1918 et la guerre "mondiale" : la naissance d'un récit géopolitique

Par Karoline Postel-Vinay (CERI). La guerre qui s’acheva à l’automne 1918 portait le nom de « grande guerre » en France et de « great war » en Angleterre. En Allemagne, elle n’était pas « grande » mais planétaire, et s’appelait « Weltkrieg » ou « guerre mondiale ». De même aux États-Unis où, depuis le printemps 1917, on la nommait « world war ». Ce décalage de terminologie recouvrait une différence de vision géopolitique. Le terme de « guerre mondiale » et ce à quoi il faisait, et fait encore, référence – c’est-à-dire un conflit proprement planétaire, englobant tous les pays – n’était pas encore universellement reconnu.

Le fait que par la suite ce terme se soit installé dans le vocabulaire diplomatique usuel et qu’il ait déterminé le nom officiel de la guerre européenne de 1939-45, est une illustration de la puissance ascendante des États-Unis au cours du XXe siècle. Ou plutôt une dimension de la puissance américaine, sa puissance narrative, qui a engendré un récit géopolitique dominant. Ce récit a largement façonné notre lecture des conflits de la scène internationale, sans vraiment être remis en cause par des contre-récits qui existent par ailleurs.

Une guerre qui ne fut pas littéralement mondiale

Il n’y a aucun doute que, pour les Français et les Britanniques, la guerre de 1914-1918 fut une « grande » guerre, et même immense : immensité des pertes humaines, immensité des destructions matérielles, immensité du carnage et des bouleversements que ce conflit engendra.

Cette grande guerre fut-elle pour autant mondiale ? Les empires français et britanniques s’étendant alors sur une bonne partie de la planète, de nombreux pays furent de facto impliqués et mobilisés : les tirailleurs sénégalais dans la bataille du Chemin des Dames, ou les soldats indiens à bicyclette dans la bataille de la Somme, en témoignent par exemple.

Dans les régions non-colonisées, à commencer par l’Amérique latine, c’est la présence des communautés européennes – héritage d’une autre vague de conquêtes – qui guida l’intérêt pour ce conflit. Or s’il fut suivi avec attention, la plupart des nations latino-américaines n’y participèrent pas, et quand certaines, essentiellement en Amérique centrale, furent officiellement impliquées elles ne furent guère représentées sur les champs de bataille – la participation de la marine brésilienne, relativement modeste comparée à l’échelle de la guerre, fit figure d’exception.

Si l’on s’en tient à un décompte géographique, la guerre de 1914-1918 ne fut pas littéralement mondiale, puisque nombre de pays et non des moindres – comme l’Argentine, une des grandes économies du début du XXe siècle – n’y prirent pas du tout part, et d’autres seulement pendant une partie de la période, comme les États-Unis qui entrèrent dans le conflit en 1917 ou la Russie qui le quitta la même année.

Le choix de l’adjectif « mondial » pour qualifier ce vaste conflit ne rend donc pas compte d’une réalité objective et quantifiable mais découle d’une idée, qui demeura un concept en Allemagne, et devint un élément essentiel de la narration géopolitique américaine.

À chacun sa « guerre mondiale »

En Allemagne le terme Weltkrieg dérivait logiquement de la notion de Weltpolitik, ou « politique mondiale », autour de laquelle Guillaume II avait construit sa stratégie internationale depuis la fin du XIXe siècle. Constitué tardivement, l’État-nation allemand se devait de rattraper son retard impérialiste par rapport aux puissances britannique et française, et obtenir sa « place au soleil », comme l’expliqua dans un discours célèbre en 1897 le ministre des Affaires étrangères Bernhard von Bülow.

En 1914, l’affrontement contre Paris et Londres avait, vu de Berlin, une cohérence globale, celle d’un « Welt » qui n’était pas nécessairement la planète entière mais qui représentait un espace de déploiement d’une Weltmacht ou « puissance mondiale ». Dans une logique similaire, mais avec une idéologie différente, le troisième Reich appela aussi sa guerre d’agression une « Weltkrieg ».

En Belgique, le 1ᵉʳ novembre 1918, sur la rive droite de l’Escaut. Nicolas Vasse/Flickr, CC BY

Si la notion allemande de « guerre mondiale » était liée à une trajectoire nationale spécifique, elle s’inspirait aussi d’un répertoire plus généralement européen, celui qui accompagna les diverses entreprises impérialistes de la fin du XIXe siècle. En ce sens, l’idée de « world war » mise en avant, et finalement imposée, par les États-Unis découlait d’une perspective quasi-inverse, qui loin de se référer à cet héritage du XIXe siècle, invitait plutôt à lui tourner le dos.

