10 ans,100 startups

Plus de 100 startups incubées, 1 000 CDI créés, des chiffres d’affaire annuels de plusieurs dizaines de millions d’Euros et des reventes qui se chiffrent, elles, en centaines de millions… Ce sont les résultats tout à fait éloquents de l’incubateur de startups né il y a 10 ans à Sciences Po. Novatrice, cette structure était alors l’une des toutes premières créées dans une université de sciences humaines et sociales. Retour sur son histoire avec l'un de ses initiateurs, Maxime Marzin, directeur du Centre pour l’entrepreneuriat de Sciences Po.

L’incubateur de Sciences Po fête cette année ses 10 ans. Qu’est-ce qui a motivé sa création ?

Plusieurs facteurs ont mené à cette création. En 2008-2009, la crise des subprimes a tout d'abord fait douter nos étudiants de leur capacité à s’insérer aisément sur le marché du travail ; ils ont pris conscience que travailler dur n’allait plus forcément leur garantir une employabilité à vie… alors, autant travailler à son compte ! L’évolution du web vers le 2.0 a été un autre facteur : il a facilité le développement de produits ou de services à de très bas coûts. Alors, certes, l’entrepreneuriat n’était pas une évidence à Sciences Po, - même s’il y a toujours eu de grands entrepreneurs issus de l’école -, mais Richard Descoings, le directeur de l’école à cette époque, a eu l’intuition que de plus en plus d’étudiants allaient être intéressés par la création d’entreprises et qu’il fallait les accompagner.

Sur quelles références vous êtes-vous appuyé pour “penser” cet incubateur à une période où il y en avait assez peu ?

En France, c’était effectivement assez nouveau, même si, depuis les années 90, il y avait dans les universités des incubateurs “Allègre” qui permettaient d’opérer des transferts de technologies, notamment dans les domaines scientifiques et techniques. Mais il n’existait pas réellement de modèle pour une université de sciences humaines et sociales. Alors, je suis parti à la rencontre des Français qui étaient allés entreprendre dans des incubateurs de la Silicon Valley. Les conseils qu’ils m’ont donnés étaient assez simples et surprenants. Ils peuvent se résumer ainsi : “Laissez les entrepreneurs tranquilles !”. Leur propos était qu’il ne fallait pas déranger un jeune entrepreneur avec des réunions contraignantes et des formations obligatoires. Il a en fait besoin de peu de choses : un tableau blanc et des feutres, éventuellement une réunion tous les 15 jours pour côtoyer d’autres créateurs de startups et échanger sur les bonnes pratiques. Une entreprise qui a 6 mois d’avance sur une autre peut en effet donner de précieux conseils : où trouver un développeur, gérer la prospection commerciale, etc.

Comment accompagnez-vous concrètement les startups ?

En 2008-2009, seuls les étudiants qui étaient en train d’entreprendre s’adressaient à l’incubateur, avec des projets déjà matures. Aujourd’hui, nous travaillons sur des projets à peine formalisés mais pour lesquels nous détectons un potentiel. Nous hébergeons actuellement une dizaine de startups pour un accompagnement de 12 mois. Outre des locaux, nous proposons des “prestations” classiques : conseils juridiques, expertise comptable, logistique, formations, etc. Notre vraie originalité réside cependant dans notre accompagnement qui se donne pour objectif la commercialisation des produits ou services. La plus-value de notre incubateur - et un avantage des incubateurs internes aux établissements d’enseignements -, est de pouvoir s’appuyer sur les réseaux des enseignants et des alumni de Sciences Po. On peut ainsi facilement activer un réseau pour avoir des conseils spécifiques sur tel ou tel marché, ou obtenir des clés de compréhension de certains secteurs d’activité. Par exemple, on a un produit qu’on cherche à distribuer mais on ne sait pas trop comment ? On contacte un enseignant qui travaille dans la grande distribution et on obtient des conseils à haute valeur ajoutée.

Les startups incubées à Sciences Po ont-elles une spécificité ?

Peu d’étudiants entrent à Sciences Po en se disant “Je vais devenir entrepreneur” et pourtant, on a de très beaux résultats : plus de 1 000 CDI créés, des startups qui, pour certaines, ont un chiffre d’affaire annuel de plusieurs dizaines de millions d’Euros, ainsi que des levées de fonds et des reventes qui se chiffrent, elles, en centaines de millions. Je crois que cette performance est en partie liée à une approche très spécifique aux étudiants de Sciences Po : ceux-ci sont formés aux sciences sociales orientées vers l’action. Concrètement, ils cherchent à comprendre le monde pour avoir un effet sur le cours des choses et, cela, c’est profondément dans l’ADN de l’entrepreneur. Par ailleurs, leurs outils analytiques sont différents. Par exemple, dans les écoles de commerce, la grille d’analyse entrepreneuriale commence directement par l’étude d’opportunité de marché. À Sciences Po, on essaie d’abord de se poser la question de savoir si c’est une opportunité pour la société. Et, parfois, cela permet effectivement de détecter des opportunités là où personne n’avait rien vu auparavant.

En 2017, vous avez étendu votre action en créant un Centre pour l'entrepreneuriat qui englobe désormais l’incubateur, pourquoi ?

La réflexion a commencé à l’arrivée du directeur actuel de l’école, Frédéric Mion. Nous nous sommes rendus compte que l’intérêt pour l’entrepreneuriat était en train de dépasser le cercle des entrepreneurs : 45% des étudiants de Sciences Po se déclarent aujourd’hui intéressés par le sujet de l’entrepreneuriat. Tous ne souhaitent pas devenir entrepreneurs au sens premier du terme, mais ils veulent apprendre l’approche et les méthodes entrepreneuriales. De là est né le Centre pour l’entrepreneuriat qui englobe l’incubateur, mais qui propose des cours sur l’entrepreneuriat ouverts à toute la communauté étudiante ainsi que des “learning expeditions” pour apprendre en allant voir sur le terrain. Et, depuis cette année, nous sommes aussi associés à des projets de recherche, notamment à une Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes. Aujourd’hui, ce sont près de 900 étudiants qui sont impliqués dans l’un de ces dispositifs. Et quand on sait que l’incubateur comptait à peine 20 étudiants en 2008-2009, on mesure le chemin parcouru !

Comment faire pour entrer à l’incubateur ? Vous recherchez des profils en particulier ?

La plupart des startups qui entrent dans l’incubateur proposent une “innovation” au sens des critères du Massachusetts Institute of Technology (MIT), c’est-à-dire une idée qui comporte à la fois une invention et un potentiel de commercialisation. Les deux critères peuvent être déséquilibrés : l’invention peut être beaucoup plus forte que le potentiel de commercialisation et vice-versa, mais l’essentiel est qu’il y ait les deux, sinon ce n’est pas une innovation, il s’agit alors de recherche et développement, ou de vente. Concord, par exemple, qui a été incubée en 2009, proposait une idée de gestion de contrats dématérialisés sécurisés. L’invention était importante, mais le potentiel de commercialisation était, lui, totalement hypothétique car… personne n’utilisait encore cela ! Aujourd’hui, ils sont leaders sur leur marché. À l’inverse, FEMPO, qui propose des culottes menstruelles lavables, avait le potentiel opposé : un produit qui n’était pas vraiment une grande invention mais dont la commercialisation avait quasiment commencé… avant même la création de la société. 

Comment voyez-vous l’avenir de l’entrepreneuriat à Sciences Po ?

En 10 ans, le contexte d’accompagnement des startups a énormément évolué. Les incubateurs se sont multipliés et nous devons apporter autre chose, tout en continuant à se fonder sur les spécificités de Sciences Po. Nous voulons encourager nos étudiants à se mettre au service de grands défis pour améliorer la vie des gens en se positionnant au croisement des sciences sociales, de la technologie et de l’entrepreneuriat. Pour cela il faut se rapprocher de la recherche, notamment pour continuer à perfectionner notre grille d’analyse permettant de détecter ces fameuses “opportunités pour la société”. L’autre grand axe de développement envisagé est “l’entrepreneuriat institutionnel”, à savoir envisager le couple entrepreneuriat et innovation au-delà de la création de startups. L’entrepreneuriat en tant qu’approche systémique, de rigueur d'exécution, va en effet au-delà de la pure création d’entreprises. Cela signifie faire preuve d’un certain ethos, une manière de travailler en groupe ou de concevoir la prise de risques comme quelque chose d’envisageable et de calculable, par exemple. Nous devons donc mieux comprendre (et transmettre !) ce que j’appelle la "cognition entrepreneuriale". C’est-à-dire ce que l’on sait de la manière dont les entrepreneurs raisonnent et agissent et de la particularité des compétences qu'ils mobilisent à cet effet. Car, aussi surprenant que cela puisse paraître, aujourd'hui on sait que l'entrepreneuriat est une discipline ! Est-ce que celle-ci peut être déclinée dans d’autres cadres, comme par exemple les grandes entreprises et l’administration publique ? Les 10 prochaines années nous le diront !

En savoir plus

Abonnez-vous à nos newsletters

"Faut pas se la jouer"

C’est un peu comme apprendre le tennis avec Roger Federer : difficile de trouver plus “ancré dans la réalité” - comme aime à le dire le projet éducatif de Sciences Po - que le cours de l’ancien juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke en “Droit pénal économique”. Un épisode de Prof. aux premières loges, à regarder toutes affaires cessantes...

Lire la suite
La puissance des faibles : repenser les relations internationales

La puissance des faibles : repenser les relations internationales

Pour Bertrand Badie, la vision classique des relations internationales se fonde sur un schéma éculé, qui oublie l'histoire et la diversité des cultures. Les politiques étrangères qui s'en inspirent agissent dans un monde "qui n'existe pas", et commettent des erreurs aux conséquences dramatiques sur le fragile équilibre mondial. Le Professeur émérite à Sciences Po, l'auteur de L'hégémonie contestée, et tout récemment de Rethinking International Relations, montre que d’autres logiques peuvent se montrer plus déterminantes que la puissance.

Lire la suite

"Un cours comme un point d'interrogation"

Quoi de plus iconique qu’un cours sur “l’abécédaire du politique” à Sciences Po ? Un grand classique, certes, mais qui n’exclut pas l’originalité. En convoquant théorie politique, philosophie, littérature, et anthropologie, Astrid Von Busekist questionne le champ du politique et mène les étudiants vers une réflexion “un peu ordonnée” avec un seul credo : penser, c’est argumenter. 

Lire la suite
L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

L’armée algérienne à l’épreuve du mouvement citoyen du Hirak

Par Luis Martinez (CERI) - Aux yeux de l’armée, le mouvement dit Hirak, qui balaie l’Algérie depuis maintenant près d’un an, exprime avant tout la colère du peuple à l’encontre du système Bouteflika – un système caractérisé par la présence au gouvernement de nombreux civils, souvent accusés de corruption. La réponse politique des militaires, qui tiennent les rênes du pays depuis la démission de Bouteflika en avril 2019, a donc été de mettre en place un gouvernement de technocrates présentés comme compétents et intègres. L’armée ne souhaite pas démocratiser le régime, mais seulement améliorer la gouvernance afin de pouvoir répondre aux besoins socio-économiques de la population.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 22 et dimanche 23 février prochains, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins. 

Lire la suite
Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Fabrice Amedeo, de Sciences Po au grand large

Diplômé de Sciences Po en 2002, Fabrice Amedeo a déjà plusieurs vies. Journaliste, auteur, et désormais navigateur au long cours, ce quarantenaire s'apprête à prendre le départ du Vendée Globe 2020 à la barre d'un monocoque doté de capteurs ultra-sophistiqués qui lui permettent d'allier passion pour la voile et protection de l'environnement. Portrait en vidéo.

Lire la suite
Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Transition écologique : Sciences Po lance un programme d’action à 3 ans

Face à l’urgence climatique et aux bouleversements environnementaux planétaires, Sciences Po se donne une feuille de route sur trois ans dans le cadre de l’initiative globale « Climate Action : Make it work » lancée en 2015. Elle engage l’institution à la fois en tant que lieu de formation et de savoir, et en tant que lieu d’études et de travail, à Paris et sur ses six campus en région.  

Lire la suite
Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Admissions 2019 : nouveau record de candidatures

Le dernier bilan des admissions confirme l’attractivité de Sciences Po avec plus de 20 000 candidatures en 2019. 4218 nouveaux étudiants issus de 137 pays ont rejoint nos cursus de premier cycle, de master et de doctorat. Les effectifs totaux de Sciences Po restent stables, et la sélectivité est en hausse avec un taux d’admis de l’ordre de 20%. 

Lire la suite
Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Solidarité avec nos chercheurs captifs en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Depuis lors, ils sont toujours incarcérés. Le 31 janvier 2020, le CERI organisait un colloque, « Captifs sans motif », visant à contribuer à la mobilisation en faveur de leur libération et à sensibiliser aux divers enjeux (diplomatiques, politiques, intellectuels et humains) que soulève leur détention. De nombreux chercheurs, mais aussi des personnalités familières de la question des arrestations arbitraires, étaient présents. Retour en vidéo sur leurs échanges.

Lire la suite
Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Hommage à David Kessler, enseignant et compagnon de route de Sciences Po

Disparu le 3 février 2020, David Kessler, intellectuel, haut fonctionnaire, conseiller politique et acteur majeur du secteur culturel en France, a enseigné à Sciences Po durant une trentaine d’années. Avec lui, Sciences Po perd un enseignant de talent et un compagnon de route très fidèle, attentif et bienveillant, qui a soutenu l’institution dans toutes les grandes transformations qui ont marqué les dernières décennies. 

Lire la suite