer un séjour d’étude. Cette année, la promotion de première année s’est rendue dans la capitale autrichienne. Au programme : des visites d’institutions européennes et internationales, des rencontres avec des experts et des politiques… mais aussi la culture avec une visite célèbre du célèbre opéra de Vienne. Retour en vidéo sur un séjour riche d’enseignements.

Lire la suite