Alors que la puissance mondiale recherchée par l’Allemagne relevait de la tradition impériale de conquête territoriale, le président américain Woodrow Wilson, dans son discours d’entrée en guerre en avril 1917, soulignait que son pays ne comptait obtenir « aucun territoire », « aucune indemnité » ou « compensation matérielle » pour les sacrifices qui l’attendaient. Pour Wilson la motivation fondamentale qui devait entraîner les quatre millions de soldats américains sur le continent européen était de protéger la démocratie dans le monde – « To make the world safe for democracy » –, une expression devenue emblématique de l’idéalisme wilsonien.

Une confrontation d’ordre universel entre le Bien et le Mal

Il ne fallait pas moins que cette mission d’envergure planétaire pour convaincre une opinion publique américaine jusqu’alors hostile à toute implication dans un conflit qui, en général, dépassait son entendement car il semblait relever, précisément, d’obscurs contentieux territoriaux entre nations du Vieux-Continent.

Ainsi naquit à Washington le récit géopolitique de la guerre à l’échelle du monde. Non pas un simple récit national, mais bien un récit géopolitique, c’est-à-dire une projection internationale dans laquelle les États-Unis occupaient une position singulière. L’Amérique se dotait de la mission de sauver la démocratie mondiale et ce faisant mettait en scène une confrontation d’ordre universel entre le Bien et le Mal, « les bons et les méchants », représentés respectivement par les forces alliées démocratiques, d’une part, et les puissances centrales autocratiques, d’autre part.

Ce récit structura à nouveau la vision qu’eut Franklin Roosevelt du conflit qui éclata en Europe en 1939, et qu’il appela « guerre mondiale » dès cette année (deux ans avant Pearl Harbor), alors qu’au même moment Winston Churchill la nommait simplement « the War » et que la presse américaine parlait seulement de « guerre européenne ».

On retrouva dans le discours de janvier 1942 de Roosevelt l’image d’une scène globale coupée en deux, une dualité politico-morale clairement explicitée :

« Nous combattons comme nos pères ont combattu, pour défendre la doctrine que tous les hommes sont égaux devant Dieu. Ceux de l’autre côté se battent pour détruire cette conviction profonde. »

La pérennité d’une idée

Le même récit d’antagonisme binaire à l’échelle du monde fut utilisé par Harry Truman en 1947 pour décrire le conflit naissant entre les États-Unis et l’Union soviétique, censé diviser la planète en deux camps. Mais, cette fois-ci, la narration fut contestée par ceux qui considéraient que la Guerre froide et l’opposition Est-Ouest n’étaient pas l’affaire de tous et que la véritable division planétaire était celle qui séparait le Nord du Sud, les riches des pauvres.

Le Président Wilson (ici en mai 1917). Flickr

Tout comme la Société des Nations, l’organisation dédiée à la paix mondiale rêvée par Woodrow Wilson, aura été un prototype de l’ONU, le récit de la guerre à l’échelle du monde né en 1917 aura servi d’ébauche au récit similaire qui s’affirma en 1942.

Si la dimension manichéenne de cette narration fut, par la suite, nuancée voire contestée par d’autres visions du monde, notamment postcoloniales, sa force performative demeura importante. On le voit dans les commémorations comme dans les instances de coopération internationale : il y a une pérennité de l’idée d’un enjeu dépassant l’affrontement entre pays, et singulièrement entre la France et l’Allemagne, un enjeu opposant les défenseurs et les ennemis de la paix mondiale.The Conversation

Karoline Postel-Vinay, directrice de recherche au Centre des relations internationales (CERI) de Sciences Po

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Abonnez-vous à nos newsletters :

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Sir Austen Chamberlain, un alumnus so British

Depuis sa création en 1872, Sciences Po a accueilli des milliers d’étudiants issus d’universités outre-Manche. Sir Austen Chamberlain, un diplômé de Cambridge promis à un brillant avenir dans la diplomatie européenne, fut parmi les tout premiers à y étudier. Célèbre pour son rôle dans les négociations des Accords de Locarno, pour lequel il reçut le prix Nobel de la paix, Austen Chamberlain occupa le poste de ministre des Affaires étrangères britannique pendant l’entre-deux-guerres de 1924 à 1929. Qu’a-t-il retenu de son passage à Sciences Po en tant qu’unique élève britannique de la promotion 1886, et comment ce séjour a-t-il forgé sa politique à une époque aussi charnière de l’histoire européenne ?

Lire la suite
“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite